Site icon NouveauxPlaisirs.fr

Fuck Yes ! L’avenir du consentement ?

Consentement et Fuck Yes ! - NXPL

La notion de consentement à rénové ma sexualité. Il m’a permise de mieux percevoir mes limites, inviter mes partenaires à exprimer les leurs. Pour plus de respect, d’écoute et donc de plaisir partagé. Mais j’ai souvent trouvé le concept insuffisant.

J’ai par ailleurs régulièrement entendu des personnes (exclusivement des hommes cis, je vous laisserai juger de la coïncidence) me dire qu’ils doutaient de ce concept, le trouvaient piégeux. J’ai alors souvent balayé la question, me disant que la notion devait menacer leur position de force, et ne voulant pas m’y confronter.

Ne veux tu pas plutôt baiser des gens qui le désirent ?

Mais il y a peu un homme m’a tenu des propos qui ont retenu mon attention. Il me demandait si je voulais baiser des gens qui consentent …Si je voulais être baisée en consentant … Et me suggérait… Ne veux tu pas plutôt baiser des gens qui le désirent, être baisée en le désirant ?

Je commençais à mieux percevoir les doutes, le piège, l’insuffisance que je percevais du concept. Comme si le consentement pouvait être perçu comme une forme passive: accepter. Alors que désirer serait une forme active.

Nous lisons plus souvent des histoires où le consentement des femmes est outrepassé. Le concept de consentement ne continuerait-il pas malgré lui à faire perdurer un schéma ou les uns proposent et les autres acceptent ou refusent, de manière orientée, et peut-être majoritairement de l’homme vers la femme.

En tant que personne ayant reçu une éducation de petite fille, n’ai je pas plus de facilité à entendre et à accepter, à faire plaisir, plutôt que d’oser, d’entreprendre ? La petite fille devenue adulte veut elle avoir la parole pour dire oui ou non ou d’avantage dire “je veux’ ?

C’est pour cela que j’ai toujours enrichi ma perception du concept de consentement de processus actifs, “enpowerant”. Le consentement pour moi, ou plutôt l’éducation au consentement ne peut pas se contenter d’être celui du choix ou de son expression.

S’éduquer où se rééduquer au consentement, est pour moi un processus qui consiste à acquérir plusieurs aptitudes:

Des aptitudes qui relèvent de l’écoute de soi et bien de l’engagement actif. 

Le concept du Fuck Yes !

Le Fuck Yes! est un concept anglo saxon, qui propose l’idée suivante: si je ne suis pas totalement emballé pourquoi m’engager dans l’acte ? si je ne suis pas enthousiaste au point d’être actif “oh yes let’s go” pourquoi m’investir ? donc, finalement, ne baiser qu’entre gens qui le veulent avec volonté.

Si le concept est séduisant, il me heurte en ce qu’il dérange ma perception de désirs troublés, ambivalents et nuancés. Parfois, j’ai consenti à des caresses pour prendre la réassurance, avant de vouloir activement désirer.

Si j’avais dû refuser au prétexte de n’être pas tout à fait et immédiatement conquise aurait je pu vivre certaines opportunités. Aurai je pu vivre certaines de mes belles histoires actuelles si mon désir ambivalent avait été clôturé par un principe du “Fuck Yes!” ? Si tu n’est pas parfaitement ok, je vais chercher à consommer ailleurs.

Le Fuck Yes! est il le consumérisme du désir ?

Le Fuck Yes! est il le consumérisme du désir? Ou au contraire, à force de frustration, d’opportunités insaisies, mes désirs s’en seraient-ils relevé plus fort, plus fermes?

Alors autant le Fuck Yes! me semble une position un peu trop extrême pour me convenir, notamment en considérant le fait que les humains sont des êtres nuancés, autant le consentement me semble insuffisant s’il ne prend pas en compte le fait de pouvoir désirer activement. 

Si la question du consentement m’a aidée à me développer, mon cheminement se poursuit avec la question du désir.

Je ne préfère pas baiser des gens qui seulement y consentent, je préfère désirer avec eux, vibrer et résonner… Même si parfois l’enthousiasme prend du temps à se développer… Mais je suis créative pour cela… Je me fais confiance…

❤️ Soutenez NouveauxPlaisirs.fr ❤️

NouveauxPlaisirs.fr est un média sur la sexualité ludique totalement indépendant de ses partenaires. Pour le rester, nous ne mettons en place ni commission, ni pub, ni aucune autre source de financement. Le service est totalement bénévole (et veut le rester) mais coûte de l’argent chaque mois à Adam pour l’hébergement, certains outils informatiques, des sextoys ou accessoires rares qui ne sont pas chez les partenaires, et bien sûr, le temps passé à créer et maintenir le site.

Si vous aimez ce que nous publions et notre combat pour plus de connaissances sur la sexualité, soutenez nous en donnant une petite somme sur Tipeee (il y a possibilité de donner même 1 euro, ce n’est même pas un café…). Ce serait hyper sympa et ça nous donnerait les moyens de faire encore mieux !

Cliquez sur l’image pour aller sur Tipeee.
C’est simple et sécurisé !

Quitter la version mobile