#10503
HyménéeHyménée
Participant

Bonsoir Adraneros,

Bon, déjà : toujours commencer par les vibrations au minimum. Ne pas hésiter à arrêter les vibrations un long moment, puis repartir.

Ne pas hésiter à laisser l’anus se contracter très fort, quand c’est ce qu’il veut. C’est un réflexe naturel au contact de la vibration. Et puis, quand il n’en peut plus de serrer, accompagner « par l’esprit » la détente du sphincter, qui appréciera d’autant plus les vibrations qu’il est détendu … et vibrations qui le feront repartir à la contraction, pour tenter de maîtriser la vibration.

Mais la maîtrise est impossible. Le Vice est le plus fort. Il faut juste attendre que l’anus rende les armes et s’ouvre à son amant. Et là, c’est le début de l’extase, car d’autres muscles se mettent en éveil. Et gorgés de plaisirs et de désirs, vont tenter l’impossible pour maîtriser l’assaut fougueux du Vice infatigable, imperturbable.

On en sort terrassé.

Et pour répondre à vos questions :

Je crois que l’apprentissage est rapide, car il y a plusieurs modes vibratoires (continu, long, très rapide). C’est très varié et ludique. On peut expérimenter plein de subtilités.

L’apprentissage du plaisir vibratoire est automatique, je crois : il n’y a qu’à titiller son gland avec un vibro, pour réaliser que la chair est vibratile. 😀

Les séances peuvent commencer avec ou sans vibrations. Ces derniers temps, c’était avec, car j’ai très envie de perdre immédiatement les pédales.

Mon quotidien me pousse à maîtriser chaque détail et à définir du sens et de l’ordre en toute chose.

Le Vice me tire à l’opposé

Bonne nuit