#31891
AndranerosAndraneros
Modérateur

Tu nous dis @epicture :

Je suis l’objet parfois de spasmes violents qui provoque une cambrure brusque de ma colonne vertébrale. Il m’est déjà arrivé de ressentir à cette occasion, une douleur dans le dos, ce qui bien entendu ne favorise pas la poursuite de ma pratique. Il faut donc d’une part permettre au plaisir de se diffuser le long de la colonne sans provocation de spasme, et lorsque cela arrive malgré tout, d’avoir la musculature suffisante pour maîtriser la cambrure, avec douceur, pour pouvoir continuer la séance tranquillement.

Tu disais déjà le 16 mars dernier

Avant que je m’intéresse au massage prostatique, j’étais sujet à des spasmes musculaires. Ces spasmes étaient comparables aux soubresauts que l’on peut ressentir à l’endormissement (… ) Quand j’ai commencé les massages prostatiques, j’ai ressenti, le même type de spasmes, mais un peu plus bas au niveau de l’abdomen.

Si je comprends tu subissais ces contractions musculaires dorsales assez brusques pour être parfois douloureuses avant de commencer à utiliser des masseurs prostatiques. Tes sessions et les effets de l’activité du masseur contre ta prostate n’ont fait que multiplier ces occasions et accroître l’intensité de ta douleur.

J’ai connu ce genre de contractions avec nettement moins d’intensité, juste de quoi avoir des courbatures, des mollets aux dorsaux, les lendemains de session. J’ai considérablement réduit ces contractions en faisant attention à rester le plus profondément et le plus longtemps possible détendu quand je sentais le plaisir s’intensifier et devenir « insupportable ». En outre cette attitude a permis une sorte de déblocage qui a eu deux effets :
1) l’un d’ouvrir la voie à l’intensification de mon plaisir,
2) l’autre d’élargir la zone perçue comme source de mon plaisir, me donnant l’impression charnelle d’être inondé de l’intérieur par le plaisir.

Ce que tu dis est très intéressant :

Je suis absolument convaincu que mes progrès en matière de sensations au massage prostatique sont directement liés à cette musculation. Elle permet en plus d’une maîtrise des mouvements de mon plancher pelvien, de mon bassin, (sans risques de me blesser les vertèbres), une sensibilité nerveuse accrue…. Et des séances de plus en plus consistantes.

Tu illustres à ta manière que la reprogrammation (rewiring) n’est pas un vain mot et concerne tout autant notre système musculaire que notre système nerveux. Ton expérience confirme ce qui a déjà été dit sur l’intérêt des exercices physiques. Nous parlons souvent des exercices de Kegel, tu nous a dit tout le bien de la méthode Pilate, et les apports de la pratique du yoga sont mentionnés à plusieurs reprises.

Enfin, en ce qui te concerne, le mot cheminement n’est pas un vain mot. En relisant tes messages plus anciens j’ai constaté que la tonalité de tes messages récents est bien différente de celle des premiers. C’est très réjouissant pour moi et j’espère très encourageant pour les débutants de lire

Vous l’avez compris, déjà beaucoup de plaisir, et encore beaucoup à venir…

Tu évolues à la manière de @jieffe ; tu ne parles pas de tes orgasmes mais j’ai de plus en plus l’impression que tu as largement dépassé la zone des simples vagues de plaisir. Tu ne devrais pas tarder à nous décrire ce que tu reconnaîtras enfin comme ton premier orgasme prostatique de pleine expérience !

Bon cheminement @épicture.
PS : C‘est la première fois que j’entends parler d’un ostéopathe qui traite ses patients en piscine.