• Ce sujet contient 98 réponses, 12 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par AndranerosAndraneros, le il y a 5 années.
20 sujets de 21 à 40 (sur un total de 99)
  • Auteur
    Articles
  • #10420
    helix47helix47
    Participant

    andraneros :ma position est a plat dos jambes non fléchies , c est dans cette position que je ressent mieux le plaisir .je possédais l’aneros helix depuis un bon bout de temps , et malgré la lecture du traité , je n arrivais pas a ressentir un quelconque plaisir prostatique , il a fallut que je parcours le forum pour que mon apprentissage reprenne d’une manière très intense .un petit détail que j ai intégré était : une contraction longue et très peu forte ,et ce fut le déclic . pour répondre a ton autre question : non ma compagne n est pas au courant , mais je peut te dire que ma libido est devenue très forte .coté performance , cela fait trop peu de temps pour que je puisse constater avoir un orgasme plus intense , j espère que ce sera le cas .
    andraneros , ou en est tu après tes premiers super o ?

    #10488
    TortuegénitaleTortuegénitale
    Participant

    La peur de progresser, sujet à part entière, que l’on pourrait peut-être développer sur une page en plus. Je fais part de mon message ici pour le moment.

    Je pense qu’il est bon pour un débutant d’exprimer ses peurs quant au progrès, afin que la communication avec les plus avancés lui paraisse être dialogue.

    Personnellement je crains de ne pas progresser, parfois je ne trouve plus de sensations.

    Parfois, au contraire, elles arrivent, mais je ne vais pas au bout, j’abrège la séance, je me contente de savoir que ça peut bel et bien exister.

    Je crains enfin de ne pas trouver un jour, comme si je m’étais mis une pression forte pour réussir à … jouïr (quelle situation étrange). Je suis sans doute l’exemple parfait du débutant qui, butant, force les plaisirs.

    Ma frustration est forte en ce moment. J’ai eu le droit à des sensations intéressantes durant quelques temps, puis plus grand chose. Les exercices de Kegel me procurait du plaisir avant, plus maintenant. Je souffre d’avoir l’impression d’aller sur le chemin inverse de ceux qui ont réussi, c’est à dire à jamais oublier ce plaisir parceque je n’y suis pas arrivé.

    Je diverge.

    #10489
    helix47helix47
    Participant

    tortuegéniale , il ne faut pas te décourager ,le progrès est long , preuve que cette semaine j ai eu aussi deux séances ou il ne se passait pas grand chose ,un peu de plaisir quelques moments de plus forte intensité , et plus rien .les sessions quotidiennes ont sans doute fatigué mes muscles et anesthésié les sensations au niveau de la prostate.je vais maintenant espacer mes sessions de trois ou quatre jours . le conseil que je peut te donner est de ne pas abandonner comme j ai pu le faire il y maintenant plus d un an .

    #10490
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    Tortuegénitale,
    Ce forum a été créé pour répondre dans la mesure du possible à des questions comme celles que tu te poses. Un sujet de discussion sur la peur de progresser ou les blocages que l’on se crée en découvrant toutes ces nouvelles sensations serait en effet très instructif pour les aspirants au Super O’.

    Les difficultés à progresser que tu nous décris sont fréquentes et normales. Je les classerais en 3 catégories :

    -1) Sur un plan général il est possible qu’à 19 ans tu souffres de la pression de ton entourage aussi affectueux et amical soit-il, que tu aies l’impression d’avoir tant à apprendre et à découvrir que tu ne saches pas comment y arriver, surtout si tu ressens un sentiment d’urgence qui te met en situation d’échec chaque fois que la réponse à ta quête n’est pas immédiate. Essaie donc dans la mesure du possible de prendre un peu de recul par rapport à tes activités, tes relations et tes questionnements. Essaie de faire du tri entre ce qui est vraiment important et ce qui l’est moins. Nul ne peut tout faire parfaitement en même temps. Si tu parviens à étaler et répartir sereinement ton activité matérielle, intellectuelle et relationnelle tu subiras beaucoup moins de stress et tu seras beaucoup plus à l’aise pour tous tes apprentissages.

    -2) Sur un plan psychologique tu sembles déçu de ne pas accéder au Super O’ aussi vite que tu le souhaites. La recherche frénétique du Super O’ est définitivement une cause d’échec. L’expérience commune est que tu dois te mettre à l’écoute de ton corps et de tes sensations de plaisir pour accompagner ces dernières et les laisser gagner en intensité et en durée jusqu’à ce que tu perdes le contrôle. C’est pourquoi la relaxation est essentielle non seulement au début de chaque séance mais aussi chaque fois que le plaisir commence à monter pour lui laisser un passage totalement libre.
    La règle d’or est de ne rien attendre et de recevoir ce que tu ressens comme un cadeau. La frustration que tu ressens efface le désir et l’excitation qui sont le carburant du plaisir dont le cerveau est le moteur.

    -3) Sur un plan pratique tu dois avoir conscience que les exercices de préparation nécessaires pour pour ton apprentissage ne sont pas en eux-mêmes des sources de plaisir. Les exercices de musculation du plancher pelvien (« kegel »), la relaxation, la respiration abdominale ne sont pas en tant que telles des pratiques orgasmiques. Il est donc normal que dans une situation de frustration tu n’aies plus les mêmes sensations que lorsque tu étais plein d’espoir. Cela ne retire rien à l’utilité de chacun des ces éléments.
    Lorsque tu fais tes sessions avec ton Helix, parviens-tu à bien les organiser ? Disposes-tu du temps libre suffisant, d’un lieu confortable à l’abri de toute intrusion, de la capacité de ne penser qu’à ton plaisir en dehors de toute pensée parasite ?

    Comme te le dit Helix47 ne te décourage pas. Il me paraît important que tu retrouves d’abord ton désir du plaisir prostatique ; que ce désir fasse à nouveau monter ton excitation ; que tu reprennes tes sessions à la base en te concentrant sur ce que tu ressens et non sur ce que tu souhaites ressentir. Une abstinence de massage prostatique pendant quelques jours pourra peut-être t’aider à effacer cette frustration et faire renaître ton désir.
    Nombreux sont les anérosiens qui ont mis de longs mois avant de connaître une jouissance profonde et bouleversante. Ta situation et tes réactions sont normales. Fais preuve de patience et de constance ; tu en seras récompensé. En attendant nous sommes là pour t’apporter nos expériences et te soutenir chaque fois que tu en ressens le besoin.

    #10499
    TortuegénitaleTortuegénitale
    Participant

    Ce qui handicape beaucoup c’est de savoir que + (le super-o, j’hésite vraiment à lui donner un autre nom) existe, c’est ce qui fait que l’on ne profite pas de ce qu’il y a déjà dans l’assiette.

    Je fais des études en classes préparatoires qui sont programmantes : je suis focalisé sur des concours. Le fond de ma manière d’être est affecté, et je sais que dans la vie je cherche souvent à optimiser mon temps, et ce qui ne donne pas des résultats, là, tout de suite, ça reste hors-champ (à quelques exceptions près).

    J’ai été agréablement surpris de voir s’ouvrir une page pour le rapport entre la recherche (et la découverte) du nirvana. Je trouvais en effet que le sexe était comme un pilier qui forgait ma manière de me faire avec le monde, mon vécu. Je pense que tout le monde est d’accord pour dire que découvrir la masturbation nous change, que découvrir le rapport sexuel nous change, et cætera.
    J’avoue que ma quête du soleil est davantage motivé par cela que par le plaisir intrasèque du moment. Je veux changer ma sexualité dans l’optique de me changer moi-même. La page qui a été ouverte m’a conforté dans ma piste.

    Bien sûr, en écrivant, je sens les objections pointer le bout de leur nez; j’en sens une, à moi, aussi, qui me dit que je ne suis qu’intéressé, malhonnête face au plaisir. Oui, c’est vrai, je le vois comme un outil.

    Je remarque depuis mes débuts qu’en fait la plupart des gens qui m’entourent ne parviennent pas à rentrer en leur propre intimité, à s’écouter parler, à se taire et apprécier. Plus ça va et plus je trouve les autres violents, avec les autres, et surtout envers eux-mêmes. Plus ça va et plus je me dis que le plaisir des fesses, de la fleur anale, de la prostate (la prune, c’est plus joli), ça m’apporte le malheur d’être avec les autres. J’ai l’impression de souffrir d’une sorte de précocité (une amie m’avait fait remarquer cette idée, elle se reconnaitra en lisant), et la plupart des précoces souffrent.

    Plus ça va, et plus je refuse de jouïr. 

    Évidemment un message comme les votre me fait un bien précieux. Je vous suis très reconnaissant.

    (Il y a de fortes chances que demain je ne pense plus un mot de la plupart des choses que je me suis proposé de partager avec vous).

    PS : les photos sur tumblr en ce moment sont sans adjectif approprié, je suis bouche B

    #10501
    HyménéeHyménée
    Participant

    Bonsoir,

    Je crois pour ma part que le découragement fait parti du chemin. Il ne faut pas en avoir peur et s’y préparer.

    Vos propos me font penser aux miens, quand j’avais vingt ans : j’étais dans une bulle, car j’avais en moi quelque chose que je ne pouvais ignorer et qui m’encombrait dans mes relations sociales ainsi que dans l’idée que je me faisais de ma propre réussite.

    A quarante ans, j’ai fini par trouver un arrangement intérieur et un aménagement extérieur. C’est quelque chose de très personnel, qui vaut la peine d’être cherché sincèrement, qui vaut la peine d’être vécu pleinement. Il n’y a pas de recette. Il n’y a pas d’aboutissement, pas de certitude. Il y a juste vous. C’est un chemin :

    Je n’ai pu dissocier l’épanouissement de ma personnalité dans le monde violent que vous décrivez bien et que nous vivons au quotidien, de l’épanouissement de cette sexualité atemporelle, sublime.

    Et pour l’avoir pratiqué, je ne puis que vous encourager à pratiquer ce chemin de transformation intérieure : la sexualité sacrée transforme l’Homme, et prépare son esprit et son corps à supporter le sublime.

    Il faut juste savoir que ce chemin est plus escarpé que ce qu’on imaginait au premier pas posé 😀 C’est pour cela qu’on est déterminé au départ, découragé par la suite.

    Je vous livre maintenant le secret des tenaces : ils n’ont jamais oublié de contempler la beauté du paysage, même en basse montagne, même en moyenne montagne, et même tout proche de l’arrivée.

    Alors : profitez de vos orgasmes et persévérez dans vos études 🙂

    #10504
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    Tortuegénitale,

    « Ne pas profiter de ce qui est déjà dans l’assiette » est dans la vie une situation courante et une source de mouvement parce que l’on fait des efforts pour obtenir ce que l’on convoite, ou parce que l’on fait des choix qui servent à construire sa vie.
    Si tu ressens un conflit entre certaines de tes aspirations et les contraintes de ta vie d’étudiant sous pression, ton intelligence et ta sensibilité aidées éventuellement par un dialogue avec une ou des personnes en qui tu as confiance doivent te permettre de faire le tri entre ce qui est indispensable et urgent, ce qui est indispensable et moins urgent, ce qui n’est peut-être pas indispensable.

    Hyménée nous dit « A quarante ans, j’ai fini par trouver un arrangement… ».
    J’ai moi-même mis soixante ans pour pour parvenir à jouir avec une telle intensité que j’en suis bouleversé. Cela ne m’a pas empêché d’avoir une vie familiale riche et une vie professionnelle passionnante. Mon chemin continue.
    L’avantage d’être jeune est que tu as le temps de chercher pour trouver. Mais pour avoir ce temps tu dois trouver ta place dans notre société aussi imparfaite soit-elle. Ta quête ne peut aboutir que si tu te donnes le temps de la mener.

    Ta sexualité est au cœur de tes préoccupations. C’est la vie même. Tu as un avantage sur les autres ; tu veux vivre pleinement ta sexualité et vivre les extases orgasmiques qu’elle promet. Le carcan culturel et les règles morales imposés par les églises depuis des siècles tendent à interdire l’épanouissement sexuel, paradis librement accessible tous les jours à chacun.
    Notre société change lentement mais sûrement. Ta revendication te place à l’avant de ce mouvement. Tu n’es ni intéressé, ni malhonnête face au plaisir. En menant ta quête tu es au contraire honnête avec toi-même. Tu dois simplement prendre en considération que les autres ne changeront que lentement, que tu ne pourras pas immédiatement les convaincre que ton comportement est naturel, et que tu devras accepter de vivre une sexualité différente et vraisemblablement discrète.

    Efforce-toi de renoncer à l’impatience qui te ronge. Tu es jeune. Prend le temps d’apprendre à jouir autrement. L’important est qu’en développant ton aptitude au plaisir intime pour atteindre l’extase, tu trouves l’équilibre dans une vie d’adulte qui s’ouvre à peine pour toi et que tu puisses partager avec tes proches l’énergie vitale qui te remplit.

    Tu peux lire avec intérêt ce que nous dit Hyménée dans le sujet « Vibrations les pour les contre »
    http://nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/vibrations-les-pour-et-les-contre

    #10506
    helix47helix47
    Participant

    la découverte récente d orgasmes très intenses m a rendu un peu addictif a des sessions nombreuses et journalières pour chercher ce super o attendu depuis plus d un an .ces derniers jours mes muscles pelviens étaient fatigué et la prostate semblait un peu anesthésiée , si bien que ma dernière session ne m’a donné que du plaisir avec quelques mini o sans plus . après quelques jours d’abstinence ,pour la session d’aujourd’hui , la voie du super orgasme a commence a s’ouvrir pour moi : beaucoup de plaisir et peut être ce que je crois être un super o s’est manifesté , j ai ressenti d une façon inhabituelle l hélix en moi , et une irradiation dans le pénis tendu , avec un pompage au niveaux des muscles pubien,un bien être très intense , mais sans convulsions ni tremblements , cela a duré près d une minute.j’ai pu renouveler deux fois cet orgasme avant d arrêter ma session . les étapes de doutes et de progrès sont nombreuses , mais importantes pour rechercher le moyen d arriver au plaisir prostatique . le découragement est aussi une étape a franchir . ma ténacité est la meilleure des réponses . j’espère renouveler dans quelques jours une autre session plus intense .j’ai commandé un anéros-vice qui m aidera dans cette quête au super orgasme.

    #10508
    TortuegénitaleTortuegénitale
    Participant

    Bonjour à tous,

    Nous sommes actuellement sur les lieux, en direct, notre jeune tortuegénitale est perturbée. En effet, alors qu’elle commencait à s’assoupir après quelques vaguelettes de plaisir très localisées, elle fut réveillé en sursaut par un assaut de plaisir. La pauvre, si peu préparée à cela, fut tétanisée, sentant qu’elle perdait son corps comme cela ne lui était jamais arrivé avant. Elle a eu très peur, le ventre était devenu mélange d’angoisse et de chaleur divine. Cela a duré 5sec, un premier jet pour elle qui, on l’espère, sera pour elle l’indice le plus fort d’une sexualité enfin trouvée. Il semble qu’elle soit encore toute troublée, son sentiment d’avoir enfin une réponse à une question qu’elle ne saurait nous citer est souverain; là voilà revenue parmi nous.

    Ce mini-reportage est à chaud, ça vient juste de me tomber dessus, j’ai vraiment pas pu continuer. C’était terrifiant, je ne plaisante pas, j’ai vraiment cru que je perdais tout contrôle; j’avais à moitié envie de me laisser porter, c’et donc advenu pour la première fois, et puis, j’ai eu du mal malgré moi à me laisser aller, juste après.

    Pour décrir la chose très vite, je dormais presque, le premier rêve débutait, et là, arrrff qu’est-ce qui m’arrive??? je deviens un loup-garou??? pur plaisir, et un bon coup de flippe. Heureusement que je connais la signification de ce qui m’est arrivé, pour changer mon (premier) rapport à la chose (ce n’était pas un super-o, sans doute un mini-o, mais pour moi, vu la nouveauté, c’était déjà bien suffisant – sourire).

    On dirait que plaisir de la prune et sommeil font bon ménage.

    Je me suis assoupi avec du plaisir, déjà un peu développé. J’aimerais vraiment m’endormir tous les soirs ainsi. Je portais le Progasm, qui avec l’Helix, est mon préféré.

    Mon impression globale immédiate est que, n’étant pas tombé malade depuis des lustres, j’ai retrouvé un peu la force de mon corps de me dicter certains aspects de la vie. Vive le corps. C’est vraiment rassurant, et ça vous donne entièrement raison.

    Merci messieurs, je retrouve de mon enthousiasme, avec progrès en poche. Quel pied! 😀

    #10509
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    Helix47,
    Tes expériences récentes semblent assez proches de ce que je ressens.
    Toutes mes sessions ne m’apportent pas la même extase mais ce qui est formidable c’est que les moins bonnes d’aujourd’hui me procurent une jouissance bien supérieure à ce que je connaissais il y a seulement quelques semaines.
    Je ressens aussi le même effet addictif qui m’a conduit à faire des séances quotidiennes que je m’efforce d’espacer pour retrouver de meilleures sensations.
    Tu sembles aussi éprouver un plaisir orgasmique intense mais plutôt calme que très explosif.

    J’aime lire que tes progrès t’apportent tant de satisfaction. J’attends avec une grande curiosité de savoir ce que l’Aneros Vice t’apportera en mieux ou en différent. Je me pose la question de l’acheter mais jusqu’à maintenant j’ai préféré concentrer mon apprentissage sur les bases selon les conseils généralement donnés. Continue ton cheminement avec autant de constance, de raison et de joie.

    #10510
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    WELCOME Tortuegénitale,

    Il semble que la porte, TA porte vers une sexualité épanouie s’ouvre.
    Tu sembles mieux recevoir ton plaisir pendant ton sommeil. C’est comme cela que ça marche pour moi aussi.
    Conserve ton enthousiasme, nourris ton désir et reviens vite nous dire à quel point tu es heureux de découvrir les ressources cachées de ton corps.

    Et surtout n’oublie pas que ce chemin n’est pas une autoroute et qu’en cas de doute notre communauté sera à tes côtés pour te soutenir dans ta quête.

    #10516
    TortuegénitaleTortuegénitale
    Participant

    Merci !

    Andraneros,

    Arrivez-vous dorénavant à obtenir des super-o en pleine journée, ou conservez-vous votre besoin d’être assoupi pour tout déclencher?

    J’hésite vraiment à m’y mettre aussi la nuit. C’était tellement spécial que je suis pressé de retenter l’expérience, mais si cela m’empêche de dormir suffisamment pour les cours.. : petit équilibre à trouver.

    #10518
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    Mes sessions nocturnes restent meilleures que mes sessions diurnes bien que la qualité de mes sensations au cours de ces dernières s’améliore peu à peu. Je dois donc continuer à travailler ma pratique de la relaxation / méditation. Ce n’est pas un problème.

    Dans la vie tout est équilibre et déséquilibre, pause et mouvement. Je constate que les nuits qui m’apportent la plus grande jouissance me procurent les meilleurs réveils et une grande énergie comme si l’intensité de mon plaisir libérait mon corps et mon esprit et me rendait plus léger. La qualité de mon sommeil n’est pas liée à sa durée. Ce n’est pas forcément vrai pour tout le monde. Il faut donc que tu te cales sur ton propre rythme en ne faisant par exemple qu’une seule séance nocturne par semaine.

    #10543
    helix47helix47
    Participant

    mon cheminement continue dans la voie du super o . j essaie d espacer mes sessions , et le plaisir est plus intense comme cela . il est aussi étonnant que je ne retrouve pas a chaque sessions les mêmes sensations dans l’orgasme .parfois l hélix bouge , avec des spasmes dans la région pelvienne procurant un plaisir intense a très intense , parfois il ne bouge pas mais il appuie sur la prostate et les sensations sont plus intenses mais différentes :les tremblements et spasmes dans la région pelvienne qui se produisent m apportent un orgasme plus étendu dans le corps . je suis heureux d arriver maintenant a chaque séance a produire plusieurs orgasmes assez facilement en une demie heure . l orgasme deviens plus intense a chaque séance , et cela est très intéressant pour la suite de ma quête au super orgasme prostatique.

    #10545
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    @helix47 C’est avec un grand plaisir que je lis tes progrès et comment, session après session, tu sembles obtenir de plus en plus facilement des orgasmes de plus en plus intenses.

    Je partage ta remarque sur les variations des expériences intimes que chaque session apporte. Je ressens les mêmes surprises d’une session à l’autre. Aucune n’est identique à la précédente. Nous sommes tous les deux encore au début de notre quête. Nous apprenons donc, inconsciemment ou non, à écouterce que nous dit notre corps, à nous laisser inonder par une jouissance peu à peu plus profonde.
    Mais au delà de notre découverte les vétérans disent sur les forums que leurs sessions sont aussi différentes les unes des autres. Ton ressenti est donc normal et tu devrais continuer à découvrir de multiples variations au fil de tes sessions.

    L’un des points mis en avant pat les vétérans pour renforcer l’intensité du plaisir qu’ils ressentent est de s’enfoncer un peu plus dans la détente lorsqu’ils perçoivent la montée de chaque vague de plaisir. Ils retardent ainsi les spasmes et pulsations qui se développent et qui vont pouvoir gagner en intensité.
    Je m’efforce dans la mesure du peu de contrôle qui me reste à ces moments d’approfondir ma détente. La conséquence est que je suis de plus en plus agité dans mon plaisir. Je commence à gémir, trembler et tressauter pendant mes orgasmes. C’est encore léger mais très différent du calme ouaté dans lequel je m’enfonçais lors de mes tous premiers orgasmes prostatiques.

    Ta quête du Super O’ t’apportera certainement de nombreux autres étonnements.

    #10550
    TortuegénitaleTortuegénitale
    Participant

    Je ne peux pas le croire, orgasme du téton (enfin presque), le gauche, au resto… j’ai arrêté de le toucher parce que je ne savais pas comment cela allait se finir.. Le truc de dingue……

    J’ai inséré du coup cette nuit le Progasm en moi pour une nuit. Je n’ai tiré aucun réveil orgasmique, juste un peu gênant de dormir avec..

    Je suis content et enthousiaste malgré tout, c’est vraiment chouette.

    Je crois qu’on a tout son temps pour découvrir.. tout; vraiment d’accord avec Hyménée sur ce point désormais.

    #10553
    HyménéeHyménée
    Participant

    C’est chouette, Tortuegénitale 🙂

    Cela me rappelle mon premier orgasme du coeur. Incroyable. Un moment de pure joie : l’orgasme était monté petit à petit à travers le ventre, s’était trouvé un chemin dans ce labyrinthe noué, et bâm ! Un feu d’artifice dans la poitrine. Une vraie félicité 🙂 Je me souviens avoir vécu le truc de façon un peu surprenante : juste avant, j’étais extrêmement tendu, concentré, nerveux, contrit. Je sentais qu’une « bestiole » immaîtrisable avait jailli en moi et tentait de se frayer un chemin. Et puis, le basculement : en un éclair, en un instant, l’acceptation, le grand OUI, l’intérieur qui s’ouvre, les entrailles qui laissent passer le cortège royal. Bâm !

    Autant vous dire que pour vivre cela, il faut une certaine dose de bienveillance envers soi-même 🙂 Enfin je crois. Une certaine dose de confiance aussi. Rendez-vous compte : laisser cet autre moi-même traverser mes ténèbres, le laisser m’éclairer de l’intérieur … quelle folie ! 😀

    Ces orgasmes sont d’autant plus miraculeux, que je ne sais d’où vient cette intuition de laisser monter l’extase en soi plutôt qu’elle reste confinée dans le royaume de Sodome et Gomorrhe. Comment le corps peut savoir à l’avance qu’il y a extase par là-bas ? D’où cela vient-il ?

    Mon hypothèse est que l’on doit vivre cela de façon inconsciente, la nuit, en dormant. Et que le désir fou de vivre cela consciemment vient de là. Ou alors pendant l’enfance, alors qu’on n’est pas agressé par la génitalité toute puissante de la sexualité adulte. Je ne sais pas.

    Sinon, en pensant à vous ces derniers jours après vous avoir lu, je me suis rappelé d’un paradoxe que je vous soumets :

    Ces orgasmes ne sont pas toxiques, contrairement au plaisir de la cigarette par exemple, laquelle rend accroc et tire à la consommation jusqu’à fumer sans prendre de plaisir véritablement. Uniquement parce que les principes actifs de la drogue tiennent votre volonté et votre désir.

    Pourtant, le plaisir d’un super O’ est extrêmement intense. Je n’ai jamais rien connu de meilleur 🙂

    Alors, quand on arrive proche du but, on a très envie, tout le temps. Cela devient une obsession. Tous les stratagèmes sont bons pour atteindre l’objectif pressenti. Et il faut cela. C’est nécessaire, je crois, pour le lâcher prise total. Enfin, en tout cas, pour moi, ça l’a été.

    Je me souviens avoir eu peur de « tomber dedans » et de ne pouvoir en ressortir, de me marginaliser, d’être assouvi à ces pratiques. Troquer ma vie pour celle d’un Junkie, d’un éternel errant. Il y avait une vraie angoisse … équivalente au plaisir ressenti. C’était en fait un contrepoids 🙂

    Mais il ne faut pas avoir peur de « tomber dedans ». De se laisser aller. De se laisser submerger.

    Car ce n’est pas toxique. Ce sont des moments extraordinaires, d’une intensité torride, d’une longueur indécente … Et qui laissent un beau souvenir une fois vécu pleinement … jusqu’à la prochaine fois … mais sans urgence. L’envie vient par vagues. Insaisissables. Immaîtrisables. Les vagues sont les reines. Elles cajolent celles et ceux qui savent flotter sans résister.

    Merci à vous tous : ces discussions me font revivre un long chemin, dont je laisse une trace ici.

    J’attends ma Muse.

    Bonne nuit

    #10563
    TortuegénitaleTortuegénitale
    Participant

    Il est très vrai que mon frein aujourd’hui, c’est la peur d’être marginal, de me droguer en quelque sorte : comme ce mec que l’on voit tous, tremblant, se piquant, par besoin. Le corps est prêt, vraiment très près aussi… reste ces peaux mortes psychologiques.

    Alors, ça fait toujours plaisir de vous lire Hyménée !

    J’aime bien votre honnêteté crue et sans rapport aucun avec les préconcus sexuels d’aujourd’hui. C’est très agréable, on a l’impression de lire un homme qui a compris, qui est concerné par la sexualité de toutes les époques, de tous les temps, des grecques jusqu’à nous. C’est troublant quand on pense que nos raisonnements sont complexes, profonds, que personne ne le voit comme ça, et que quelqu’un nous fait découvrir que c’est partagé. Ça fait du bien (je parle de quasiment tout ce que vous avez dit : la projection, l’abandon, le coeur peut avoir un orgasme, et cætera).

    J’ai aussi eu le droit à un unique orgasme du cœur, l’été dernier : était comme une impression qu’il se gonflait et que du vin coulait en lui, je le sentais brûler, et j’avais les larmes au yeux.. Le torrent de larmes est arrivé plus tard.

    L’été arrive, ça promet d’être nouveau !

    Je crois que je suis prêt à expérimenter mon premier super-o, il ne reste plus qu’à avoir le bon timing, et la patience.

    🙂

    Petit ajout : plus ça va, et plus, effectivement, on ne compte plus les parties de son corps qui nous rappellent le temps et l’existence, par le plaisir d’être touché, par nous même, par les autres, par le vent, l’eau.. Tout devient très poétique et agréable, ça devient dur à gérer (sourire).

    #10583
    HyménéeHyménée
    Participant

    😀

    #10585
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    @Tortuegénitale Je me réjouis de constater que tu as trouvé un paysage ensoleillé derrière la porte que tu viens d’ouvrir.
    Si tu parviens à placer raisonnablement dans ton emploi du temps les moments dont tu as besoin pour vivre ta sensualité extrême, tu constateras que chaque plongée dans la jouissance te laissera chargé d’une énergie vitale qui rejaillira sur ton travail et tes relations avec tes proches.
    Continue dans la joie, sans culpabilité, toujours en respectant les autres.

20 sujets de 21 à 40 (sur un total de 99)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.