#28951
JieffeJieffe
Participant

Bonjour à tous,

Je donne quelques nouvelles, qui n’en sont pas. Enfin, rien de bien intéressant. Il semblerait que l’ensemble des éléments de la terre et du ciel se sont mis d’accord pour m’empêcher de pratiquer. Rien de grave ni de bien méchant, mais chaque soir de la semaine dernière m’a apporté son lot d’emmerdes pour que je ne puisse pas envisager sereinement de séance. Je pensais en être sorti, et rebelote hier soir, le petit grain de sable qui paralyse la machine.
Le côté positif de cela, c’est que l’excitation monte.

bzo, je reprends ton message que tu as posté à mon intention sur la discussion d’Happy Ellis. Je ne tiens pas à squatter son fil.

Oui, c’est exactement ça. Enfin, pour ce qui me concerne. Ne cherches pas à savoir pourquoi tu cries, pourquoi tu gémis, pourquoi tu bouges comme ça…. Ne cherches même pas à savoir ce que tu fais, si tu bouges, si tu bandes, si tu éjacules…

cela me fait vraiment plaisir de lire cela sous ta plume, @jieffe,
tu es vraiment sur la bonne voie et bien engagé, bien loin

Je te remercie, c’est gentil. Oui, j’ai bien identifié que plus je laisse faire, mieux c’est. Cependant, il y a quelque chose que je n’arrive pas à identifier, que je ne m’explique pas. Lorsque le plaisir arrive, je déconnecte le cerveau, les muscles…etc et passe en pilotage automatique. Les contractions, mouvements, caresses se gèrent tout seul, je n’interviens pas. Mais je pense qu’il me manque une étape. Lorsque le plaisir devient intense, qu’il grandit, il semblerait qu’il subsiste une part de retenue alors que ce n’est absolument pas mon intention, et que je n’en suis absolument pas conscient.
Pour que les choses soient bien claires, je suis très satisfait de ce que j’ai vécu, et les orgasmes que j’ai connu étaient très intenses, extrêmement bons. Mais je ne sais pas pourquoi, bien que ce soit mon souhait le plus cher, il me semble que je ne parviens pas à un abandon total. C’est assez difficile à transcrire. Pourquoi ai je cette impression, ou cette intuition peut-être?
Peut-être est ce la peur souvent mentionnée dans les témoignages. Mais consciemment je n’ai aucune crainte, et bien au contraire, je suis prêt à plonger dans l’inconnu.
Ceci dit, l’inconnu je l’ai connu, une partie tout au moins. Quand on se demande ce qu’il vient de nous arriver, ou que le lendemain on se demande si tout ça était bien réel, c’est bien que nous avons navigué dans des eaux inconnues.
Et pendant les orgasmes que j’ai connu idem. J’avais vraiment l’impression d’être déconnecté de la réalité, et ce n’est que le lendemain que j’en ai pris conscience, quand j’ai eu du mal à me souvenir des détails de la séance.
Alors pourquoi ai je cette impression? Pêut-être suis je encore trop attentif à essayer d’observer ce qu’il se passe? Ça n’est pas impossible, une conséquence de la nouveauté qui s’estompera avec la pratique.
Ça me parle assez. Ce dialogue avec moi même m’a apporté un élément de réponse :), mais j’attends vos avis avec impatiente.

Oui Andraneros

N’oublie pas l’essentiel.

ne pas oublier l’essentiel, mais compte tenu du manque, ça ne va pas être facile!
Je vais me souvenir de tes mots.