NouveauxPlaisirs.fr

Témoignage d’une lectrice femme fontaine

Je pense que toute femme est une « fontaine » en dormance, il suffit simplement de se laisser aller et s’abandonner totalement au plaisir, ce que peu de femmes font réellement à mon avis. Qui n’a jamais simulée l’orgasme avec son conjoint en réalité, ou fantasmée sur un autre partenaire pendant les rapports pour arriver à prendre du plaisir ?

J’ai, pour ma part, toujours été une femme fontaine, mais à des niveaux différents au fil des années, étant jeune, c’était de petites éjaculations, presque imperceptibles, lors de la masturbation, puis plus âgée et commençant à avoir des rapports sexuels avec des hommes, les jets sont devenus plus puissants, plus abondants, jusqu’au jour où j’ai rencontrée MON homme, et depuis, à 41 ans, c’est l’apothéose et j’arrive à jouir/éjaculer jusqu’à 20 fois d’affilées pendant un rapport, des quantités de liquide sans précédant, à chaque orgasme, peut être simplement parce que j’ai trouvée le partenaire idéal avec qui je me sens prête à me laisser aller entièrement, totalement, sans la moindre retenue.

Concernant mes « éjaculations » et la façon dont elles se produisent, que ce soit la stimulation du clitoris (masturbation, cunnilingus), la perpétration anale ou vaginale, le résultat est le même, une explosion de liquide à chaque fois, c’est pourquoi je persiste à penser qu’il n’y a pas plusieurs techniques différentes pour arriver à être une fontaine, mais un seul état d’esprit à atteindre, une confiance totale en son partenaire, l’âge et la maturité sexuelle étant eux aussi des facteurs déterminants, j’en conviens, une jeune femme qui découvre les plaisirs de la chaire n’aura pas autant d’assurance qu’une femme ayant eu des rapports réguliers depuis des années.

Nous sommes un couple adepte du libertinage, en amateur, surtout pour satisfaire mon côté « bisexuelle occasionnelle », je pense d’ailleurs que tout homme et toute femme à un coté féminin et homosexuel en lui. Savoir l’accepter et y prendre du plaisir pourrait se comparer à comment arriver à devenir une femme fontaine, accepter sa vraie nature et être capable de s’abandonner à ses pulsions, si honteuses soient-elles, par rapport au regard que n’importe qui porte sur sa propre personne, un peu comme refuser la sodomie parce qu’on se sent rabaissée voir humiliée, alors qu’aujourd’hui, pour avoir acceptée de tenter l’expérience avec mon mari, elle est la source de mes orgasmes les plus violents.

Concernant le « liquide » expulsé lors de l’orgasme, je confirme que ce n’est pas de l’urine, mais un liquide contenu dans une poche qui serait comparée à une sorte de prostate, mais féminine, il y a un nom scientifique mais je ne m’en souvient pas, désolée.

Concernant la couleur et l’odeur dudit liquide, je comparerais cela au premier pipi du matin, en fait tout dépend de la fréquence des rapports, en cas de relations sexuelles très espacées, ce liquide semble « fermenter » si je peux dire les choses comme cela, il devient odorant (parfois plus que l’urine) et sa couleur prend une teinte ambrée, d’où la confusion avec de l’urine, alors qu’en cas de rapports fréquents, l’odeur est presque imperceptible et sa couleur est semblable à celle de l’eau.

J’ai connue par exemple, une femme qui n’avait quasiment jamais de rapports avec son mari, pour des raisons qui ne concernent qu’eux, et cette personne qui est une femme fontaine elle aussi, m’a confiée que lorsque elle finissait par se masturber, le liquide qu’elle expulsait était épais et doré, le comparant à du miel, l’odeur en moins, je n’ai pour ma part jamais connue ce « phénomène » et j’ai un mari assez attentionné pour s’occuper de faire le nécessaire chaque jour.

Pour résumer, être ou devenir une femme fontaine me semble être à la portée de n’importe quelle femme, c’est avant tout un état d’esprit, une harmonie avec son corps et sa sexualité, une complicité totale avec son partenaire, et je peux vous assurer que la puissance des orgasmes provoqués par cette éjaculation féminine, n’a aucun égal et n’est en rien comparable avec la jouissance qu’une femme non fontaine peut ressentir.

Alors malgré les « quelques » inconvénients que cette particularité peut provoquer comme vous l’avez évoquée à juste titre dans votre article précédent, je ne peut que me ravir d’être une femme fontaine, et je souhaite fortement à toutes les femmes d’y arriver ne serait-ce qu’une seule fois, et découvrir ce qu’est vraiment un orgasme, puissant, ravageur, j’irais presque jusqu’à dire, redécouvrir le plaisir sexuel, addiction garantie.

Si j’avais un conseil à donner à celles qui veulent tenter l’expérience, ce serait: « Eh les filles, c’est pas dans la petite culotte que ça se passe la femme fontaine, c’est dans la tête ».

Voila pour ma petite contribution personnelle, si vous avez des questions particulières sur des sujets que je n’aurais pas abordée, n’hésitez pas, je me ferais un plaisir d’y répondre.

Libertinement vôtre, Stéphanie.

Exit mobile version