Site icon NouveauxPlaisirs.fr

Le libertinage, pourquoi ? Pour qui ? – Partie 2

Le libertinage est plus un état d’esprit qui permet d’aller vers une liberté des moeurs plutôt que le contraire. J’ai déjà parlé de la philosophie et des valeurs dans le premier article mais, assez peu de cette liberté des moeurs. Dans cet article, je vais donc revenir sur la liberté des moeurs et ses implications sur le couple et les individus.

En effet, dans le libertinage, la possibilité d’avoir des relations sexuelles multiples et variées est source de nombreux fantasmes et de passages à l’acte sans forcement prendre en compte l’ensemble des implications. C’est d’autant plus vrai que les médias traitent très souvent le libertinage comme une mode et une manière branchée de pimenter la sexualité du couple, il n’y a pas plus mauvais conseil…

Note : j’utiliserais souvent dans l’article le masculin “libertin” pour éviter la répétition “libertin et/ou libertine”, cela englobe aussi le couple libertin. Il ne s’agit ni de sexisme ni d’orientation uniquement masculine de l’article.

Le libertinage seul ou en couple

Il y a trois situations possibles, soit on n’est pas en couple et on libertine seul ou seule, soit on est en couple et on libertine ensemble, et enfin, on peut être en couple et chacun libertine de son coté voire seul un des deux libertine. Voyons voir ensemble mon analyse des trois cas.

Le libertinage seul

Dans le premier cas, la gestion de la jalousie n’existe pas par définition. Le libertin peut alors donner cours à ses envies et sortir quand il veut avec qui il veut.

Il ne faut cependant pas confondre l’accumulation de conquêtes à du libertinage, il y a une vraie différence. En effet, comme expliqué dans le premier article, le libertinage n’est pas synonyme de boulimie sexuelle, un queutard reste un queutard et une collectionneuse du cul reste une collectionneuse. On peut être libertin en ne participant qu’à une seule soirée libertine par an … La fréquence n’est pas un critère.

Lorsqu’il est célibataire, le libertin recherche souvent (mais ce n’est pas si facile) à sortir avec des libertines, d’une part car l’approche de la vie et de la sexualité est la même, d’autres part car il est très peu probable de pouvoir sortir en club ou en soirée privée libertine si l’on est en couple avec une personne qui n’est pas libertine. CQFD.

Le libertinage en couple

Quand l’on est en couple, le passage à l’acte nécessite auparavant de réfléchir, discuter et régler un certain nombre de questions.

En effet, libertiner en couple c’est régler en premier lieu le problème de la jalousie, de la possession, de la liberté et des limites du couple. Ce ne sont pas des sujets simples et il sont souvent très compliqués à résoudre dans un couple où l’homme et la femme se sont pas alignés sur la philosophie hédoniste que je présentais dans le premier article de cette série.

Le premier sentiment à savoir gérer est la jalousie. La jalousie est un sentiment puissant et ressort potentiellement au moment où l’on ne s’y attend le moins. Comment réagiriez vous de voir votre femme jouir comme elle n’a jamais joui dans les bras d’un autre homme ? Idem dans l’autre sens avec votre homme.

Le second aspect, c’est de dépasser la volonté de possession (ce qui est très liée à la jalousie) et accepter la pleine liberté de l’autre. Libertiner, c’est enfin accepter que l’autre ne nous appartienne pas. Cela peut choquer de le dire comme cela mais on fait pourtant tous les jours des contrats à la mairie pour sceller les couples. Hors, la vie est telle que le contrat peut être caduque dans beaucoup de situation et après un certain temps, c’est pour cela que l’on divorce. Bon nombre de personnes pensent que l’autre lui appartient alors qu’il n’y a pas plus faux…

Au final, la plus belle preuve d’amour n’est-telle pas de revenir vers l’être aimé alors que l’on est libre (de ne pas revenir) non ?

Le libertinage met ce sujet en tension. Forcement, l’homme et la femme vont faire des rencontres et vont avoir des aventures et expériences plus intenses avec d’autres qu’avec le conjoint, c’est obligatoire ne vous mentez pas à vous même. Cependant, le couple vit et s’épanouie grâce à sa capacité à prendre du recul par rapport à ces expériences. La sexualité n’est qu’un des aspects du couple, le libertinage permet potentiellement de changer radicalement l’aspect sexuel mais aucunement les autres raisons qui sont bien plus nombreuses de rester ensemble même si l’on découvre une autre personne qui nous fait jouir différemment.

Un couple qui n’arrive pas à surmonter une telle découverte n’était de toute façon pas fait pour vivre ensemble car beaucoup trop centré sur le plaisir charnel alors que le ciment du couple est en grande partie ailleurs.

Un point qui me semble incontournable est que l’homme et la femme qui envisagent de libertiner ensembles doivent se trouver au même niveau de cheminement intellectuel et émotionnel sur le libertinage. J’ai vu des couples mariés, solides et ayant une forte habitude de dialogue et transparence, se déchirer au bout de quelques mois dans le libertinage.

Souvent, la personne la plus avancée dans sa réflexion essaye de faire avancer plus vite le conjoint mais, malheureusement, cela ne fonctionne pas comme cela. Le libertinage est beaucoup plus qu’une activité sexuelle, c’est une philosophie de vie… et seul la réflexion, le temps et l’expérience permettent d’avancer de manière sure sur ce chemin. Dans mes références malheureuses, la personne la moins avancée découvrait la sexualité multiple et soit, tombait dans le syndrome de l’enfant dans le magasin de sucrerie (il veut tout avoir et finit avec beaucoup de caries avant de se rendre compte qu’il faut raison garder…), soit n’arrivait pas à gérer la frustration liée à la jalousie (voire les deux en même temps).

Enfin, il est nécessaire de définir les limites du couple, à savoir qu’une fois en club libertin, il faut que chacun puisse se comporter dans les limites acceptables pour l’autre. Comment réagirait votre compagne si vous acceptez la fellation d’une autre femme alors que vous n’en avez pas parlé et qu’elle souhaitait juste avoir une expérience un peu voyeuriste partagée avec vous. Clash en plein club garanti …

Discutez et poser les limites impératives que vous vous engagez à respecter durant la soirée. Bien évidemment, ces limites peuvent changer à chaque sorties et en fonction de votre maturité dans le libertinage.

Le libertinage seul alors que l’on est en couple

Maintenant on parle du cas où l’un des conjoints n’est pas attiré par le libertinage mais où le second conjoint est à un niveau de maturité pour lequel le libertinage correspond à une de ses inspirations de vie.

C’est, encore plus que dans les précédentes situation, très complexe à gérer correctement et explosif à vrai dire.

Dans ce cas, il faut travailler sur la jalousie et sur la frustration en parlant (voire en se faisant accompagner par un psychologue de couple) pour avancer sans déchirer le couple. Là encore, donner la liberté à son conjoint de libertiner alors que l’on ne libertine pas soi-même demande un très gros travail sur la confiance en soi, en l’autre et sur l’amour que l’on se porte.

D’un autre coté, demander à l’autre de rester frustré en n’allant pas vers son propre épanouissement est très égoïste et met aussi le couple en danger sur du moyen terme. Il n’y a rien de pire que la frustration pour détruire un couple car cela ouvre la porte au mensonge et à la tromperie.

Libertiner c’est le faire en totale transparence. Le libertinage est une philosophie de vie, pas une façon de justifier la tromperie. Soyons bien clair, dans la troisième situation, le conjoint doit être au courant du libertinage de son conjoint.

Par contre, on pourra décider ensemble du niveau de transparence. Est-ce que le conjoint souhaite juste savoir que vous aller sortir en club libertin pour vous amuser un soir, ou est-ce qu’il souhaite savoir que vous êtes sortie en club avec votre ami libertin Fabrice, que vous avez dansé toute la soirée nue avec deux filles et trois gars pour finir la soirée par jouir plusieurs comme une folle en double pénétration avec un autre copain Robert et un inconnu musclé comme un dieu rencontré sur la piste de danse…

La limite est à définir avant que le problème de la question fatidique du lendemain matin ne se pose … “alors c’était comment hier soir, tu as fait quoi finalement ?”

L’important c’est le chemin, pas la destination

En conclusion et contrairement à la tendance du libertinage facile pour pimenter sa vie sexuelle, j’assure de dire que le libertinage de moeurs n’est pas une chose simple car cela nécessite d’être à des niveaux de réflexion sur la vie, le couple et ce qui l’uni qui sont souvent pas évident à atteindre. Je ne pourrais que vous conseiller de bien réfléchir et de ne pas vous lancer sans en avoir fortement parlé de tous les aspects.

L’article peut faire peur et contrairement au discours ambiant où le libertinage est vu pratiquement comme un phénomène de mode, il y a beaucoup de raison de ne pas arriver à passer le pas.

D’une part, les contraintes de la société et des religions font qu’il existe beaucoup d’obscurantisme et de morale autour d’une sexualité libre et il est simplement impossible pour certaines personnes de dépasser ces diktats sociétaux. Cela vient de l’éducation, l’histoire de l’individu et de sa propre construction morale. Certaines choses ne peuvent se changer rapidement (en tout cas sans traumatisme).

D’autre part, le libertinage n’est simplement pas un modèle d’épanouissement applicable à tout le monde. Point, c’est dit !

Je vous laisse donc réfléchir à ces points et en discuter ensemble si vous êtes en couple.

Dans mon prochain article, je traiterais des pratiques sexuelles dans le libertinage et de comment se passe une sortie libertine. Enfin le dernier article traitera des idées reçues. Si vous souhaitez que je traite une question particulière dans les prochains articles, n’hésitez pas à commenter où à poser votre questions dans les forums du site qui traitent spécifiquement du libertinage.


Liste de tous les articles de cette série sur le libertinage

Quitter la version mobile