Mots-clés : ,

  • Ce sujet contient 4 réponses, 2 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par AndranerosAndraneros, le il y a 6 mois.
5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Auteur
    Articles
  • #36830
    AvatarAC
    Participant

    Bonsoir,

    J’entre dans mon 5ème mois d’expériences prostatiques et j’ai quelque questionnements. J’ai franchi un peu toutes les étapes de l’apprentissage, le rewiring, les diverses sensations décrites dans « la carte au trésor », … J’ai commencé avec le Helix Syn Trident, pratiqué aussi avec l’eupho et depuis 5-6 semaines j’ai introduit le Progasm Ice. Depuis le tout début j’ai la chance de pouvoir faire des sessions A-Less.

    Lors de chaque séance, peut emporte le moyen ou la durée de la séance, je réagit avec des contractions abdominales et, selon le type de session, avec des spasmes et convulsions de pratiquement tout le corps. C’est fort agréable, je vie des orgasmes à répétition, mais c’est un peu bloquant par rapport à la durée des séances (crampes musculaires et suis assez vite épuisé et essoufflé). De plus, je ne peux pas profiter pleinement des belles sensations générés parce qu’elles sont masquées par l’intensité et la frénésie de ces fortes convulsions.
    C’est mon corps qui fait l’amour avec soi-même, mais avec (trop de) force. Au lieu d’avoir des contractions involontaires locals, les abdominales et tout le corps se contracte pour faire bouger le masseur.

    J’arrive à rester un peu plus calme et ressentir toutes les facettes du plaisir prostatique quand je pratique couché sur le ventre. Et encore là, je dois me concentrer pour ne pas trop convulser: c’est une bataille entre le retenir et le lâcher prise et je me trouve face à un palier à surmonter.

    Est-ce que quelqu’un qui serait passé par là aurait quelque conseils à me donner ?

    Merci d’avance!
    AC

    #36837
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Bonjour @ac. Bienvenue sur le forum NXPL.
    Selon ce que tu as déjà eu l’occasion de nous dire sur la messagerie de la Sexosphère sur Discord, tu fais partie des hommes qui ont su accéder rapidement au plaisir prostatique. Tu témoignais avoir parcouru les 3/4 de la carte au trésor en 1 mois et demi et le dernier quart dans les semaines qui ont suivi. En y réfléchissant as-tu pu identifier des éléments de ta vie qui pourraient expliquer la facilité avec laquelle tu as développé tes capacités orgasmiques ?

    Tu disais déjà il y a 3 mois sur la Sexosphère :

    C’était plus une constatation qu’une inquiétude. Ce soir fait un pas en avant, « convulsions » très fortes et vraiment incontrôlables sur presque une minute, mais merci la crampe à la cuisse qui a un peu coupé l’élan…

    Tu nous dis maintenant :

    Lors de chaque séance, (… ) je réagit avec des contractions abdominales (… ) avec des spasmes et convulsions de pratiquement tout le corps. C’est fort agréable, je vie des orgasmes à répétition, mais c’est un peu bloquant par rapport à la durée des séances (crampes musculaires et suis assez vite épuisé et essoufflé). De plus, je ne peux pas profiter pleinement des belles sensations générées parce qu’elles sont masquées par l’intensité et la frénésie de ces fortes convulsions.
    C’est mon corps qui fait l’amour avec soi-même, mais avec (trop de) force.

    Je ne suis pas passé par là, mon cheminement a été beaucoup lent, plus progressif, plus mental et beaucoup plus intériorisé. Mais je te propose une réflexion sur ce que tu vis.
    Tu sembles particulièrement sensible à cette forme de stimulation ce qui explique la rapidité de tes progrès et l’intensité explosive, insoutenable du plaisir que te procurent tes orgasmes. Les violentes contractions qui te prennent sont à mon avis une forme de défense de ton organisme contre cette intensité insoutenable du plaisir que tu ressens. Quand on se sent en « danger » on se contracte instinctivement pour protéger nos organes contre des coups, pour bloquer la propagation d’une éventuelle douleur et pour se défendre contre l’agression supposée.

    Pour éviter ces contractions parasites tu peux travailler en conscience avant qu’elles n’apparaissent.
    • Tu peux commencer à te détendre avant le début de ta session, sous forme de relaxation ou de méditation et à prendre soin de garder le même état mental et physique pendant ta session.
    • Tu peux aussi travailler ton état d’esprit en te répétant en dehors de tes sessions et encore plus pendant, là encore sous forme de méditation, que le plaisir violent que tu vis pendant tes orgasmes est ton ami, mieux qu’il te fait du bien.
    • Pendant tes sessions dès que tu sens les contractions se préparer tu t’enfonces encore plus dans la relaxation quitte à ralentir la montée de ton plaisir. Si ce faisant tu as l’impression que la vague de plaisir qui montait reflue, ne t’inquiète pas elle reviendra éventuellement un peu plus puissante. Plus tu seras détendu, plus tu accepteras ton plaisir avec confiance, plus tes convulsions / crampes se réduiront.
    • Tu peux aussi mettre ta session en pause pendant 1, 2 ou 3 minutes et la reprendre à nouveau détendu.
    • Cette approche s’applique à tes sessions avec masseur et à tes sessions A-less.

    N’hésite pas à faire des essais et à revenir nous dire comment tu réagis. Je laisse la parole à nos amis qui ont pu avoir la même difficulté.
    Bon cheminement @ac.

    #36847
    AvatarAC
    Participant

    D’abord merci @Andraneros d’avoir fait le lien avec mes premières interrogations d’il y a quelque semaines! Je me suis dit que ce serait plus favorable de déplacer la discussion sur le forum.

    Je commence par te répondre sur le sujet en question, je répondrai plus bas à ta première question.

    L’auto-défense de mon corps peut tout à fait être une explication mais, au niveau de mon ressenti, les convulsions de l’abdomen me semblent plus une tentative de mon corps d’aller stimuler (presser) encore plus la prostate. De même, quand je convulse avec une bonne partie, ou tout le corps, je sens que le masseur travaille beaucoup, qu’il fait les mouvements qu’il faut. Si je n’ai pas de sensations « correctes », involontairement je change de position ou mouvement jusqu’à ce que mon corps décide que c’est la bonne, ou meilleure. J’ai déjà identifié quelque positions bien propices: quand je me positionne la frénésie du mouvement s’accélère, j’ai du plaisir intense, mais assez rapidement il se cache derrière ces convulsions qui augmentent d’intensité et vitesse, pour finir avec des crampes ou à l’arrêt par épuisement/essoufflement. Selon mon état, le corps change alors de position et c’est parti pour un tour, ou c’est pause forcée pendant de dizaines de secondes ou 1-2 minutes.
    Je l’interprète comme si mon corps n’arrive pas à faire le bon mouvement pour faire bouger le masseur (ou stimuler la prostate) involontairement avec les muscles PC et alentours. Il décide alors de se secouer entièrement pour que l’Aneros bouge et stimule la prostate!

    Je suivrai tout de même tes conseils @Andraneros, ils ne vont pas faire de mal!
    J’espère avoir quelques autres témoignages / conseils afin d’avoir quelques cordes supplémentaires à mon arc…

    En y réfléchissant as-tu pu identifier des éléments de ta vie qui pourraient expliquer la facilité avec laquelle tu as développé tes capacités orgasmiques ?

    Je suis très cartésien et plutôt conservateur, donc la courbe d’apprentissage que j’ai pu suivre m’épatte encore maintenant! Est-ce que c’est ma situation sexuelle (frustrante) qui m’a poussé à rapidement savoir jouer de ma prostate pour rassasier mes envies? Probable… Est-ce que physiquement, chimiquement et énergétiquement je suis prédisposé à l’orgasme prostatique? Probable… Est-ce que j’ai débuté avec la bonne méthode adaptée à moi? (une session Helix et les 2-3 jours suivantes j’ai profité d’approfondir le A-less) Probable… Est-ce que la lecture de plusieurs expériences décrites dans ce forum m’a aidé à connaître toutes les facettes de cette pratique avant de m’y plonger? Probable…
    Deux choses sont claires à mes yeux: il n’y a pas de recette miracle mais que des bonnes pratiques (voir le traité d’Aneros) et, pour rassurer les pratiquants qui ont un parcours sinueux, qu’un apprentissage très rapide n’est pas synonyme de bonheur absolu.

    #37257
    AvatarAC
    Participant

    Je reviens sur les expériences que j’ai vécu ces dernières 2 semaines: à cause du confinement, j’ai pu/dû effectuer mes sessions différemment. Je porte le masseur pendant quelques heures au long de la journée et en fin d’après-midi je trouve le moment pour me poser sur le lit (10-15 min) pour « conclure » la longue session.

    Je provoque quelque petites stimulations de temps à autre (quand je ne suis encore pas posé sur le lit), je profite des montés d’excitation qui se présentes, mais sans trop lâcher prise. Je « m’habitue » au masseur…
    Quand (finalement) je me pose sur le lit, je laisse aller qu’au début de la petite session: les fortes convulsions arrivent, je laisse faire quelque secondes et après je me calme et je reprend la maitrise de mon corps. Je me détends en suivant les conseils de @Andraneros , je relaxe les muscles dès que je sens les spasmes arriver, ce n’est pas facile. Au bout d’un moment, le voilà, je sens partir de la prostate une série de contractions avec une sensation épatante de plaisir. Elles s’amplifient et prends possession de tout le corps qui convulse, mais moins brutalement: je pense avoir compris la différence entre des convulsions que j’ai instinctivement (pas toujours agréables) et l’orgasme « full-body » (bien plus agréable).
    Je relâche, je reprends gentiment avec la relaxation et ça se reproduit, plus facilement, plus difficilement, plus long, plus court, ce n’est pas garanti, c’est une surprise! 🙂 Je change de position, ou j’arrête pour la journée, mais je ne fais pas long, je reste dans les 15 minutes (confinement oblige).

    Après quelques sessions effectués avec ce « rituel », j’ai pu découvrir quelque chose de différent en partant de la méthode « calme absolu / mer d’huile »: j’ai commencé à sentir la forme du masseur, sentir le touché sur la prostate, sentir les muscles le piloter, lui faire exécuter des micro-mouvements. Et là, j’ai eu des sensations encore plus intenses que je n’avais pas encore découvert! Une forte chaleur qui part de la prostate et qui se diffuse dans tout le corps!!! Et surtout, sans contractions involontaires!

    Finalement j’ai dû repartir des premières étapes de la carte au trésor pour découvrir certaines étapes que j’avais sauté, mais ça en est valu la peine!

    #37259
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Tu nous dis @ac :

    Après quelques sessions effectués avec ce « rituel », j’ai pu découvrir quelque chose de différent en partant de la méthode « calme absolu / mer d’huile »: j’ai commencé à sentir la forme du masseur, sentir le touché sur la prostate, sentir les muscles le piloter, lui faire exécuter des micro-mouvements.

    C’est l’illustration que plus tu parviens à approfondir ton état de détente, plus tu deviens sensible à des micro sensations qui bénéficient du vide que tu fais dans ton esprit pour l’occuper entièrement et prendre ainsi une ampleur qui enrichit considérablement ta session. Cette nouvelle perception de l’action du masseur et de ses effets sur ta prostate va se développer comme toutes tes autres sensations et t’emmener encore plus loin dans l’expérience orgasmique.

    Bon cheminement @ac.

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.