#38864
bzobzo
Participant

mes batteries sont vraiment chargées à max,
des signaux délicieux provenant de tout mon corps en témoignent,
comme par exemple que nu chez moi, comme d’habitude,
le moindre effleurement de mes bijoux de famille,
c’est comme si je frottais de la soie,
une soie chaude, frissonnante un peu et surtout tellement douce, tellement douce

autre signe aussi, la moindre contraction dans mon bassin, même de mes fessiers
et mamma mia, il y a tout de suite des ondes prostatiques qui s’élancent vers le haut
tout le long de la colonne vertébrale,
quelle course joyeuse tout en fourmillements et en frissons,
cela me donne envie tout de suite de me caresser,
ma peau s’enflamme directement, mes seins deviennent comme des petits entonnoirs
par où on déverse de la chaleur,
j’ai envie de danser avec mon bassin, de sentir plein de langueur dedans,
j’ai envie de me mettre en mode liane lascive, de me mettre à onduler

oh, il y a une flamme en moi qui danse dans tout mon corps tellement rapidement,
elle brûle dans toute ma chair,
sa lumière immédiatement aveugle tout mon cerveau, je suis obligé de fermer les yeux,
une pluie d’étoiles, une grande nuit chaude et enveloppante,
la galaxie de la volupté avec ses millions de planètes les plus accueillantes les unes que les autres,
qu’il fait bon y débarquer,
leur composition est toujours plus ou moins la même,
une infinité de mains grouillantes qui s’immiscent partout, effleurent, frôlent, envoutent,
me fouillent jusqu’au fond de l’âme,
une pluie de nuances

mes râles et mes gémissements commencent à monter instantanément,
comme c’est bon d’en avoir les oreilles emplies,
ils semblent transformer en lit d’amour de lupanar céleste mes conduits auditifs,
cela s’emmêle, cela roucoule ensemble quelques instants, mes petits pigeons vocaux pondus par ma chair,
avant de s’envoler vers l’espace tout autour