#36155
aneveilaneveil
Participant

Bonjour @nouvellequestion,
C’est une idée assez répandue, dans le milieu du sport et partout ou il est question de compétition,
de performance et de victoire.
Je crois que la symbolique du sperme en tant qu’énergie vitale ultra concentrée est tellement forte, que beaucoup d’hommes ont intégré
(et se sont programmés pour…) que chaque éjaculation soit vécue comme une perte d’énergie.
D’où des rituels fréquents du type : pas d’éjaculation avent un combat, un contrat, ou toute autre enjeu de victoire.
Ici la symbolique de la victoire (du contrat remporté, du match gagné…) prends la place de l’éjaculation et constitue une éjaculation symbolique.
Le sacrifice et le renoncement à l’éjaculation sert aussi à atteindre quelque chose de plus « élevé » que la satisfaction immédiate,
il renforce donc la volonté et la force de caractère de celui qui s’y plie.

Sur le sujet voici ce que dit le Tao :
http://www.saolim.net/documents/nouveaute/ejaculation

APPRENDRE A CONSERVER L’ÉNERGIE

Les adeptes du Kung Fu sexuel doivent s’efforcer de répandre leur semence aussi peu souvent que possible.
Sun Su Miao, un des plus grands médecins de la Chine antique qui atteignit l’âge respectable de 101 ans,
n’éjaculait que après avoir fait l’amour cent fois.
Il conseillait a ses patients de rechercher l’orgasme non éjaculatoire mais admettait la libération
occasionnelle du sperme, suivant l’âge du sujet :

Un homme de 20 ans peut éjaculer une fois tous les quatre jours.
Un homme de 30 ans peut éjaculer une fois tous tes huit jours.
Un homme de 4O ans peut éjaculer une fois tous les dix jours.
Un homme de 50 ans peut éjaculer une fois tous les vingt jours.
Un homme de 60 ans et plus ne devrait plus du tout éjaculer… »

Dans le même esprit :

Miles Davis se disait prêt à combattre le champion de boxe Muhammad Ali,
si ce dernier avait éjaculé juste avant…

De mon peint de vue, il y a d’un côté un pensée qui s’articule autour d’une symbolique (et d’une cosmologie) comme le Tao, le Tantra
ainsi que tous les hommes qui vivent leur semence comme porteuse de puissance vitale.
Et d’un autre côté celui de la raison et de la science qui a besoin de preuves et de statistiques pour croire.
De ce point de vue je n’ai jamais lu qu’éjaculer beaucoup rendait d’avantage malade ou faisait baisser l’espérance de vie.
Les dernières recherches en la matière prouvent au contraire qu’éjaculer souvent (21 fois par mois) faisait baisser de 20%
les risques de cancer de la prostate.

Ce qui est sûr c’est que tous les hommes ne se sentent pas épuisés ou affaiblis après avoir éjaculé
et que l’on constate ici une même divergence de points de vue sur les vertus réelles ou supposées d’éjaculations très réduites
qui feraient considérablement augmenter l’énergie sexuelle.

Personnellement je crois beaucoup à l’auto-suggestion de nos schémas de croyances, surtout quand ceux-ci sont alimentés
par une symbolique aussi forte et j’ai aussi beaucoup observé les pouvoirs des croyances qui structurent
et programment nos cerveaux, puis toute la chaine psychosomatique et endocrinienne qui en découle..