NouveauxPlaisirs.fr

Mes fantasmes, une fenêtre sur le désir des hommes (NSFW)

Les hormones bouillonnent dès que la chaleur de l’été monte. Mes lectrices se posent pas mal de questions sur les fantasmes masculins. Du coup, je vous ai préparé un article sur mes fantasmes d’homme. Attention, l’article est beaucoup plus explicite que d’habitude.

J’ai choisi d’illustrer mes fantasmes et désirs avec les images qui m’ont vraiment excitées mais qui étaient trop explicites pour être publiées sur mon blog de photos sensuelles. Prenez donc cet article, comme une plongée décadente et lubrique dans les désirs intimes du  subconscient érotique d’un homme.

Vous découvrirez que, pour moi en tout cas, la puissance de l’excitation vient de la tension sexuelle, de la complicité avec le partenaire et de sa perversité coquine, de la perte de contrôle, du sexe non politiquement correct, du plaisir des yeux, du goût, de l’odorat, des fluides corporels, etc…

Voici donc quelques uns de mes fantasmes …

J’aime quand tu es coquine et te dévoiles comme cela, doucement, tu écartes délicatement les jambes… tu me regardes et tu me laisses entrevoir ton sexe humide et tu sais que je ne peux en profiter. Puis, tu refermes tes jambes, tu te penches près de moi et tu me dis « j’ai si envie de ta bouche sur mes lèvres, sur mon clitoris … mais tu sais que ce n’est pas possible maintenant … je te les offrirais quand nous rentrerons à la maison… en attendant, je veux sentir ton sexe durcir à travers ton pantalon … » Et elle pose sa bouche sur la mienne et sa main sur mon entrejambe…

Attachée, masquée, à mon entière merci pour ton plus grand plaisir. Je regarde ton sexe, le dévore, je te lèche, te pénètre et tu ne peux que t’y soumettre… J’aime ta bouche en O, les râles de plaisir qui en sortent, tes seins qui bougent sous mes coups de reins, tes yeux entrouverts qui m’indiquent que ton plaisir est exquis… et tu profites juste de l’instant, acceptant la reddition de ta volonté de garder encore un peu de contrôle, te concentrant uniquement sur cette chaleur qui enfle en toi et cette vague qui approche …

Oh … te voici dans une si belle tenue … et ce regard qui me dit « regarde comme je suis coquine en portant ça »… J’aime quand tu te prépares comme ça, que tu m’excites avec une tenue tellement érotique, qui inspire à la débauche, qui met en valeur tes courbes. Tu te trémousses devant moi, puis petit à petit tu enlèves ce qui cache le haut … le jeu peut alors commencer…

Tu enlèveras ton string devant moi, tu viendras me susurrer à l’oreille « prend le, respire le et garde le dans ta poche, il porte mon odeur, il est pour toi ce soir » et tu te promèneras sans culotte toute la soirée à mes cotés en me précisant oh combien tu es dégoulinante. Je laisserais mes mains se balader de temps en temps, juste pour vérifier…

Oh oui… Regarde moi et branle moi en me regardant au plus profond de mes yeux… je veux que tu y lises mon plaisir, ma bataille contre des  vagues de plaisirs qui me submergent.  Je veux que tu apprennes à me dominer, a savoir quand je vais craquer, a stopper juste avant le point de non retour, avant de reprendre ton œuvre lubrique pour durer toujours plus longtemps pour faire monter cette pression… avant mon râle incontrôlable, ma puissante délivrance, ce liquide chaud qui décorera de motifs luisants tes hanches et mon corps, nous parfumant de cette odeur de sexe si reconnaissable…

Seul, au dernier rang du spectacle, dans le noir, tu te toucheras, tu me lécheras l’oreille et tu me diras « je suis si excitée, j’ai une telle envie de jouir maintenant… ». Alors tu écarteras tes cuisses, tu descendras délicatement ta main et tu joueras avec tes lèvres, tes tétons, de manière discrète, en laissant échapper le moins de soupirs et de cris possible. Et tu caresseras délicatement mon sexe sans vouloir me faire jouir jusqu’à ton orgasme, inévitable, fort et humide que tu me décriras en me chuchotant tes sensations tout doucement au creux de l’oreille…

Ah ton cul … mon doigt dans ton cul, mon sexe dans ta chatte, tu le sens ce pouce qui te fouille ? Tu l’aimes ?… J’adore quand tu mouilles comme ça, quand le sexe est humide, gluant, dégoulinant, le sexe propre c’est pour les autres, moi j’aime quand c’est visqueux. Je veux voir ta mouille couler, sentir ton cul se battre et abdiquer, pulser autour de mon doigt qui s’introduit et te commande maintenant, sentir, à travers la fine paroi qui se trouve entre ton sexe et ton cul, mon sexe pénétrer ton vagin et faire son œuvre en toi…

M’abreuvant de ta cyprine pendant que ta complice chevauche ma queue, je veux que l’on jouisse tous ensemble… Je veux que tu te branles sur moi pendant que ma langue est dans ton con, que tu éjacules sur mon corps, que tu me recouvres le visage de ton jus délicieux. Je veux que ta complice me rende dingue, engloutisse mon sexe, je veux sentir la chaleur de sa chatte, les battements de ses entrailles, entendre ses gémissements, tes gémissements, nos gémissements à l’infini suspendu dans le temps …

Il n’y a rien qui m’excite plus qu’un filet de mouille dégoulinant d’une chatte trempée d’excitation… j’ai envie de toucher cette stalactite à l’honneur de la décadence, de jouer avec entre mes doigts, de la porter à ma bouche, de la goûter. Son goût me rend dingue, fait monter la température comme à la surface du soleil, m’aveugle. Ce cocktail chimique de goût et d’odeur prend alors le contrôle de mon corps, déclenche la plus puissante des excitations, je suis à toi maintenant … fait de moi ce que tu veux, je ne peux qu’obéir à tes désirs, je suis à toi.

Tu la goûteras alors que je regarderais assis sur le sofa… tu te délecteras de son odeur intime… Tu la lécheras, et je vous regarderais, sans intervenir, en touchant mon corps, surtout mes tétons, mon sexe, mais en vous laissant seules, toutes les deux, seules pour le moment, avant que la tension ne fasse son effet, avant que vous me donniez le go par ce regard mutin, mais complice qui m’invite à me joindre à cette belle danse sexuelle…

Être prise par deux hommes, ne plus savoir où donner de la tête, fusionner les sexes, les orifices, les bouches, les mains et jouir jusqu’à plus soif… Sentir les sexes contre mon corps, des seins, des culs, des bouches, des odeurs, des courbes. Sentir les corps onduler, se branler irrésistiblement les uns contre les autres, ta vulve se frotter sur ma cuisse, mon sexe fièrement dressé dans ma main … et … oh oui … le sexe de notre compagnon d’orgasme te pénétrer, ravager ta chatte jusqu’à te faire crier et couler sur les draps du lit… alors que tu me regarde …

Faire la fête, mais avec classe, érotiser l’ambiance avec de petites tenues, ne pas trop montrer, juste ce qu’il faut pour faire monter l’excitation… voila comment j’imagine le début de la soirée. Apercevoir tes seins sous ta robe décolletée, les voir pointer à travers le tissu fin, essayer de s’échapper sur le côté, tout en admirant tes courbes parfaites et tes regards d’invitation à la débauche, prélude à la fin de soirée…

Faire la fête, nus, sans limites, jusqu’au petit matin … Retrouver le plaisir de se lâcher de mes 20 ans tout en profitant de l’expérience accumulée, sauter sur le lit, se déshabiller, se débarrasser de ses inhibitions et mettre la musique à fond, boire du champagne, mais pas n’importe lequel, du Ruinard sinon rien. Embrasser, lécher et se retrouver tous dans un jeu de construction totalement décadent et lubrique, mais si agréable … Faire jaillir les envies, la fête se transforme en débauche …

Tremper mes doigts dans ton sexe, les recouvrir de ta mouille, de ton fluide bien visqueux, jouer avec les filaments pour mieux les goûter en te regardant dans les yeux… me laisser pénétrer par ton odeur. Utiliser ta mouille pour lubrifier mon sexe, te demander de me branler avec, porter ton jus à ma bouche et te déguster alors que tu me branles bien fort sans t’arrêter en me léchant les tétons, tu rendra la montée de l’orgasme inarrêtable,  impossible à contrôler, je la sentirais monter si vite mais tu continueras et tu me feras éjaculer sur ton corps pour y dessiner les lignes de notre amour…

Alors tu as décidé de m’attacher et je me suis laissé faire … maintenant je suis à ton entière volonté, je ne puis bouger, juste recevoir. Tu me lècheras mes tétons, tu sais que cela m’excite tant… puis une fois que je banderais fort, droit, la verge boursouflée de désir, tu t’assiéras sur moi, ton sexe sur ma peau. Tu sortiras ton vibromasseur et tu me feras découvrir le plaisir de ne pas pouvoir résister à tes envies. Tu feras céder mon esprit, tu enfonceras toutes les portes, jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien de ma volonté et tu me feras alors jouir de tes merveilleux talents pour créer la tension…

Oh mesdames, mais si l’on renversait les rôles, j’ai envie de vous voir avec un beau pénis, j’ai envie de me sentir femme, j’ai envie de sentir votre souffle sur ma nuque pendant que notre bite en silicone s’enfonce délicatement dans mon cul. J’ai envie de rendre les armes, de vous ouvrir mon trou et de vous laisser me faire jouir de la prostate. Tu serais câline et directrice à la fois, rassurante, mais déterminée à me procurer de multiples orgasmes prostatiques jusqu’à ce que mon corps convulsant soit trop chargé en désir et que j’éjacule dans la bouche de notre complice qui me suçait depuis le début… douce petite mort … le temps s’arrête …

Rien n’excite d’avoir accès tout de suite à ce que l’on convoite, il faut frustrer, surprendre, tendre la corde du désir jusqu’à ce qu’elle donne une note cristalline et parfaitement accordée. C’est dans cette tension que se loge le secret le plus intime des hommes, celui qui les rend dingues, qui les fait bander et mouiller pour vous mesdames.

Vous l’avez vu, j’aime la tendresse, le respect mais aussi la perversité, la décadence et la luxure. J’exècre le sexe propre, sans tâche, stérilisé, sans odeur, sans goût. J’aspire à du sexe où l’on termine les draps souillés de nos fluides, les corps parfumés à l’odeur du sexe, les cœurs battant la chamade, les muscles endoloris par l’effort, les cheveux en bataille et le sourire ineffaçable.

Alors, est-ce que ces fantasmes sont étonnant pour vous, mesdames ? Ils vous plaisent, vous dégoûtent, vous surprennent, vous excitent ?  Quel effet cela fait de découvrir de vrais désirs d’un homme au grand jour ?

Vos fantasmes sont-ils les mêmes que les miens messieurs ? Suis-je spécial ? Bizarre ? Barré ?

Commentez sur ce qui vous excite à votre tour 🙂 Les fantasmes sont des bêtes lubriques et cannibales qui se nourrissent d’autres fantasmes pour se développer, grandir et devenir si puissants de temps en temps …

Exit mobile version