#27975
AvatarEnvole
Participant

Bonjour @bzo et @Ch313,
merci pour vos messages.

bzo encore une belle tranche de plaisir, j’adore lire tes textes, j’y retrouve à la fois des sensations que je peux éprouver, mais aussi d’autres, différentes, parce que chaque personne a sa sensibilité, et c’est ce qui est beau dans tout ça…Je suis artiste de profession (et de personnalité, là aussi ça a été une découverte progressive) et je conçois aujourd’hui la sensualité/sexualité comme un art…J’apprécie donc de plus en plus la mise en oeuvre artistique du plaisir…Merci donc encore, au plaisir de te lire et te relire…Et bonne conversation avec le féminin ou la féminité en toi…

Ch313, c’est un beau texte que tu as écris toi aussi, et j’apprécie le cadeau que tu me fais en te livrant de la sorte. J’apprécie déjà beaucoup que tu aies compris ce que c’est d’être transgenre, quand tu écris « Tu es bien femme qui se raconte. Je le ressens tellement bien que j’ai dû te relire plusieurs fois pour ‘m’assurer’ que c’est bien un mec qui écrit. » Oui tu as compris, c’est bien moi qui parle, et ce qui passe quand je parle, quand j’écris, est profondément féminin, je n’y peux rien, c’est ma nature, je ne fais pas exprès, je ne me force pas à être celle que je suis. La seule bizarrerie est que cette femme parle et écrit du fond d’un corps biologiquement masculin. Ou plutôt génétiquement masculin, parce que du côté des hormones c’est un peu plus compliqué, comme je l’ai déjà dit j’ai peu de testostérone, même si j’en ai plus qu’une femme, ayant des testicules.
(Au passage une petite rectification, si je puis me permettre, à ce que tu as écris : quand tu me lis, ce n’est pas « un mec » qui écrit, mais bien une femme…Par l’intermédiaire d’un corps masculin. Mais quand on écrit c’est en premier l’esprit qui parle, et comme mon esprit est féminin…C’est plus juste de dire que c’est une femme qui écrit, ou qui dicte l’écriture à un corps d’homme !!!)
Pour poursuivre la réflexion, la question qui se pose à moi est « comment ma personnalité va-t-elle évoluer si j’accentue ce trait hormonal », si je baisse encore ma quantité de testostérone et si je compense par des hormones féminines ? La gestion psychique de ce passage est une des choses les plus compliquées dans la transition de genre, parce que ce n’est pas parce qu’on se sent très féminine dans un corps d’homme qu’on aura forcément des bonnes sensations dans un corps plus féminisé…Voilà, comme quoi la sensualité permet d’aborder des questions un peu différentes, mais enfin tout ça passe par le psychisme, donc…

Pour revenir à toi, permets-moi d’accueillir avec beaucoup de douceur et d’empathie cette plongée que tu fais dans ta féminité. Oui une chose est de développer son ressenti du plaisir sexuel féminin, une autre est de comprendre que ce ressenti sexuel se double d’un besoin psychique qui est assimilable à une transidentité.
Je suis passée par là il y a quelques années, à l’époque où je m’habillais de plus en plus en fille pour vivre ma sexualité, et où j’ai progressivement compris que ce n’était pas parce que le moment du plaisir sexuel était fini que j’avais envie de changer de vêtements…C’est quand j’ai commencé à m’habiller en fille dès le matin, pour travailler à mon bureau, et que j’ai compris que je n’avais jamais été aussi bien dans ma peau…Que j’ai été saisie de la sensation vertigineuse d’avoir traversé le miroir érigé en dogme social sacré de la division binaire du genre…Et qu’en même temps j’ai compris que j’avais besoin de traverser ce miroir, parce que je me sentais mieux de l’autre côté…
A partir de là les déclics psychologiques n’ont pas arrêté de se succéder, et continuent encore aujourd’hui, m’amenant à une conscience de plus en plus complète d’être une femme la plupart du temps et pour la plupart de ma psychologie (évidemment on garde toujours une petite part de Yang dans le Yin, mais ça c’est humain, aucune femme n’est à 100% femme, aucun homme n’est à 100% homme, sinon il est impossible de communiquer avec l’autre genre…C’est le sens du petit point de l’autre couleur de chaque côté du Yin et du Yang dans le symbole…)

En tout cas dans ce voyage, cette exploration, tu as une chance, c’est, grâce à toute ton expérience anérostatique et même an-anérostatique si je puis me permettre, puisque tu sais trouver ton plaisir du point P même sans aide matérielle, de pouvoir vivre une forme intérieure de sensualité féminine qui ne peut que faire du bien à la femme psychique qui est en toi, à un degré que toi seul peut évaluer.

Donc longue vie sexuelle et sensuelle à ta féminité, qu’elle te nourrisse et te fasse beaucoup de bien…Et tout le meilleur à toutes celles et tous ceux qui rétablissent le lien entre les genres, qui ne peut être, pour le bien de notre Humanité et de notre planète, qu’un dialogue civilisé, sensuel, artistique, intelligent, courtois, humoristique, charmant, raffiné…et continu.
Oh là là ça y est je commence à prêcher, désolée je ne peux m’empêcher, c’est mon côté grande prêtresse 🙂

A bientôt, tout le meilleur 🙂
Naomi