Mots-clés : ,

9 sujets de 21 à 29 (sur un total de 29)
  • Auteur
    Articles
  • #11307
    Theghosssst
    Participant

    Merci une fois de plus pour vos réponses. Andraneros, vous écrivez “Vous pouvez appliquer, lors de vos expériences avec le Vice, la méthode d’approfondissement de votre relaxation chaque fois que vous commencez à ressentir une tension. Cela permet de repousser la limite où la tension musculaire finit par tuer la vague de plaisir ou bloquer son développement”. Ceci est une information extrêmement importante à mes yeux. Je me posais la question “Pourquoi ces vagues ne s’amplifient elles pas ?”. Merci Andraneros. Hyménée, vous décrivez une session comme une aventure magique avec son corps, une rencontre avec certaines sensations générées contrôlables ou incontrôlables. J’avoue avoir des difficultés à expliquer ce qu’il m’arrive lors de mes sessions avec vagues de “quelque chose de nouveau”. Je découvre cela comme une quête qui va bien plus loin que la simple aventure. Pour moi, c’est un voyage à la découverte de mon corps que je ne connaissais pas. Je m’aperçois peu à peu, grâce aux sessions Aneros et à la lecture des forums NXPL que notre corps recèle bien des secrets; des secrets merveilleux mais si bien cachés !

    #11335
    Hyménée
    Participant

    Theghosssst, vous avez très bien résumé ce que je voulais dire, merci 🙂

    Vous décrivez une session comme une aventure magique avec son corps. Pour moi, c’est un voyage à la découverte de mon corps que je ne connaissais pas. Je m’aperçois peu à peu, grâce aux sessions Aneros et à la lecture des forums NXPL que notre corps recèle bien des secrets; des secrets merveilleux mais si bien cachés !

    Il faut écarter tous les voiles, les uns après les autres. Ne pas brûler les étapes, sous peine de se faire brûler sur place. Ne pas se violenter, se pardonner, rester exigeant, déterminé, follement désirant. Apprécier le plaisir que procure chaque étape. Oui : c’est de la pure folie. Mais quelle folie ! La folie d’être là, présent à soi, pour de vrai. Sans manque ni besoin. Sans appui extérieur. Sans culpabilité.

    Il est peut-être un dernier hymen à détendre, une fois les voiles écartés.

    Je vous dirai

    #14668
    Andraneros
    Modérateur/modératrice

    Bonne Annéros 2015 et bon retour sur notre forum @Hyménée.

    Je suis heureux de lire que vous poursuivez votre cheminement toujours plus haut, toujours plus intense. Il y a donc encore beaucoup à découvrir après les premiers Super O’.

    Votre dernier commentaire sur le duke de Fun Factory (ici) alimente ma réflexion sur les nouvelles découvertes que je pourrais faire avec les masseurs vibrants et me conduit à réactiver ce sujet sur les vibrations. Vous semblez dire si je comprends bien que le Duke apporte une forme de jouissance qui va au delà de ce que vous apporte le Vice.

    Je sais bien à quel point le vécu des orgasmes prostatiques est profondément (sans jeu de mots) personnel. Cependant pour m’aider à me faire une idée claire de votre expérience et à basculer à mon tour dans la jouissance vibratoire, pourriez vous nous dire comment se situent les uns par rapport aux autres les orgasmes sans vibration, les orgasmes procurés par le Vice et ceux procurés par le Duke ?

    J’ai hâte de retrouver votre approche poétique rafraîchissante et enthousiasmante.

    #14737
    Hyménée
    Participant

    Bonjour Andraneros et très bonne année également !

    Après réflexion, il me semble que il s’agit du même processus d’apprentissage que l’écriture : on apprend le crayon à la main, on s’éclate avec le clavier. Mais sans l’apprentissage au crayon, impossible de s’éclater au clavier.

    Il faut se donner le temps d’intérioriser la pratique prostatique, comme on s’accorde des années pour apprendre à écrire. Cela se fait minutieusement, avec beaucoup de tatonnements et de fautes. La recherche de son propre style se fait sans l’apport technologique.

    Et puis, on oublie tout cela, et on se concentre sur ce qui est écrit.

    Pour les orgasmes prostatiques, la pratique sans vibrations me parait indispensable. C’est fastidieux, long, par moments décourageant. Et puis, la conscience du corps finit par émerger.

    On “sait” ce qu’on cherche, tout simplement parce qu’on l’a vu s’épanouir mille fois dans le corps des femmes. Et puis, on finit par intérioriser l’orgasme féminin, celui qui laboure le corps en son entier. Et c’est l’éclate ! Une libération absolument radicale ! Le plus étonnant est l’évolution de la relation avec ma femme, ma fille et les femmes : il n’y a plus de résistance. Il n’y a plus de jalousie, plus de projection, plus d’attente de solutions. On est à égalité. On se sent connecté.

    Le plus agréable est l’évolution de la relation avec les hommes : on s’en fout ! 😀

    Pour répondre à votre question Andraneros, je ne pourrais plus vous dire la différence entre orgasmes avec ou sans vibrations. J’ai oublié les sensations sans vibrations. Je n’utilise plus mon Progasm, même s’il est toujours à portée de main. Ah si ! Je regrette les sensations que procuraient les gels à base de silicone (incompatibles avec le Vice ou le Duke). Un vrai délice !

    Par contre, après un orgasme profond, j’éprouve un grand plaisir à couper les vibrations pour me retrouver en état de béatitude totale, sans stimulation, avec la certitude que je peux/vais y retourner et que donc j’ai le temps. J’aime bien me toucher à ce moment-là, et laisser les chairs se reposer, retrouver une nouvelle vigueur. C’est en fait très physique. L’orgasme dure, et prend tout le corps.

    Pendant ces moments-là, c’est un vagin que je touche et rien d’autre. Une exploration totale. Et puis, l’envie renait et j’y retourne. C’est très très intense. Je ne connais rien de meilleur.

    Et c’est là où le Duke est magique, car il permet d’aller explorer plus profondément son intimité. C’est assez génial, car je commençais à tourner en rond avec le Vice. Il me manquait quelque chose, que j’arrive maintenant à nommer :

    l’envie de se sentir totalement rempli. Je pense que les femmes à la recherche de sexes de gros calibres ou de pénétrations multiples en simultané, doivent comprendre cela. Je serai d’ailleurs ravi de les entendre à ce sujet. La sensation est vertigineuse. Un vrai jeu d’équilibrisme, pour oser s’abandonner à autant de puissance. Un vrai régal quand on ose se laisser submerger.

    Fiou ! Rien que d’écrire cela remet le désir en mouvement. J’ai envie.

    #14743
    Andraneros
    Modérateur/modératrice

    Merci @Hyménée pour votre réponse qui montre au delà de ma question que notre cheminement ne s’arrête pas au premier Super O’ mais continue bien après et surtout bien au delà.

    J’encourage nos amis qui commencent leur cheminement à réfléchir sur ces remarques :

    Il faut se donner le temps d’intérioriser la pratique prostatique, comme on s’accorde des années pour apprendre à écrire. Cela se fait minutieusement, avec beaucoup de tâtonnements et de fautes. La recherche de son propre style se fait sans l’apport technologique… Pour les orgasmes prostatiques, la pratique sans vibrations me parait indispensable. C’est fastidieux, long, par moments décourageant. Et puis, la conscience du corps finit par émerger.

    Elles résument parfaitement l’état d’esprit qui me paraît nécessaire pour atteindre le paradis prostatique.

    #15053
    lucky
    Participant

    Bonsoir tous,

    C’est quand même étrange ! Si je me force à ne rien faire, alors les contractions ont lieu sans que j’en sache quelque chose sinon que l’aneros bouge, et qu’au final mon muscle est bien contracté quand j’en prends conscience. Mais il est contracté depuis quand ? Ben, j’sais pas ! C’est pas moi ! Non, non !
    Mais pour arriver à ceci que mon corps contracte sans moi, on dirait qu’il faut lui apprendre d’abord. Et l’on dirait qu’il faut se perdre dans tout plein d’expériences qui n’ont pour seul but que de faire admettre au corps que la prostate est un organe de jouissance.
    On dirait que lorsque l’on atteint ce point, il est primordial de ne rien faire. Ou plus précisément faire Rien et surtout pas fourrer son nez où il faut pas, c’est à dire se polariser sur ce que le corps fait !
    Juste ressentir et laisser aller. Je crois que je viens de comprendre quelque chose à vous lire. Il ne faut pas se laisser pénétrer par l’aneros, il faut se laisser pénétrer par tout et même les pensées ne doivent pas être dirigées. Juste sensations, ouverture et basta !

    Anerosement votre
    Lucky

    #15054
    Hyménée
    Participant

    Voilà !

    On aimerait être aux commandes, se dire qu’on est source de cette joie qui submerge. Il n’en est rien : elle vient d’ailleurs. Plus on s’agrippe, plus on s’éloigne.

    Quand j’attends le point dont vous parlez, c’est comme si j’étais à la porte d’un temple sacré. J’attends patiemment qu’on vienne m’ouvrir.

    Impossible de forcer la porte : elle est inviolable. La violence n’a pas prise dans ce temple. Tout n’est que souffle.

    Se faire accepter n’est pas aisé. Il faut montrer patte blanche, être prêt à tout. Les fois suivantes sont plus évidentes, car Julie vous reconnait désormais. Elle sait que c’est vous. 🙂

    Tiens, ça me rappelle le retour d’Ulysse après son long voyage. La fidèle Pénélope attend Ulysse depuis fort longtemps, et vous connaissez la suite : elle n’est assurée de l’identité de son mari que … lorsque …

    Le soir, Ulysse rejoint Pénélope qui doute encore. En accord avec Télémaque, il retarde l’annonce de la nouvelle de la mort des prétendants. Pénélope met Ulysse à l’épreuve en lui mentant sur leur lit. Ce dernier, en révélant les caractéristiques du lit en bois, se fait enfin reconnaître. Ils se tombent dans les bras et se racontent les souffrances qu’ils ont subies durant toutes ces longues années.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Odyss%C3%A9e

    Inspirant … 😉

    Relisez Homère. C’est bien mieux écrit qu’une fiche Wikipedia !
    Bonne journée

    #15225
    Andraneros
    Modérateur/modératrice

    Je cite ici la réflexion qu’@hector nous a faite le 12/02/2015 dans le magnifique récit de son parcours anerosien :

    Je repasse vous faire part de mon dernier achat, un Vice.
    Je ne suis pas convaincu par cet aneros, non pas à cause des sensation qui pourrait être très agréables si il était un peut plus petit Pourtant j’ai pas trop de problème avec le passage des B Balls, mais pour le coups la partie du vice restant entre les sphincters est un poil grosse et cela fini par être gênant…
    20 minutes plus tard…
    Alors en fait à partir du moment ou ils vous emmène, le coté gênant part.
    En fait il est plutôt efficace et mérite que je l’apprivoise plus.
    Je ne sais pas si c’est les vibrations ou la taille, mais il me semble plus facile à positionner que l’helix.

    Le principe de fonctionnement d’un masseur vibrant est de transmettre les vibrations qu’il génère à certains tissus de notre corps (la peau ou des muqueuses et à travers elles certains organes internes). Cette transmission ne peut se faire que s’il est maintenu fermement contre les tissus visés avec avec une pression adaptée. Si le module vibreur est flottant, principe de base des masseurs Aneros fins, il transmet très peu les vibrations et dissipe leur énergie en vibrant lui même dans le vide. D’autre part la mécanique qui est à l’origine des vibrations prend de la place, sans parler de la place nécessaire au stockage de l’énergie d’un produit sans fil.

    Seul un masseur conçu avec un volume rigide creux enfermant une petite bille lourde pourrait répondre à votre souhait et apporter une forme de vibrations en complément de la pression du massage. Mais à lire le paragraphe complémentaire de votre intervention, @hector, il semble que le volume du masseur ne soit plus un problème dès que les orgasmes surviennent. Comment classeriez-vous le plaisir que vous apporte le Vice en comparaison avec ce que vous connaissez avec votre Helix, vos Peridise et vos B-Balls,

    #15229
    hector
    Participant

    Je sais pas trop comment le décrire, je sais que les vibrations travail les sphincters et cette zone ce qui est assez agréable (et encore une fois, vue la taille du module vibrant je pense qu’on peut mettre un peut moins de silicone autour et garder une pression suffisante).
    Il y a aussi une sensation sympa quand on le positionne bien, la tête légèrement posée sur la prostate et les vibrations se propageant à elle. C’est assez explosif, c’est plus rapide aussi, cela monte assez fort mais, pour le moment (2 utilisations et la première n’a rien donnée) ce n’est pas au niveau des plus fortes sensations que j’ai eu avec les B Bals (dont j’aimerais que la tige qui reste entre les sphincters soit plus longue).
    Je pense que le corps lutte moins contre, ou en tout cas que les vibrations facilite la victoire du masseur, et après c’est parti. Cependant depuis ma dernière super séance B Balls ou j’ai eu une crampe à la jambe (pas terrible), il se trouve que je passe pas loin d’en faire de nouvelles assez régulièrement lorsque j’atteins les spasmes orgasmiques et ça gâche un peut les sensations.
    Pour le moment je l’ai utilisé dans un préservatif avec double lubrification base eau et silicone et après un lavement.

9 sujets de 21 à 29 (sur un total de 29)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.