#32128
EpictureEpicture
Participant

Merci mes amis pour ces messages : @lighteningbolto, en ce moment l’encre a à peine le temps de secher je vais d’expérience en experience; @pcommep, c’est bien ça, ca devient quasi permanent; Et @andraneros, pour moi le massage prostatique va bien au delà d’un plaisir sexuel. C’est un rapport au corps dans sa globalité qui a completement changé, beaucoup plus respectueux et qui integre non pas moins de relexion, mais plus de sensitif. Je ne savais pas au debut ce que je trouverais, mais les témoignages, au delà toujours du simple plaisir, ce qu’ ils mettaient en lumière me plaisait bien, sans trop savoir de quoi il s’agissait. En fait je pense que je n’osais pas trop y croire.

En tous cas, Formidable debut de matinée !
J’ai pour habitude de me lever tôt, ver 5h00, 5h30. Là je profite du calme, du silence, et de la quiétude pour prendre du temps pour moi. Je lis, j’écris, je médite et/ou je pratique le massage penien, ou prostatique avec ou sans aneros. J’ai devant moi, selon les jours, de 1h00 à 2h00 de solitude totale.
Ce matin, j’ai pratiqué un peu de massage penien selon les techniques de Mantak Chia. J’ai decouvert une nouvelle phase, avec un seuil. Elle se situe bien en amont de l’éjaculation. Mantak Chia preconise de se tenir juste avant la sensation d’éjaculation, et de stopper le massage pour attendre que le processus d’ejaculation se soit apaisé. Bien que cette technique soit très puissante, c’est une torture de devoir s’arrêter et reprendre une activité normale. Personnellement j’ai beaucoup de difficulté a ne pas finir par une ejaculation relativement contenue, mais suivie tout de même d’une periode de retrait appaisante.

Je suis à ce moment très éloigné du massage prostatique. Mais il existe une phase, en debut de massage, ou la prostate est connectée et réagi de façon delicieuse aux stimulations peniennes. Puis, l’excitation montant, le mouvement de massage s’accélère, le penis se durci. A ce moment, la prostate decroche. Mais les sensations procurées sont vraiment extraordinaires. Juste avant l’ejaculation, on peut stopper, attendre quelques secondes et reprendre calmement avec des sensations tout aussi orgasmiques. Mais on reste toujours entre un affaisssement du plaisir du à l’absence de stimulation, et le « risque » de l’ejaculation.
Je reviens a ce moment ou l’excitation monte, avant l’accélération du massage, et avant que la prostate ne décroche. Ce matin je suis resté dans cette zone tranquillement avec des vagues de plaisirs remontant depuis tout mon bassin, jusque dans mon cerveau. Et puis je me suis arrêté. Je suis allé rejoindre ma femme qui somnolait. Nous nous sommes rapprochés comme tous les matins quasiment. Sans desir ni de l’un ni de l’autre de se projeter dans une relation sexuelle au sens « traditionnel » avec pénétration. Elle me carressait le ventre avec amour. A ce moment-là, je sentais une zone, située entre mon anus et mes testicules, zone qui correspond à la pénétration de mon penis à l’intérieur de mon corps, au bout duquel se trouve la prostate. C’est la partie interne du penis ou corps caverneux. J’avais la sensation d avoir un troisieme sexe que ma femme carressait en me carressant le bas du ventre. Il reagissait comme si j’étais une femme a qui l’on carresse le clitoris. Je le sentais se gonfler (sans etre en erection), et reclamer plus de carresse. J’eu alors des orgasmes a repetition : spasmes, contractions, tremblements, soupirs et vocalises étouffées, accompagnés de vagues de plaisir intense. Terrible.
Ma femme trouva cela assez drôle et s’amusait à me faire fremir et décoller.
Apres quelques minutes, mon corps s’est calmé et notre câlin à repris un cours plus « normal ». Elle n’etait pas demandeuse de plus, et moi non plus. Pourtant, je sentais et je sens encore cette zone ultra sensible, et siège de multiples sensations, comme prete à décoller à chaque instant. J’adore cet état plus ou moins latent d’excitation.
J’avais l’impression d’être une femme aimant les femmes. Sans aucune envie ni de pénétrer ni d’être pénétrée.
Bises à tous !