NouveauxPlaisirs.fr

Test du plug anal en bois Nobessence Dare

Cet objet n’a pas de nom. En fait, je ne sais même pas s’il est déjà commercialisé. Ou s’il est encore commercialisé, le Grand Patron n’a pas été très clair dans son briefing. J’hésite à le baptiser Super Extra Anal Distentor 6.0. Ce nom lui va à la fois très bien et pas du tout. Il est sûrement trop honnête.

En tout cas, il est là devant moi, dans une belle boîte en carton épais, verte et brune. Un “paquetage” très élégant et qui donne le ton pour la suite. Le SEAD 6.0 est en effet un jouet se voulant naturel, entièrement en bois d’arbre.

C’est seulement en écrivant ce texte, quelques semaines après mes tests, que je remarque une étiquette à la base de la boîte ! Le SEAD 6.0 a donc un vrai nom : le Nobessence Dare. Franchement, mon idée était meilleure. Enfin bon.

Donc, j’apprends également que le Nobessence Dare est en bois de padauk. Vu qu’il servira essentiellement au paddock, ça me semble tout à fait approprié.

Bon, il est temps d’ouvrir ladite boîte.

Celle-ci contient le Nobessence Dare, retenu solidement en place par deux élastiques, et protégé par un léger rembourage. Vous pouvez donc l’emmener sans soucis en avion ou même en parachute, le Dare ne s’abîmera pas et ne sortira pas inopinément pour s’aventurer dans votre sac. C’est un bon point pour les grands voyageurs.

Une fois extrait de sa coque, l’objet ressemble à un fruit allongé doté d’une queue disproportionnée et recourbée. Assez difficile à décrire en fait, mais les photos seront plus éloquentes que moi. Il est brun-rouge, d’une belle texture apparaissant piquetée à l’oeil, mais parfaitement lisse au toucher.

Le Nobessence Dare est un plug anal, du moins on peut le supposer, puisqu’il n’y a rien d’écrit sur l’étiquette, qui parle fort chastement d’un “produit”. Puisque vous êtes des fidèles lecteurs de ce blog, vous savez certainement déjà comment l’on se sert d’un plug et je ne m’étendrais pas sur ce sujet, mais plutôt sur mon lit.

Avec la conscience professionnelle qui me caractérise, j’ai essayé le Dare trois fois. C’est à la première que j’ai été le plus concentré, et que j’ai vraiment laissé sa chance au produit. J’avais attendu un moment où j’aurais vraiment envie de jeux anaux, et où je savais que j’en profiterais pleinement.

Malgré sa taille (4cm de diamètre), le plug est entré sans soucis dans son orifice de destination. L’insertion fut intense, mais agréable et aisée. C’est ensuite que les soucis débutent. Pour impressionnante que soit la largeur du “fruit”, elle ne suffit pas à provoquer des sensations par elle-même une fois en place.

Là, j’entrevois plusieurs possibilités. Soit profiter de sa présence pour épicer d’autres jeux, ce qui n’est pas possible pour moi vu que je suis seul. Soit tenir le plug par la queue et faire faire faire des vas-et-viens à la main, ce qui revient à en faire un gode et me fait courir le risque d’avoir le syndicat des sextoys sur le dos pour violation du contrat de travail. Soit faire travailler mes muscles périnéens pour remuer l’objet sans les mains, qui sont ainsi libres pour d’autres choses.

Je choisis cette troisième voie. L’extrémité de la queue du fruit repose sur la base de ma verge, entre les testicules. J’imagine qu’une pression suffisante pourrait devenir agréable, ou peut-être même retarder l’acmé de mon plaisir. En l’état, il n’en est rien et je la sens à peine.

Cette première tentative aura duré un bon moment, le temps de passer en revue mes divers fantasmes à base de pénétration anale. Plusieurs fois, mon esprit divague et j’oublie de poursuivre les contractions musculaires nécessaires pour bien le sentir. Toutefois, quand je pense à lui, il est indéniablement un excellent partenaire de masturbation et je finis par éclater de plaisir.

Je constate ensuite que sa surface vernie ne pose aucun problème particulier pour le lavage, à l’eau et au savon. L’objet retrouve sa boîte capitonnée jusqu’au prochain essai.

Ce deuxième test sera bref. Le plug rentre toujours aussi aisément, mais il ne provoque qu’un élancement douloureux une fois à l’intérieur. J’essaye de le tourner, mais rien à faire. Je le retire et j’abandonne.

Le troisième essai me confirme le premier. L’insertion en elle-même est très agréable, mais après cela, les stimulations statiques sont quasiment nulles. Cette fois aussi, le plaisir est au rendez-vous, mais sans passion, et le Nobessence Dare n’a plus quitté sa boîte depuis lors.

S’il était resté chez moi plus longtemps, je l’aurais sans doute ressorti de temps en temps, en remplacement du gode que j’emploie parfois au même effet. J’aurais aussi pu lui trouver une utilité à deux, avec une partenaire large… d’esprit. Ou, dans d’autres sortes de jeux plus SM, pour le porter ou le faire porter hors de la chambre par exemple.

Au revoir, petit Dare !

Note de NXPL : ce test a été réalisé par un ami. J’ai décidé de mettre la note de 2 / 5 à ce Nobessence Dare qui est d’une part très gros (je n’ai pas pu faire le test moi même, 4 cm de diamètre c’est définitivement trop gros pour mon popotin), d’autre part le Dare n’est finalement pas si fort en sensation. C’est dommage car la finition est exceptionnelle. En tout cas c’est un sublime objet à réserver à des amateurs très expérimenté dans ce genre de taille de plugs qui veulent s’offrir un plug unique.

Dernier détail, le Nobessence Dare n’est pas encore commercialisé. 

Merci à Distrilove de m’avoir fourni gracieusement le Nobessence Dare pour réaliser ce test !

Exit mobile version