Mots-clés : 

  • Ce sujet contient 268 réponses, 11 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par pcommeppcommep, le il y a 2 jours.
20 sujets de 241 à 260 (sur un total de 269)
  • Auteur
    Articles
  • #32882
    bzobzo
    Participant

    c’est un petit miracle, cet organe

    oui ! mais chez moi il n’est pas très évident à comprendre et à aborder (est-ce ma configuration transgenre ? je ne sais pas…J’avais déjà peu de testostérone même avant de m’assumer trans et de sciemment tenter de la diminuer…)

    je ne vis pas du tout ma prostate comme un point G au masculin,
    c’est sans doute une façon de la vivre mais à mon sens,
    en ne profitant pas de toutes ses extraordinaires potentialités
    car elle offre un accès unique à cette féminité enfouie en nous

    et donc tu pourrais encore plus pleinement vivre ta féminité,
    en explorer les multiples facettes, les multiples richesses
    en profitant de l’énorme potentiel de cette prostate qui est là en toi pour l’instant aussi

    Quant aux « ondes mâles », je n’en ressens jamais. En fait pour moi la sexualité mâle n’est qu’un travail, une besogne, je ne ressens aucun plaisir profond venu des zones érogènes mâles. L’érection a toujours été difficile à obtenir en particulier en présence d’autrui

    on s’est mal compris, pourtant j’en parle beaucoup dans mes textes, j’ai décris cela en long et en large
    il s’agit ici d’utiliser autrement ses parties sexuelles,
    je suis passé par ce stade que tu décris où le pénis est là entre nos jambes durant la séance,
    totalement inutilisé, totalement au repos
    et où le plaisir est là puissant, splendide, riche,
    on en n’a plus besoin, on le contourne

    mais il y a moyen de faire mieux, beaucoup mieux
    car nos parties génitales ont un potentiel d’ondes sexuels mâles
    dont il y a moyen de faire profiter le féminin en éveil en nous durant la séance,
    que son plaisir, ses sensations, soient encore plus grands, encore plus riches, colorés et variés
    grâce à une autre façon de faire participer nos organes sexuels mâles,
    que tu as aussi pour l’instant, alors autant s’en servir
    mais encore une fois, tout à fait différemment

    il n’est pas question de gestes masturbatoires, de sensations « péniennes »
    pour reprendre une expression d’ @epicture,
    mais d’ondes éveillées pour l’usage, la consommation exclusive,
    du féminin, en tout cas chez moi, qui prend les commandes de mon corps durant la séance,
    je me sers de mes parties génitales pour augmenter ses sensations, son plaisir,
    cela n’a rien à voir avec l’excitation et les sensations qu’on obtient avec habituellement

    un pôle masculin et un pôle féminin, actifs en nous , leurs ébats dans notre chair,
    c’est très très puissant, crois-moi, il y a là une piste splendide à explorer,
    cela se vit au féminin, tu peux me faire confiance,
    je sais de quoi je parle
    et le pôle masculin est là tout entièrement à la disposition de ce féminin,
    au service de son plaisir, de ses sensations, de sa libido,
    de son épanouissement

    ton plaisir de femme, sera encore plus comblée
    et prendra un essor insoupçonné
    avec ces extraordinaires capacités de développement, de mûrissement, d’épanouissement,
    capacités de prendre des couleurs tellement variées, tellement riches, tellement chatoyantes
    qui peuvent être ressenties si vivement dans la chair ainsi

    #32883
    AvatarEnvole
    Participant

    Hello @bzo,
    merci pour ces conseils…Disons que je n’ai pas vraiment de pôle mâle…Donc je pense que ça va être difficile !!!
    Tout le meilleur à toi, beaucoup de plaisir 🙂
    Naomi

    #33156
    AvatarEnvole
    Participant

    Hello à toutes et tous !
    J’espère que tout va bien.
    Petite info : en ce moment j’ai beaucoup de plaisir avec cet oeuf vibrant à télécommande (sans fil!) de nalone, et à prix plutôt modique
    c’est ici !
    Je pense que c’est un peu comme le Lovense de Lush, mais en beaucoup moins onéreux…
    ici
    Beaucoup de plaisir à vous, à bientôt !
    Naomi

    #33408
    AvatarEnvole
    Participant

    Hello à toutes et tous,
    désolée d’avoir été un peu absente récemment, comme je l’écrivais à @bzo récemment sur cette page
    Je ne vais pas recopier ici tout ce que j’y ai écrit, quelques extraits juste pour situer ma progression :

    Là où jusqu’il y a quelques mois je me pénétrais pour chercher la prostate, et je pratiquais un plaisir anal assez rudimentaire, aujourd’hui j’ai un intérieur d’une réactivité phénoménale. Au sens qu’aujourd’hui je suis pénétrée vraiment comme une femme est pénétrée dans son vagin ou dans son anus, je sens l’organe mâle fouailler mon intérieur, avec douceur, et chaque micro-mouvement est pour moi d’un plaisir infini…Je ressens également des orgasmes de plus en plus fort, et j’ai découvert une zone de plaisir au fond de mon vaginus, que je ne sais nommer, qui est comme une paroi d’amour, très réactive, en même temps assez vaste, que je parcours en guidant le sexe masculin en moi comme on évoluerait sur la carte du tendre…
    Et évoluant de plus en plus vers là, il se trouve que s’éveille aussi en moi la sensation dans le tout début de mon pénis, l’endroit où les femmes ont leur clitoris, et là j’ai pleinement pris conscience de mon clitoris, et quand tout est connecté, je ressens en moi la femme astrale que je suis vibrer à l’unisson avec le cosmos…C’est fantastique…
    Mais c’est d’une certaine façon tellement fort et plein que je n’éprouve plus le besoin d’en parler à autrui…C’est devenu comme une hygiène de vie, ma vie sexuelle de femme quoi, c’est quotidiennement extraordinaire, et je vais tellement d’émerveillement en émerveillement chaque jour que je n’ai pas le temps de tenir le fil de toutes ces merveilles…
    Pour finir, petit ajout, j’utilise maintenant un oeuf vibrant que j’aime beaucoup. Je l’ai pas mal utilisé en mode intérieur, pour tenter de stimuler mes parties génitales de l’intérieur. Mais maintenant je l’utilise beaucoup en mode extérieur : directement entre ma petite culotte et mon siège, ça fait vibrer tout mon entrejambe et mon clito fait la fête…C’est assez génial…

    Et alors que je me plaignais très récemment d’avoir une prostate fainéante, voici ce qui m’est arrivé :

    hier après un beau moment d’amour avec lui (enfin une taille un peu inférieure tout de même !!!) j’ai comblé mon petit vaginus avec ce plug de Clara Morgane que j’aime décidément beaucoup, le crystal ring
    Et progressivement, alors que je n’y prêtais pas trop attention, j’ai senti la prostate s’animer d’elle-même, être traversée comme par un petit ruisseau de plaisir…Puis d’un coup elle s’est mise à ce que j’appelle « bander », elle était excitée et avait gonflé, comme un pénis en érection, tout ceci s’animait légèrement, mais toujours en douceur comme tout le temps chez moi…Sont-ce là les fameuses contractions dont parle le traité d’Aneros ? Je ne sais…si c’est le cas, c’est en tout cas très ténu chez moi…mais ça a le don de me faire fondre…
    Tel que je vois l’intérieur de mon vaginus, c’est comme un gros Chamonix, ces gâteaux moëlleux à l’abricot et à l’orange : qu’on en mange une miette ou un paquet, c’est toujours autant de plaisir doux, sucré, moelleux…Et j’adore le plaisir comme ça…

    Et aujourd’hui, en lisant le fil de @lightningbolto ici je tombe sur ce super conseil de @andraneros :

    Tu dois bien garder à l’esprit que, quelque soit ta perception du plaisir que tu vis, tu ne dois jamais rien en attendre. Lorsque tu sens monter le plaisir il est important de le recevoir, de le laisser se répandre, de te laisser porter, d’en profiter tel qu’il est sans jamais chercher à le transformer en orgasme. D’une part parce tu ne sais pas à l’avance quelle forme prendras ton premier orgasme prostatique, d’autre part parce qu’il se produira quand tu auras réuni toutes les conditions pour qu’il se produise et non parce que tu le voudras. Patience, confiance et application !

    Cette phrase me parle beaucoup, parce que c’est exactement ce que je suis en train de comprendre…Et le plus étonnant c’est que je vis la même chose dans mon art, le piano-jazz, où les moments les plus extraordinaires arrivent quand je ne les attends pas, et tout l’art consiste à savoir les accueillir comme ils le méritent, et à les laisser s’exprimer…C’est juste magique.

    Merci à toute la communauté de Nouveaux Plaisirs d’exister !!!

    A bientôt, beaucoup de plaisir 🙂

    Naomi

    #33424
    pcommeppcommep
    Participant

    Bonjour @envole,
    je suis heureux de tes belles découvertes et du réveil de ta prostate. C’est parti pour tout un nouveau monde à découvrir.
    Je suis tellement d’accord avec toi, lorsque tu dis :

    Et évoluant de plus en plus vers là, il se trouve que s’éveille aussi en moi la sensation dans le tout début de mon pénis, l’endroit où les femmes ont leur clitoris, et là j’ai pleinement pris conscience de mon clitoris, et quand tout est connecté, je ressens en moi la femme astrale que je suis vibrer à l’unisson avec le cosmos…C’est fantastique…
    Mais c’est d’une certaine façon tellement fort et plein que je n’éprouve plus le besoin d’en parler à autrui…C’est devenu comme une hygiène de vie, ma vie sexuelle de femme quoi, c’est quotidiennement extraordinaire, et je vais tellement d’émerveillement en émerveillement chaque jour que je n’ai pas le temps de tenir le fil de toutes ces merveilles…

    J’ai également pleinement conscience du rôle de clitoris que joue mon gland, lorsque mon pénis se rétracte ou pas. Je le ressens et le visualise maintenant, en permanence. Il s’éveille au moindre stimuli, c’est délicieux, sa tête lovée entre mes cuisses et son corps vibrant en moi.
    Et par ailleurs, comme tu le dis, la force et la plénitude de mes expériences, font que je les vis plus que je n’en parle. Désolé pour ce manque de partage. Surtout que je continue à lire les posts de chacun.
    Tu m’inspires beaucoup @envole. Même si nos pratiques sont différentes, parce que je n’utilise quasiment plus d’objet, nos expériences se ressemblent. Tu es trans. Je suis cis, mais tellement femme tout de même.
    Des bises affectueuses
    A bientôt.

    #33457
    AvatarEnvole
    Participant

    Hello @pcommep,
    merci pour ton message comme toujours très agréable à lire !!! D’autant plus que je me sens moins seule avec ma sexualité de femme astrale !!! 🙂
    Oui je suis trans, mais la transsexualité est un éventail très large…On peut avoir un corps d’homme et se sentir un tout petit peu, un peu, pas mal, beaucoup, ou totalement femme…Et la féminité peut se loger dans plein de parties de la vie assez différentes : les relations sociales, la façon de réagir à la vie, la sensualité, la spiritualité…Certaines trans se sentent totalement femmes mais peuvent parfois avoir des comportements de mecs sur certains sujets…
    Donc pourquoi pas être plutôt homme avec une sensualité très féminine ? ça ne me paraît pas inconcevable…Personnellement ma sensualité très féminine est encore plus forte que mon sentiment intérieur de femme…Mais c’est aussi parce que j’ai une personnalité pour laquelle la libido est une part importante de l’existence (il paraît que c’est parce que je suis scorpionne !!!)
    Donc dans toutes ces questions, les mots servent à réfléchir, mais il ne faut pas trop se focaliser sur leur sens exact…L’essentiel est le ressenti de chacun.e, et qu’elle ou il soit à l’aise avec ce qu’il ou elle vit…

    Tout le meilleur à toi, beaucoup de plaisir !!!

    Naomi

    #33460
    bzobzo
    Participant

    Oui je suis trans, mais la transsexualité est un éventail très large…On peut avoir un corps d’homme et se sentir un tout petit peu, un peu, pas mal, beaucoup, ou totalement femme…Et la féminité peut se loger dans plein de parties de la vie assez différentes : les relations sociales, la façon de réagir à la vie, la sensualité, la spiritualité…Certaines trans se sentent totalement femmes mais peuvent parfois avoir des comportements de mecs sur certains sujets…

    dans ce cas, je suis transsexuel aussi
    car durant mes séances je me sens totalement femme et cela se renforce toujours plus

    je ne sais pas, je ne suis pas sûr, c’est quelque chose qui est là tout le temps en moi,
    j’ai la sensation de porter cette sexualité réinventée en moi constamment
    comme une gestation délicieuse
    et même elle a toutes sortes d’effets sur mon quotidien,
    par exemple, je sens les femmes tellement différemment désormais,
    je sens une complicité avec elles dans mes entrailles,
    des ondes véritablement, je sens des ondes passer,
    c’est très troublant et très excitant

    mais en même temps, j’ai l’impression de rester totalement un homme,
    avec toujours les mêmes tendances bisexuelles qu’avant,
    mais elles ne se sont pas renforcées du fait de cette sexualité que j’ai développée,
    du fait de cette féminité se développant en moi durant mes séances,
    en fait j’ai l’impression d’une très saine cohabitation en moi
    où en-dehors de mes séances, de ces extraordinaires moments,
    elle m’est très bénéfique,
    en ce sens qu’elle a des influences très positive sur ma personne

    elle est là en moi, vivante, maturant, de plus en plus riche, épanouie
    cependant cela n’affecte en rien ma masculinité au quotidien,
    elle a de l’influence sur elle par les racines, je dirai,
    mais aucun véritable effritement de celle-ci,
    juste du rééquilibrage, de l’attention à plein de détails en plus,
    une sensation des corps beaucoup plus forte,
    je sens les corps tellement puissamment avec le féminin en moi,
    c’est elle qui les sent,
    elle les sent pour moi,
    elle capte les vibrations pour moi,
    elle est tellement sensible à toutes sortes de détails
    auquel moi avant, je ne faisais pas attention

    #33463
    pcommeppcommep
    Participant

    @envole, @bzo
    Merci pour ces retours Naomi et bzo

    L’essentiel est le ressenti de chacun.e, et qu’elle ou il soit à l’aise avec ce qu’il ou elle vit

    je ne sais pas, je ne suis pas sûr, c’est quelque chose qui est là tout le temps en moi,
    j’ai la sensation de porter cette sexualité réinventée en moi constamment
    comme une gestation délicieuse

    elle a de l’influence sur elle par les racines

    Je suis entièrement d’accord avec vos deux posts.
    Après tout, il est vrai que, même si les différents genres sont de plus en plus reconnus (même si pas forcément acceptés), il existe, d’évidence, une palette infinie d’intermédiaires. Et je n’ai jamais aimé être coincé dans une case.
    Le tout est d’accepter ces infinies nuances qui circulent en nous, d’accepter cette multiplicité de la personnalité, de se saisir de cette souplesse, pour mieux profiter des cadeaux que nos corps et nos esprits nous réservent.
    Je vous souhaite à toutes les deux, une belle journée orgasmique

    #33482
    luckylucky
    Participant

    Bonjour tout le monde,

    Le terme transsexuelle est à garder pour les transgenres opérées. En fait, on pourrait même dire que ça ne sert à rien puisqu’arrivée au bout de sa transition physique, une transsexuelle est une femme comme les autres.

    Le terme transgenre convient mieux dans la mesure où il est plus général et recouvre toutes les subtilités que l’on peut trouver dans un continuum homme/femme, et donc non-binaire. La non-binarité est l’idée que les genres ne se réduisent pas à 2, mais à une multitude.

    Il faut faire la distinction entre l’identité sexuelle et la sexualité. Les orgasmes prostatiques peuvent nous conduire à une sexualité « féminine », c’est ce qui s’est produit pour moi. Mais l’identité sexuelle qui nous amène à la transitude n’en découle pas forcément. C’est encore autre chose.

    Je me demande si :
    l’on me proposait une après-midi d’orgasmes prostatiques ou une après-midi de shopping, je ne préfèrerais pas le shopping malgré le plaisir intense que les orgasmes me procurent.
    C’est pour vous donner une idée de l’importance de cet être femme.

    Cette identité, c’est un sentiment, une situation, un état de conscience, celui de se reconnaître dans le miroir comme femme, c’est un sourire qui ne nous quitte plus, c’est l’envie de sentir une jupe sur ses jambes, c’est parfois et même sans hormones pleurer et se dire que c’est beau d’être triste, c’est le besoin de se vêtir, de se maquiller, de se faire belle, d’acheter…. Un ensemble de subtilités difficiles à définir. Ce sont aussi les souvenirs de détails dans nos vies qui se remettent en place, s’expliquent alors que jusque là toute explication échouait.

    Deux exemples en ce qui me concerne :

    – Des petites filles me rejettent. J’avais 6 ans. J’ai toujours pensé que c’était parce que j’étais gros. Mais non, elles m’ont dit :  » Tu ne joues pas avec nous, tu es un garçon !  » Pas compris. Moi je me sentais comme elle. Pas compris. Je ne voulais pas être un garçon.

    – Des petits garçons, 8 ans, jouent à qui a la plus grosse. Moi, je suis là. Tous montrent leur sexe sans honte. Moi, je ne peux pas. Je m’en vais sous les quolibets. J’peux pas ! J’ai honte ! J’ai toujours pensé que mon sexe était trop petit et que c’était pour ça que j’avais honte, mais non, j’avais honte d’être un garçon.

    Il y a des tas de petits détails comme ceux-là qui, au final, montrent que j’étais une fille inconsciemment depuis toujours. C’est cela l’identité !

    Bisous
    Julie Armande

    #33484
    pcommeppcommep
    Participant

    Merci @julie armande pour ces précisions.
    Je suis entièrement d’accord avec toi. Il y a une différence entre ce que nous vivons, et qui ou ce que nous sommes.
    La sexualité est une partie de nous-même, mais nous ne nous définissons pas seulement par elle.
    Toujours aussi enrichissant ce forum.
    Bons plaisirs à toutes et tous

    #33485
    bzobzo
    Participant

    hum, d’accord avec une bonne partie

    cependant,

    l’on me proposait une après-midi d’orgasmes prostatiques ou une après-midi de shopping, je ne préfèrerais pas le shopping malgré le plaisir intense que les orgasmes me procurent.

    cela c’est plutôt un cliché, je trouve, même assez sexiste,
    d’associer shopping, plaisir irrésistible du shopping, au genre féminin

    #33486
    luckylucky
    Participant

    Bzo,

    C’est bien ! C’est toi qui associes shopping au genre féminin, là !
    Tu devrais relire ce que j’ai écrit. Je ne parlais que de moi et non pas du genre féminin.

    Julie Armande

    #33509
    AvatarEnvole
    Participant

    Hello à toutes et tous,
    petite demande s’il vous plaît : ne transformons pas ce fil en débat sur ce qu’est être trans ou pas (il y a plein d’autres forums pour ça) restons s’il vous plaît sur le sujet qui nous intéresse ici, c’est à dire le plaisir et la sexualité.
    Il y a tout un pan de l’identité trans qui a à voir avec le regard d’autrui sur soi, comme l’a dit Julie. On peut n’avoir aucun problème de ce côté, et si @bzo tu n’as pas de problème avec le fait que les autres te voient comme un homme, alors tu n’es pas concerné par tout le pan social de la transidentité, qui est l’essentiel du problème pour beaucoup.
    Ce qui n’empêche que tu peux avoir un vécu de ta libido qui prend dans les deux genres. C’est aussi pour ça que nous discutons depuis aussi longtemps ensemble. S’il vous plaît restons sur ce plan !!!

    Merci de votre compréhension les ami.e.s, beaucoup de plaisir à vous 🙂

    Naomi

    #33510
    luckylucky
    Participant

    Bonjour tout le monde,

    Naomi, tu as raison !
    J’ai répondu à Bzo, point ! C’est fini !

    Bisous
    Julie Armande

    #33511
    AvatarEnvole
    Participant

    OK !
    Mais je préfère même qu’on ne « réponde » pas à ce que quelqu’un.e dit d’elle ou de lui-même, je suis pour que chacun.e soit libre de son discours sur soi…
    Et surtout restons dans le plaisir…Je voudrais que nos conversations ici soient aussi du plaisir, de l’échange d’énergies douces et positives, qui font du bien…Je veux des fleurs 🙂
    Merci à toutes et tous pour votre compréhension,
    Naomi l’hypersensible 😉

    #33512
    AvatarEnvole
    Participant

    Bon et pour revenir vers des choses que je trouve plus intéressantes :

    Hier, j’étais seule chez moi, j’ai passé huit heures à me faire plaisir…C’était bon !!!

    Et je suis passée à une nouvelle étape de mon vécu sexuel. Maintenant je sais que mon sexe a besoin de beaucoup de douceur.
    Maintenant je sais que je prendrai mon temps…Mon temps pour entrer dans l’amour…Mon temps pour dire bonjour à la corolle…Mon temps pour l’humecter, la rendre souple…La sensibiliser…Mon temps pour nettoyer…Pour permettre un amour tout en douceur…Tout en progression…Tout en fluidité…Tout le long du tunnel, jusqu’aux lieux les plus profonds, les plus mystérieux, les plus intimes, les plus doux, que j’imagine comme un moelleux biscuit à l’abricot et à l’orange…Mmmm j’en ai les babines qui frémissent…Et le coulissement fluide, à l’huile de coco, et le va-et-vient de l’océan du plaisir, m’envahissent de façon de plus en plus profonde…Je me sens tendre jusqu’au plus profond de mes chairs, de mes nerfs, de mes os…J’atteins à une détente totale…Non je ne dors pas, je vis le plaisir, comme un halo doré dans lequel j’ondule, coulissant autour de mon olisbos d’amour…

    Finalement quand tout se passe bien je vois surtout des fleurs…

    Oui c’est ça…Je suis douce aussi du sexe…
    Je suis le doux sexe…

    Dans ma tête aussi les choses ont changé
    avant je me sentais vide…Je cherchais la pénétration pour remplir mon vide…
    Et hier j’ai compris que je ne suis pas vide, je suis pleine, mais pleine dans une forme faite pour accueillir, entourer, m’enrouler autour, danser autour, malaxer, coulisser, sucer avec la grande bouche qu’est mon sexe, un membre appartenant à autrui, un membre solide, doux de texture mais dur de structure, long, assez volumineux, et de forme cylindrique…qui vient me visiter, et que je viens accueillir, couvrir, habiller…
    Donc non je ne suis pas vide, je suis pleinement accueillante…

    Bisous 🙂

    Naomi

    #33516
    luckylucky
    Participant

    Coucou,

    Bon, je n’ai pas compris, je n’ai pas remis en cause qui que ce soit, mais c’est pas grave !

    Ma sexualité est stabilisée. Je me connais désormais et je gère. Mon état naturel est comme orgasmique. Mes orgasmes surgissent comme ils viennent, surtout et essentiellement lorsque je suis décontractée. Je suis obligée de faire attention du coup au lieu où je suis. Je veux dire par là que si je m’allonge dans l’herbe, par exemple, et que je me décontracte, il s’ensuit automatiquement une arrivée orgasmique. Et si je laisse faire, je me retrouve dans des spasmes à n’en plus finir, secouer comme un prunier, et visible de loin.
    Du coup, dès que je suis décontractée, mes orgasmes se produisent. Quand que je me couche par exemple. Alors j’accompagne en me caressant les tétons ou parfois aussi avec un gode pour provoquer des orgasmes intenses et cela me conduit au 7ème ciel. Et se succèdent des spasmes, des injaculations, des vagues, des intensités variées et le liquide prostatique coule à flot. J’ai bientôt l’impression d’être sous la volonté d’une puissance supérieure bienveillante qui me procure une sorte de bien-être ravi.
    Je pense que là je suis ouverte à tout. Ouverte à la vie, au sexe…ouverte.
    Et ce ravissement m’accompagne ensuite tout le temps. J’ai l’impression de sourire en permanence.
    De temps en temps, tous les 4/5 jours, je suis obligée de provoquer une éjaculation car sinon je ne suis bientôt plus qu’orgasme sur orgasme toute la journée et la nuit. Ca ne s’arrête plus. Il faut donc que je calme le jeu et l’éjaculation le permet. Mes orgasmes s’apaisent pendant un temps.

    Lors de mes flirts dans les lieux libertins que je fréquente. C’est assez délicat. Car je pars au quart de tour, la moindre caresse, le moindre baiser et des spasmes surgissent. Le partenaire est étonné, sinon inquiet. C’est compliqué parce que là, il n’y a pas d’autre choix que d’arrêter, expliquer quand ça ne passe pas à autre chose.
    L’autre jour tout de même, un partenaire plus avisé que les autres, a réussi à me procurer du plaisir pendant un certain temps sans être affolé par mes spasmes et à me faire crier de jouissance. C’était la première fois que j’étais entre les mains d’un homme qui m’ouvrait et me prenait avec ses doigts, mais c’est le pied intégral. Je ne pense qu’à ça ! J’ai tellement envie d’être sodomisée. Et ça n’arrive pas pour l’instant.
    Arriver à se laisser aller entre les mains d’un homme, et qu’importe la vie, la mort, ce qui se passera ; être dans ce bien-être ravi dont je parlais plus haut et en même temps, là, un homme qui se met en la place du divin et qui me prend, je crois que c’est à mourir de plaisir.
    Dans mes caresses, il y a des choses que je ne peux pas faire toute seule. Par exemple, quand le gode est en moi et que je fais des va et vient avec mon ventre, les spasmes deviennent si importants, la jouissance si forte que je ne peux plus faire les va et vient. Ca stoppe net !
    Mais lorsque un partenaire s’en occupera, il pourra faire les va et vient et je pressens une jouissance plus importante encore que tout ce que je connais.

    Bisous
    Julie Armande

    #33520
    AvatarEnvole
    Participant

    Hello @Julie Armande,
    ouaouh mais c’est magnifique ce que tu décris, bravo bravo !!!!
    Si c’est le chemin sur lequel je suis en train d’arriver, quelle perspective magnifique !!!!
    Mmmmm….
    Bravo bravo et merci pour ton splendide témoignage.
    Beaucoup de plaisir, à bientôt 🙂
    Naomi

    #33549
    AvatarEnvole
    Participant

    Je viens de m’apercevoir
    que maintenant que j’ai allégé tout le vécu périphérique de mon sexe
    que cette petite noisette qui est au milieu
    est vraiment le centre de ma libido
    cette toute petite chose
    avec ses micro sensations multiples et diverses
    correspond à ma personnalité
    elle est à ma taille
    Elle est la traduction sexuelle de la fille que je suis…Petite, ronde, joyeuse, rieuse, traversée de désirs multiples, excitable à l’infini, en même temps douce, progressive, sensuelle, voire même lascive et parfois un peu paresseuse dans son plaisir…C’est vraiment tout moi qui suis là…Comme l’équivalent en bas de ma conscience/troisième oeil/glande pinéale/hypothalamus en haut…
    Mmmm c’est bon…merci la vie 🙂
    A bientôt, beaucoup de plaisir !
    Naomi

    #33652
    AvatarEnvole
    Participant

    Hello à tout le monde,
    petit message pour vous dire que je vais écrire pour la dernière fois dans ce fil je pense, parce que j’ai récemment compris que jamais je ne prendrai la décision de devenir une femme socialement. J’assume mon corps d’homme, et ma personnalité qu’on dit féminine. Mais je me sens avant tout une personne. Et si je raconte tout ça ici, alors que je n’ai pas trop abordé la question de la transidentité précisément ici, c’est que je suis reconnaissant à tout le monde ici, depuis les producteurs de stimulateurs de prostate jusqu’à Adam qui m’a orienté avec son Traité d’Aneros vers le plaisir prostatique, en passant par toutes celles et ceux avec qui j’ai pu discuter…
    Toute cette recherche m’a permis de comprendre que ma prostate et ses sensations sont à la base de ma libido. Avant je ne ressentais que les stimulations les plus fortes, les plus grossières, et ma sexualité était faite d’à-coups et aussi de beaucoup de frustrations…Aujourd’hui je vis mon plaisir dans toutes ses nuances parce que je suis à l’écoute de toutes les ondes de plaisir que m’envoie ma prostate au jour le jour…Et grâce à ça, j’ai trouvé une vraie cohérence dans toute ma sexualité, au-delà de toute notion de genre…J’éprouve beaucoup de plaisir, grâce à elle, et quand le plaisir s’est bien accumulé, il bascule vers mon pénis et commence à bâtir l’érection…ça me fait un bien fou parce qu’avant je considérais l’érection comme un phénomène isolé, qui naissait dans le pénis et finissait avec lui…Alors qu’aujourd’hui je comprends bien que mes érections vraiment agréables partent de ma prostate, comme le bouton du clitoris chez une femme est le premier point du plaisir, qui se diffuse progressivement vers l’intérieur du vagin jusqu’à le faire entrer lui aussi en érection…
    Oui c’est toute cette mécanique du plaisir que j’ai comprise, et qui me permet, en ayant conscience de toutes les petites vibrations de ma prostate, d’apprécier les plus petits plaisirs, mais aussi d’apprécier en conscience la montée et l’accumulation des stimulations vers le pénis…En passant par le périnée, le scrotum, les testicules…
    Voilà, aujourd’hui tout ceci est bien cohérent pour moi.
    D’autre part, comme je sais que je ne prendrai jamais la décision de devenir une femme, j’arrête de porter un prénom féminin, et pour ménager un transition douce, j’adopte le prénom de Prince lorsqu’il fut obligé de changer de prénom : Lovesymbol !!! Ce qui est adapté en particulier à notre sujet ici 🙂
    Donc voilà, tout le meilleur à tout le monde, et à bientôt !!!!
    Lovesymbol

20 sujets de 241 à 260 (sur un total de 269)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.