Site icon NouveauxPlaisirs.fr

Découverte des soirées libertines “Embrassez qui vous voulez”

Soirée libertine Embrassez qui vous voulez - NXPL

Le jeudi 25 mai, se tenait une nouvelle édition des soirées concoctées par Laslo Sardanapale, “Embrassez qui vous voulez”. Sublimer les sens, tous les sens, c’est là l’idée originale qu’à eu Laslo qui a “créé les soirées auxquelles il aurait aimé être invité”.  Ce concept, inédit rassemble dans un lieu chic et cosy, les mondes de l’art érotique, des happenings et une partie libertinage pur où les convives peuvent…. hum… s’adonner à des pratiques joueuses et souvent plurielles. 

J’avais très envie d’y participer (l’art, toujours l’art!) et du coup, j’ai sollicité l’adorable chef Jérôme Marchand, merveilleux cuisinier s’il en est (il faut voir, et goûter, ce qu’il fait avec les restes de mon frigo!) pour parvenir à accéder à cette soirée. J’ai également sollicité une entrée pour ma copine C, et pour petit chat, notre amant commun. Ça va finir en trouple, cette histoire à force qu’on nous voit débarquer régulièrement à trois ! 😉

Après quelques couacs internéttiens, car Laslo a vraiment été envahi de candidatures, nous tenions enfin le Graal: 3 invitations pour la soirée “Embrassez qui vous voulez”,
Je vous raconte?

Le Taken s’était mis sur son 32 (oui il est toujours sur son 31 😉 ) (Photographe Daniel Power)

C’est une magnifique journée qui débute ce week-end de 4 jours, la route vers Paris est fluide, et sur l’île Saint-Louis, je me gare avec deux heures d’avance, à 20 mètres du très chic Taken Club, ça commence très bien cette soirée !! Je croise Alice et Pat, les masseurs BDSM qui arrivent, déjà habillés pour la soirée, sous le regard perplexe des touristes.

Après avoir tué le temps au soleil, je récupère mes deux accompagnateurs de ce soir et nous nous dirigeons vers le club. Il n’est pas encore 21h, néanmoins il y a déjà du monde qui attend et je reconnais ça et là, des transfuges de l’apéro libertin parisien, dont mon boss adoré Adam du blog Nouveaux Plaisirs, bisous et embrassades s’ensuivent.

L’escalier de descente vers le club (photo Daniel Power)

Les portes du club ouvrent, nous entrons à trois et nos noms sont cochés sur la liste des invités. Nous sommes accueillis par la maîtresse de cérémonie, la sublime Max Dray, drag queen à l’allure folle, quelle classe, et quels talons!!  On nous passe autour du poignet un ruban imprégné de Lady Scarlet, le parfum aux fragrances gourmandes de Madame Marie-Line, et j’avance un peu au delà de l’accueil pour me changer et troquer mon jean contre la robe Catanzaro que je vais porter ce soir, le haut est très transparent et je ne me voyais pas déambuler ainsi dans la rue.

La superbe Max Dray (Photographie par Ressan)

Nous déposons nos affaires au vestiaire et nous accédons à l’escalier, où nous attend Laslo qui tient à saluer personnellement chacun de ses invités. C’est ma deuxième fois au Taken Club, et je retrouve l’ambiance classe et cosy de ce magnifique endroit. L’accueil du staff est souriant et chaleureux.
Tout le monde ou presque est apprêté, même si j’aperçois ça et là quelques messieurs qui portent un jean, dont un en tennis. Les dames elles, sont toutes plus belles les unes que les autres et j’en repère plusieurs qui semblent porter des robes Catanzaro. En effet, le célèbre couturier fetish offre un bagage siglé à sa griffe à toutes les femmes qui viendront avec une robe de sa marque. À priori, le message est passé!

Mais voici de quoi s’amuser 😉 (Photographe Daniel Power)

Le club est archi blindé, on peine à naviguer entre les participants, néanmoins, nous repérons notre chef de cuisine préféré et le remercions chaleureusement de nous avoir placé sur sa liste d’invités. Nous nous promenons dans le club où je découvre les nouveaux habillages des banquettes (je ne suis pas venue depuis novembre), les murs sont ornés des tableaux de l’artiste Patrick Blondeau, parfaitement mis en valeur par les murs de pierre.

Nous prenons un verre. Chaque passage au bar offre aux convives la possibilité de tirer une enveloppe avec un cadeau. Certains sont magiques, j’ai entendu parler d’une croisière ! Nous repartons C et moi, ravies avec un flacon de Lady Scarlet. Je salue Daniel Power, photographe de talent, papote quelques minutes avec l’adorable Stella Tanagra dont le style d’écriture torride tranche singulièrement avec son visage angélique, et qui est d’une gentillesse exquise. C discute agréablement avec son amie, la talentueuse auteure Clarissa Rivière.

Mademoiselle A, plus sublime encore si c’est possible qu’à l’ordinaire se lance dans un mini-concert avec quelques chansons de Gainsbourg dont je suis une fan absolue.  La dernière chanson en particulier, la Javanaise, emporte tous les convives dans un moment de communion hors du temps. Tout le monde chante, les gens s’enlacent ou se tiennent la main, j’en ai des frissons. Alice, toujours perfectionniste, me dira avoir été contrariée par la qualité de sa prestation. Qu’elle se rassure, sa voix était merveilleuse.

Patrice Catanzaro, une personne tout à fait charmante et un designer d’un talent fou ! (Photo Ressan)

Après le concert, nous filons souhaiter un joyeux anniversaire à Cyrille, son producteur de mari, et nous montrer à Patrice Catanzaro, dans les robes qu’il a créées. Puis la musique aidant, je me retrouve sur la piste de danse qui est vite envahie, je suis rejointe par petit chat, et puisque c’est le thème de la soirée, nous embrassons qui nous voulons. Ça tombe bien, je veux l’embrasser lui, il veut m’embrasser moi…

Ça commence à devenir torride d’autant que le haut de ma robe est très très transparent, que mes épaules sont nues et qu’il s’amuse à tirer sur le décolleté pour exposer mes seins.. Nous nous replions donc vers l’espace du club qui est dédiée au libertinage.

Problème : c’est déjà blindé, il y a même les caméras de Canal Libertin qui sont là. Interviews des invités et tournage de certaines scènes sont en cours.

Nous cheminons vers le fond du club, dédié à l’espace BDSM où officient Alice et Pat et leurs fameux massages. Mon amie C attend sagement son tour, elle a intérêt à être patiente, on lui annonce encore une bonne heure d’attente.

Petit chat et moi arrivons à nous incruster sur une banquette et je me tortille pour lui faire un peu de place et lui prodiguer une de ces fellations qu’il adore. Autour de nous, ça fornique de tous les côtés. J’arrive à dégager l’essentiel pour qu’il puisse me prendre en levrette. L’idée d’ôter la totalité de ma robe ne me vient même pas à l’esprit, tant le laçage est serré dans le dos!

La délicieuse Mademoiselle A chantant Gainsbourg (Photographe Ressan)

Petit chat m’entreprends joyeusement et c’est, comme toujours magique. Au bout de quelques temps nous sommes rejoints par un homme séduisant avec un accent (italien?). Il s’assied à côté de ma tête et commence à caresser mes cheveux (comme souvent, mon brushing s’est déjà fait la malle!).

Mon amant commence à le prévenir que je suis un peu farouche quand j’attrape la main du monsieur qui est ravi! Il faut dire que ma copine adorée le connaissait d’un autre club et qu’elle m’avait dit qu’il était bien alors… 0:-)
S’ensuit un très chouette trio, pendant que j’entends la voix de mon amie crier son plaisir sous le double assaut des magic-wands maniées de mains de maîtres par Alice et Pat. Puis, le monsieur et moi nous remercions mutuellement, et il s’en va.

Petit chat et moi continuons nos activités, quand notre cuisinier coquin nous rejoint. Je lui demande s’il a déjà fait son show, un buffet déposé sur le corps somptueux de l’Aristochatte.. Il me répond que oui, je suis super déçue ! J’ai raté ça! Il indique gentiment qu’il le refera sans problème pour moi, puis je m’excuse d’avoir manqué ce moment d’une manière qu’il adore, petit chat, toujours planté en moi de belles manière.

Puis ils intervertissent leurs positions et je m’envole à nouveau, j’oublie tout, et surtout tout ceux qui nous entourent. Nous terminerons avec petit chat dans un missionnaire torride, un peu perturbés par la caméra qui vient brutalement éclairer la scène. Le caméraman nous assurant qu’il ne filmera pas les visages..

Chaud, chaud, chaud au Taken ! (Photographe Daniel Power)

Nous allons nous restaurer un peu de quelques morceaux de fruits frais avant de rentrer car mon amie C travaille le lendemain. Nous sommes arrivés à trois, nous devons repartir à trois. Je croise et salue l’inénarrable journaliste Flore Cherry, du magazine Union, et qui anime également les écrits polissons et la sexo académie. Tant de belles personnes ce soir !

Je m’aperçois que j’ai loupé plein de choses moi lors de cette soirée “Embrassez qui vous voulez”, à batifoler ainsi! Le massage à quatre mains, les tests de sextoys Lelo, aller féliciter le photographe Ressan, pour ses clichés à la lumière si particulière, le défilé de robes Catanzaro, et j’en oublie probablement.

C’est une bonne raison pour revenir non? (L’art, toujours l’art!)

Nous récupérons nos affaires et les cadeaux que nous avons gagné, merci à tout les sponsors, c’était un peu Noël ! Et nous repartons, encore éblouis, et enchantés de cette soirée formidable qui nous a transporté. Merci à Laslo, au Taken club, à tous les protagonistes de cet événement très décalé, quel travail de fou! Mais quelle soirée ! J’ai adoré !

Notes d’Adam : Rien à dire de plus que cette soirée “Embrassez qui vous voulez” fut vraiment toppissime pour moi aussi ! J’y ai rencontré pleins d’ami(e)s et partenaires de NXPL (un grand bonjour à vous!). L’ambiance était au top (certes avec un peu trop de monde, mais bon c’est la rançon du succès), les animations aussi et tout le #Paris du #Cul était présent. Je reviendrais sans aucune hésitation, l’organisation de Laslo Sardanapale était aux petits oignons et le club Le Taken un endroit comme toujours exceptionnel. (J’en profite pour passer le bonjour au patron du club, une personne fort sympathique et très pro, ça fait plaisir à voir).

Quitter la version mobile