Site icon NouveauxPlaisirs.fr

Pourquoi doit-on se protéger pour le sexe anal ?

Pourquoi il faut se protéger lors d'une relation sexuelle anale - sexe anal - NXPL

Voici une question sur le sexe anal qui semble triviale mais, comme d’habitude, pas tant que ça… Mais oui au fait, pourquoi se protéger avec un préservatif lors de sexe anal ?  Très bonne question, regardons cela ensemble !

La réponse simple est : car la zone anale et les intestins contiennent beaucoup de germes.

C’est quoi un germe ? La définition est la suivante :

Par germe, on désigne l’ensemble des micro-organismes vivants qui sont à l’origine des maladies. Ainsi, les germes regroupent aussi bien les bactéries que les virus ou les parasites.

D’où viennent les germes dans les intestins et pourquoi il y en a ?

Et bien il y en a car ces germes constituent le microbiote intestinal dont la fonction principale est la digestion et l’assimilation des nutriments, tout simplement. En effet, ce microbiote permet aux systèmes digestifs de fermenter les fibres alimentaires et de synthétiser les vitamines dites essentielles

Et les chiffres vont vous surprendre (Source: Wikipedia)…

Le microbiote intestinal humain, aussi appelé flore intestinale humaine, est l’ensemble des micro-organismes (archéesbactériesprotistesfungi et aussi virus) qui se trouvent dans le tractus digestif humain (c’est-à-dire le microbiome intestinal). Il ne s’agit pas uniquement de bactéries intestinales, mais celles de tout le système gastro-intestinal (estomacselles). Ce microbiote constitue le plus grand réservoir du microbiote de l’organisme humain.

Le nombre de cellules microbiennes était estimé, depuis un article parus dans l’American Journal of Clinical Nutrition en 1972, être 10 fois supérieur au nombre de cellules humaines, soit cent mille milliards de micro-organismes. L’intestin d’un humain adulte abrite environ 1 kg de bactéries actives sur une surface développée d’environ 400 m2. Un individu en bonne santé abrite en moyenne 100 milliards de bactéries dans un gramme de selles humaines.

Oui vous avez bien lu, 100 millards de bactéries par gramme d’excrément… Incroyable non ?

Quand je vous disais qu’il y avait beaucoup de germes dans cette zone … voila l’explication, sans ces germes, impossible de digérer et d’assimiler la nourriture, et donc … sans ces germes, on meurt.

C’est aussi pour cela qu’il faut comprendre ce que j’indiquais sur la très mauvaise utilisation du lavement si on le pratique trop fréquemment et qui engendre de gros problèmes dans les intestins en tuant justement ces germes.

Comment risque-t-on une infection si on ne se protège pas ?

Pour se protéger, la paroi des intestins est recouverte de mucus (liquide un peu visqueux produit par des glandes et les muqueuses).

Ce mucus intestinal exerce plusieurs fonctions, et l’une des plus importantes est de protéger les muqueuses qui se trouvent sur la paroi de l’intestin contre les germes eux même. Pour accomplir cette fonction, le mucus « capture » les germes et les empêche d’entrer en contact avec les muqueuses.

Du coup, lors d’une pénétration non protégée, le gland et l’urètre sont en contact direct avec ce mucus. Des millions de germes peuvent donc se déposer sur le gland, dans les plis de la peau de la verge et entrer dans l’urètre pour ensuite se développer et créer une infection.

Ensuite, dans le cadre de la sodomie, l’absence de lubrification naturelle fait que la pénétration exerce des frottements intenses. Or la fragilité des tissus du gland, de l’anus, de la paroi du canal rectal fait que des micro lésions (invisibles à l’oeil nu) peuvent apparaître sur la peau. Ces micro lésions sont, de manière plus simple, des trous invisibles dans la peau à notre échelle mais béants par rapport à la taille des germes, il peuvent donc pénétrer très facilement dans le corps puis circuler dans le sang (cela est valable pour le pénétrant mais aussi le/la pénétré(e)).

L’exemple typique est le VIH. Il y a un très bon article de fond sur les mécanismes de contamination lors de la sodomie par le VIH qui explique tout en détail à cette adresse (cliquez sur ce lien). Je vous invite à lire cet article pour aller plus loin mais en quelques mots comment cela se passe-t-il ?

Chez les personnes séropositives, toutes les membranes muqueuses du corps peuvent contenir beaucoup de VIH. Le virus y est présent en très grande quantité parce que ces membranes sont riches en cellules immunitaires, et le VIH aime infecter et se répliquer dans celles-ci. Puisque la réplication du VIH se produit abondamment dans les muqueuses, le virus parvient aussi à entrer dans le mucus […]

Pourquoi le liquide rectal contiendrait-il davantage de VIH que les autres liquides corporels? II se trouve que la majorité des cellules immunitaires du corps –  y compris les cellules cibles de choix du VIH – se situent dans les muqueuses du tractus gastro-intestinal, qui inclut le rectum.

[…]

Si une personne séronégative insère son pénis dans l’anus d’un partenaire séropositif, le liquide rectal contenant du VIH pourrait entrer en contact avec l’urètre et/ou le prépuce du pénis. Rappelons que ces derniers sont tous deux vulnérables à l’infection par le VIH.

Rappelons que ce qui est décrit comme processus de contamination pour le VIH, fonctionne de la même manière (ou équivalente) pour les autres IST à la différence que les agents ou germes à l’origine des maladies ne sont pas les même.

Des bactéries au microscope électronique

Bah, dans l’action, c’est superflu toutes ces questions d’hygiène non ?

J’ai dans mon entourage des connaissances qui, par manque d’hygiène lors d’un simple rapport, ont eu une infection (staphylocoque doré) dont le cas le plus grave a terminé à l’hôpital avec des rhumatismes articulaires généralisés et un traitement de 6 mois d’antibiotiques. Non traité correctement, les rhumatismes articulaires peuvent engendrer quelques années plus tard de graves problèmes cardiaques, ce n’est pas rien.

Faire un anulingus sur un anus non propre suivi d’un cunilingus peut, là aussi, entraîner des infections graves du vagin et des ovaires, dont une des conséquences peut être de rendre infertile votre partenaire féminin du moment.

L’hygiène ne doit être prise comme une façon d’empêcher l’action, c’est plutôt une question de santé (la vôtre et aussi celle de votre partenaire). Toute l’idée, c’est de prévoir à l’avance ou d’intégrer cela dans les jeux érotiques. Pourquoi ne pas prendre une douche à deux avant une petite partie de jambes en l’air où l’on a envie de pratiquer du sexe anal intensif ?

Du coup, c’est l’horreur, plus jamais je ne ferais de sodomie, errrk !

Ne nous emballons pas, si l’on suit les bons conseils que je donne dans mon article précédent sur l’hygiène dans le cadre d’un rapport anal, les risques d’infections sont très minimes. Si en plus on se protège correctement notamment avec un préservatif, les risques sont pratiquement inexistants.

Donc, en conclusion, l’hygiène et la protection lors d’une pratique anale est INDISPENSABLE ! Quelque soit la pratique. Lavez vous avant et après (avec de l’eau et du savon non agressif ou lait sans savon).


Liste de tous les articles de cette série sur la sexualité anale

Quitter la version mobile