#31342
bzobzo
Participant

Bref, les choses progressent, et je fais un gros boulot sur moi-même – mes barrières mentales continuent à tomber, mes manques affectifs se dessinent plus nettement. Et quand j’aurai un peu plus fait la paix avec moi-même, je pense que je reviendrai avec vous pour toucher les étoiles.
Ce conseil servira peut-être à d’autres: n’allez pas chercher dans les orgasmes prostatiques un pansement pour vos manques affectifs.

en effet , on peut trouver beaucoup de choses dans le massage prostatique, beaucoup plus qu’on ne l’imaginait,
que cela peut aller beaucoup plus loin que du plaisir sexuel, des orgasmes à la pelle,
notre pratique peut être un soutien à bien des égards,
mais certainement pas un pansement pour des manques affectifs,
c’est de la confusion de genre si on espérait cela,
enfin il me semble

très cher @Whattimeislove, tu sembles en avoir gros sur la patate pour l’instant,
cela me rappelle que la vie est tellement souvent un ring de boxe,
une lutte en nous et hors de nous,
le paradis semble loin de nous

ma pratique m’offre des moments paradisiaques, des moments
où je me sens entier, riche, exultant, épanoui
accordé au noyau de la terre,
tellement bouillonnant, de lave, de feu
et en même temps tellement d’un calme minéral,
des moments d’extase
et puis cela me fait changer lentement, évoluer, systémiquement

le problème c’est qu’en face le monde est ce qu’il est,
il change aussi mais pas dans la bonne direction, enfin pas trop,
de plus en plus de violence, de plus en plus d’indifférence,
de moins en moins de chaleur humaine
et nos proches parfois, qui s’éloignent de nous,
chacun semble suivre sa course, déterminée par tant de paramètres, parfois tellement aléatoires,
parfois tellement futiles

personnellement je me sens comme dans un nid dans ma pratique, elle me tient au chaud,
elle me tient au chaud dans ma chair, un refuge, une caverne d’Ali Baba,
mais je ne le demande pas ce qu’elle ne peut pas m’apporter,
un autre corps apportera peut-être moins de plaisir, moins d’horizons lointains visités,
moins d’extases
mais il y aura toujours une chaleur humaine,
ne fusse qu’une chaleur de la viande vivante,
une altérité que notre pratique ne peut apporter