Site icon NouveauxPlaisirs.fr

Les trois obstacles à une sexualité masculine épanouie

Imaginez un instant ce que serait le plaisir de conduire si vous n’aviez que l’usage de l’accélérateur, à l’exclusion de toute autre commande. Allez-y, réfléchissez…

Crédit photo Pixabay

Si vous voyez bien le tableau, vous arriverez sans doute aux conclusions suivantes :

Eh bien, pour beaucoup d’hommes, moi le premier, le plaisir solitaire ressemble à cette situation. En ce qui me concerne, jusqu’à très récemment, je n’ai pas connu grand chose d’autre qu’un chemin en ligne droite vers l’éjaculation.

Pourtant, j’avais l’impression qu’une autre expérience était possible, évoquée parfois avec un soupçon de mystère au travers d’un article ou d’une interview. Et ce d’autant plus que, m’étant d’abord intéressé au plaisir féminin, j’y avais trouvé beaucoup de matière à réflexion.

Les zones érogènes, les seins, le clitoris et les nombreuses façons de le stimuler, le vagin, le point G, l’anus… L’atmosphère, les préliminaires, les caresses, les jeux de rythme, le chaud et le froid, les orgasmes multiples… J’avais l’impression que les femmes avaient devant elles un menu très complet, une palette pleine de nuances, et que nous, les hommes, n’avions droit qu’à un plat unique, monochrome et fade.

Et depuis un an, je découvre que nous avons de vastes paysages à explorer nous aussi. Il suffit juste de faire tomber quelques murs bien érigés dans notre conception des choses.

Et d’arrêter de courir après notre queue.

Crédit photo Shutterstock

Commençons par les trois idées à démonter

Toute la triade

tension – érection – éjaculation

est complètement facultative pour une sexualité riche et épanouissante. Et ce sont même des obstacles, des barrières qui emprisonnent notre vie intime.

Je m’explique :

Le plaisir sans érection est tout à fait accessible seul. La découverte d’autres zones érogènes (cuisses, tétons, périnée, testicules, anus, prostate) peut vous amener peu à peu à étendre vos sensations à votre corps entier.

Qui plus est, des frissons comme le plaisir prostatique en procure peuvent se diffuser dans d’autres parties de votre corps. A titre d’exemple j’ai déjà ressenti pour ma part des pétillements orgasmiques se diffuser dans mon ventre, dans ma poitrine et jusque dans ma gorge. Si vous êtes branché chakras, cela devrait vous évoquer quelque chose.

Mieux encore, à deux on peut envisager une sexualité sans érection. Le mouvement « slow sex » propose des pratiques dans lesquelles on aborde le coït sans préliminaire et sans érection nécessaire. Autrement dit, on se retrouve au lit, et avec l’aide d’un peu de lubrifiant, madame introduit doucement le pénis de monsieur dans son vagin. Puis on s’installe dans une position confortable, on laisse vivre les sexes ensemble, érection ou non, on se parle, on laisse venir les émotions et sensations, sans chercher à augmenter la tension par des mouvements de bassin ou autres.

La tension, parlons-en, tiens !

Le voilà, le fameux accélérateur unique dont je parlais en introduction. Nous avons construit, via la masturbation, la pornographie et une bonne partie de notre culture, une vision du sexe où l’on va de plus en plus vite et plus en plus fort jusqu’au point de non-retour orgasmique, qui précède une plongée dans les limbes.

Le porno nous montre des gros baraqués qui liment pendant des dizaines de minutes sans perdre ni le contrôle, ni leur érection (merci les scènes coupées au montage) – et on veut faire pareil. Alors qu’un long baiser passionné peut déjà nous faire monter haut dans les tours.

Et donc on frotte, on lèche, on s’agite.

Ce qui mène souvent à des « problèmes » d’éjaculation précoce. Drôles de problèmes d’ailleurs: on fait tout ce qu’il faut pour éjaculer le plus vite possible, et on s’étonne que ça arrive. Ou pire, on se déconnecte des sensations en pensant à autre chose.

Parce qu’on sait au fond de nous que l’éjaculation, c’est un peu le générique de fin du film.

Et c’est un cliché qui a la vie très dure. Si bien que la première fois qu’un homme a un orgasme sans éjaculer, généralement il se sent un peu bizarre, et retourne très vite vers un orgasme éjaculatoire. Ça vaut aussi pour la deuxième, la troisième, la quatrième fois, et un certain nombre des suivantes.

Alors qu’on peut tout à fait avoir un orgasme sans éjaculer.

Pour de vrai.

Et même « des orgasmes » sans éjaculer un seul instant.

Crédit photo Pixabay

Des plaisirs nouveaux, vastes et inattendus

J’ai eu la chance de connaître d’autres formes de jouissance. Des fulgurances qui m’ont fait résonner de longues minutes, le cœur battant à tout rompre. Des moments immobiles, à laisser doucement mon corps se remplir de bien-être. Et aussi des creux où rien ne se passe.

Mais tout ça vaut vraiment la peine.

L’éjaculation est un plaisir simple et très facilement accessible tout simplement parce qu’il est nécessaire à la survie de l’espèce. Nous sommes conçus, nous les homo sapiens mâles, pour envoyer nos spermatozoïdes de manière fiable et rapide en toutes circonstances.

Et nous endormir une fois le devoir accompli.

Mais s’il n y a plus de devoir, et seulement de la joie, on peut s’affranchir de cette ligne droite vers un but unique et partir à la découverte d’un vaste monde de plaisirs.

Je ne suis qu’un jeune explorateur de cet univers, mais j’adore ce que j’y découvre. Et j’en apprends beaucoup sur moi-même – des expériences que je partage sur mon blog. Je vais vous donner une piste, simple à comprendre et douce à appliquer, pour vous engager sur la route.

Par quoi commencer ?

Eh bien, il nous faut d’abord accepter que nous, les hommes, avec notre sexe extérieur que l’on connaît par cœur, ne connaissons pas si bien que ça notre propre sexualité, et qu’il y a un vaste univers à explorer – tout seul.

Avec peut-être quelques jouets dans la besace, mais surtout la fraîcheur d’esprit de quelqu’un qui s’apprête à découvrir.

Pour commencer en douceur, partez de ce que vous connaissez : la masturbation. Libérez-la de vos habitudes :

bander – s’agiter – éjaculer.

Et enrichissez-la.

Crédit photo moho01@pixabay

Faites-en un rituel, un moment pour vous, seul à seul, pour vous faire du bien. Ce sera très probablement plus long que de se masturber à la sauvette devant un bout de vidéo – et bien meilleur pour le corps et la tête.

Laissez de côté votre ordinateur, prenez un flacon d’huile de massage, et massez-vous sensuellement. Découvrez vos zones érogènes, détendez-vous, ne cherchez pas forcément la montée en puissance. Jouez à alterner les caresses sur tout votre corps avec la stimulation de votre sexe. Le cadre est très libre, focalisez-vous sur vos sensations, surtout celles qui sont discrètes et légères.

Apprenez à jouer avec les différents régimes que votre corps peut connaître. Vous verrez que vous pouvez atteindre des plateaux très agréables, quoique moins forts que vos orgasmes habituels, et y rester plusieurs minutes.

Offrez-vous quelques séances sans trop de cadre, savourez tout simplement. Si vous arrivez au point où l’envie d’éjaculer devient trop forte, allez-y sans vous prendre la tête. Mais essayez de temps en temps de ne pas aller jusque-là.

Simplement en vous détendant et en respirant profondément.

Le Tao propose des techniques pour retenir l’éjaculation, à base de respirations, de contractions, de pressions sur certains points du périnée, quand vous êtes juste au point de non-retour. Et je vous encourage à pratiquer ces exercices, même si pour ma part je les ai trouvés vraiment difficiles à mettre en œuvre.

Le meilleur conseil que je puisse vous donner est d’apprendre à vous satisfaire de l’état que vous atteignez à quelques pas de l’orgasme. Restez dans cette zone de confort, alternez les caresses avec des respirations profondes, acceptez de perdre votre érection, pour la retrouver (ou non) plus tard.

C’est un long chemin qui vous attend avant d’avoir des résultats flagrants, alors restez cool avec vous-même. La nature vous a conçu pour vous reproduire, et vous avez probablement eu jusqu’ici une sexualité majoritairement génitale et éjaculatoire. Il est temps pour vous d’accéder à d’autres dimensions de plaisir.

Crédit photo Pixabay

Et d’énergie.

Parce que ce changement que vous initiez en vous va aussi vous amener à garder votre énergie. Sans la mise à plat qui suit une éjaculation, vous pouvez rester pleinement disponible à ce qui vient après avoir pris votre pied : recommencer peut-être, mais aussi pourquoi pas vivre votre vie, agir, créer, dans cet état de bien-être intense.

Deux conseils en bonus

Sur ces explorations que vous initiez, je vous encourage à deux petites choses :

Et pour aller plus loin ?

Vous avez envie de pouvoir jouir autrement, dans d’autres endroits de votre corps, dans d’autres espaces de votre tête et de laisser rayonner ce bonheur autour de vous. Croyez-moi, les niveaux de bien-être que vous pouvez atteindre dépassent votre imagination.

Crédit photo Pixabay

Mais tout cela s’explore, va et vient. Certains comme moi trouvent le chemin en quelques semaines, puis le perdent pendant des mois. D’autres mettent longtemps à avoir des résultats, mais construisent des bases solides pour aller chaque jour un peu plus loin.

Alors, restez cool avec vous-même. Quoi que l’on vous promette, n’attendez rien de plus qu’une découverte, nouvelle chaque jour, et un moment de détente.

Explorez le Tao, le Tantra, le massage prostatique… l’hypnose érotique ou le « slow sex ». Chaque chemin est différent, parcourez-en plusieurs pour découvrir ce qui vous met le plus à l’aise. Faites votre route, tranquillement.

Je continuerai à vous donner des idées sur mon blog www.eveilletajoie.fr. Allez y faire un tour, y compris dans les premiers articles, vous y trouverez de la matière pour vos explorations personnelles.

Pour reprendre ma métaphore du début, vous allez apprendre à conduire partout et à savourer votre voyage: pied au plancher sur les autoroutes désertes, vitres ouvertes tout en douceur sur les chemins campagnards, ou collé aux virages des routes sinueuses de montagne.

Ce sont tous les bonheurs que je vous souhaite.

Cet article est écrit par mon copain du blog Eveille Ta Joie, un bon blog sur l’éveil à une sexualité masculine plus diversifiée et que je vous recommande de lire car il est très complémentaire à NouveauxPlaisirs.fr

Comme le dit notre auteur son blog explique comment un homme d’aujourd’hui peut se responsabiliser face à sa sexualité, se libérer des carcans qui brident son énergie, et être pleinement homme en investissant son cœur, sa tête et son sexe.

Quitter la version mobile