#32655
AvatarArousal
Participant

Disons que mes besoins de contact charnels sont moindres que par le passé, sans rapport avec la pratique de l’Aneros.
La particularité du plaisir prostatique, c’est qu’il ne « rassasie » pas comme les orgasmes classiques, ce qui peut être un avantage (possibilité de poursuivre la session et les orgasmes à n’en plus finir, libido au taquet) ou un inconvénient si c’était justement le « soulagement » qu’on recherchait.
La plupart du temps j’évite d’éjaculer en fin de session (Je n’en ai d’ailleurs plus vraiment envie maintenant), ça n’en rend la séance suivante que meilleure.
Ca m’arrive néanmoins quand la tension sexuelle est vraiment trop importante au point de m’empêcher de m’endormir.