Toutes mes réponses sur les forums

16 sujets de 1 à 16 (sur un total de 16)
  • Auteur
    Messages
  • en réponse à : Mon histoire achevée #34383
    Avatar
    christoul
    Participant

    Quel bonheur de lire ton message @christoul ! Mais je ne suis pas en accord avec le titre que tu donnes à la suite de ton témoignage. J’aurais plutôt choisi un titre comme « Mon histoire sans fin ».

    Merci Andraneros. Tu as toujours de l’empathie pour les autres et c’est très agréable.
    Je crois avoir trouvé le bon dosage qui me semble faible même si je ne suis pas un spécialiste. Cela me permet d’avoir au moins 2 heures d’un immense plaisir. Les 2 heures qui suivent sont très agréables mais je reviens petit à petit « à la normale ». C’est plutôt rassurant car j’ai expérimenté une dose plus lourde. J’ai un plaisir inouï mais qui ne s’arrêtait plus, c’était trop. Je ne pensais pas un jour le dire mais oui c’était trop.
    Alors que là, c’est très agréable et cela ne dure pas trop longtemps.
    Pour répondre au fait d’essayer sans joint, j’ai déjà essayé et cela se rapprochait des meilleures séances d’avant mais je ne suis pas du tout dans la même dimension.
    En fait, j’ai l’impression que les effets hallucinogènes se focalisent entièrement sur ma sexualité et mon plaisir. Je n’aime pas du tout le goût d’un joint mais contre je n’ai pas fini de fumer que je ressens déjà les effets sur ma prostate et mon plaisir. C’est pour cela que je fais mes préparatifs (aneros, vidéos…) avant parce que cela part très vite en moins de 5 minutes. Ensuite, c’est une boule de plaisir qui s’exprime pendant tellement de temps avec des vagues successives et ininterrompues.
    En fait, maintenant le plus dur est de ne pas dépasser 2 séances par semaine même en vacances et d’être raisonnable. Je ne veux pas conduire avant 24 heures pour ne prendre aucun risque inutile.
    Mais si je suis persévérant, je suis aussi quelqu’un de plutôt raisonnable.
    Au plaisir de vous lire.

    en réponse à : Mon histoire inachevée #33601
    Avatar
    christoul
    Participant

    Bonjour à tous,
    Pour avoir goûté une fois au Super O, je confirme que la quête vaut le coup et que c’est bien un graal que l’on recherche tant le plaisir est immense.
    Jusque-là, je me demandais parfois si au fond je n’avais eu de Super O déjà, sans m’en rendre vraiment compte, parce que parfois j’avais vraiment beaucoup de plaisir. Mais je pensais que je n’atteindrais pas le plaisir conté par tous les témoignages que j’ai pu lire (et que je guettais pour essayer de trouver ce qui ne fonctionnait pas chez moi). Et pourtant…
    En effet, ce dimanche 21 avril, sans le prévoir j’ai fumé pour la première fois de ma vie quelque chose de particulier…
    Je me suis ensuite éclipsé et j’ai commencé ma séance (j’avais prévu d’essayer bientôt pour voir si ça pouvait débloquer quelque chose). Et là, ce dimanche, c’est monté très vite comme lundi mais cela ne s’est pas arrêté sous le plafond de verre. Au contraire cela a continué et c’était facile, rien ne pouvait perturber mon plaisir pas même moi et mes 3 changements de masseur. Moi qui d’habitude est super attentif à ne pas perturber la montée du plaisir, j’ai senti que rien ne l’arrêterai. C’était un truc de fou. Des milliers de papillon dans tout le bas ventre et dans le ventre.
    Tout ce que j’ai pu lire depuis des années s’est vérifié : l’impression de se faire l’amour, ces vagues de plaisir qui déferlent et qui te submergent. Rien n’est forcé, le pilotage automatique est lancé. Contrairement à d’habitude pas de fortes érections, ma verge est restée molle tout le temps, un peu de sperme a coulé mais quel plaisir ! J’ai eu la sensation que mon sexe s’étirait. J’avais un vibreur intégré dans mon corps. D’ailleurs quand j’ai inséré l’aneros vice, j’avais l’impression que le vibreur ne servait à rien puisque je l’avais déjà en moi. J’ai poussé quelques râles, j’étais ouvert à beaucoup de choses et c’est vrai que j’ai mieux compris le côté féminin dont beaucoup parlent.
    J’ai essayé de le faire durer le plus longtemps possible et j’ai bien eu au moins 4 à 5 heures de plaisir qui sont passés très vite. J’ai changé 4 fois de masseur (Eupho, Prograsm Junior, Prograsm, Vice) mais en fait ce n’était pas une question de masseur. Moi qui pensais pendant longtemps que je n’avais pas trouvé le bon masseur, quelle erreur. Tout était bon !!
    Quand je me suis endormi avec l’Aneros Eupho Trident, je me suis réveillé un peu plus tard et cela a recommencé sans Super O mais avec des sensations très, très agréables.
    Le lendemain, je n’ai pu résister à une autre séance avec de super sensations mais pas de Super O. Pourtant je sentais dans mon corps que c’était très favorable mais le plafond de verre n’a pas été franchi comme dimanche.
    Je me rends compte, après coup, que même sous effet, j’étais souvent analytique : est- ce que mon sexe tressaute… J’étais spectateur attentif de mon plaisir.
    Heureusement cela ne m’a pas empêché de trouver ce nouveau plaisir incomparable avec tout ce que j’ai vécu jusqu’à là.
    Comme je ne compte pas fumer très régulièrement, il faut que je trouve la voie que j’ai emprunté dimanche mais cette fois naturellement.
    Bon en même temps, moi qui croyais ne jamais vivre de Super O, je signe quand même pour renouveler l’expérience avec une petite aide.
    En fait, une jouissance éjaculatoire est plus brutale au niveau du plaisir. Comme me l’avait dit Adam pendant le stage on est à 80% du plaisir mais c’est plus doux et puis cela dure beaucoup, beaucoup plus longtemps. C’est différent et tellement meilleur que cela rend l’orgasme éjaculatoire insatisfaisant par rapport au Super O.
    Je n’ai pas pu tout décrire mes sensations dans le détail mais je confirme que c’est un truc de fou et que je compte bien y regoûté.
    Au plaisir de vous lire.

    en réponse à : Mon histoire inachevée #33600
    Avatar
    christoul
    Participant

    cette qualité de relation à soi, à pouvoir goûter le moindre micro-plaisir, l’aimer et le laisser se déployer en nous, laisser son parfum nous enivrer, se diffuser dans tout le corps…
    Et se laisser surprendre par les explosions qui surgissent alors…

    Je cherche avant tout à avoir du plaisir et si possible le plus possible que cela s’appelle un orgasme ou pas. Depuis quelques mois déjà, je profitais du plaisir que j’éprouvais pendant mes séances en étant un peu résigné par rapport au Super O.

    Etre ouverte à la moindre sensation et se laisser envahir, submerger. Qu’il y ait un orgasme ou non. L’important est de ressentir.

    C’est ce que j’essaye de faire depuis longtemps maintenant mais je n’arrive pas vraiment à me laisser envahir, submerger, c’est là ma difficulté.

    c’est commencer à percevoir le plaisir de partout dans le corps et une fois qu’on perçoit bien tout ce flot, tout ce continuum de sensations qui passent en nous, c’est d’une puissance incomparable, par accumulation de ces innombrables vaguelettes… finit par donner l’impression de jouir tout le temps.

    Tout le monde n’arrive pas au même niveau, j’en suis la preuve vivante. J’aimerai bien mais je peux point, pour le moment en tout cas.
    Au plaisir de vous lire

    en réponse à : Mon histoire inachevée #33584
    Avatar
    christoul
    Participant

    Merci à tous pour vos conseils ou vos réponses.
    Merci aneveil pour tes conseils sur le yoga parce que je pense que le yoga que je pratique (même si cela ne fait pas de mal) n’est pas le « bon yoga » pour ce que recherche c’est dire accéder à un relâchement qui me permettra d’arriver à un Super O. J’ai trouvé dans ma région les sortes de yoga qui correspondrait mieux à ma recherche et je m’inscrirai l’année prochaine.
    Je pense que je suis « au top » en ce qui concerne les préparatifs, la lubrification, les rituels, la détente mais pas le relâchement au moment de la montée du plaisir. Parce que depuis longtemps, j’ai toujours du plaisir. Ma prostate ronronne à chaque fois, j’ai des contractions involontaires plus ou importantes et régulières mais j’arrive à chaque fois à un plafond que je ne suis pas capable de dépasser.
    Cela commence toujours très vite chez moi (en moins de 5 minutes).
    Hier, j’ai encore fait une séance (2 jours après la dernière) parce que j’en avais envie. J’ai décidé de suivre les conseils de bzo et de ne pas regarder de porno et simplement d’écouter slip into mindlessness. C’est parti très, très fort comme ce dimanche 21 avril. J’ai senti que ça bouillonnait au niveau de ma prostate et j’ai commencé à sentir des papillons. J’ai essayé de me concentrer uniquement sur mes sensations mais cela n’a pas duré et je n’ai pas réussi à dépasser ce plafond. J’ai juste réussi à renouveler ces sensations un peu plus tard en m’approchant de ce plafond mais un peu moins qu’avant.
    Je sais que c’est très agréable mais que ce n’est pas le Super O parce que je l’ai déjà vécu dimanche dernier enfin.
    Au plaisir de vous lire.
    Christoul

    en réponse à : Mon histoire inachevée #33572
    Avatar
    christoul
    Participant

    Bonjour à tous et merci pour vos interventions,
    En fait, je me rends compte que je suis très (trop) observateur de ce qui de passe. Peut- être est- ce ça ma difficulté, je ne suis pas assez « déconcentré » et donc pas assez relâché.
    Pourtant, il me semble que musculairement je le suis mais peut- être pas psychiquement (et c’est inconscient) et je dois lutter contre ma nature propre qui est de tout analyser pour trouver la meilleure solution. C’est pour cela que je me suis mis au Yoga sans résultats probants pour le moment.
    Néanmoins, la notion de plaisir existe bel et bien durant toutes mes séances (plus ou moins fort) mais c’est vrai sans arriver au super O. En fait, ce n’est pas tant le super O que je recherche mais ce que l’on ressent: la sensation d’abandon du corps et ces vagues de plaisir qui se succèdent pendant très longtemps et quoiqu’on fasse vont continuer et évidemment le plaisir que l’on en retire.
    Au plaisir de vous lire.

    en réponse à : Mon histoire inachevée #33563
    Avatar
    christoul
    Participant

    Bonjour bzo,
    Merci pour ta réponse.
    Je ne suis pas vraiment résigné. J’ai toujours un petit espoir d’y arriver un jour peut- être.
    D’une manière générale, je ne supporte pas de ne plus avoir d’espoir. L’espoir fait vivre et moi il rend ma vie plus heureuse surtout sur des choses aussi importantes pour moi.
    D’ailleurs je me suis mis en septembre au Yogi- Yoga (une fois par semaine). Je me suis dit que travailler le relâchement et la circulation des énergies pourrait peut- être m’aider. Bon, pour le moment, les résultats escomptés ne sont pas vraiment là. Mais encore une fois je persévère et en matière de sexualité je suis très persévérant.
    Je me suis même mis au rock mais là c’était pour faire plaisir à ma femme (elle ne l’espérait plus) encore que… on ne sait jamais…
    Pendant tout ce temps, je lisais vos écrits à la recherche d’un petit détail m’ayant échappé. Mais, j’ai compris que j’en savais suffisamment et que je ne trouverai pas d’autres conseils pouvant m’aider.
    En fait, je n’aime pas me résigner mais je suis lucide. J’ai compris que si je n’avais pas trouvé le chemin au bout de 5 ans de pratique ce serait quand même difficile d’y arriver. Alors, j’ai continué mes séances en espérant un peu, en guettant comment je pouvais prendre plus de plaisir mais en étant lucide sur la possibilité d’avoir un « Super O » un jour.
    Au plaisir de vous lire.

    en réponse à : Mon histoire inachevée #33561
    Avatar
    christoul
    Participant

    Bonjour à tous,
    Me revoilà.
    Pendant tous ces mois, j’ai continué ma recherche du « Super O ».
    Cette dernière n’a pas été linéaire. Contrairement à beaucoup, je ne gravis pas les échelons au fur et à mesure même dans un temps long. J’ai toujours des séances agréables plus ou moins fortes au niveau du plaisir mais rien qui progresse en passant des caps. J’ai eu 2 séances très fortes en septembre avec de très fortes érections au sommet du plaisir. Ma verge s’est mis à trembler régulièrement et j’ai senti des vagues de plaisir constantes pendant quelques minutes.
    Mais les autres fois depuis c’est revenu à « la normale ».
    Depuis quelques temps, je me suis dit qu’il y avait peu de chances que je connaisse un jour le « Super O », mais que cette pratique avait nettement amélioré mes orgasmes et que c’était déjà pas mal. Je pratique généralement 2 à 3 fois par semaine, l’avantage par rapport à « l’ancien temps » c’est que mon plaisir dure beaucoup plus longtemps (presque toute la séance qui dure environ 1 heure) même si c’est moins fort que l’orgasme éjaculatoire.
    De plus, j’ai résolu le problème avec le verrouillage digital (tiré du livre « Devenir un homme multi- orgasmique »). En effet, après le stage avec Adam, on nous a donné cette référence.
    Cela me permet de garder mon envie sans ressortir un peu frustré de mes séances.
    Mes séances sont toujours les mêmes maintenant (je suis rodé): je commence par écouter slip into mindlessness, puis je contracte légèrement et je laisse venir les sensations avec des vidéos ou des histoires pornographiques.
    Voilà, ce que je peux écrire pour donner des nouvelles ou ce que j’aurais pu écrire jusqu’à ce dimanche 21 avril 2019.
    Mais ça, c’est une autre histoire qui mérite un 2ème écrit.
    Christian

    en réponse à : Mon histoire inachevée #29339
    Avatar
    christoul
    Participant

    Merci beaucouo Jieffe pour tous ces renseignements et ces encouragements.
    A bientôt

    en réponse à : Mon histoire inachevée #29326
    Avatar
    christoul
    Participant

    Merci pour vos réponses.
    J’ai fait une séance lundi soir en ayant à l’esprit de ne pas faire de faibles contractions et de les tenir comme j’en ai l’habitude et donc de laisser faire complètement mon corps. Mais la respiration profonde ne déclenche pas grand- chose à part quelques contractions involontaires éparpillées dans le temps.
    Le problème c’est que j’ai peu de sensations dans ce cas c’est pourquoi je fais une contraction anale légère que je tiens à un niveau d’intensité faible. C’est comme ça que j’ai le plus de plaisir.

    Je commence des respirations profondes avec l’abdomen. Je gonfle exagérément mon abdomen, et je le creuse exagérément, en particulier mon bas ventre, juste au dessus du pubis. Immédiatement alors je ressens un début de plaisir autour de ma prostate et une première contraction anale se fait sentir. Ça, c’est pour la première inspiration expiration. Je recommence un cycle en relâchant mes sphincters.

    C’est ce que je fais déjà mais je note le terme exagérément et je vais essayer.

    Après le deuxième cycle, bien souvent j’ai beaucoup de mal à relâcher la pression de mes sphincters, alors je les laisse contracter comme ils sont. Mon corps a décidé que la contraction aurait cette intensité, c’est donc celle ci qui convient.

    C’est ce que j’ai essayé de faire hier soir sans trop de succès.

    Je fais un troisième cycle qui me demande un effort certain, ma respiration commence à m’échapper. Bien souvent à ce stade, s’en est terminé des respirations profondes.

    C’est ce que je fais parfois mais souvent je me dis qu’il faut continuer pour le fameux lâcher prise. Mais je crois que tu as raison et que je vais après la 1ère ou 2ème phase respirer normalement comme je le sens en tout cas.

    Petite précision, je n’ai pas dit de les limiter. Si elles sont bien parties, continues, si tu sens que c’est terminé, arrêtes.

    Oui bien sûr, c’est comme cela que je l’entendais. Ne t’inquiète pas, si ça marche je n’arrêterai pas facilement.
    Depuis 2 séances, au bout d’une heure de pratique, j’ai essayé une nouvelle technique: je glisse le bâtonnet vibrant de l’aneros vice entre le junior et le périnée « le bras du haut ». Cela déclenche en moi des contractions « involontaires » assez rythmées et fortes mais malheureusement sans trop de plaisir. Je ne suis pas trop fan de vibrations mais je me suis dit que ça pouvait peut- être favoriser une boucle de rétroaction.
    Apparemment, cela n’a pas trop marché. Comme vous avez pu le remarquer, je n’essaie pas en début de séance mais plutôt quand je sens que je stagne et que le plaisir ne monte pas plus haut.
    Les deux dernières séances ont été moyennes et pour vous dire la vérité, je suis un peu dégoûté de ne pas avoir eu de suite intéressante à « samedi » mais bon je continue quand même.
    Merci encore à tous les deux.

    en réponse à : Mon histoire inachevée #29308
    Avatar
    christoul
    Participant

    Merci à vous deux pour vos réponses,

    je pars défaitiste, persuadé que la session sera nulle.

    Pour ma part, je ne pars jamais défaitiste en ayant tout de même bien conscience que ce sera difficile (voir impossible avant la séance de « samedi »).
    Quand je commence une session je suis patient et je commence à faire la respiration abdominale sans contraction. Puis je contracte un tout petit peu et je garde ce niveau de contraction sans relâcher (parce que j’ai remarqué que c’était comme ça que j’avais les meilleurs sensations) et très vite arrivent des sensations qui s’amplifient peu à peu et qui peuvent aller assez loin (plaisir intense, fortes érections, petits tremblements internes ou de mon sexe…) mais qui retombent au bout d’un moment sans basculer dans l’orgasme incontrôlé.
    La différence maintenant c’est qu’il y a eu « samedi » et donc si je sens à nouveau et dès le départ que les contractions veulent démarrer avant que la phase de relaxation ne soit terminée je les laisserai faire. Cela m’étais déjà arrivé mais j’avais détendu mon anus en me disant que pendant cette phase il ne devait pas y avoir de contractions sinon cela risquerait de bloquer la suite.

    Il m’arrive que je veuille augmenter la fréquence des séances pour m’entraîner.

    Je suis d’accord d’autant plus que c’est ce que je fais d’habitude. Mais entre tes conseils de m’entraîner plus, les vacances et ma libido l’été, j’ai augmenté mon nombre de séances passant d’une fois par semaine (le vendredi quand j’ai du temps et de la tranquillité; j’aimais ce petit rendez- vous) à tous les 2 jours.
    Je pense qu’il n’y a pas de règles et je le fais maintenant à l’envie.

    Essaies d’écourter tes séances. Profites de la première heure pendant laquelle tu ressens du plaisir.

    Je crois que tu as raison et que je vais essayer de les limiter à environ 1 heure.

    Tu pars en te disant que tu verras bien ce que ta prostate te réserve. De plus, chaque session est différente, je ne retrouve que très rarement les sensations que j’ai connues la veille. Il faut donc oublier l’idée de reproduire une session à l’identique.

    Je suis d’accord et j’ai l’impression que c’est que je fais.
    De plus, un orgasme classique n’est jamais le même.
    En fait ce que recherche c’est de trouver les sensations et de les entretenir pour que le basculement ait lieu.

    Pour répondre à Andraneros,

    Alors oui, je guette et j’attends le moindre plaisir lors de mes sessions. Je suis tout de même circonspect sur le fait d’attendre trop des sessions et donc de provoquer un blocage.
    La première phrase que je cite est source de blocages.
    Les contractions anales sont suffisantes. L’alternance entre contraction et relâchement de l’anus suffit à faire bouger le masseur, donc à stimuler la prostate. A vous d’être à l’écoute.

    C’est vrai aussi que je ne relâche pas les contractions au bout d’un moment (après les contractions de 15 s X 30 puis relâchement) car c’est comme cela qu’il me semble que je provoque les contractions involontaires et que je fais monter le plaisir. J’essaie justement d’être attentif au plaisir que je ressens pour entretenir le plaisir et provoquer le basculement.
    Merci encore pour vos réponses

    en réponse à : Mon histoire inachevée #29302
    Avatar
    christoul
    Participant

    Bonjour Jieffe et un grand merci pour toutes tes réponses.

    N’attends- tu pas trop de tes séances depuis celle de Samedi? Dirais tu qu’inconsciemment tu débutes tes sessions en espérant revivre ce que tu as connu lors de ta sessions de Samedi?

    Bien sûr que j’attends de revivre la séance de samedi. Mais je crois que j’attends cela depuis 4 ans et encore plus depuis mon acquisition du prograsm junior. Ce jour là, j’ai senti qu’il y avait une vraie différence et depuis malgré mes autres achats le prograsm junior fait la différence par rapport aux autres. Depuis l’été dernier, les sensations et le plaisir sont devenus réguliers mais sans jamais ou presque s’emballer.
    Alors oui, bien sûr, que j’attends de revivre des sensations telles que samedi et même mieux.
    Tout ce que j’ai entrepris depuis plus de 4 ans vont dans ce sens : lectures, sessions, stage, recherche de témoignages pouvant m’aiguiller et comprendre où se situent mes blocages.
    Je pense qu’on peut parler de blocages, parce que même si le Super O n’arrive pas en quelques sessions, plus de 4 ans de pratique (dont 1 an de pratique très régulière) aurait dû me permettre d’atteindre ce fameux Super O.
    J’ai essayé d’éliminer les différentes causes pouvant m’empêcher d’atteindre cet orgasme.
    J’ai travaillé les muscles PC et je sens que mes muscles PC réagissent et que tout est en place pour faire leur travail (je crois). Cela élimine ce paramètre là.

    J’ai changé de masseur pensant qu’il y avait des différences de taille, de forme et je me disais que les masseurs n’avaient pas encore trouvé le point magique. Je pense aujourd’hui que je ne trouverai pas mieux que le Junior.

    En ce qui concerne les blocages psychologiques concernant l’homosexualité, je n’en n’ai aucun. Je n’ai jamais le moindre problème lors de l’insertion des aneros même pour les plus gros (le love to love est nettement plus gros que le prograsm), mon corps les accepte très bien après quelques secondes.
    Je me suis toujours dit que l’anus était un lieu de plaisir pour moi et qu’il fallait que j’en profite.
    Alors oui, je guette et j’attends le moindre plaisir lors de mes sessions. Je suis tout de même circonspect sur le fait d’attendre trop des sessions et donc de provoquer un blocage.
    « Le samedi » je guettais comme d’habitude l’étincelle de plaisir mais elle est arrivée très vite et j’ai presque l’impression que le junior s’est calé de lui- même au bon endroit en mettant une très légère pression mais qui a été très efficace.

    D’ailleurs, j’ai l’impression que chez moi tout va vite. En effet, dès le début de la séance je sais généralement si cela va être bien, très bien ou moyen.
    Mes séances durent souvent 2 heures (parce que j’espère toujours que l’étincelle va arriver) mais je stagne au bout d’une heure. Je devrais peut -être les raccourcir mais je continue jusqu’à ce que je constate que le plaisir s’est fait la malle.
    Le fait de finir par un orgasme éjaculatoire (le plus souvent) me permet de sortir pleinement satisfait puisque j’ai eu un plaisir continu et un sommet avec l’éjaculation.
    Un autre point était de séparer les sessions de l’éjaculation. C’est ce que j’ai fait pendant plus de 2 mois sans résultat probant. Par contre, évidemment le plaisir après cette abstinence fut très important.
    Voilà, je me pose des questions:
    Comment faites- vous les contractions techniquement parlant ? Moi j’ai du plaisir avec les contractions anales rien ou presque avec les rectales.
    La pratique avec un plug genre tempo est- ce une bonne chose pour arriver au Super O ?
    Pourquoi mes attentes du Super O ont bloquées mon plaisir et pas « le samedi » (en tout cas beaucoup moins que les autres fois) ?

    En tout cas « le Samedi » m’a permis de me dire que c’était possible parce que je commençais à fortement douté et je pensais même que peut- être mon corps morphologiquement n’était pas fait pour ce plaisir.
    De plus, même si « le samedi » ne m’a pas fait basculer dans le super O, j’ai nettement senti que c’était très différent de d’habitude: très vite des contractions très rythmées et complètement involontaires (d’habitude je provoque les involontaires mais elles ne prennent pas complètement le relais des contractions volontaires) avec ensuite les genoux qui tremblaient comme on peut les voir dans des vidéos.

    Dernièrement, j’ai fait une séance sans attente et cela s’est déroulé de manière normale.
    Alors, c’est vrai, autant j’avais beaucoup d’espoir après « le samedi » autant je suis retombé depuis. Mais je suis persévérant et je n’abandonne pas.
    Au plaisir de vous lire encore et encore.

    en réponse à : Mon histoire inachevée #29298
    Avatar
    christoul
    Participant

    Bonjour à tous,
    Nouvelles séances vendredi et samedi avec des sensations à peu près équivalentes à « la normale ».
    Je démarre beaucoup moins vite que la fameuse séance du samedi. Les sensations arrivent avec une « inflammation » de la région génitale, parfois des frissons, des tremblements très légers, des contractions involontaires de manière discontinue et jamais aussi rythmées et involontaires que le « samedi ».
    En fait, je revis ce que je vivais déjà depuis 1 an avec des sensations agréables, parfois un peu plus intenses mais sans érection très fortes comme j’ai toujours quand les sensations sont très fortes.
    « L’entraînement » ne donne pas de meilleurs résultats et je pense que je vais essayer d’espacer mes séances de 3 jours au moins. Pourtant, je sens souvent ma prostate « pulser » c’est pour cela que j’ai fait une séance dimanche (alors que j’avais décidé de la laisser au repos). Quand je la sens pulser je me dis qu’elle m’appelle et que c’est le bon moment pour une séance mais après plusieurs tentatives dans ce cas j’ai l’impression que c’est le contraire.
    Au plaisir de vous lire

    en réponse à : Mon histoire inachevée #29255
    Avatar
    christoul
    Participant

    Pour répondre à Andraneros et à Jieffe les deux mon capitaine.
    En ce qui concerne le stage, j’attendais un déclic, un truc que je ne faisais pas bien mais cela n’a pas été le cas. Ce n’est pas grave, il fallait que j’essaie. En fait, je m’aperçois que j’étais trop avancé par rapport aux autres participants.
    Cela pourrait être intéressant d’organiser un stage avec des gens comme moi qui ont plusieurs années de pratique mais qui n’arrivent toujours pas à accéder au Super O pour aller plus profondément dans l’analyse si j’ose dire.
    Pour répondre au niveau « de bloquer les contractions », je voulais dire comme c’est indiqué dans le traité d’aneros que je fais des petites contractions et que j’essaie de les maintenir au même niveau d’intensité pour déclencher ensuite les contractions involontaires.
    Quant à « j’ai essayé de me tendre ensuite (comme un arc) mais j’ai l’impression que cela me bloque plus qu’autre chose ».
    En fait, j »ai essayé de faire comme dans le traité d’aneros : « lorsque l’orgasme arrive dans cette position, je mets ensuite les pieds à plat en pliant mes jambes et tout en soulevant légèrement mes fesses, il suffit alors de pousser un peu plus sur les jambes pour amplifier encore les effets de l’orgasme ».

    Après ma fameuse séance de samedi (et pas dimanche) j’ai de nouveau pratiqué (en suivant les conseils de Jieffe) dimanche, mardi et mercredi avec des sensations en nette diminution. Le corps contrairement aux deux précédentes sessions n’a pas pris les commandes et j’ai dû moi- même effectuer des petites contractions (sinon je n’ai beaucoup de sensations) qui ont entraîné quelques contractions involontaires mais cela n’était pas comparable avec les deux précédentes sessions. En fait, je suis revenu à la « normale ». Moi qui croyait avoir passé un cap…
    Mercredi, j’ai essayé l’eupho avec des sensations intéressantes mais sans plus (mieux que l’hélix mais moins que le junior). J’ai dormi avec mais il ne m’a pas réveillé.
    Les deux dernières séances n’ont pas été terminé en super T pour suivre les conseils d’Andraneros.
    Voilà j’avais l’impression de tenir les débuts de séance mais l’étincelle est repartie. Je continue quoiqu’il arrive.
    Au plaisir de vous lire encore.

    Ps: Comment faites- vous pour reprendre des phrases déjà écrites et les mettre en surbrillance ?

    en réponse à : Mon histoire inachevée #29181
    Avatar
    christoul
    Participant

    Bonjour à tous,
    Une séance jeudi qui m’a fait prendre conscience de quelque chose de nouveau.
    Je m’explique, depuis quelques temps pour bien respecter la phase de relaxation j’empêchais au début mon corps d’enclencher les contractions (très légères).
    Jeudi, j’ai commencé ma respiration en laissant mon corps diriger les contractions. J’ai ressenti un grand plaisir très vite et tout au long de la séance mais comme j’étais très excité je suis passé en mode Super T que je n’ai aucun mal à déclencher.
    Dimanche, alors que je n’avais pas de signe d’impatience de ma prostate, je décidais de faire une séance en ayant pris conscience que je tenais quelque chose en laissant faire mon corps dès le début (sans faire les exercices 15 secondes puis relâchement…).
    Je commençais de la même manière et les contractions involontaires ont été régulières et rythmées. Mais surtout au bout d’un moment et pour la première fois mes genoux ont commencé à vraiment trembler.
    A ce moment là, j’ai essayé d’entretenir ce tremblement important mais qui ne m’amenait pas de plaisir supplémentaire (j’en avais déjà beaucoup) mais sans accentuer la pression laissant toujours mon corps gérer. Les tremblements ont ensuite cessé, j’ai essayé de me tendre ensuite (comme un arc) mais j’ai l’impression que cela me bloque plus qu’autre chose. J’ai décidé de ne pas éterniser la séance et de terminer en Super T. Ce fut le plus grand plaisir depuis que j’ai commencé ma quête et peut- être plus.
    Je n’ai pas donc pas encore connu le Super O mais je sens que j’en suis tout proche.
    Autant avant, je me disais que peut- être mon anatomie ne me permettrait pas de connaître ce plaisir, qu’inconsciemment je voulais peut- être contrôler les choses comme je l’ai toujours fait lors de mes relations sexuelles où je pensais avant tout au plaisir de ma femme; autant maintenant, je sais que je vais connaître ce fameux Super O auquel je cours depuis si longtemps. Ce n’est qu’une question de temps.
    Le début de ma séance à priori est règlé : laisser mon corps faire ce qu’il veut. Puis, il va falloir retrouver ces tremblements et voir ce qu’il faut faire ensuite: laisser faire le corps et peut- être faudra t-il qu’il apprenne de lui- même à gérer ce moment et cela risque de prendre encore un peu de temps ou alors faudra t-il que j’intervienne volontairement pour basculer dans une apothéose que je devine magique. Je verrais.
    Au plaisir de vous lire

    en réponse à : Mon histoire inachevée #29173
    Avatar
    christoul
    Participant

    Merci Andranenos pour votre message de bienvenu.
    J’ai attendu longtemps mais j’ai eu le loisir de vous lire souvent en essayant de rechercher des indications dans vos nombreuses interventions. C’est d’ailleurs je crois grâce à vous que j’ai essayé de dormir avec le prograsm junior (celui qui mpe donne le plus de sensations).
    J’ai essayé de lire les différents témoignages pour trouver des solutions. C’est dans le même esprit que j’ai suivi le stage. De plus, j’ai eu quelques soucis pour m’inscrire (je ne suis pas trop doué). Mais, maintenant c’est fait.
    Ma femme ne m’a jamais accompagné depuis l’achat de mon premier masseur, à l’époque c’était pendant un rapport qu’il y a eu une étincelle qui d’ailleurs s’est rapidement éteinte mais qui a éveillé ma curiosité. c’est ensuite que j’ai connu le site nouveauxplaisirs.
    Pendant ces quatre années, les premières séances ont été un peu décevantes mais je voyais que je progressais au fur et à mesure. Puis j’ai arrêté pendant plusieurs mois par manque de sensations. Mais l’été dernier avec le prograsm junior j’ai non seulement retrouvé des sensations assez fortes mais de plus j’étais capable de déclencher un certain plaisir et un plaisir certain même sans masseur.
    Quant au stage, c’était très bien Adam a essayé de m’aider mais c’est difficile dans ses conditions.
    L’intérêt des différents masseurs, c’est d’essayer de trouver celui qui me stimulera le mieux et surtout qui trouvera l’étincelle qui me manque encore. C’est un peu ce qui s’est passé avec le prograsm junior j’avais l’impression qu’il était fait pour moi. Néanmoins malgré de meilleures sensations cela n’a pas déclenché de Super O.
    Je viens de commander l’eupho parce que je pense maintenant être assez expérimenté pour l’essayer (même si c’est paradoxal n’ayant pas connu de super O).
    Enfin pour le ressenti consciemment je ne souhaite qu’une chose c’est perdre le contrôle mais inconsciemment…
    Quand je commence à ressentir beaucoup de plaisir malgré toutes mes tentatives de ne rien changer au niveau de la force des contractions je stagne et il n’y a pas d’emballement et cela retombe au bout d’une quinzaine de secondes.
    J’ai un doute au niveau des contractions : quand je sens du plaisir je bloque les contractions au même niveau (assez bas, c’est là que j’ai le plus de plaisir et de contractions involontaires…).
    Faut- il relâcher régulièrement ou les tenir comme je le fais ?
    Au plaisir de vous lire à nouveau Andranenos.

    en réponse à : Mon histoire inachevée #29172
    Avatar
    christoul
    Participant

    Merci pour ta réponse rapide Jieffe.
    Je suis comme toi, lorsque le plaisir arrive, j’ai l’impression et la volonté de m’y abandonner. Mais ce n’est pas non plus suffisant, puisque je ne bascule pas vers le super O’.
    Tu me parles de pratiquer plus souvent et c’est ce que je faisais auparavant (3 fois par semaine pour respecter les 2 ou 3 jours de délai entre les séances). Mais j’ai trouvé que j’avais moins de sensations lors de mes séances rapprochées. De plus, j’ai la sensation qu’à chaque séance ma prostate réagit très vite maintenant puisque parfois je suis obligé de contrôler les contractions en début de séance quand j’en suis à la phase de relaxation : j’ai l’impression que parfois mon corps a envie de démarrer les contractions très vite.
    Quand au lâcher prise j’essaie autant que possible. Je ne sais quoi faire de plus. Quand au plaisir ultime je le cherche depuis plus de 4 ans alors il peut arriver quand il le veut.
    Néanmoins, la découverte de ce plaisir est plus que positif pour moi, j’ai découvert de nouvelles sensations et cela a grandement amélioré mes orgasmes classiques.
    A bientôt Jieffe

16 sujets de 1 à 16 (sur un total de 16)