Ce sujet a 98 réponses, 12 participants et a été mis à jour par Andraneros Andraneros, il y a 5 ans.

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 99)
  • Auteur
    Messages
  • #8910
    Avatar
    Anonyme

    Bonjour à toutes et à tous,

    J’ai découvert récemment l’Aneros, pour moi l’occasion d’explorer un pan de ma sexualité qui m’a toujours intrigué. J’avais conscience qu’une partie du plaisir venait de là, mais sans jamais réellement « mettre le doigt dessus » si je puis dire 🙂

    Ma compagne n’est pas très à l’aise avec cette partie du corps. Elle a compris depuis quelques années qu’elle pouvait avoir beaucoup de plaisir après m’avoir laissé expérimenter un peu et apprécie maintenant qu’on le pratique. Mais elle ne se sent absolument pas d’expérimenter à son tour sur moi. J’ai donc commencé l’expérience seul, avec peu d’informations, car il est difficile d’utiliser les mots clefs liés à tout ça dans les moteurs de recherche sans être inondés de site pornos peu éducatifs…

    Je précise que je n’ai jamais réellement essayé de stimuler cette partie de mon corps avant. L’aneros montre le réel début de ce que j’appelle, pour dé-dramatiser « l’expérience » 🙂

    J’ai donc expérimenté dans des conditions « relativement » adaptées, et les premières fois ont été étranges, pas forcément désagréable, mais définitivement maladroites:
    – La toute première fois, j’ai inséré l’aneros trop profondément…
    – Comme j’avais tendance à être très tendu, mes premières tentatives ont été centrées sur la détente. Je voulais me sentir juste « à l’aise » avec l’aneros, ce qui me semblait être un passage obligatoire pour ensuite jouer avec. Une fois, je me suis endormi et réveillé complètement détendu, il était bien en place et plus du tout gênant. Mais les autres fois, j’avais au bout d’un moment un point précis qui devenait douloureux;
    Après « analyse », j’ai découvert une petite, minuscule bavure sur l’objet, positionné exactement à l’endroit ou j’avais mal. Cela confirme que cette partie du corps est extrêmement sensible, car la bavure était presque impossible à sentir au passage du doigt. Je vous conseille donc de bien vérifier sur toute la surface de l’Aneros avant de vous lancer.
    – En outre, testé avec plusieurs lubrifiants, j’ai parfois une sensation de « brulure » gênante après insertion. Ce n’est définitivement pas dû au lubrifiant, mais plutôt à environnement. J’ai l’impression que « la brûlure » arrive si je ne suis pas complètement détendu. Si « la brulure » est là à l’insertion, la détente est beaucoup plus longue à venir. Si je devais essayer de définir cette « brulure », je dirais qu’il s’agit plutot d’une sensation de rejet. Comme si mon corps recevait un signal pour lui dire: Pousse, expulse ce truc qui essaye de rentrer.

    A ce moment de l’histoire, j’ai donc plusieurs problèmes: Mais pour ne pas finir sur une défaite, j’ai cédé à la tentation de me masturber… ce qui était définitivement agréable, mais à priori pas conseillé.
    Puis j’ai tenté l’expérience avec ma compagne, mais elle avait beaucoup de mal à patienter et nous finissions toujours par faire l’amour conventionnellement en laissant l’aneros. Ce qui fut agréable, mais…

    J’ai donc mis l’aneros de coté un moment, avant de réessayer récemment.
    Sur ma dernière session, tout semblait se passer comme prévu. Pas de gêne, détente relativement rapide, puis sensation de plaisir, enfin pas désagréable, quoi.

    J’ai finalement eu un orgasme sans me masturber, mais je ne pense pas qu’il s’agisse d’un orgasme prostatique.
    Le plaisir est venu des mouvements de bassin, l’éjaculation s’est faite par jets (à priori, si j’en crois les témoignages, cela ne devrait pas être le cas), mais je n’étais pas en érection.
    Et j’ai ensuite essayé de voir si j’avais une période réfractaire, mais je n’ai pas réussi à le définir réellement.

    En fait, cet orgasme m’a semblé extrêmement similaire aux rares orgasmes que j’ai eu en dormant lors d’un rêve sexuel.

    Bref, pour résumer la situation, l’expérience n’est pas négative, mais pas forcément positive. Je prends du plaisir, mais il est encore délicat d’apprécier toute la démarche. Le temps de détente au début rends difficile l’implication de ma compagne, qui manque de patience et nous ne savons donc pas comment inclure ce jouet dans nos relations, car elle a tendance à avoir une vision relativement conventionnelle de l’acte.
    Les éventuelles sensations désagréables à l’insertion ne m’aident pas à réellement me libérer pour l’instant.

    PS: J’ai depuis le début de l’expérience, découvert votre site, lu avec attention le traité ainsi que certains retour d’expérience, et j’applique avec attention les conseils d’utilisation. Ce qui devrait pouvoir exclure des débats toute mauvaise utilisation. Je pense réellement que les difficultés qu’il me reste à outrepasser sont environnementales plus que pratiques.

    Voilà, voilà, mon retour sur expérience sur l’utilisation de l’aneros et de ma découverte du plaisir anal.

    Maintenant, je file me cacher, car il n’est pas facile de témoigner comme ça sur un sujet aussi personnel 🙂 Mais ça va, on est entre nous, là 🙂

    #8911
    Avatar
    Anonyme

    Mince, je ne peux pas éditer, je vais donc double-poster, désolé. Mais j’ai oublié un truc essentiel dans mon témoignage, et je pense que vous me pardonnerez cette entorse au règlement:

    Merci à vous pour ce blog, il m’a beaucoup aidé. Je pense qu’il devrait être un lieu de passage obligatoire pour tout francophone voulant tester l’aneros et/ou découvrir d’autre plaisirs!

    #9088
    Avatar
    Adam M.
    Admin bbPress

    Merci pour ce témoignage très intéressant. Je ne pense pas non plus que vous ayez eu un orgasme prostatique car il n’y a pas d’éjaculation. Le truc que je ne sais pas expliquer c’était l’écoulement de sperme par jet sans érection. Cela ressemble à ce que l’on appelle du milking de prostate (le fait de faire couler le sperme en massant la prostate) mais alors, le sperme ne sort pas en jet. Bref, tout ceci n’est pas bien grave de toute façon, l’important étant de se faire plaisir et de continuer la découverte de son corps.

    Merci pour votre gentil message de fin 🙂 Amusez vous bien et tenez nous au courant.

    #10080
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    J’ai l’Helix classic et le Prograsm depuis environ 1 an dont 9 mois de pratique régulière en raison de quelques soucis de santé communs aux hommes de 60 ans et plus.
    J’utilise le plus souvent l’Helix pour donner de la continuité à mon apprentissage et de temps en temps le Progasm en contrepoint pour renforcer la perception de mes sensations internes. Depuis 6 mois je complète ma pratique avec le port occasionnel du Tempo et depuis 3 mois du Peridise pour travailler sur mes contractions et ma sensibilité pelviennes en dehors de toute recherche de plaisir.
    Mes sessions ont lieu le plus souvent le soir au coucher. Je garde l’Helix (poignée de manipulation coupée à 3 cm pour en réduire l’encombrement et faciliter sa mobilité dans le lit) toute la nuit.
    Mon apprentissage est très lent car j’ai dû découvrir des sensations anales qui m’étaient totalement étrangères, apprendre à me détendre, apprendre à être à l’écoute de mon intimité, apprendre à être sexuellement excité en dehors de toute sollicitation du pénis, apprendre à recevoir du plaisir. Tant d’évolutions par rapport à mon état d’esprit de mâle vieillissant moyen ne pouvaient raisonnablement pas se faire en 3 jours. J’ai surmonté des moments de frustration à la fois en comprenant quelle était la nature de mon apprentissage, et en mettant en valeur les miettes de progrès que je pouvais constater. Peu à peu j’ai récolté les fruits de ma patience.
    La première étape majeure a été l’apparition de vagues de plaisir le long de la colonne vertébrale, qui se sont progressivement multipliées et intensifiées.
    La seconde étape majeure a été l’apparition d’une sensibilité très plaisante de toute la zone périnée-prostate même en dehors des sessions.
    La troisième étape majeure, la semaine dernière, a été mon réveil au milieu de la nuit par des vagues de plaisir plus intense que précédemment qui se succédaient sans fin, d’elles mêmes ou avec un minimum de sollicitation de ma part.
    Cette fête s’est reproduite cette nuit avec me semble-t-il encore plus d’intensité. J’ai l’impression que je suis passé du stade de la vague de plaisir à celui de mes premiers orgasmes prostatique (mini O) dans la mesure où l’onde de plaisir semblait bien naître dans la zone prostatique, se gonfler et couler en remontant le long du dos.
    Ces expériences nocturnes confirment l’importance de la détente et du laisser aller dans mon processus d’accès à l’orgasme prostatique, aucune de mes sessions diurnes ne m’ayant encore conduit aussi loin.
    J’ai encore beaucoup de chemin à faire pour atteindre les super O qui noieront ma conscience dans un océan de plaisir. Je pense cependant que ce témoignage peut apporter encouragements et informations à mes amis qui doutent soit d’eux-mêmes soit de l’efficacité du massage prostatique. La lecture sur ce site (merci NXPL) et sur d’autres des expériences heureuses ou malheureuses, des questions, des conseils m’a beaucoup aidé. J’apporte ma pierre à l’édifice.
    Pour ma part je ne doute plus.

    #10137
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    J’ai pu faire hier une séance diurne qui m’a conduit très près de l’orgasme. mais lorsque mon plaisir est devenu vraiment intense et que je sentais que j’allais perdre le contrôle et passer en mode automatique, mes contractions ont repoussé l’Helix vers la sortie au lieu de l’enfoncer ce qui bien sûr tend à briser mon élan.
    Je pense qu’à ce niveau de plaisir mon corps se met en mode éjaculatoire et pousse (bien que mon pénis reste flasque) au lieu de se maintenir en mode récepteur. Je suppose que je dois encore approfondir mon état de relaxation quand j’approche de ce point.
    L’un d’entre-vous a-t-il connu cette situation et comment avez-vous surmonté cette difficulté ?

    #10139
    logansan
    logansan
    Participant

    J’ai des contractions involontaires rectales, donc qui poussent l’anéros, mais jamais assez forte pour l’évacuer, bien que j’en ai parfois la sensation. J’ai aussi vu une vidéo où cela se produit pendant l’orgasme.

    Je n’ai pas de solution à apporter, désolé. Lubrification trop intense de la partie annale ? en même temps faut que l’Hélix rentre…

    #10148
    Avatar
    MrToulmonde
    Participant

    Bonjour à tous,

    Je pratique depuis presque 1 an maintenant, et j’ai essayé l’helix en 1ier, ensuite le Progasm (j’aurai du écouter Mr NXPL car s’il rentre sans problème, je le trouve effectivement trop gros).
    Lors de ma progression, j’ai rencontré le même soucis que Andraneros, a savoir que l’hélix sortait au moment ou ça commençait a devenir plus sérieux. Cela ne me le fais plus maintenant et le problème à été réglé par la relaxation, chose maintes fois répétée sur ce site.
    Il est vrai qu’au début, les contractions deviennent fortes et il n’est pas évident de « forcer » la décontraction à ce moment, mais ça finit par se gérer. De plus, une fois ce cap passé, ça m’a permis de faire durer le plaisir beaucoup plus longtemps… peut être 30-50 secondes.
    En ce qui me concerne, le plaisir obtenu est plus une impression de plénitude très puissante, plutôt que des spasmes.
    J’ai réussit assez rapidement (10 séances environ) à commencer à avoir du plaisir, puis je progression continuellement depuis.
    Coté relaxation, j’ai essayé des videos youtube « hypnose relaxation » (on en trouve pas mal…) pour m’y entraîner en parallèle des scéances avec l’anéros et j’a trouvé ça plutôt efficaces, et de toutes façons, très utiles après une journée de boulot pour couper un peu.
    Je me suis même amusé, avec une vidéo d’auto hypnose à me suggérer un orgasme de la prostate (sans anéros, car j’y arrive en temps normal) et ça a fonctionné. Cela dit, en état de trans, c’est marrant, mais on ressent beaucoup moins les sensations de plaisir, plutôt les pulsations sanguines et les spasmes, et je ne maîtrise pas l’hypnose de façon experte, je me suis juste amusé avec ce qu’on peut trouver sur youtube en tapant « hypnose relaxation ».
    Pour terminer, un grand MERCI à Mr NXPL pour la qualité de ce site et pour son traité (dont j’attend avec impatience la prochaine version 🙂 ) qui m’ont permis de découvrir ce pan si intéressant de la sexualité!

    #10154
    rahonavis
    rahonavis
    Participant

    Bonjour à tous,

    Je souhaitais également partager avec vous ma découverte de l’orgasme prostatique:

    Je souhaitais ici faire par de mon expérience de l’orgasme prostatique.
    Je crois qu’il y a longtemps que j’avais entendu que la prostate pouvait donner beaucoup de plaisir à l’homme, sans l’avoir pour autant expérimenté ni même envisager de le faire. J’ai tout de même un jour fait l’achat de deux modèles de stimulateur, l’Aneros Progasm et le Bloomy de Fun Factory, dont l’usage n’a absolument pas été concluant, même plutôt inconfortable et douloureux. Je mesure aujourd’hui que l’échec de ces tentatives a clairement été imputable à l’absence de conseils d’utilisation et du choix de stimulateurs inadaptés au débutant que j’étais.

    Les mois et les années ont passé jusqu’à ce que je tombe par hasard sur le web sur un site ou un article, je ne sais plus, sur l’Aneros Hélix et sur le traité d’Aneros. Découvrir que la stimulation prostatique pouvait générer des orgasmes aussi puissants sans limite, et disposer de la « méthode » à suivre pour y parvenir a nettement piqué au vif ma curiosité. Il faut dire que je suis plutôt quelqu’un de curieux et d’expérimentateur de nature. Contrairement à un certain nombre d’hommes (et de femmes également), aucune zone de mon corps ne me parait taboue pour en tirer du plaisir et je ne me sens absolument pas tendre vers une tendance homosexuelle parce que je pourrais prendre du plaisir par une quelconque forme de stimulation ou de pénétration anale (une partie de moi pourrais même regretter cette absence de tendance à l’homosexualité comme une expérience qui manquera à mon existence, mais c’est ainsi, les hommes ne m’attirent pas du tout). Bref, après avoir lu et étudier les sites, témoignages et informations disponibles, je me suis procuré un Aneros Hélix, réputé comme le plus efficace et surtout le plus adapté aux pratiquants débutant. J’ai calé dans mon agenda le soir où j’allais tester cet étrange petit objet et j’avoue que quelques heures avant la séance à proprement parlé, je me suis senti envahi d’une incroyable excitation (non sexuelle) et d’une grande fébrilité, un peu comparable à celle qui précède la première fois que l’on va sortir avec une fille ou faire l’amour avec pour la première fois : cette impatience de découvrir un nouveau plaisir.

    Pour ma séance, j’ai suivi les consignes, en tout cas j’ai eu ce sentiment. J’ai acheté un lubrifiant à base de silicone pour enduire l’Aneros et du lubrifiant à base d’eau (les petites poires Aneros de 5 ml) pour la lubrification de l’anus et de la cavité anale. J’ai introduit l’objet, me suis installé sur le dos, les jambes pliées et un coussin sous les fesses pour les surélever et ai commencé à me détendre. Après une dizaine de minutes, j’ai commencé les mouvements de contractions décrits dans le traité. Celui-ci décrit deux techniques de contraction : celle de comprimer les muscles périnéaux comme en serrant les fesses et celle d’obtenir une contraction en « poussant ». Personnellement, je n’ai pas trouvé le truc avec la poussée et me suis concentré sur la contraction. J’ai effectué des petites contractions pendant une durée de 30 secondes, ai fait une pause et ai recommencé ainsi de suite. Au bout de 20 à 30 minutes, j’ai clairement commencé à ressentir ce qu’il se passait, à sentir des tremblements apparaître et mon pouls s’accélérer. Après 40 minutes de pratique, j’ai vraiment eu le sentiment d’approcher un plaisir intense puis ai commencé à m’en éloigner. Rétrospectivement, j’attribue cette redescente à deux choses : l’alternance trop rapide et parfois trop forte des contractions, comme pour forcer le plaisir, ce qui a pour effet d’écraser les sensations prostatiques et de faire redescendre le plaisir. L’autre a été l’erreur de boire une heure avant. L’envie d’uriner est incompatible avec le plaisir prostatique qui l’accentue terriblement. Il est très dur de redémarrer la remontée vers le plaisir après avoir uriné. J’ai tenté de redémarrer pendant une bonne demie-heure sans succès, et ai fini par abandonner après une heure et quart de séance, lorsque j’ai senti mon anus commencer à se crisper autours de l’Aneros.

    J’avais lu qu’il était rare d’atteindre l’orgasme prostatique la première fois, et que de nombreuses tentatives étaient nécessaires pour apprendre à maitriser ces sensations. Cette première expérience a vraiment été divine, et le niveau de plaisir atteint m’a clairement laissé imaginer les sommets de jouissance potentiellement accessibles. J’ai fait plusieurs autres séances dans les semaines qui ont suivi. Toujours selon le même rituel : allongé sur le dos, les jambes ramenées vers moi et écartées, le bassin légèrement relevé par un coussin et l’alternance de contractions pendant des séquences de 20 à 30 secondes. Malheureusement, ces séances se sont vraiment révélées décevantes. Tout d’abord parce que la mauvaise gestion de mon hydratation a de nouveau fait avorter certaines séances par une pressante envie d’uriner écrasant toute sensation de plaisir, mais surtout par ma grande difficulté à trouver et surtout répéter la bonne contraction générant le bon mouvement du stimulateur en moi. Il m’arrivait de trouver pile le bon mouvement qui provoquait instantanément une montée en flèche du plaisir puis que ca stagne ou redescente parce que mon contraction était un peu trop appuyée ou mal positionnée. A chaque fois, j’interrompais mes séances au bout d’une heure environ, constatant que mon niveau d’excitation était totalement redescendu et que la zone anale commençait à présenter des signes d’irritation.

    Je crois avoir fais peut-être six ou huit séances comme cela, après ma première tentative. J’avoue avoir commencé à déchanter. J’ai essayé de changer de position en me mettant sur le côté, mais c’était encore moins bien. Je me suis alors replongé dans la lecture du traité d’Aneros pour finalement mettre le doigt sur un détail qui a fait toute la différence : il semblait ne pas falloir alterner les contractions pendant 20 à 30 secondes, mais plutôt rester contracter en continu pendant ce temps. Ayant le sentiment d’avoir mis le doigt sur un détail important, j’ai entamé une nouvelle séance en changeant ma manière de faire. Peut-être cela a-t-il été du au fait que mon cerveau était devenu plus sensible aux sensations issues de la stimulation prostatique, toujours est-il que contrairement à d’habitude, où il me fallait presque une demie heure de détente et de contractions alternées pour sentir le plaisir décoller, j’ai cette fois-là atteint un niveau de plaisir supérieur en à peine 10 à 15 minutes. En fait, je sentais en moi qu’en restant contracté, l’Aneros exerçait une pression constante, mais maitrisée sur ma prostate, produisant immédiatement des sensations délicieuses et allant crescendo. Par ailleurs, le maintien contracté a rapidement provoqué des contractions en rythme, au niveau de fesses, du périnée et de l’anus, induisant un mouvement du stimulateur qui augmentait encore le plaisir. J’ai commencé à atteindre des niveaux de plaisir et d’excitation assez conséquent, mais sans arriver à ce sentiment d’explosion ou d’orgasme. Il me fallait terminer par une masturbation classique, mais démultipliée en sensation par le mouvement de l’Aneros associé.

    J’ai ainsi fait deux ou trois séances comme cela, jusqu’à LA séance ! Etant seul chez moi ce soir là, j’avais fait une petite séance satisfaisante, approchant de l’Orgasme, mais sans y parvenir. Et puis (j’avais du lire quelque part que quelqu’un avait essayé cela avec succès), j’ai décidé de conserver l’Aneros en moi pour dormir. Je me suis ainsi retourné sur le ventre et me suis assoupi. Je me souviens m’être éveillé le ventre en feu quelques temps après. Installé ainsi sur le ventre, l’Aneros exerçait une pression constante sur ma prostate, qui a fait monter l’excitation, le tout associé à la détente provoquée par l’endormissement. Le plaisir est monté, monté, et chaque nouvelle contraction augmentait le plaisir. Tous les muscles de mon corps se sont retrouvé pris de spasmes jusqu’à un moment où chaque contraction s’est mise à provoquer une décharge de plaisir démente. Et plus je contractais et appuyais sur la prostate, plus le plaisir revenait, sans jamais éjaculer. Je crois que cette nuit-là, j’ai vécu ce grand « O » dont tant on témoigné à son sujet. Je confirme que seul l’épuisement physique et un épuisement sensoriel au niveau de la prostate met fin à la séance.
    J’avais découvert la position et la manière d’atteindre le septième ciel. J’ai depuis reproduit plusieurs fois l’expérience, avec chaque fois plus de maitrise et de plaisir. Le truc intéressant est que cela a décuplé les sensations de la prostate et la finesse avec laquelle on a conscience de ce qui se passe. Je sens depuis, lors de masturbations solitaires ou de rapports avec ma femme, nettement les variations de sensations au niveau de ma prostate (la montée du plaisir, la phase ou elle se remplit avant l’éjaculation, sa contraction au moment de celle-ci et surtout, ces vagues de plaisirs après avoir joui, en contractant subtilement certains muscles, comme un écho.

    Je mesure que je ne suis qu’au début de mon parcours. Il me faut approfondir mes expérimentations (rythmes, positions, modèle de stimulateur), expérimenter cette stimulation dans le cadre de rapports à deux (j’avoue pour le moment avoir du mal à concilier érection et stimulateur). Quoi qu’il en soit, je souhaitais témoigner ici de mon expérience de mon cheminement. Je voulais surtout dire que contrairement aux stéréotypes qui circulent sur les orgasmes masculins et féminins, les hommes et les femmes ne sont physiologiquement pas si différents, et que nous les hommes pouvons aussi avoir accès à des orgasmes internes multiples intenses, mais qu’ils se méritent. C’est au prix d’une prise de conscience de soi-même, de son corps et de ses sensations, libérée des taboues et idées reçue, en se basant sur l’expérimentation que l’on y arrive. Je suis certain que les plaisirs à venir sont encore bien plus forts et intenses que je ne peux l’imaginer, et je ne voudrais pour rien au monde me priver de leur découverte.

    Je vous souhaite à tous un bon voyage dans la découverte de vous-même et de votre plaisir.

    #10156
    helix47
    helix47
    Participant

    merci rahonavis pour ce témoignage qui rejoint ma récente expérience . un extrait de ton texte ou tu dis :  » il semblait ne pas falloir alterner les contractions pendant 20 à 30 secondes, mais plutôt rester contracter en continu pendant ce temps. Ayant le sentiment d’avoir mis le doigt sur un détail important, j’ai entamé une nouvelle séance en changeant ma manière de faire. Peut-être cela a-t-il été du au fait que mon cerveau était devenu plus sensible aux sensations issues de la stimulation prostatique, toujours est-il que contrairement à d’habitude, où il me fallait presque une demie heure de détente et de contractions alternées pour sentir le plaisir décoller, j’ai cette fois-là atteint un niveau de plaisir supérieur en à peine 10 à 15 minutes  » c est vérifié récemment pour moi alors que je possède l hélix depuis presque deux ans. c est en effet avec cette méthode que j ai eu cette semaine mes premiers orgasmes . certes ce n est pas le grand o mais je pense être sur la bonne voie . les conseils et témoignages du forum sont très précieux et m ont fait progresser d une manière dont je ne m attendait plus. @+

    #10162
    Tortuegénitale
    Tortuegénitale
    Participant

    Merci Rahonavis pour ton témoignage. Pour ce qui est de l’effet d’une nuit avec Aneros, je peux confirmer que cela donne quelque chose de plus. 🙂

    #10182
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Rahonavis, votre expérience montre des points communs avec la mienne.
    En particulier les effets, pour l’un comme pour l’autre, procurés par le port de l’Aneros pendant notre sommeil montrent l’importance de la détente, du lâcher prise et de l’intériorisation de notre attention. En ce qui me concerne c’est la combinaison d’une part de la relaxation profonde, qui libère tous ces micro mouvements, et d’autre part de la focalisation extrême sur ses sensations internes, qui permet de les découvrir, c’est cette combinaison qui ouvre la voie vers l’orgasme prostatique.
    Dans cet apprentissage le masseur prostatique est un support, une béquille qui éventuellement ne sera plus nécessaire quand le corps et le cerveau sauront qu’il existe un autre chemin du plaisir orgasmique que celui du seul pénis (« rewiring » sur le site du fabricant Aneros).
    Un autre point commun entre nos expériences est l’explosion du grand plaisir orgasmique quand nous ne l’attendons pas dans demi sommeil. Nos expériences illustrent ce que l’on peut lire dans les conseils d’accès (<< http://www.nouveauxplaisirs.fr/traiteaneros >>) à l’orgasme multiple de la prostate à savoir que le débutant ne doit pas apprendre l’orgasme, ni apprendre les trucs qui déclencheront l’orgasme, mais appendre à se mettre en condition de recevoir ou de laisser venir l’orgasme.
    Nous sommes à l’opposé de la pratique de l’orgasme avec éjaculation.

    #10260
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Cette nuit ma session avec l’Helix m’a fait découvrir de nouvelles sensations. Entre 2h et 6h je me suis retrouvé, entre demi-sommeil et réveil, entre rêve et conscience, plongé dans un bain de pure béatitude.

    J’étais submergé dans un ressac de vagues de plaisir qui montaient très progressivement mais inexorablement vers des sommets où j’avais l’impression de me sentir fondre dans la jouissance, et qui de là redescendaient avant de reprendre leur mouvement. Les pics étaient très intenses mais sans aucune manifestation de spasmes ni de contractions incontrôlées ni de pulsations internes violentes. Je ressentais seulement une une envie de me cambrer sous l’effet du plaisir, que je m’efforçais d’effacer en relâchant tous mes muscles pour prolonger la montée vers le plaisir.
    Je ressentais aussi très fortement la présence de l’Helix contre ma prostate, beaucoup plus comme une pulsation que comme un mouvement de va-et-vient, ou alors un va-et-vient fait de micro-mouvements.

    Ce qui caractérise cette expérience est l’extraordinaire douceur dans laquelle je me sentais baigner et l’impression que tout mon corps était pur plaisir.

    Jusqu’à maintenant mes expériences les plus intenses avec mes Aneros ont lieu la nuit, c’est à dire à un moment où je suis à la fois détendu et sans contrôle conscient sur mon corps.

    PS : J’utilise un Helix Classic dont j’ai coupé la poignée à 4 cm de la base du masseur (coupe-ongle et lime à ongle très fine pour le polissage).

    (Note pour le modérateur : Je place ma description dans ce sujet dans la mesure où je ne sais pas si mon expérience entre dans la catégorie des super O ou des mini O.)

    #10261
    Tortuegénitale
    Tortuegénitale
    Participant

    La curiosité m’emporte.

    J’ai des amis qui écoutent Fauve, groupe jeune du moment.

    Un des morceaux du nouvel album s’intitule Vieux Frères.

    J’ai conscience que tout bon artiste sait faire vibrer la corde sensible des élans sexuels, mais ce morceau est particulièrement bien rattaché à certaines pensées que j’ai ces dernières semaines. Certains points sont très personnels.

     » Vieux frères, c’est une nuit claire et silencieuse. Le blizzard du dehors est
    enfin reparti. J’voulais profiter de ce moment de répit pour vous parler de
    quelque chose, de quelque chose d’important.  »

    -> cela m’évoque l’envie d’en parler, souvent, à des semblables, masculins.

     » Vieux frères, y’a longtemps, plusieurs années déjà, on m’avait offert une
    amulette, un genre de talisman qui m’avait pratiquement sauvé la vie, qui
    m’avait permis de mieux voir, de distinguer les cordons d’argent.

    Vieux frères, malheureusement, on m’l’a enlevé. Il s’est éteint après avoir
    clignoté comme un néon fatigué. J’l’ai perdu puis retrouvé puis reperdu et reperdu encore 100 fois, jusqu’à baisser les bras.  »

    -> c’est de l’enthousiasme de vivre dont il est question pour moi ici, forcément mêlé à des récits d’amour, et des horizons inconnus sur le monde adulte de la sexualité.

     » Mais pourtant vieux frères, contre toute attente, j’crois qu’il est en train
    d’se passer quelque chose. Je sens que quelque part à l’intérieur, ça
    recommence à bouger, que les pulsations reprennent.  »

     » Vieux frères, au début, elles étaient très faibles et très espacées, au
    point qu’j’l’ai entendais même pas mais depuis ça s’est accéléré, petit à
    petit. Depuis, on dirait que la machine que j’pensais hors-circuit est en train
    de redémarrer.  »

    -> là, sur le plan de la psyché, c’est l’enthousiasme, les élans; sur le plan corporel, tout le monde voit ce dont il est question.

     » Vieux frères, ça a commencé y’a plusieurs mois mais au début j’ai pas
    relevé. Comment j’pouvais m’douter en même temps ? J’ai pas remarqué tout de suite les flash colorés dans le noir, les éclats furtifs sur les parois et les visages.  »

    -> début pour moi en Août dernier. Ça prend en général quelques mois.

     » Et enfin vieux frères, y’a eu hier soir … hier soir à 10 000 pieds  »

     » L’temps s’est arrêté.  »

    -> je n’en suis pas encore là, mais je crois ceux qui en parlent.

     » Vieux frères, j’crois que j’suis en train de retrouver la vue.  »

    -> ça par contre, ça a déjà débuté.

     » sans savoir à quoi ça pouvait ressemblait réellement parce que
    j’avais oublié.  »

    -> entre les années merveilleuses des histoires d’amour des années collège, et cette année : 8 ans.

     » Vieux frères, peut-être que j’suis cintré, peut-être que ça va
    disparaître, peut-être que j’me suis trompé, peut-être que c’est que dans ma tête mais pour l’instant c’est là et bien là  »

    -> c’est très net, ça ressemble à mes réactions post-séance-magique.

     » on va replonger dans l’torrent et peu importe pour combien de temps
    parce que maintenant on sait qu’ça peut exister, que c’est possible.  »

    -> réflexion qui passe, une fois de temps en temps.

     » on va prendre notre revanche vieux, on va gagner la belle.  »

    -> dans un élan ridicule, ou masculin, ou arriviste, ou rien du tout, l’envie de retrouver le bel amour, sensuel.

    Source : paroles-musique.com

    Ce message n’est utile pour personne en soi, et peut-être trop personnel, mais je retiens l’idée de partager mes impressions à travers une musique qui m’a surpris par sa pertinence sur ce point, P, qu’est le plaisir pour un homme.

    La leçon que j’ai envie de retenir, c’est que si j’ai parfois pensé : « c’est la vie, les hommes ont des petits plaisirs, plus nombreux, et les femmes plus rares et plus volu(miques)ptueux », ça n’était pas un hasard, c’est que cela n’était pas une évidence pour moi, et la pensée revenait souvent, comme si mon cerveau tentait de résoudre une équation, et que ma conscience en récupérait les brouillons, avec cette phrase qui revenait, comme une tentative d’intégration dans mes propres vérités inconscientes . Il faut toujours questionner, en permanence, ne jamais rester sur ce qui se dit autour. Difficile tâche, mais une remise en question parfois, ça fait tout.

    Suis-je jeune, ou suis-je simplement enthousiasmé ? Peu importe, en fait.

    Pour le Vice, justement, enlever la barrette est impossible, elle est coincée, par insertion profonde, et adhésion, dans l’Aneros. Alors j’ai pas envie de laver le tout au robinet.. Au pire j’achèterai des linges pour le lavage…?

    Ultime retouche :

    Je n’avais pas vu votre message andraneros, c’est juste magique. J’adore. Merci encore.

    #10265
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Jeune Tortue,
    Le texte que tu nous proposes offre en effet un parallélisme saisissant avec l’expérience du massage prostatique. Mais cette progression irrégulière vers la « lumière » est aussi la marque de nombreux apprentissages qu’ils soient techniques, personnels, philosophiques ou artistiques. La vie est plus souvent un chemin tortueux semé d’impasses qu’une large voie parfaitement balisée. Cela n’empêche pas chacun d’avancer selon son courage, sa lucidité et sa persévérance.

    L’enthousiasme est le propre de la jeunesse qui a tout à découvrir et qui l’accepte. L’enthousiasme est la marque de jeunesse des aînés qui acceptent qu’au delà de l’expérience qu’ils ont acquise ils ont encore beaucoup plus à découvrir.

    Pour le nettoyage du Vice, dont le module vibrant est bloqué, je conseillerais l’utilisation d’une brosse à dents ni trop molle ni trop dure, humidifiée et imbibée de savon liquide ou normal. Le rinçage peut se faire avec une éponge. Cette méthode éviterait de mettre le Vice directement sous l’eau courante et coûterait à terme bien moins cher que l’utilisation de lingettes.

    #10287
    Avatar
    Adam M.
    Admin bbPress

    @TortueGénitale, le Module vibrant du Vice s’enlève normalement assez facilement, tirez simplement dessus. Il est peut être un peu bloqué mais il n’y pas de raison que vous ne puissiez pas l’enlever. Au pire tirez fort.

    @andraneros, vous êtes très prêt du super O avec ce que vous décrivez dans votre post #10260. Pour moi, quand je commence à me cambrer et que je sens l’Aneros pulser et appuyer sur ma prostate, cela déclenche l’orgasme (mais cela dépend encore de la sensibilité de chacun, cela va arriver bientôt pour vous, je ne vois pas comment cela ne pourrait pas arriver à la vue de votre progression) 🙂

    #10289
    Hyménée
    Hyménée
    Participant

    Oui, le vibrateur se retire du Vice. Faut tirer dessus en essayant de le faire tourner sur lui-même. Une photo qui vous convaincra que sa place est à l’extérieur :
    http://www.shevibe.com/images/products/aneros/detail/vice-3.jpg

    Quand l’objectif est en tête, le geste est assuré. 🙂

    J’en profite pour remercier NXPL pour tout … et bien plus encore 🙂

    #10290
    helix47
    helix47
    Participant

    bonsoir
    mes sessions se suivent et progressent dans la voie de l orgasme !!!
    le plaisir vient maintenant très vite (15mn) , et de nombreux mini o s’enchainent .des fourmillement naissent dans le ventre et dans la zone du penis comme une boule d énergie qui s’amplifie a chaque longue contraction du périnée ( contractions très légères mais continues qui finissent par de petits spasmes et contractions non volontaires et beaucoup de plaisir ) .pendant 1 heure et demie j enchaine ces séquences qui vont en crescendo . a ma dernière session les contractions involontaires se sont amplifiées et je sentait bien l’anéros helix bouger et appuyer contre la prostate , une sensation nouvelle très agréable et je me sentais comme sur un nuage , mais j étais très détendu et ne convulsais pas comme cela peut se produire par moment au cour des sessions , cela a duré un bon moment peut être deux a trois minutes ou toute la zone prostate-pénis irradiait un plaisir délicieux au rythme des contractions .j ai pu renouveler trois fois cette séquence entrecouper de mini pauses . je ne sais pas si c était des super o , mais je ne pense qu’a ma prochaine session.

    #10369
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Bonsoir Helix47,
    Je suis heureux de lire que vos progrès vous procurent enfin ce « plaisir délicieux » qui vous fait vous sentir « comme sur un nuage » et vous donne tant d’envie pour la prochaine session. Selon les témoignages des vétérans de la tribu anerosienne vous allez découvrir des jouissances encore plus profondes, encore plus intenses comme je commence à le découvrir moi aussi.
    Mais attention la règle de ne rien attendre de chaque session reste toujours aussi vraie.
    Bonne continuation et continuez de nous présenter,s’il vous plaît, les étapes de votre progression pour aider les membres de notre communauté moins avancés dans leur cheminement.

    #10413
    helix47
    helix47
    Participant

    ma séance aujourd’hui m a donne beaucoup de plaisirs , très rapidement de mini o très intenses pendant une heure , celles ci ont été plus forte que mes précédentes sessions , après une heure de délices , je suis passé a des orgasmes de plus grande intensité de plaisir ( je pense peut être a des super o car je ne réagissait pas de la même façon ) mon corps était tremblant et certaines contractions très fortes et incontrôlées .j’ai enchainé une dizaines d orgasmes comme cela , et avec très peu de temps entre chacune d elles . je doit préciser que mes caresses sur les tetons de temps en temps ne font qu’accélérer le processus . ma position a plat étant pour moi la plus favorable a la venue des orgasmes. j attend avec impatience ma prochaine session pour voir si je développe encore plus mes sensations et peut être passer a des super orgasmes . mes séances deviennent un délice que je n avais jamais encore gouté .maintenant et depuis quelques séances je n ai plus envie de terminer par un orgasme traditionnel , et cela me permet d honorer le soir ma compagne .

    #10419
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Inséré par erreur dans le sujet « Conseil orgasme prostatique » je le recopie ici. M. NXPL peut effacer la précédente insertion.

    C’est formidable Helix47.
    Bienvenue au paradis des orgasmes prostatiques. Les progrès que tu nous présentent en temps réel depuis le 17 janvier me réjouissent et devraient gonfler d’espoir nos amis qui ont besoin de plus de temps pour découvrir cette forme de plaisir. J’attends de lire la suite de ton cheminement vers des expériences encore plus bouleversantes.
    Quand tu nous dis « ma position à plat », est-ce à plat ventre ou à plat sur le dos ?
    As-tu remarqué si tes progrès vers l’orgasme prostatique t’ont apporté une évolution de ta performance ou de ta relation avec ta compagne ? Elle-même est elle au courant de ton apprentissage ?
    A très bientôt.

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 99)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.