Site icon NouveauxPlaisirs.fr

Orgasme prostatique – Journal de ma première année – partie 3

Test du masseur prostatique Aneros Helix Trident - NXPL

Cet article est la traduction du témoignage passionnant apporté par @thepassenger, un membre respecté et connu du forum officiel du fabricant de masseurs prostatiques Aneros.

Nous proposons une version traduite en Français (merci mille fois à Andraneros, c’est lui qui a fait ce boulot titanesque) pour vous en faciliter la lecture.

Nous avons ajouté les sous-titres, scindé certains paragraphes et supprimé quelques passages pour le rendre plus compatible avec un format article. Nous le publions en 3 parties, ceci est la troisième partie.

Découverte de l’A-less aux alentours du 7ème ou 8ème mois 

Nous n’avions pas toujours du temps pour faire une session, de temps en temps ma femme et moi avions des ébats et je ne voulais pas attraper un Aneros et metre en place la lubrification. Je me trouvais en manque sans les stimulations de mon Aneros. 

Cette situation m’a conduit à l’étape suivante de mon cheminement, A-less. Avec tout ce que mon corps avait appris jusqu’à ce moment plus les bénéfices de la rétention séminale, j’ai découvert que, quand je n’avais assez de temps pour faire une session avec l’Aneros mais que ma femme commençait à me lécher, les orgasmes secs commençaient maintenant à se produire même SANS AUCUN ANEROS EN PLACE. Ils devenaient aussi intenses et même PLUS INTENSES. A ce stade J’AI  ÉTÉ COMPLÈTEMENT BOULEVERSÉ. Est-ce que ça signifiait que je n’avais plus besoin d’Aneros ? Jusqu’où mon cheminement allait-t-il m’emmener ? 

Découverte de l’orgasme pénien sans éjaculation 9ème ou 10ème mois 

L’évolution suivante fut qu’après environs 2 ou 3 semaines de rétention séminale, chaque fois que je faisais une session avec ma femme, j’avais quelques légères éjaculations, bien que je ne fusse pas sûr qu’elles méritaient ce titre. La pression s’accumulait avec la sensation d’une éjaculation mais mes muscles PC ne se contractaient pas complètement. Quand j’éjaculais dans sa bouche, elle disait qu’elle ressentait un simple écoulement lent et non le jet explosif d’une éjaculation normale. Et le volume était plus faible. Ça ne me donnait clairement ni tout le plaisir ni la satisfaction d’une éjaculation normale. 

Une autre fois j’ai eu l’impression que ça tournait en ce qu’on appelle un orgasme ruiné. L’éjaculation faible a commencé mais a cessé avant toute émission de liquide. Ma femme m’a dit qu’elle pouvait en reconnaître le goût, donc il y avait quelque chose, mais aucune quantité de fluide n’était détectable. 

Ces éjaculations légères s’étaient produites  avec l’Aneros de temps en temps et même une fois sans Aneros. Cette évolution ne me posait pas de problème, Je me suis inquiété d’abord, mais jusqu’à ce moment elles ne faisaient pas baisser le niveau de mon énergie sexuelle comme le faisait une éjaculation normale. C’était peut-être un peu comme la traite de ma prostate ? 

Je me sentaiss un peu vidé pendant une courte période après coup, mais je retrouvais toute mon énergie après quelques heures. Dès la session suivante avec ma femme, c’était une cascade d’orgasmes secs et cette sensation de presque éjaculation avait disparu. Donc ce n’était définitivement pas comme une remise à zéro de ma rétention séminale ; c’était plus comme un retour une semaine en arrière d’où j’étais. 

Les super O’s – « The Passenger »

J’ai fait, à peu près à cette époque, une session à l’occasion d’un voyage de ma femme pendant 2 jours. Je n’avais pas utilisé l’Helix Syn depuis un certain temps. Cette fois-ci, je ne sais pas si c’était un bon matin ou si j’avais lubrifié à la perfection ou tout autre chose. Quoiqu’il en soit j’ai inséré l’Helix Syn et je me suis allongé sur le lit. J’ai rapidement eu de profondes contractions involontaires, mon corps se faisait l’amour et c’était parti mon kiki. Quelque soit la position que je prenais je redoublais de jouissance et j’avais sans fin orgasme sec sur orgasme sec. J’avais l’impression d’être comme un passager de mon corps quand cette chose me faisait carrément l’amour. J’avais perdu le contrôle. Ce fut une de mes sessions préférées. 

Je n’ai pas eu besoin, ni même eu le temps d’y penser, de toucher à mes tétons ni à aucune autre zone de mon corps. Je ne sais pas combien de temps a duré cette session, une heure peut-être plus. A la fin je me suis levé et suis allé à la salle de bain pour retirer l’Helix. Quand je me suis mis en marche, l’Helix m’a à nouveau fait intensément l’amour. Ça m’a stoppé net sur mon chemin, l’intensité du plaisir a doublé et j’ai dû prendre appui sur la porte de la douche. Je n’en n’avais pas fini ! Ça a duré encore quelques minutes de plus et j’ai réussi à mettre fin à la session. Les effets secondaires de cette session ont duré toute la journée. Ce fut un grand jour ! 

Conclusion 

Avez-vous remarqué que je n’ai pas utilisé l’expression « super O’ » une seule fois ? Je pense que cette expression est devenue quelque peu une énigme. Pour de nombreux utilisateurs je pense qu’elle conduit à des attentes déraisonnables. Quand quelqu’un se réfère à « super o’ » je lis simplement orgasme sec. A moins qu’il n’y ait une description plus complète pour préciser les choses, c’est tout pour moi. Je peux voir comment le terme a été utilisé à des fins de marketing mais pour des descriptions concrètes sur ce forum ça ne sert à rien ! 

Le pseudonyme que j’ai choisi « The passenger’ va bien avec l’approche que j’ai de l’Aneros. Laisser-vous aller et laisser votre corps et votre subconscient prendre le contrôle. Concentrez-vous intensément sur ce que vous ressentez mais n’essayez pas de forcer vos sensations. Suivez simplement la chevauchée ! 

A ce stade j’ai une question ; mes orgasmes me font beaucoup trembler et ressemblent à des convulsions. Ils m’apportent des sensations incroyables et je les apprécie comme rien d’autre. Cependant ils sont quelques fois comme des séances d’exercices et me laissent en sueur et quelques fois physiquement fatigué.

Est-il arrivé que certains d’entre vous aient d’abord eu de tels orgasmes et aient pu un peu plus tard acquérir la capacité d’en avoir de plus calmes, plutôt comme le 1er orgasme sec dont j’ai fait l’expérience ? Comment y arriver ? 

The passenger

Les articles de la série :

  1. Orgasme prostatique – Journal de ma première année – partie 1
  2. Orgasme prostatique – Journal de ma première année – partie 2
  3. Orgasme prostatique – Journal de ma première année – partie 3

Soutenez NouveauxPlaisirs.fr

NouveauxPlaisirs.fr est un média sur la sexualité ludique totalement indépendant de ses partenaires. Pour le rester, nous ne mettons en place ni commission, ni pub, ni aucune autre source de financement. Le service est totalement bénévole (et veut le rester) mais coûte de l’argent chaque mois à Adam pour l’hébergement, certains outils informatiques, des sextoys ou accessoires rares qui ne sont pas chez les partenaires, et bien sûr, le temps passé à créer et maintenir le site.

Si vous aimez ce que nous publions et notre combat pour plus de connaissances sur la sexualité, soutenez nous en donnant une petite somme sur Tipeee (il y a possibilité de donner même 1 euro, ce n’est même pas un café…). Ce serait hyper sympa et ça nous donnerait les moyens de faire encore mieux !

Cliquez sur l’image pour aller sur Tipeee.
C’est simple et sécurisé !

Exit mobile version