Mots-clés : , ,

Ce sujet a 8 réponses, 8 participants et a été mis à jour par  Matt, il y a 9 mois.

9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)
  • Auteur
    Messages
  • #26068

    Zapa
    Participant

    Bonjour à tous,

    Lors de l’utilisation d’un aneros, en solitaire, quels fantasmes utilisez-vous pour lancer l’excitation ? Je trouve que le fait d’insérer un aneros dans son fondement rapproche la sexualité masculine d’une sexualité plus féminine. Ca fait un peu cliché, mais il s’agit quand même d’être pénétré. Quand j’utilise l’aneros, j’imagine que je suis une femme qui se fait prendre, ce que je trouve très excitant.
    Ca me pose quelques problèmes ensuite, car je me demande si ça n’entraîne pas le risque de troubler mon identité sexuelle (je suis hétéro, en ce sens que je suis attiré par les femmes et que les corps d’homme ne me font aucun effet. Mais j’aime bien fantasmer que je suis une femme quelques fois).
    Qu’en pensez-vous ? A quoi pensez-vous vous-mêmes lorsque vous utilisez l’aneros en solitaire ?

    #26069

    Spele42
    Participant

    Perso je suis marié et suis avec ma femme depuis 93, mais j’ai toujours eu des fantasmes envers les hommes. L’excitation vient en regardant des vidéos gays et le fait de fantasmer sur l’introduction de l’aneros ou d’un sexe masculin suffit à faire monter l’excitation. Je me suis toujours demandé si j’étais bi en fait. Mais du coup le plaisir prostatique est un bon compromis car sauter le pas avec un homme serait tromperie et je suis fidèle à ma femme :).

    #26072
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Bienvenue sur le forum @zapa.
    Votre message nous pose deux questions, dont la première est implicite, donc un peu cachée, et concerne votre personnalité :

    Ca me pose quelques problèmes ensuite, car je me demande si ça n’entraîne pas le risque de troubler mon identité sexuelle 

    et les la seconde explicite et à l’adresse des lecteurs :

    A quoi pensez-vous vous-mêmes lorsque vous utilisez l’aneros en solitaire ?

    Je réponds d’abord à la question dans laquelle vous utilisez les mots « risque », danger éventuel plus ou moins prévisible, et « troubler », bouleverser, déranger, perturber. Ces deux mots ont un sens qui induit une peur associée à la douleur et à l’inconnu. Vous n’apportez aucune information sur votre expérience en matière de plaisir anal ou prostatique. Il est donc difficile d’apporter une réponse adaptée à votre sexualité et à la nature du plaisir que vous ressentez.

    Si vous êtes hétérosexuel et bien dans votre peau, la découverte d’une autre voie pour accéder au plaisir orgasmique peut être une expérience intrigante, déroutante, mais peut aussi être l’occasion de vous ouvrir à une autre perception du plaisir sexuel, d’enrichir votre expérience sensorielle et votre sensualité, d’enrichir la relation avec votre partenaire. A mon avis elle ne peut en aucun cas inverser votre personnalité.

    Si vous n’êtes pas bien dans votre peau, cette expérience peut accentuer le doute qui vous habite sans pour autant en être la cause profonde. Dans cette situation seule la consultation d’un spécialiste pourra vous apporter les réponses dont vous auriez besoin.

    Quant aux fantasmes, la lecture du forum vous apporte déjà des réponses car ce sujet est régulièrement abordé. En tapant « fémin » dans le champs de recherche de la page « Sujets » le moteur de recherche renvoie, aujourd’hui 10 février 2018, 240 occurrences depuis 2013, année de création du forum. Je vous invite à participer aux discussions déjà ouvertes sur cette part de féminité dont l’origine est autant la situation de pénétré que l’intériorité du plaisir ressenti.

    En ce qui me concerne, mes fantasmes, dans un premier temps, n’étaient pas très différents de ceux qui accompagnaient mes séances de masturbation classique. Par la suite ils ont évolué très progressivement sous l’influence des nouvelles sensations que je découvrais. La féminisation de mon plaisir s’est faite naturellement en accompagnant mon évolution sensorielle. Elle ne m’a posé aucun problème. Je l’ai vécue comme un enrichissement de ma sensualité qui ne changeait rien à ma personnalité profonde. Je dois rappeler que mon cheminement vers l’orgasme prostatique a été très lent.

    Il n’y a pas que les fantasmes pour lancer une session de massage prostatique. Il y a une part de technique qui est l’objet du traité d’Aneros et de nombreuses questions sur le forum. Avez-vous lu et relu le traité ? La mise en condition de votre organisme passe par une phase de relaxation et de concentration de votre conscience sur la zone qui entoure la prostate. Elle passe aussi par une phase de lancement du massage proprement dit par des contractions volontaires localisées qui vont faire glisser le masseur dans le rectum. Quand on débute l’excitation vient s’ajouter à ces phases préparatoires pour en démultiplier les effets, elle ne les remplace pas.

    Je pense qu’il n’y a pas de fantasmes propres à cette forme de masturbation. Stimuler l’anus et le rectum ne conduit pas obligatoirement à se sentir femme ni féminisé. On peut rester très masculin et apprécier cette stimulation comme c’est le cas avec la caresse des pointes de sein. Ce qui est sûr c’est que c’est une formidable occasion de réfléchir à ce qu’est notre sexualité et à ce qu’elle peut devenir si on accepte de l’envisager globalement au-delà des stéréotypes en vigueur dans notre société.

    Bon cheminement @zapa.

    #26076

    eveilletajoie
    Participant

    Bonjour zapa

    Comme le dit bien andraneros, notre maître yoda à tous, tout cela est une question de conception.

    Je te donne un exemple personnel : mon vieux tonton (paix à son âme) qui n’avait pas sa langue dans la poche a dit un jour lors d’un repas de famille: « de toute façon un type qui sodomise sa femme, c’est un homo refoulé. »

    C’est une idée qui me semble complètement désuète, et aujourd’hui on a une majorité de films pornos ou des acteurs qui se veulent très virils sodomisent leur partenaire à tour de bras (si tu me passes l’expression).

    L’idee que notre identité sexuelle se limite à hétero/homo ou bi, et qu’elle est définie par nos pratiques me semble vraiment limitante.

    Être homo (pour un homme s’entend) c’est désirer d’autres hommes, être excité par leur corps etc… mais aussi avoir des sentiments pour des hommes, et non pour des femmes. Ça ne se résume pas au plaisir anal et à la pénétration, de même qu’etre Hétéro ne se résume pas à aimer mettre son penis dans un vagin de temps en temps.

    Je n’aime pas trop l’idee d’accepter une « part féminine » avec toutes mes découvertes de plaisir. Je trouve l’idee un peu facile et réductrice. La nature m’a fait homme, avec des terminaisons nerveuses sur mes seins, dans mon périnée, mon anus et ma prostate, et je me sens simplement plus « complet » aujourd’hui que je les découvre en pour en tirer du bien être.

    Alors certes, après mon premier orgasme prostatique, je n’en menais pas large et je me suis vraiment questionné sur mon identité sexuelle. Mais mes doutes sont partis en quelques jours.

    La simple vue d’une femme dans la rue avec un joli décolleté me fait venir en tête des images d’activités fort ludiques – idées qui n’arrivent pas quand je croise des hommes, aussi beaux soient ils.
    Et c’est aussi simple que ça.

    Mais si j’avais un copain qui se découvrait homosexuel suite à ses découvertes sur la route du plaisir je pense que j’en serais content pour lui: après tout la sexualité ne nous révèle que ce qu’on a déjà à l’interieur – et vivre en phase avec soi même me semble plutôt une bonne idée pour être heureux.

    #26078
    bzo
    bzo
    Participant

    aucun fantasme pour ma part,
    j’ai constaté, qu’au plus on parvenait à faire le vide dans sa tête durant la séance,
    au plus celui devenait un réceptacle pour le plaisir,
    au plus celui était intense

    par contre plutôt que de le fantasmer, de l’imaginer,
    il s’agit de le vivre, la féminisation,
    c’est mon thème favori, je le rabâche message après message sur ce forum,
    on a en nous une part féminine
    et il est possible de laisser celle-ci prendre les commandes de notre corps durant la séance,
    cela peut aller très loin, j’ai été très loin ainsi,
    la sensation de changer d’identité sexuelle durant la séance,
    est une expérience unique et assez extraordinaire

    par contre la session terminée, tout disparaît, cette féminisation,
    en tout chez moi, je n’en sens plus aucune trace après

    #26079
    Peri
    Peri
    Participant

    Salut,

    Je suis d’avantage sensible aux signes d’excitation dit féminin. Car vivre cette jouissance c’est la comprendre et la reconnaitre. Puisque je la vis et que je suis un homme peut on vraiment parler de cela comme typiquement féminin ?
    C’est, je crois, une conception un peu limitante lorsque l’on est à la recherche de l’extase sexuel. Tout comme un fantasme auquel on s’accroche limite l’expansion du plaisir.

    A présent je décide d’entreprendre une session quand je me sens chargé d’énergie sexuelle positive. Quand par exemple, dans la journée, je ris spontanément, heureux et épanoui. Quand une jeune femme me regarde avec désir, ne fantasmant pas sur elle, je suis surprit et chargé par l’excitation qu’elle me transmet de son regard.

    Lorsque je démarre une session réussie les images mentales viennent d’elles-mêmes. Il s’agit d’en jouir sans être obnubilé. Le plaisir croît et génère des sensations qui se reproduisent, se passant d’images.

    De toute façon des fantasmes qui durent deux heures y’en a pas beaucoup et même de ceux-là on se las. Mettez-les à l’épreuve, ils ne vous méritent pas !

    Ciao

    #26087
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Bonjour Zapa et bienvenue sur le forum,

    Je ne vais rien rajouter de nouveau par rapport à ce qu’ont écrit mes camarades (et oui, vous êtes mes camarades 🙂 ). Je suis complètement d’accord avec tout ce qui écrit.
    Je pense qu’il faut dépasser ce que l’on nous a inculqué durant des années, tu es PD si tu te fais enculer. L’anus est une zone sensible et érogène pour les femmes, alors pourquoi pas pour les hommes? Quelle différence y a t’il entre un anus de femme et un anus d’homme, hormis qu’il se cache un petit trésor dans celui d’un homme?
    Si en revanche tu es attiré par des hommes, que tu envisages d’avoir les mêmes rapports avec un homme que tu peux avoir avec une femme, à savoir partager ta vie avec, avoir des gestes de tendresses, d’amour, partager tes joies et tes peines…etc, alors peut-être es tu véritablement homosexuel.
    Et alors????
    Si ce n’est que le sexe qui te fait fantasmer, c’est à mon sens que tu es conscient de ta sensibilité anale. Comme beaucoup certainement, mais ils ne s’autorisent pas à explorer ce plaisir, sous prétexte de passer pour homosexuel. Quel dommage à mon avis.
    Ce désir que tu éprouves n’est pas rare chez les pratiquants anesossiens. Beaucoup d’entre nous sont persuadés qu’il existe une part féminine en chacun de nous, comme une part masculine en chacune d’elles. Le tout est de la laisser s’exprimer.
    Mon évolution me conduit à dire aujourd’hui que cette part féminine s’exprime plus dans le fait d’accepter certaines choses auxquelles nous ne sommes pas habitués. Par exemple, considérer que le plaisir que nous allons ressentir ne se limite plus à une seule partie de notre corps et qu’il aura une fin par une éjaculation ‘libératoire’. De même, dans l’acte sexuel, nous sommes dans l’action, la crispation même quelque fois. Ici il s’agit d’être dans le recevoir, dans l’abandon, dans la perception de chaque sensation. Et ça, c’est bien plus féminin à mon sens. Mais j’étais comme toi au début de mon cheminement.
    Enfin en ce qui concerne le fantasme lors d’une séance, si je pense qu’il peut aider à déclencher de l’excitation, il nous détourne aussi des sensations que nous renvoie notre corps. Et ce sont si j’ai bien compris ces sensations qui vont nous projeter vers l’orgasmes.
    La féminisation de cette pratique est à mon sens ici: être attentif aux signaux que nous envoie notre corps, considérer l’entièreté de notre être comme un organe sexuel, s’abandonner au plaisir, aussi faible soit il, oublier nos sexe et son mode de fonctionnement….
    D’autre part, je n’en suis pas certain, mais je pense que ce fantasme de pénétration est masculin. C’est l’idée que nous nous en faisons. Il se pourrait que nos amies ne se focalisent pas du tout la dessus, mais sur le plaisir qu’elles ressentent, qui n’a pas grand chose à voir avec ce qu’elles mettent dans leur vagin. Une femme peut jouir avec un doigt, s’il fait ce qu’il faut. Je ne sais pas si je suis assez clair dans ce que je veux exprimer, mais globalement, cette idée de prendre du plaisir parce qu’elle est pénétrée est peut-être exclusivement masculine.
    Bref, comme le dis Andraneros, si ce sujet t’intéresse, tu vas trouver pas mal de discussion qui le concerne sur le forum, mais je pense sincèrement que tu n’as pas de grandes craintes à avoir, et quand bien même tu changerais d’orientation, cela ne ferait que te révéler à toi même, et tu vivras certainement plus heureux. Je rejoins complètement WTIL à ce sujet.
    Il y a des hommes qui pratiquent le pegging avec leur compagne, et ne sont pas que je sache pour autant homosexuel.

    #26088
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    @zapa je reviens sur la formulation de la première phrase de votre message d’ouverture :

    Lors de l’utilisation d’un aneros, en solitaire, quels fantasmes utilisez-vous pour lancer l’excitation ?

    Est-ce que cela veut dire que, quand vous pensez à votre masseur ou quand vous décidez de faire une session de massage, vous n’avez aucune excitation au point de devoir la « lancer » ? Si c’est le cas je crois que la manière dont les autres gèrent leur propre excitation ne vous apportera aucune aide. Les fantasmes ne vous ouvriront pas automatiquement la porte des orgasmes, pas plus que toute autre « technique ». C’est notre personnalité et la somme de nos expériences qui sont à l’origine de nos fantasmes. Ces deux domaines sont difficilement transposables d’une personne à un autre.

    Votre message d’ouverture est empreint d’une certaine angoisse relative à votre identité sexuelle. J’espère que les réponses déjà apportées vous aident à calmer cette angoisse et à accepter l’idée que l’utilisation d’un masseur prostatique ne changera pas votre identité sexuelle. @whattimeislove nous a dit hier :

    La nature m’a fait homme, avec des terminaisons nerveuses sur mes seins, dans mon périnée, mon anus et ma prostate, et je me sens simplement plus « complet » aujourd’hui que je les découvre en pour en tirer du bien être.

    @peri disait en avril 2017 :

    Apprendre à vivre le plaisir en le ressentant dans notre corps plutôt que dans nos fantasmes.
    A présent, je considère mes fantasmes comme une manifestation d’une excitation physique. Je ne m’en sers pas pour accroitre mon excitation, je préfère me concentrer sur les zones de mon corps ou le plaisir se manifeste. Ainsi, je me libère de schémas mentaux obsédants. Ceux qui, il y a quelques semaines, me poussaient à éjaculer avec peu de plaisir.

    Cette pratique vous fait découvrir de nouveaux pans de votre sensualité et de votre sexualité. Soit vous avez l’esprit libre et vous acceptez cet enrichissement, soit votre conditionnement social et moral vous interdit cette découverte et vous met en situation de conflit. Dans ce dernier cas vous pouvez simplement renoncer à cette forme de jouissance pour garder l’équilibre de votre vie antérieure ou au contraire vous interroger en profondeur sur la nature de votre être avec l’aide éventuelle d’un spécialiste (psychologue, sexologue…).

    C’est ainsi que vos fantasmes viendront naturellement vous aider à faire monter votre excitation sans mettre en danger votre personnalité. Bon cheminement @zapa.

    #26156

    Matt
    Participant

    Pas de fantasmes gays pour ma part, loin de là. Par contre, j’ai de plus en plus de plaisir à regarder des videos de pegging.

9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.