9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)
  • Auteur
    Articles
  • #42682
    Buzzi
    Participant

    Bonjour à tous, après de longs mois sans revenir ici je reviens avec un nouveau sujet concernant mon aventure prostatique vue sous l’angle de mon couple.
    Pour faire un petit résumé de mon aventure et de mon couple au jour d’aujourd’hui : Cela fait plus de deux ans que j’ai découvert et commencé cette aventure prostatique et j’en arrive au point où toutes mes séances rimes avec plaisir que ce soit avec l’aneros ou sans. Côté aneros, je commence seulement à sentir l’aneros bouger à l’intérieur de moi et cela me demande encore de la concentration et du relachement. Je sens des pics de plaisir mais encore loin de ce qui peut être décris dans la littérature de cette mine d’information qu’est le site nxpl. Côté sans aneros, il me suffit d’enfiler une de mes tenues fétiches et c’est parti pour du plaisir qui peut durer longtemps.
    Bref, du plaisir mais pas encore le BIG O

    Côté couple: Je suis marié, en couple depuis 15 ans, avec deux enfants (11mois et 5ans). Avec ma femme, nous nous cachons rien (enfin je pense et j’espère^^) et c’est donc tout naturellement que je lui ai parlé de mon attirance pour emprunter ce chemin. La découverte du plaisir prostatique et la découverte de ce site fut une révélation pour moi puisque auparavant je n’étais pas vraiment satisfait côté sexuel : cela vient du fait que je suis un précoce et que de ce fait lors de mes ébats amoureux, cela ne dura jamais bien longtemps. Bien évidement et à cause de cela j’étais mal dans ma peau. Mes premières relations n’étaient vraiment pas top.
    Donc découvrir ce plaisir prostatique m’a permis de me redécouvrir et j’espère nous permettre avec ma femme de nous épanouir sexuellement parlant.
    Oui mais voilà…
    Ce n’est pas toujours très facile de faire accepter à sa moitié les changements. De mon côté c’est mi figue mi raison, je m’explique.
    Pour ma part, j’ai un appétit, un désir sexuel assez marqué alors que ma femme, c’est un peu le contraire.
    Pour faire simple et court, elle est capable de faire beaucoup d’effort pour moi comme par exemple m’accompagner dans un stage de plaisir prostatique qui a eu lieu à Paris, me laisser faire des séances en solo pendant qu’elle vogue à d’autres occupations, m’acheter des tenues que j’aime porter, poser des questions sur l’évolution de mon cheminement. Donc de ce côté j’ai beaucoup de chance.
    Cependant, nos ébats amoureux se font rare, une à deux fois par mois environ et bien qu’elle m’ait accompagné sur les ateliers du plaisir prostatique, elle n’a jamais voulu que ce soit elle qui m’insère l’aneros. De plus, je rêve qu’elle puisse un jour me faire un massage prostatique mais je ne pense pas que ce jour viendra.
    Autre chose qui m’inquiète sur mon couple et je ne sais pas si je suis le seul, je ne pense pas d’ailleurs, c’est que ma moitié aime bien que je la pénètre avec mon sexe (le chose que je n’aime pas forcément car j’éjacule trop rapidement). C’est justement un point sensible. Nos ébats sont assez rare et du coup quand moi j’aimerai bien en profiter longtemps (nb: slow sex) ma femme préfère que je la titille avec mon sexe en passant autour de son sexe avant de rentrer dedans. Pour faire court, j’ai l’impression que quand elle prend du plaisir elle pense à elle (ce qui est normal je suppose) et du coup j’accepte sa demande en utilisant ce sexe que je n’aime pas.

    Du coup je suis un peu pommé on va dire car d’un côté elle me montre qu’elle m’aime et qu’elle souhaite me comprendre mais de l’autre les actes ne sont pas forcément au rendez-vous.

    La question difficile d’intégrer cette aventure prostatique dans son couple quand une moitié préfère le sexe dit classique (bien qu’elle ait déjà eu un orgasme puissant juste en lui caressant les seins).

    Merci pour vos conseils et vos récits.

    Bon cheminement à tous

    Buzzi

    #42698
    Andraneros
    Modérateur/modératrice

    Bonjour @Buzzi,
    Nos amis (et nos amies) qui souhaiteraient avoir plus d’informations sur ton cheminement vers le plaisir prostatique peuvent lire ton sujet « Mon retour, mon cheminement (qui ressemble aux vôtres) ».

    Je souhaiterais t’aider à trouver les réponses aux questions que tu te poses mais les difficultés dont tu témoignes, tout en étant assez fréquentes, sont aussi très personnelles et peuvent avoir de nombreuses causes. En lisant tes messages je pense que dans ton couple vous êtes déjà très attentifs à l’autre. C’est très bien mais finalement ce n’est pas suffisant.

    Parmi les raisons qui nous poussent à nous lancer dans la pratique du massage prostatique il y a très souvent un manque de satisfaction de notre vie sexuelle. Tu nous dit que tu souhaites pouvoir pénétrer ta femme plus longtemps avant d’éjaculer. @Adam te répond à ce sujet sur la Sexosphère. Mais au fond ta femme souhaite-t-elle être pénétrée plus longtemps ? En retirerait-t-elle plus de satisfaction ? C’est une question que nous nous posons rarement, peut-être à tort parce que si nous le faisions nous nous apercevrions que ce n’est pas un gros problème.

    Quand on s’intéresse aux pratiques érotiques bien au-delà des gestes spontanés nous pouvons découvrir qu’il y a mille façons de faire monter l’excitation sexuelle et de donner du plaisir à sa ou son partenaire et que le coït n’est que l’une d’entre elles. Quand il est satisfaisant c’est formidable mais quand ce n’est pas le cas on peut se connecter avec sa ou son partenaire avec autant voire avec encore plus d’échanges. Comme notre culture occidentale ne nous prépare pas à ces façons de faire l’amour nous devons faire un effort de découverte et souvent d’apprentissage, exactement comme nous le faisons pour découvrir l’orgasme prostatique.

    Tu vis, comme de nombreux amis du forum, une situation de couple dans laquelle ton appétit sexuel est plus grand que celui de ta femme. Je ne vois rien à ajouter à ce que tu fais déjà. Cette situation peut durer mais n’est pas forcément figée. Le corps et l’esprit évoluent dans le temps. Avec un peu de patience et beaucoup de tendresse il est possible que tu aies un jour une belle surprise. C’est ce qui s’est passé dans mon couple.

    En outre en développant tes capacités orgasmiques tu vas recevoir de plus en plus de satisfaction de tes sessions en solo. Tes progrès faits avec le soutien de ta femme contribueront à réduire la frustration légitime que tu sembles ressentir. En outre plus tes progrès seront visibles pour ta femme plus il est possible qu’elle soit tentée de suivre ta voie à sa manière, plus il est possible que le développement de ta libido nourrisse le développement de la sienne.

    Si ton expérience évolue comme la mienne, plus tu vivras d’orgasmes sans éjaculation, plus tu deviendras capable de contrôler ton éjaculation. C’est particulièrement vrai avec la pratique Aneros-less qui correspond à l’association d’une attitude mentale et d’un profond relâchement / contrôle musculaire. Plus tu pratiqueras A-less plus tu seras en mesure de percevoir la source de ton énergie sexuelle EN TOI et non dans un organe extérieur.

    Plus tu pratiqueras seul ET avec ta femme moins tu éjaculeras. D’une part parce que tu apprendras à jouir sans « point de non retour » et que ton plaisir et ton excitation dureront jusqu’à l’épuisement de l’un ou de l’autre. D’autre part parce que la jouissance procurée par tes orgasmes prostatiques ou énergétiques sera si profonde que tu ne ressentiras plus le besoin d’éjaculer pour te sentir comblé. C’est une voie pour réduire le stress éjaculatoire que la pénétration induit.
    (Selon l’un de tes derniers messages sur la Sexosphère tu es déjà bien avancé dans cette voie.)

    Ta femme préfère « le sexe classique ». C’est tout à fait légitime. Mais elle a déjà vécu une expérience orgasmique très différente comme tu nous le dis. Comment a-t-elle vécu cette expérience hors normes pour elle ? Quel souvenir en a-t-elle gardé ? Est-il possible qu’elle envisage de suivre une discipline de développement personnel orientée sur l’amélioration de sa sensibilité aux stimulations sexuelles à l’image de ce que tu fais ? Est-il possible pour toi d’aborder ces thèmes de discussion ? Sans rien forcer évidemment.

    Du coup je suis un peu pommé on va dire car d’un côté elle me montre qu’elle m’aime et qu’elle souhaite me comprendre mais de l’autre les actes ne sont pas forcément au rendez-vous.

    Pas de panique ! C’est normal pour ta femme et pour toi. Vous semblez unis, confiants et ouverts à la discussion, il faut un peu plus de patience. Votre dernier enfant est encore très jeune , il est très possible que ta femme se sente encore plus maman qu’amante. Elle te comprend et je pense sincèrement qu’elle te soutient dans ton travail de développement orgasmique.

    Continue à progresser comme tu le fais, continue à partager ta progression avec elle continue à lui proposer d’autres « jeux » et telle te fera, bientôt ou un peu plus tard, la surprise d’un appétit sexuel renouvelé. Bon cheminement @Buzzi.

    #42753
    Buzzi
    Participant

    Bonjour @andraneros et merci pour ta réponse.
    Tes réponses sont toujours aussi éclairées et bienveillante. Ils sont toujours d’une très bonne aide car cela me permet de relativiser et de me remettre en question.

    Comme je l’ai cité sur le discord et tout comme tu l’as mentionné, ma femme as découvert ce chemin malgré elle.

    #42754
    Buzzi
    Participant

    Elle car juste en lui caressant les seins elle fut surprise de recevoir un orgasme très soudain et très puissant. A la suite de cela, elle n’a pas voulu que je continue. Sur le coup elle a beaucoup aimé mais depuis elle ne réclame pas cela et je ne pense pas que cela à soulevée des questions en elle. En tout cas elle ne m’en parle pas. Je pense qu’il lui faut beaucoup de temps et cela vient probablement du fait qu’elle soit gêne de parler de sexe. De plus, de son côté elle ne s’octroie jamais de moments de plaisir et de découverte sexuelle en solo. C’est en quelque sorte tabou chez elle et je dois dire que c’est ce côté qui me gène le plus et qui marque notre grande différence.
    De plus je ne comprends pas comment elle peut lire tranquillement à côté de moi pendant que moi je prends du plaisir.

    Dans mon cheminement, ces derniers mois m’ont permis de découvrir un nouveau plaisir avec de nouvelles intensités mais je dois avouer que je n’ai toujours pas briser la glace qui me fera presque définitivement passer l’orgasme classique au second plan. J’ai encore beaucoup de choses à apprendre sur ce chemin et de découverte à faire tant en solo qu’en couple.

    Et pour finir et comme tu le dis notre dernière enfant est encore très jeune et les nuits avec les deux enfants sont difficiles même avec le grand. Nous adorons, nous aimons nos enfants mais il est vrai que pour l’intimité du couple c’est une vraie épreuve

    #42761
    Andraneros
    Modérateur/modératrice

    Bonjour @Buzzi,
    Ton message m’inspire 2 commentaires :

    Je pense qu’il lui faut beaucoup de temps et cela vient probablement du fait qu’elle soit gênée de parler de sexe. De plus, de son côté elle ne s’octroie jamais de moments de plaisir et de découverte sexuelle en solo.

    C’est une situation courante et ta femme n’en est pas responsable. Elle subit le poids d’une éducation qui ne l’a pas préparée à vivre sa sexualité naturellement. Il est possible qu’à ses yeux la satisfaction raisonnable de ses pulsions sexuelles ne soit pas une voie saine d’équilibre physique et mental. Par raisonnable j’entends « qui ne met en danger ni son intégrité physique ou mentale, ni celle d’une autre personne, ni sa vie familiale, ni sa vie sociale ». Cet état d’esprit fait qu’elle n’exprime pas librement ses envies, voire qu’elle les refoule.

    Ton cheminement vers le plaisir prostatique t’a permis de comprendre que cet effort conscient pour améliorer la satisfaction que t’apporte l’expression de ta sexualité est un vrai travail de développement personnel qui contribue à améliorer la qualité de ta vie. Au fil des mois ta femme peut
    • constater que le développement de tes capacités orgasmiques fait de toi un meilleur amant et un meilleur mari (si c’est possible dans ce dernier cas) ;
    • constater que tu laisses ton corps exprimer de plus en plus naturellement la jouissance que tu apprends à vivre avec de plus en plus de facilité et de plus en plus d’intensité.

    Tes progrès vont alimenter son désir. Il ne reste plus qu’à trouver la clé qui va ouvrir la voie de sa libération. Ce peut être le temps, ce peut être une situation particulière, ce peut être un jouet sexuel avec lequel elle va accepter de vivre ses orgasmes pour elle sans dépendre ni d’une autre personne, ni d’une injonction sociale. Quand elle trouvera ou quand vous trouverez à 2 le déclic qui lui fera vivre ses orgasmes naturellement, sans aucune charge morale ni mentale, elle sera prête à les partager avec toi et à partager les tiens sans autre limite que celle de votre imagination.

    Ma femme était à sa manière comme la tienne. Notre couple était comme le tien, J’étais un peu plus avancé que toi dans mon cheminement prostatique, ma libido était remontée au top et j’étais à nouveau en demande de câlins très poussés. Ma femme avait accepté ma nouvelle pratique mais ne s’y associait pas. Après réflexion je lui ai offert un Womanizer, à l’époque où c’était encore une nouveauté, en lui disant qu’elle en ferait ce qu’elle en voudrait sans aucune pression de ma part.. Elle a adopté son jouet pour se donner du plaisir sans m’en parler ; de très longues semaines plus tard elle m’a demandé de le recharger… puis lors d’une soirée « spéciale » elle l’a utilisé devant moi, puis avec mes conseils elle a appris à (ou a découvert quelle pouvait) enchaîner plusieurs orgasmes… La fréquence et l’intensité de nos ébats érotiques ont considérablement augmenté. Je suis comblé, ma femme est comblée et notre vie sexuelle n’a jamais été aussi riche.

    Je partage ce que tu dis dans ton avant-dernier paragraphe en insistant sur le fait que l’orgasme classique n’a pas à passer au second plan. Il est l’expression ultime de notre instinct vital, transmettre la vie. Nous avons choisi d’en faire une célébration particulière, rare, comme une offrande de grande valeur que je fais à ma déesse et qu’elle me fait le grand honneur d’accepter.

    Bon cheminement @Buzzi, bon cheminement à ta femme.

    #42797
    Buzzi
    Participant

    Bonjours @andraneros et merci pour ta réponse.
    Je me permets de rebondir sur tes propos car comme tu l’écris, nos vies de couple ont quelques similitudes. De mon côté ma femme a du mal à vivre ouvertement sa sexualité. Comme tu le sais nos ébats amoureux sont non pas rare mais très occasionnelle (petit à petit les choses évoluent cependant)
    Tout comme toi je pensais qu’en offrant des sextoys cela lui permettrait de prendre goût et surtout de se découvrir. Or cela ne fonctionne pas trop avec ma moitié. J’avais acheté un vibro duo qui m’avait coûté assez cher à l’époque mais malheureusement et bien que je l’ai gardé 2 a 3 ans nous nous en sommes servi moins de 10 fois.
    Il y a quelques mois je lui ai pris le womaniser duo. Quand nous l’avons reçu nous l’avons essayé et elle a adoré et fut très surprise car c’était la première fois qu’un orgasme arriva aussi vite. Je lui avais dit que je ne lui poserai jamais la question de savoir si elle l’utilise en solo, que je la laisserai tranquille avec ça. Cependant je doute énormément qu’elle l’utilise seul.
    De plus depuis on ne le sort qu’occasionnellement. C’est cela qui me trouble car elle aime mais son appétit pour cela est très faible.

    Comme cité plus haut, j’ai l’impression que cela commence à changer sans en être sûr mais à une vitesse aussi lente que mon cheminement… C’est à dire vraiment lentement.

    Petit update : hier soir nous n’avions pas les enfants donc soirée câlin sans mes tenues fétiches pour lui faire plaisir et sentir son corps contre le mien me suffit pour ressentir ce plaisir si délicieux.
    Après un moment de caresse, de bisous pour lui offrir plusieurs piques de plaisir elle s’occupa également de moi en se concentrant sur mes tétons et autres Zones sensibles et j’ai pu ressentir un plaisir chatouillant on va dire. Ce fut très plaisant mais pas non plus un pique (bon en étant enrhumé cela n’aide pas…).
    Bref nous avons fini par la manière classique et elle fut surprise et embêté pour moi après car elle m’a demandé si j’avais eu assez de plaisir (avec un rhume difficile d’exploiter au maximum). Je lui répondu que j’étais content et que cela n’avait pas d’importance car c’est moi qui ai pris la décision on va dire.

    Il y a des avancées mais cela reste timide

    #42800
    Andraneros
    Modérateur/modératrice

    Bonjour @Buzzi,
    Je retiens 3 éléments de ton message :
    1. Le déclic ?

    Il y a quelques mois je lui ai pris le womaniser duo.  Quand nous l’avons reçu nous l’avons essayé et elle a adoré et fut très surprise car c’était la première fois qu’un orgasme arriva aussi vite. Je lui avais dit que je ne lui poserai jamais la question de savoir si elle l’utilise en solo, que je la laisserai tranquille avec ça.

    C’est parfait. Tu as semé ; la graine va germer et se développer.

    2. Son cheminement…

    j’ai l’impression que cela commence à changer sans en être sûr mais à une vitesse aussi lente que mon cheminement… C’est à dire vraiment lentement.

    Il lui faut du temps, il te faut de la patience, il vous faut de la confiance. C’est facile à écrire et difficile à vivre. Je suis passé par une situation semblable et j’ai eu la chance de voir ma femme évoluer lentement mais régulièrement et de plus en plus nettement jusqu’à ce qu’elle s’approprie suffisamment ses orgasmes pour libérer l’expression de sa jouissance et de ses nouveaux désirs. Il ne faut pas oublier que la notion de lenteur est très relative entre ce que la libération de ton désir te fait ressentir au point où tu en es et ce que la (re)naissance de sa sexualité apporte comme bouleversement particulièrement après ses maternités.

    3. Ton cheminement, votre cheminement…

    soirée câlin sans mes tenues fétiches pour lui faire plaisir et sentir son corps contre le mien me suffit pour ressentir ce plaisir si délicieux.

    Ce paragraphe illustre très exactement ce que tu appelles « des avancées ». Même si elles restent « timide(s) » à tes yeux je suis tenté de penser que pour ta femme ce sont des évolutions importantes à la fois dans l’expression de son désir et dans la qualité du contact direct avec ta peau.

    Souviens toi dans quel état d’esprit tu étais en mars 2018, après tes débuts. Tu avais déjà franchi le pas, c’est à dire acheté ton masseur et parlé à ta femme de ton exploration depuis quelques mois. Tu as eu besoin de nombreux mois supplémentaires pour ouvrir ton esprit à une pratique plus appliquée, plus systématique et pour découvrir en toi l’énergie nécessaire pour vivre de nouveaux orgasmes.

    Ta femme vient seulement de faire son premier pas. Tu es le mieux placé pour comprendre sa timidité, pour lui apporter ton soutien inconditionnel et pour lui donner tous les jours l’exemple de ta transformation pour la motiver, si elle en a besoin. Bon cheminement @ Buzzi.

    #42972
    Helixir4
    Participant

    Bonjour,

    Il est incroyable de constater que nous sommes nombreux à vivre exactement la même chose.
    Je pourrais employer les mêmes mots, les mêmes expressions.
    J’ai fait la même chose que toi @Buzzi car nous sommes aussi un couple ou nous essayons de ne rien nous cacher. L’effet a été plutôt négatif car ma femme se sent en concurrence avec l’Aneros et ne souhaite plus me stimuler de ce côté là alors que c’était une pratique courante avant.
    La confiance, son appétence pour sexoplorer est quasi nulle et avoir été confrontée à la mienne l’a bloquée. Cela lui a renvoyé de la culpabilité de ne pas réussir à le faire. Nous sommes en train de passer une période très difficile car nous avons le sentiment de ne pas être à notre place ensemble. L’amour est la mais de chaque côté la culpabilité de ne pas être ce que l’autre souhaiterait est très présente.
    Ma femme a peur que mes demandes ne cesseront jamais et d’en vouloir toujours plus.

    Tu as une chance incroyable @Andraneros de partager une telle sensualité avec la tienne

    #43018
    Andraneros
    Modérateur/modératrice

    Je fais encore un long message mais ce sujet est très important à mes yeux et ne permet pas d’apporter des réponses simples.
    Tu disais il y a 3 ans :

    Elle est quand même frustrée de me voir prendre autant de plaisir sans elle

    Tu écris @Helixir4 :

    ma femme se sent en concurrence avec l’Aneros

    C’est un vrai problème. Ta femme se sent toujours en situation d’insécurité face à ta capacité de prendre un grand plaisir sans avoir besoin d’elle ou à prendre plus de plaisir sans elle qu’avec elle. J’identifie 2 causes possibles (il peut y en avoir d’autres bien sûr que je n’identifie pas faute des informations utiles ou par manque de compétence).

    – A) Elle vit le temps que tu consacres, même en toute discrétion, à tes sessions comme une forme d’infidélité ; elle vit le développement de tes capacités orgasmiques comme la recherche d’une jouissance qu’elle ne sait plus te procurer. Cet état d’esprit lui fait craindre que tu ne la quittes un jour pour vivre bien mieux ta sexualité avec une autre personne. Tu dois tout faire pour lui prouver ta fidélité, ce que tu fais déjà et encore plus, beaucoup plus…

    – B) Contrairement à toi, elle ne peut plus ou ne sait plus vivre en conscience l’expression de ses pulsions sexuelles, c’est à dire vivre sans réserve et volontairement des états d’excitation sexuelle jusqu’à l’explosion orgasmique. En le faisant tu te mets en dehors de son monde et tu deviens une forme d’étranger. C’est bien ce que tu notes :

    La confiance, son appétence pour sexoplorer est quasi nulle et avoir été confrontée à la mienne l’a bloquée. Cela lui a renvoyé de la culpabilité de ne pas réussir à le faire.

    Que mets-tu ou, si vous en avez discuté, que met-elle dans cette notion de culpabilité ? L’incapacité de ta femme a retrouver le même désir que lors de vos premières années ensemble ? Tu mentionnes « une terrible maladie qui met 15 mois entre parenthèses » ; nous avons traversé ce genre de situation qui a duré pour nous plusieurs (trop) longues années en différents épisodes. Ma femme a finalement réussi à retrouver le désir de jouir et vit aujourd’hui sa sexualité avec beaucoup plus d’intensité que lors de ses « belles années » selon ce qu’elle me dit. Selon sa ou leur nature son ou ses blocages ne sont peut-être pas définitifs.
    Tu le notais déjà il y a 3 ans :

    Quand je propose des séances de te tendresse c’est jamais le bon moment car pas de spontanéité soit disant.

    Ce point n’est plus seulement une question de confiance en toi ; il est bien plus personnel. Je répète ce qui s’est passé dans mon couple (et n’est probablement pas directement transférable au tien) c’est que ma femme a accepté l’idée de (ré)apprendre à jouir avec bonne conscience, sans honte, encouragée par
    • mes progrès en la matière
    • et le constat associé que je restais le même à ses côtés.

    Avec mes encouragements elle a su retrouver l’envie de jouir et surtout l’envie de jouir SEULE, de se masturber. Grâce au Womanizer (ce peut être n’importe quel autre support de stimulation sexuelle) elle a découvert qu’elle pouvait elle aussi jouir plus (ou autrement) et donc qu’elle pouvait améliorer son plaisir. Ce fut ce que j’appelle le déclic. A partir de là elle a commencé à « sexplorer » à sa manière en toute liberté, sans que j’essaie d’orienter sa « sexploration ».

    Tu disais aussi :

    Elle n’aspire pas du tout au tantrisme. Elle dit que je cherche une sexualité spirituelle un peu mystique.

    C’est une raison légitime mais tu peux facilement l’écarter à ses yeux en utilisant un vocabulaire très concret et pragmatique. Tu disais aussi :

    Pour ma femme l’orgasme avec le clitoris est ultra proche de ce que ressentent les hommes.  Une fois la jouissance on baisse le rideau et dodo. Et elle fait tout pour le consommer rapidement voir post plus haut.

    L’intérêt d’une approche tantrique en dehors de toute spiritualité est d’aider à découvrir que la stimulation érotique ne se réduit pas à la stimulation génitale mais englobe à la fois un décor, un renoncement à l’immédiateté (prendre son temps, donner son temps), un échange tactile étendu à tout le corps, beaucoup de détente, beaucoup de douceur, en bref tout un état d’esprit qui conduit à intérioriser la montée de la jouissance. On se libère des contraintes orgasmiques telles qu’elles sont vécues dans notre culture occidentale moderne. On revient à ce que tu mentionnais :

    Un bel équilibre s’était créé avec bcp de tendresse et de bons câlins. Et puis la routine deux refus de suite et je me ferme… Du coup je suis moins tendre moins tactile..

    C’est un point sur lequel tu peux avoir besoin de beaucoup de patience même si elle ne semble pas récompensée sur le moment. J’ai eu moi aussi à faire l’effort de renoncer à mes attentes (j’étais dans le même état d’esprit que toi) pour offrir plus de liberté à ma femme, liberté de recevoir selon sa disponibilité, liberté de s’offrir selon son désir, liberté de donner quand elle en avait envie. Ma chance a été que cette période a été assez brève. Ma chance a été que mon cheminement prostatique était déjà suffisamment avancé pour me combler (donc faciliter ma patience) et encourager ma femme à se lancer à son tour dans le développement de ses capacités orgasmiques.

    Enfin :

    Ma femme a peur que mes demandes ne cesseront jamais et d’en vouloir toujours plus.

    Si je reformule ce qu’elle te fait comprendre on peut dire qu’elle a peur que le déséquilibre présent dans votre relation se prolonge . En te lisant il me semble clair que tu ne demandes pas de plus en plus de disponibilité sexuelle à ta femme ni que tu lui reproches de plus en plus son manque d’appétit à développer ses savoir faire dans le domaine sexuel.

    Tu peux renoncer, au moins provisoirement, à ce qu’elle te rejoigne dans ta démarche de développement personnel basé sur la sexualité (plus facile à faire si ton parcours prostatique commence à te combler). Tu peux lui proposer de mettre son énergie dans un projet de développement personnel très différent (musique, arts plastiques, écriture, sport, yoga, méditation etc) et de l’aider à s’organiser, de la soutenir. Tu peux ainsi l’aider à effacer le déséquilibre présent en l’aidant à développer un second pôle de développement personnel dans votre couple, le sien. C’est une idée. Ce n’est pas un conseil en tant que tel. Ce pourrait être un sujet de discussion non polémique entre vous.

    Bon cheminement @Helixir4.

9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.