Toutes mes réponses sur les forums

3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)
  • Auteur
    Messages
  • en réponse à : Demande de conseils #35350
    Avatar
    Madjek
    Participant

    bonjour à tous, je tiens en tout premier à remercier chacun d’entre vous.
    J’ai eu la chance de pouvoir glaner des conseils à travers chacun de vos témoignages, et à partir de ceux-là, j’ai pu ressentir ce qui s’approche d’un orgasme prostatique – je n’arrive pas à mettre pour le moment le terme « super O » dessus car j’ai le sentiment qu’il y aurait quelque chose de plus fort qui se construit (je m’expliquerai par la suite)
    Ma réponse, elle est avant tout pour amener ma petite expérience et surtout souligner les erreurs que j’ai pu faire.
    Je vais commencer par les sextoys :
    – Aneros classic (je suis parvenu à l’orgasme prostatique et à le déclencher en boucle avec celui-ci)
    – Njoy pure wand (très bonne sensation, mais j’exercais une pression trop forte jusqu’à maintenant, impatient de l’utiliser suite à mon cheminement)
    – Aneros Ice (j’ai plusieurs fois des orgasmes mais jamais à répétitions, je compte reessayer bientot)
    – Lelo Loki Wave (j’ai toujours été décu, trop tourner sur de trop fortes contractions pour obtenir une sensation de plaisir…mais je compte le retester bientot et je crois qu’avec les vibrations, cela va decupler encore les orgasmes)
    S’il y a un conseil sur lequel je ne peux qu’insister (et d’autres du forum insistent beaucoup sur celui-ci) c’est de rester sur un Aneros Classic au début, pour « ouvrir cette boite de pandore » – oublier tous les gadgets qui vibrent, tourne à 360, copie grossière ect. (ils fonctionnent, mais si vous n’avez pas compris, trouver la clef, peu importe le terme, vous n’obtiendrez qu’un apperçu de ce que votre prostate peut vous donner en terme de plaisir)
    Je parle de boite de pandore, parce que je comparerai cela à votre premiere éjaculation en vous masturbant. C’est une découverte, et sans dire que la masturbation rend addict, le plaisir prostatique l’ait tout autant. On a cette envie de recommencer, simplement parce que cela procure un reel plaisir, un plaisir nouveau.
    Première erreur que j’ai faite donc – il m’a fallu 1an tout au plus pour apprivoiser les nouvelles sensations que je découvrais avec le massage de la prostate. Chaque session était différente, certaines mieux que d’autres, parfois rien (stress, trop pressé). Comme répéter plusieurs fois dans le forum, ne pas se décourager, le chemin est plus ou moins long pour chacun d’entre nous, mais je suis persuadé que l’on a tous la capacité physique d’y parvenir.
    Deuxième erreur (et merci à certains intervenant sur le forum) vouloir à tout prix arriver à avoir un orgasme prostatique. Sauf que l’orgasme classique penien, chacun connait – là je partais vers l’inconnu en étant fixé inconsciement sur un espèce d’orgasme mix entre une envie d’éjaculé, et ma prostate qui se gonflait jusqu’à pousser une ejaculation non controlé – enfin une idée complètement en dehors des clous.
    Donc, ne vous fixez pas sur la finalité encore une fois, écouter votre corps, concentrez vous sur les sensations que vous procure ce moment avec le masseur. Apprivoiser ce que vous faites de biens à votre corps – élargissez votre plaisir sexuel.
    Et pour la précision, je suis hétéro, marié et papa. Ma sexualité est quelque chose que je partage avec ma femme de façon très ouverte, et très ludique – cela fait parti de nos discutions du quotidien, de notre vie.
    Troisième erreur, les contractions, exercices de kegel. En soit ceux-ci sont très important – ils tonifient toute la base de votre planché pelvien. Mais le plus important, c’est de parvenir à dissocier toute cette base musculaire, tous ces groupes musculaires ont un role différente, contracter la base du penis pour maintenir une erection, retenir d’uriner, retenir d’aller au toilette ect..Entre les contractions pelviennes, contractions anales les dissocier demande un peu de temps et je trouve que bruler cette étape ne permet pas de savoir sur quelle partie de vos muscles il faut jouer. Ma troisième erreur a été de trop contracter – quand je sentais du plaisir provenir de ma prostate, je contractais, je contractais systématiquement de plus en plus (c’est instinctif en fait) le relachement est très important. Trop contracter va épuiser la prostate et elle va perdre sa sensibilité. (slow clench 🙂 ) Nombre de fois ou j’ai du arrêter car j’avais contracté trop fort, sans aller jusqu’à la douleur, mais cela faisait disparaitre toute construction du plaisir. Trop vite – trop fort – trop impatient.
    Quatrième erreur, la respiration (cela rejoint l’erreur des fortes contractions) Sur le forum, et sur le traité d’Aneros, j’ai lu et relu plusieurs fois ces conseils sur la respiration – le rythme qu’il faut avoir. Juste contracter et ne pas avoir de rythme au niveau de votre respiration ne permet pas une construction (souvent le terme Build up est employé) de l’orgasme. Tout est parti de cette simple modification sur ma compréhension du plaisir prostatique. Je n’en reviens encore pas tellement depuis c’est une évidence, la pièce qu’il manquait à mon puzzle.
    Surement que tout ce qui a été fait avant dans mon cheminement à servis à comprendre mes sensations et l’évidence d’avoir une respiration en rythme à tout déclencher par la suite.
    Je vais essayer de synthètiser le chemin que j’ai pris – même s’il faut du temps – je souhaiterai souligner une chose qui me semble importante concernant le plaisir masculin. En partant du principe que l’orgasme éjaculatoire se présente comme une symbiose entre la montée du plaisir au niveau de la verge et les pulsations de la prostate.
    Sans avoir trouver sa prostate, ni s’en inquiété à vrai dire – je vivais très bien avant de tomber sur un article parlant du plaisir prostatique – on reste souvent sur la seul idée que l’orgasme masculin est lié uniquement au penis – c’est cet organe qui a la capacité de donner du plaisir à un homme. Si on découvre sa prostate – que l’on sait la situé – une fois un Aneros inséré – une pratique de la masturbation permet de se concentrer sur le mécanisme de la prostate qui s’active – plaisir – masseur qui « appuye » sur la prostate, érection, monté du plaisir, pulsation de la prostate, éjaculation.
    Je pense qu’effectuer à plusieurs reprises une masturbation avec un aneros permet vraiment de se situer sur les plaisirs ressentient à travers le gonflement de la prostate. C’est un début pour s’initier et ensuite s’éloigner du point A pour ne se concentrer que sur le point B.
    Mais que représentent les points A et B?
    Le penis est le A, la prostate le B, l’éjaculation ne peut pas arriver sans que A soit complémentaire de B. Je me permets de comparer cela au plaisir féminin. On a à tord, toujours dissocier la masturbation clitoridienne, la penetration vaginal, le point G ect – Sauf que tout étant relié, les uns amenent à la construction de l’orgasme à travers les autres. Une femme pouvant jouir clitoridiennement, elle pourra jouir également en ne massant que son point G – mais en liant les deux, le plaisir est décuplé également – mais si une femme fait le cheminement d’avoir un orgasme que du point G, ou que du clito, ou vaginal, elle pourra décupler son plaisir orgasmique par la suite.
    Il en va de même pour un homme, tout étant relié en terme de monté de plaisir et orgasme, arrivé à ne jouir que de la partie B (prostate) est quelque chose de nouveau, unique dans l’idée que l’on se fait du plaisir masculin.
    Cela apporte plusieurs choses:
    – une plus grande compréhension de son corps à travers la construction de son plaisir. Des orgasmes plus puissant, et en liant masturbation du penis et massage prostatique, les éjaculations sont également plus importantes.
    – une reelle tonification des muscles pelviens (erections plus fortes au passage, on bande comme à 20 ans)
    – une compréhension de la construction de l’orgasme feminin…il n’y a qu’en faisant le cheminement de la construction de l’orgasme prostatique que j’ai entièrement compris de quelle façon celui de la femme se construisait.
    J’en arrive donc à la façon dont je suis parvenu à obtenir plusieurs orgasmes de ma prostate. J’ai recommencé l’expérience plusieurs fois, mes sessions sont au passage plus courte qu’au début. Avant il me fallait bien 1h15, j’en suis à 40 – 45 min afin d’obtenir de très bonnes sensations et ce que je peux appeller des orgasmes postatiques que je peux répeter jusqu’à épuisement finalement. J’en ai compté une bonne dizaine toutes les 30 sec sur ma dernière session.
    Tout d’abord :
    – l’Aneros classic, il ne paye pas de mine, mais c’est votre meilleur allié, il est doux avec votre prostate, ne la brusque pas. Ne le bouder pas, au vu de sa conception, il est fait de telle sorte qu’il se positionnera automatiquement ou il faudra.
    dans la plupart des cas, je suis sur le dos, les jambes pliés, légerement écarté. Cette position reprise plusieurs fois sur le forum fonctionne à merveille. Une fois l’Aneros en vous – le meilleur conseil que je puisse redonner, c’est une totale détente, du calme – certains auront besoin de musique, d’autres non. J’ai complètement mis de coté tout cela, calme totale – aucun film porno, rien (cela a tendance à diriger vraiment l’esprit vers le penis…donc toutes vos contractions dirigés vers celui-ci, ce n’est en aucun cas désagréable, bien au contraire, mais ca ne m’a pas permis de construire correctement un orgasme prostatique)
    Il faut oublier votre penis, l’envie d’éjaculer, l’envie de le toucher, la construction d’un orgasme prostatique se passe à l’interieur de votre corps, dans votre bassin.
    D’ailleurs au début, privez-vous de vous toucher le penis, meme si par frustration que rien n’avance faites- le, car toucher votre penis redirige systematiquement le plaisir à l’initial. toucher le penis, c’est perdre 10 – 15 min de construction de l’orgasme prostatique (en tout cas au début) Le cerveau fonctionnant ainsi -> penis -> plaisir. Dès que vous effectuez ce geste, tout le bypass tombe à l’eau. En gros, le rewind consiste en cela, bypasser le schéma plaisir Cerveau – penis – ejaculation, en le contournant par Cerveau – signaux prostate – cerveau – plaisir prostate – cerveau – orgasme prostate. Ou comment arriver à se faire comprendre qu’il y a autre chose que l’automatisme découvert au début de votre adolescence.
    Ensuite, il faut suivre les conseils du traiter d’Aneros – mais j’aimerai vraiment ajouter un détail important, une précision que j’avais mal comprise pour ma part. LA RESPIRATION. pour moi, tout c’est déclenché réellement à partir de ma façon de gérer ma respiration.
    Une fois allongé, vous effectuez les exercices conseillés dans le traité, mais à travers ces exercies, la respiration doit être constente.
    On distingue en gros, une respiration via la cage toracique et une respiration dite abdominale.
    La respiration abdominale avec un rythme régulier m’a permis d’optenir de très bons orgasmes prostatiques.
    – commencer comme dans le traité par effectuer une respiration : expiration 10 sec en decontractant légerement, inspiration 10 sec en contractement légerement. En faite, cette idée de contraction doit etre légère, si vous avez bien travailler vos muscles pelviens, anaux, vous etes parfaitement capable de faire la différence entre les différents groupes et les faire travailler par alternance.
    Essayer au bout sur 10 / 15 min d’avoir un rythme régulier, en vous concentrant sur le masseur titillant votre prostate. Les contractions doivent être légères – de temps en temps permettez-vous une contraction un peu plus appuyer pour essayer de situer le masseur. Celle-ci devrait vous apporter de très bonnes sensations – mais stop – éloignez-vous de ces trop fortes contractions.
    Votre respiration alternée de 10sec entre inspiration, expiration, devrait également vous permettre au bout de 10 – 15 min de sentir le masseur « bouger »
    Essayer de creuser votre ventre en inspirant, le fait d’exagérer votre respiration abdominale permet au masseur de bouger (sans avoir la nécessité de trop contracter, toujours ressentir de contractions légères)
    Essayer d’être relacher également au niveau de l’expiration, en gonflant votre abdomen, le faite de gonfler, va permettre au masseur de bouger en glissant le long de votre prostate.
    A travers ces exercices respiratoires, je me suis appercu de plusieurs choses :
    – plus besoin d’effectuer des contractions appuyées sur ma prostate pour sentir le masseur
    – sentiment de construction du plaisir accentuer, tout est décuplé, et on sent réellement une évolution minutes après minutes
    – sensations du masseur sur la prostate plus doux, plus léger au début. Plus de sensation trop forte sur le point d’accuponctur.
    – toujours plusieurs erections au cours de la session, mais elles ne déconcentre plus, elles viennent, repartent.
    Adaptez un rythme régulier au niveau de vos exercices respiratoires- imaginez-vous que le masseur fait une sorte de mouvement de va-et-viens sur votre prostate, comme s’il glissait dessus, votre respiration, abdo creusés, ventre gonflé va faire naviguer le masseur et votre prostate va se gonfler.
    Vous devriez ressentir des tremblements (you are closed…) les tremblements des jambes indiques clairement que vous vous rapprochez de l’orgasme prostatique.
    Gardez le cap, concentrez vous sur votre respiration. On peut se retrouver destabiliser parfois, avoir envie de contracter très fort les muscles anaux pour appuyer le masseur sur la prostate. Eloignez-vous de cette envie (meme si elle semble délicieuse…le meilleur arrive après)
    Au bout de 10 min vous devriez avoir trouver un bon rythme respiration et sentir les mouvements du masseur.
    A ce moment là, il y a comme la sensation qu’une chose différente se produit – une ligne, comme si un tendon était présent au niveau de votre ventre ou se situe votre prostate, comme s’il se dessinait. Pour moi, cela a toujours été le signe qu’un orgasme se construit, et patience, lorsque je sens cette ligne, ce tendon se dessiner, le plaisir venant de ma prostate se décuple.
    Le plus difficile niveau concentration est ce passage ou vous sentez le masseur glisser sur votre prostate, celle-ci se durcie et la sensation de ce tendon dans votre abdomen augmente – il en faut en aucun cas :
    – tout stopper trop longtemps
    – avoir peur de ces nouvelles sensations, votre prostate ne va pas exploser et vous n’allez pas vous blesser
    – continuer doucement votre massage
    A partir de cette instant, votre masseur est « bloqué » par le gonflement de la prostate – je n’effectue que de très légères contrations (mais c’est deja très bon) votre souffle doit s’etre accelérer, et il va continuer d’acceler – il vous faut garder le rythme respiration, creuser votre ventre, le gonfler – vos jambes devraient trembler de plus en plus. Accordez-vous de courtes poses si vous commencez à faire des spaghettis avec les jambes.
    il faut compte quelques minutes avant de sentir votre prostate se durcir et apprécier le masseur à son contact. C’est à cet instant que vous pouvez appuyer le masseur en contractant – il va bouger tout seul par la suite.
    Le fait d’appuyer va déclencher une sorte de boucle, vous allez sentir votre bassin et vos bras, jambes tremblés, votre prostate pulser sur votre rythme cardiaque en gros. tout dépend de chacun, cela peut aller de 5 sec à 15/20 sec, puis il y a une sensation de décontraction totale – il vous suffit ensuite de redonner une contraction, le masseur va appuyer à nouveau sur la prostate, mais parfaitement, agréablement, et un nouvel orgasme arrivera.
    Vous pouvez jouer ainsi jusqu’à épuisement, l’orgasme déclenché, faisant bouger le masseur qui en déclenche un autre.
    Vous pouvez également basculer sur un masseur différent, une taille supérieur par exemple, pour effectuer une pression plus importante sur votre prostate.
    J’ai remarqué qu’une fois les orgasmes lancés, exercer une pression un peu plus importante sur la prostate ne coupe aucunement le plaisir, bien au contraire. Une fois ce seuil atteind – vous n’êtes plus maitre à bord.
    C’est vraiment des sensations uniques, des orgasmes longs, internes, qui partent véritablement du ventre. Il n’y a pas d’éjaculations, ni d’urines.
    Simplement, la prostate qui donne du plaisir. Cette partie B dont je parlais plus haut, qui combiné à la masturbation, permet d’avoir un orgasme éjaculatoire de qualité.
    Mais stimulé, massé seule, elle décharge des orgasmes incroyables, et en séries en plus.
    Ce que je voudrai savoir, est-ce que je vais continuer de chercher dans ma quete quelque chose de plus grand? quelle étape sur la carte au trésor se trouve après ces orgasmes en boucle? j’ai découvert l’orgasme mutliple? qu’en est-il des super O? est-ce des orgasmes qui arrivent avec la pratique? Franchement, je n’en sais encore rien, ci ce n’est que c’est deja très très bon.
    Encore merci au forum.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 3 jours par Avatar Madjek.
    en réponse à : Demande de conseils #34130
    Avatar
    Madjek
    Participant

    Merci beaucoup à tous les deux pour vos conseils et toutes les réponses que vous m’avez apporté.

    en réponse à : Demande de conseils #34118
    Avatar
    Madjek
    Participant

    Merci beaucoup à vous deux pour vos réponses, les conseils que vous pouvez apporter. C’est vraiment encourageant et rassurant
    Concernant la carte au trésor (merci pour le lien) je dois en être en tout objectivité et honnêteté à l’étape 40, 41 reste légé. Après, je dois avoir sauter une ou deux étapes, car sur la carte, je me retrouve sur certains points tel que le 43 – 44.
    Et je suis encore « loin » de perdre tout control, de convulser. Peut-être me laisser totalement aller.

    @aneveil >>
    « Cela ressemble tout de même beaucoup à un orgasme (qui peut prendre des formes très variées selon les personnes)
    Au début on a du mal à identifier les orgasmes car il n’y a pas de « fin » contrairement à l’orgasme éjaculatoire, »

    Je comprends surement mieux, donc j’aurai de petits orgasmes, enfin des débuts de construction d’orgasme. J’imagine que le rewiring est en bonne voie dans ce cas. C’est vrai que les sensations sont à chaque session amplifié.
    Et de plus, il y a toujours cette exitation qui arrive avant chaque session – donc c’est que mon corps, mon esprit trouve un reel plaisir à travers le massage prostatique.

    « La détente la plus grande possible après une contraction involontaire peut contribuer à faire durer et accroitre l’orgasme,
    en se laissant trop entrainer dans les contractions (sans détente) l’orgasme peut parfois s’essouffler rapidement. »

    -> je pense que je suis « coincé » à cette étape. Encore hier soir, j’ai pris 30 – 40 min pour me détendre avec l’aneros. Au bout des 40 min, j’ai senti à nouveau la prostate bien se gonfler et rebelotte des petites contractions involontaires, j’ai essayé de ne pas forcer, limite de « controler » les contractions involontaires mais elles sont quand meme brusque.

    Et j’ai vraiment le sentiment qu’après de fortes contractions involontaires, qui peuvent meme provoquer en parallèle une forte érection – meme si elles durent 2 min (grand max) ou tout se contracte (incontrolable donc) cela fini par s’essouffler. C’est comme si je n’arrivais pas à conserver le palier et travailler sur l’orgasme.

    Pire je suis sur de ne pas être loin de quelque chose, étant donné que j’ai une forte érection, je sens tout le plaisir monter de ma prostate, j’ai comme des sensations telle que celle juste avant d’éjaculer.

    Pour finir sur le masseur, je ne sais pas vraiment vers quoi me tourner, commencer ma session avec l’aneros, et une fois que ma prostate est gonflé, que le plaisir est là, grandissant, peut-être basculer sur le loki, il est plus gros, la tete appuyera plus fortement aussi, et commencer à jouer avec les vibrations, meme legère, permettrait de décupler l’orgasme, ou en tout cas, peut-être stabiliser le plaisir ressenti.

    A vous lire, en suivant vos conseils, j’ai le sentiment de ne pas arriver à conserver le plaisir (les mini orgasmes) et d’etre trop pressé. Je pense que je devrais plus me relaxer, me détendre dès que les contractions involontaires arrivent, et prendre le temps d’essayer de les conserver.

    Corrigez moi si je me trompe, mais en partant dans cette idée, démarche, le plaisir procuré par ma prostate devrait atteindre un palier – l’énergie sexuelle va s’accumuler, et cela devrait aboutir à augmenter l’intensité de l’orgasme, donc….un super O?

3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)