Toutes mes réponses sur les forums

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 115)
  • Auteur
    Articles
  • en réponse à : Chroniques prostatiques #37230
    AvatarArousal
    Participant

    Merci @Andraneros ! Oui j’ai l’impression de me réconcilier avec mon pénis 🙂 Nous n’étions pas en froid mais enfin j’avais tendance à le négliger. C’est quand même merveilleux d’avoir deux sources de plaisir aussi intenses et qu’ils puissent finir par se combiner !
    Ahah nous verrons si ma femme remarque quelque chose 🙂 (Comme j’ai déjà dû le mentionner par le passé nos rapports ne sont plus aussi fréquents que par le passé)
    J’ai déjà ressenti quelque chose d’approchant ce que j’ai décrit dans ma publication de ce matin lors d’un rapport sexuel (je pense là encore l’avoir rapporté quelque part ici), il y a quelques mois : un acmé de plaisir inhabituellement long avant l’éjaculation, m’amenant à des vocalises qui ont surpris mon épouse 🙂 C’est comme si j’avais réussi à pirater le fameux point de non-retour, le franchir sans payer le prix d’une éjaculation immédiate qui siffle la fin de la partie.
    Tout cela est très gratifiant. Le plaisir prostatique est une bénédiction pour la libido, j’ai maintenant du plaisir à me sentir excité sexuellement, et à le rester. Non pas que ça me gênait avant mais d’une certaine façon cette excitation « exigeait d’être soulagée ». Un orgasme et c’en était fini pour quelques heures ou jours. Maintenant, pas forcément, je peux jouer avec cette libido élevée pendant des jours…

    en réponse à : Chroniques prostatiques #37226
    AvatarArousal
    Participant

    Après une phase un peu creuse, le plaisir prostatique reprend ses droits, des séances particulièrement gratifiantes ces derniers jours.
    Nouveauté ces derniers temps, je fais rentrer mon pénis dans le jeu. Au début un peu comme un dérivatif quand la séance prostatique était un peu décevante. Mais je me suis aperçu que maintenant m’occuper de mon sexe pouvait relancer la séance au niveau prostatique.
    Et lors de mes dernières séances j’ai en quelque sorte fusionné les deux univers.
    Je débute les séances comme d’habitude c’est-à-dire sans m’occuper du tout de mon pénis. Le plaisir prostatique arrive vite, je gémis longtemps et à plusieurs reprises.
    Je m’occupe alors de mon sexe tendu. C’est je trouve la pression du gland qui est en quelque sorte « reliée » au plaisir prostatique. Je le malaxe entre pouce et index et majeur (lubrifiés ou pas).
    J’obtiens d’abord un plaisir prostatique inhabituel, peut-être pas aussi intense que certains sommets, mais fort agréable quand même.
    Et progressivement, de plus en plus de plaisir, que je ressens comme prostatique mais ressenti au niveau pénien. Et ce plaisir devient aussi pénien sans cesser d’être prostatique, plaisir pénien qui s’intensifie jusqu’à atteindre ce maximum qu’on ressent une seconde avant que l’éjaculation se déclenche… Et reste à ce niveau alors que je continue mes massages du gland, jouissant en gémissant pendant plusieurs dizaines de secondes de cet orgasme mélangé. Au bout d’un moment quand même je sens l’éjaculation se profiler, je suspens un peu la stimulation, pour mieux la reprendre plus tard.
    Fatigué, je rends les armes à près de 2h du matin en laissant s’écouler le flot de semence qui attendait son heure avec impatience.

    en réponse à : Chroniques prostatiques #36395
    AvatarArousal
    Participant

    Merci @Andraneros !
    Une évolution qui nécessite surtout de la patience. Je suis étonné (en fait pas tant que ça 🙂 ) de la capacité du corps à trouver tout seul le fonctionnement des masseurs prostatiques, sans l’intervention de la tête.

    en réponse à : Chroniques prostatiques #36388
    AvatarArousal
    Participant

    Cela fait aujourd’hui deux semaines que tous mes orgasmes ont été prostatiques.
    Le plaisir prostatique en anerosless m’accompagne au quotidien, raccourcissant parfois un peu mes nuits comme ce matin 🙂
    L’appel de l’orgasme pénien n’est finalement pas si fort que cela même si bien sûr mon sexe réagit aux diverses stimulations avec une intensité inhabituelle.

    AvatarArousal
    Participant

    Prends soin de toi, @bzo

    AvatarArousal
    Participant

    En tout cas moi je ne contrôle rien du tout, je ne comprends toujours pas exactement comment ça fonctionne… mais ça marche 🙂

    en réponse à : Chroniques prostatiques #36356
    AvatarArousal
    Participant

    On ne saurait mieux dire @Andraneros !
    Et en ce moment le plaisir est bien là, les « aless » font un joli come-back 🙂

    en réponse à : Chroniques prostatiques #36337
    AvatarArousal
    Participant

    Bonne séquence de séances pleinement satisfaisantes.
    Décidément en ce moment c’est la position allongée sur le ventre qui est la plus favorable, bien que moins confortable.
    Souvent des orgasmes plus « violents » que d’habitude : je sens là-dedans que tout se tend, se contracte, gonfle, et le masseur s’emballe en, hmmm, « défonçant » ma prostate. (Par contraste avec des orgasmes doux où je ne sens pas ou presque pas le masseur bouger)

    en réponse à : Les paradoxes de l’orgasme prostatique #36105
    AvatarArousal
    Participant

    En ce qui me concerne, je n’éprouve jamais le besoin de renouveler mon lubrifiant à base d’eau (ID Glide), même après plusieurs heures. En précisant toutefois que je pratique une lubrifications interne généreuse préalable à l’aide d’une seringue (seringue à médicament buvable), et que je tartine l’Aneros de beurre de karité.

    en réponse à : Liaison dangereuse #36096
    AvatarArousal
    Participant

    Je suis très content de mon Progasm Ice, personnellement 🙂

    en réponse à : Chroniques prostatiques #35985
    AvatarArousal
    Participant

    Hier, ma prostate m’avait titillé toute la journée. C’était avec gourmandise que j’avais rejoint mon lit le soir, avec cette fois le Progasm.
    Dans me position favorite, sur le dos, l’introduction fut prometteuse, déclenchant déjà des frémissements de plaisir dans la zone.
    Mais par la suite, les orgasmes se sont fait attendre. Le temps passait, des sensation agréables certes mais rien de plus.
    Bon passons sur le ventre, à tout hasard.
    Sensations un peu différentes, peut-être un peu plus présentes mais enfin guère plus.
    Bon ben tant pis on ne peut pas pas toujours…
    Oh mais attendez il y a un petit quelque chose qui s’enclenche on dirait…
    Ca a commencé comme une petite brise orgasmique, puis un vent, puis une tempête qui s’est déchaînée dans mon corps raidi et gémissant. Difficile de savoir combien de temps ça a duré, probablement quelques minutes…
    Quelques autres orgasmes ensuite, mais pas aussi intenses que celui-là.
    Et ce matin, comme souvent après une session fructueuse, des montées de plaisir et des petits orgasmes en aless…

    en réponse à : Problème dans le cheminement vers l’orgasme prostatique #35979
    AvatarArousal
    Participant

    Rappel, il y a beaucoup plus simple pour le beurre de karité, à condition de disposer d’un congélateur (j’imagine qu’un freezer doit pouvoir suffire). On peut en malaxer une petite quantité pour lui donner une forme de suppositoire. A température ambiante il est trop friable pour pouvoir être utilisé, mais après 20-30 minutes au congélateur, dur comme du bois, plus aucun problème.
    Non, ce n’est pas trop froid, ça conduit très mal la chaleur (donc le froid), aucun souci à l’insérer tel quel, je le faisais régulièrement par le passé.
    Maintenant je préfère la lubrification interne par seringue de lubrifiant à base d’eau + masseur tartiné de beurre de karité.

    Etant « à l’intérieur » le lubrifiant à base d’eau ne sèche pas.
    J’avais testé aussi le lubrifiant siliconé : j’avais rencontré aussi des problèmes de brûlure.

    en réponse à : Chroniques prostatiques #35978
    AvatarArousal
    Participant

    « MMMFRHHYCDESRGY » : c’est quand l’orgasme est au-delà des mots, surprenant par son intensité 🙂

    Oui effectivement il s’agissait d’une de ces séances où l’on est dans un état second et où les orgasmes s’enchaînent aussi naturellement qu’ils peuvent se faire désirer à d’autres moments !
    Mais malheureusement non, ce n’est pas (encore ?) mon quotidien. D’ailleurs pour des raisons de santé (rien de grave !), ces dernières semaines se sont caractérisées par un petite forme prostatique.
    Mais depuis une semaine, et en particulier depuis hier, les affaires reprennent 🙂

    Par « séances répétées » veux-tu dire que tu reprends le même scénario pour chaque séance consécutive pour ancrer de plus en plus profondément le reconditionnement de ta sensualité ou plutôt que tu multiplies les séances avec le minimum de repos intermédiaire pour maintenir la température de ton brasier sexuel ?

    Je vote pour le brasier sexuel, l’appel impératif de la prostate 🙂

    en réponse à : Chroniques prostatiques #35489
    AvatarArousal
    Participant

    Bon mes interventions se suivent et se ressemblent beaucoup finalement (donc j’écris moins souvent), mais allons-y.
    Un peu comme d’habitude, des séances sympa mais sans plus, et hier…
    MMMFRHHYCDESRGY !!! Super-Os à la pelle +++ grâce cette fois-ci à Progasm… et probablement à une abstinence éjaculatoire record pour moi (+ de 2 semaines).
    Abstinence éjaculatoire + séances répétées → libido au taquet 🙂
    Et aujourd’hui, vagues de plaisir et orgasmes en Aless.
    Wow !

    en réponse à : Chroniques prostatiques #35393
    AvatarArousal
    Participant

    Merci @andraneros de tes conseils, et de m’avoir souhaité mon prostanniversaire ! 🙂

    Période un peu calme sur le plan prostatique, mais les affaires reprennent depuis quelques jours.
    Je commence à revenir sur le dogme de « pas touche au pénis ». Le massage du pénis réveille parfois ma prostate, et un fantasme pas forcément très réaliste d’orgasmes prostatique et pénien simultanés a germé dans mon esprit. Extension du domaine du plaisir qui ne se limite plus à la partie interne de l’appareil génital, mais cela implique de remettre le paramètre éjaculation dans l’équation, qu’il devient difficile de différer au bout d’un moment et qui, bien que très agréable, siffle la fin de la récréation et vide le réservoir à libido.
    Retour à des sessions plus classiques depuis le début de la semaine, celle de mardi soir étant particulièrement satisfaisante, avec un (trop bref) passage orgastique vertigineux. Apparition d’un nouveau type de sensation : comme si la prostate palpitante se trouvait enserrée dans un anneau, avec des va-et-viens source d’intense plaisir.

    en réponse à : Liaison dangereuse #35296
    AvatarArousal
    Participant

    Salut @Devi_X19, bienvenue à bord !

    Oui, la sexualité a sa part de honte, de culpabilisation… doucement tu apprendras (enfin tu as déjà commencé !) à la gérer, avant de la voir décroître ! 🙂
    En réalité rien n’est honteux dans la sexualité entre adultes consentants, encore moins tout seul ! On se surprend à en découvrir des facettes qu’on n’aurait jamais pensé toucher. Si on m’avait dit il y a 20 ans que j’enchaînerais les orgasmes prostatiques à l’aide de masseurs, au point de presque regretter de devoir éjaculer de temps en temps, j’aurais eu du mal à y croire.
    Je pense que, dans les limites de la loi et du désir, du respect d’autrui bien sûr, on gagne toujours à explorer plus avant les facettes de sa sexualité, y compris (surtout ?) quand il s’agit de recoins sombres 🙂

    en réponse à : Chroniques prostatiques #35295
    AvatarArousal
    Participant

    J’ai bien réessayé avec le Njoy Pure wand le 27 septembre au soir.
    Ambitieux, j’ai tenté d’emblée d’utiliser la plus grosse extrémité, mais j’ai eu beau essayer, impossible de passer le sphincter anal. J’ai dû me rabattre comme d’habitude sur la petite extrémité.
    Séance bien agréable. Au bout d’un moment j’ai retenté la grosse extrémité, très doucement, avec beaucoup de lubrifiant. Eh bien avec beaucoup de persévérance, millimètre après millimètre… ça a fini par rentrer !
    J’ai continué la séance la plupart du temps sur le ventre, l’engin pesant de tout son poids sur la prostate : orgasme sur orgasme…
    C’était très bien, mais pas vraiment mieux qu’avec d’autres masseurs. Mais par contre beaucoup moins pratique vu les difficultés d’intromission. Et, désolé de ne pas être très glamour, l’extraction fut assez douloureuse et dirons nous un peu « messy » comme on dit en anglais…
    Et par la suite j’ai eu un inconfort de la zone pendant plusieurs jours → plus de masseur pendant une bonne semaine.
    Bref la grosse boule du Njoy Pure Wand : bof:)


    @andraneros
     : merci pour tes encouragements !
    Pour ce qui est de l’abstinence éjaculatoire, ça se fait relativement naturellement, du moins au début. Pour diverses raisons sur lesquelles je ne m’étendrai pas ici, les relations sexuelles au sein du couple peuvent être très espacées en ce moment. Par ailleurs ma libido classique n’est de toute façon plus la même qu’il y a 20 ans, ma moyenne « en roue libre » doit tourner à peut-être deux éjaculations par semaine (assez souvent en solitaire donc en ce moment).
    Comme tout le monde je pense, l’orgasme classique fait retomber ma libido, qui remonte ensuite doucement jusqu’à la prochaine.
    Et maintenant, plus ma tension sexuelle augmente, plus je suis motivé pour une séance de massage prostatique, et, dans une certaine mesure (ce n’est pas toujours vrai), plus les orgasmes sont faciles à obtenir, répétés et intenses. Orgasmes prostatiques qui à la différence des orgasmes éjaculatoires ne relâchent pas la tension sexuelle, bien au contraire.
    Au bout d’un moment quand même (10-15j) je finis par ne plus résister à un orgasme pénien, soit que vraiment je n’arrive plus à le refuser à mon pénis, soit que j’ai un rapport sexuel (encore qu’il peut m’arriver alors de parvenir à ne pas éjaculer, et à enchaîner sur un massage prostatique), soit que volontairement je décide de faire baisser une libido trop intense (quand j’enchaîne plusieurs nuits consécutives de massages prostatiques prolongés, et que je sais que ma prostate ne me laissera pas dormir sinon).
    Car en effet au fur et à mesure que la tension monte, les séances peuvent se rapprocher jusqu’à devenir quotidiennes !

    en réponse à : Chroniques prostatiques #35108
    AvatarArousal
    Participant

    Merci pour tes conseils avisés @Andraneros ! oui j’ai encore une marge de progression… comme j’ai dû déjà l’écrire une partie de moi a besoin d’un peu de temps pour accepter un lâcher prise total, mais je ne dois plus en être très loin. Quoi qu’il en soit, je ne suis pas pressé, je suis déjà comblé par ma chère prostate 🙂
    Ta référence à la liste de mes masseurs et la lecture du forum du site Aneros.com où on parle beaucoup du Njoy Pure Wand me donnent très envie de réessayer ce masseur ce soir.
    Eh oui, abstinence au niveau pénien + séances assez rapprochées de plus en plus gratifiantes = libido qui s’envole 🙂

    en réponse à : Chroniques prostatiques #35106
    AvatarArousal
    Participant

    Eh bien le Progasm, je… Wow. L’artillerie lourde de la gamme Aneros ! Des orgasmes intenses, prolongés (ordre de 10-15 minutes?), répétés je ne sais combien de fois sans effort avec un très bref répit entre deux… Une nouvelle fois j’ai eu beaucoup de mal à me résoudre à aller dormir hier soir !

    en réponse à : Chroniques prostatiques #35102
    AvatarArousal
    Participant

    Merci encore @Andraneros !

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 115)