#30538
SophiAirSophiAir
Participant

Salut bzo, et à toute la communauté,
en fait ce n’est pas une question de taille. C’est vraiment le fait d’avoir un Aneros dans l’anus qui me fait vivre mon plaisir comme un homme. Et je prends beaucoup de plaisir avec mon anus quand mon ami me fait l’amour et me pénètre. Et ces deux types de plaisirs, même si différents, se rejoignent par leur localisation.
Je ne sais pas si c’est le fruit de notre discussion, mais je vais te raconter ce qui m’est arrivé ce matin.
Après une nuit agitée, où mon sommeil était entrecoupé de micro-réveils pleins de lascivité, de désir et de plaisirs, la chaleur à l’intérieur des cuisses, les mouvements de « liane » du corps, et de belles sensations de pénétrations par un gros pénis de ma petite chatte, je me réveille à 7 h. Petit déj, toujours à me tortiller sur ma chaise, avec un désir ondulant sur mon corps. Je me maîtrise, termine mon repas. Direction salle de bain, et là nu(e) devant la glace, je cache mes testicules et pénis entre mes cuisses, et un joli petit sillon se forme en bas de mon ventre.
Je n’y tiens plus. Tant pis si je suis en retard, j’attrape mon Eupho, à peine le temps de le lubrifier et il se retrouve bien au chaud.
Et c’est là que je reviens au début de notre discussion, car pour la première fois, j’ai eu deux gammes de plaisirs simultanément. Celui procuré par les Aneros, très masculin pour moi, avec les mouvements de l’Eupho, les stimulations diverses et variées, les spasmes intérieurs et les fortes vibrations extérieures, et celui très féminin, où je sens clairement mon vagin s’ouvrir à l’invasion d’un beau braquemard, où je sens un épanouissement invasif de ma jouissance. Ach, c’est vraiment difficile de décrire ces deux sources de plaisir tellement différentes pour moi.
Toujours est-il que l’Aneros faisant son effet, j’ai réitéré une pratique pour la deuxième fois : ma main droite est venu s’écraser sur mon pubis, et mon majeur a masturbé mon périnée d’un geste hyper rapide, genre marteau-piqueur, mais avec une pression très légère. Et mon sperme s’est écoulé, sans que je bande. Et ça, c’est un truc qui m’arrive quand je me fais prendre, mais sans que j’ai besoin de me masturber. C’est dans ce sens que c’est très masculin.
Mon plaisir féminin a bien entendu, été stoppé net.
Cependant, sous la douche, et ensuite dans le métro, quelle merveille d’être envahi(e) de vagues de chaleur, les tétons pointant sous ma chemise. Je me trouvais très désirable. Et je n’étais pas le seul, car il y a eu quelques petits rapprochements insistants de voyageurs, ce qui ne m’arrive pas si souvent. Est-ce que l’on dégagerait des phéromones dans ces moments-là ???
Bises à tous, et prenez un max de plaisir