Mots-clés : ,

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 29)
  • Auteur
    Articles
  • #10426
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Les conseils raisonnables que nous pouvons lire sur ce site et sur ce forum prescrivent d’éviter les masseurs à vibration pour l’apprentissage de l’orgasme de la prostate.

    Le principal argument est que les vibrations ont deux inconvénients dont le premier est de couvrir les très subtiles sensations et pulsations internes qui sont le point de départ de la montée vers l’orgasme, et dont le second est que ces vibrations peuvent rendre la prostate provisoirement insensible sous l’effet de stimuli trop forts.

    Au contraire certains intervenants disent que les vibrations leur ont permis de franchir un seuil vers une jouissance plus intense ou même d’accéder de façon presque automatique à la jouissance suprême.

    Est-ce que nos amis qui utilisent un masseur prostatique vibrant peuvent nous dire quand, comment et avec quels résultats ils ont utilisé les vibrations ?

    #10429
    helix47helix47
    Participant

    j ai en projet l achat du vice , a utiliser sans vibreur pour des séances uniques a orgasme prostatique en complément a l anéros hélix , pour une sensation différente , et insérer le vibreur pour finir en orgasme traditionnel .est ce une bonne idée NXPL ?

    #10439
    HyménéeHyménée
    Participant

    Je m’invite dans cette discussion. Merci de l’avoir ouverte 🙂

    D’abord, c’est du robuste : je suis enchanté par la qualité de fabrication de l’Aneros. Je sens qu’il va durer longtemps. Et si c’est pas le cas, je lui pardonnerai et en achèterai un autre.

    J’avais testé le Rocks Off Rude Boy, il y a quelques années, à l’époque où j’étais en pleine errance. Il me semble qu’il n’y avait pas d’autres vibrants à l’époque. Il m’avait fait entrevoir de nouveaux plaisirs ( 😉 ) mais … bon … finalement, je préférai l’Aneros Helix, ou des orgasmes sur chaise en regardant du porno, sans masturbation, mais en laissant monter les orgasmes tous seuls, rien qu’en laissant l’intensité libidinale des scènes jouer sur mon corps.

    Un premier déclic est venu à la sortie de l’Aneros Progasm. Quand j’ai vu la forme de l’engin, j’ai tout de suite compris qu’il me conviendrait. Et c’est vrai. J’ai suivi les conseils de NXPL concernant la double lubrification (intériorité avec un gel à base d’eau, aneros avec un gel à base de silicone). C’est là, où j’ai vraiment commencé à décoller. Merci NXPL 🙂

    L’Aneros Vice a tout changé. D’abord, j’ai mis du temps à l’acheter, car il est vraiment pas donné et effectivement généralement déconseillé.

    Mais je me suis souvenu des jeux que je pratiquai quand j’étais ado avec un vibro … qui avait eu la malice de passer par là ( lol ).

    Petit aparté : quand j’ai eu mon premier Super Orgasme avec le Vice, je me suis souvenu de cette période ado, où je cherchai un truc, mais je savais pas quoi. Y’avait un plaisir qui m’attirait, que je ne pouvais nier sinon je reniai une grande partie de moi-même, mais que je ne pouvais pas non plus assumer ni vivre pleinement. Le SuperO a résolu cette contradiction : en le vivant, ça m’a libéré. Je me souviens m’être exclamé : « je le savais ! je l’ai toujours su que c’était ça ! » lol

    Aujourd’hui, j’ai la certitude que le superO vient de loin, que nos entrailles le préparent depuis longtemps. Certains s’en souviennent, et sont « appelés ». D’autres non. Fin de l’aparté

    Le souvenir de ces petits plaisirs vibrants solitaires, m’ont décidé a acheté le Vice … qui ressemble fortement au Progasm, mais avec … les vibrations.

    Les vibrations sont extras. Je recharge l’unique pile AAA à chaque fois. C’est pas parce que c’est nécessaire, mais une fois, je me suis retrouvé sans jus en pleine séance. Très désagréable. lol. Maintenant, plus de questions à se poser. C’est le contexte idéal.

    Trois puissances, et ça c’est génial.

    Pour chacune des trois puissances, trois modes vibratoires :
    – un continu (mon préféré en fait)
    – le suivant sans vibration au départ, avec une grande montée en puissance puis descente. Tout ça en deux ou trois secondes.
    – le dernier, des toutes petites saccades vibratoires, comme si vous aviez un mini marteau piqueur dans les fesses.

    Même si vous serez très fort les sphincters, les vibrations conservent leur puissance. Et ça, c’est absolument génial. C’est du robuste, on peut avoir confiance.

    Pour ceux qui connaissent Fucking Machines, c’est un peu l’esprit : vous avez entre les fesses une machine faite pour vous faire l’amour, increvable, imperturbable, et dont vous dirigez l’intensité au doigt et à l’oeil. Précision : contrairement à la majorité des gadgets Fucking Machines, il n’y a pas de va-et-vient, bien sûr.

    Mais … véritablement, je crois (sans l’avoir testé), que la vibration continue du Vice en intensité maximale est équivalente de celle du Symbian : irrésistible de puissance.

    Attention : comme le dit fort justement NXPL, si on commence par la puissance maximale, c’est contre-productif : les nerfs se désensibilisent. Trop agressif. On se retrouve à attendre quelque chose qui ne viendra pas.

    Par contre, après être passé par les deux puissances inférieures, je dois bien dire … que je ne connais rien de meilleur. 🙂

    Enfin si, car une fois le superO atteint à pleine vitesse, rien n’empêche de faire une pause (aller se soulager la vessie par exemple). Juste reprendre ses esprits. Se dire qu’on a vécu quelque chose d’incroyable.

    Ce qui est génial, c’est qu’on peut recommencer un cycle en démarrant avec la puissance minimale. Et le superO émerge déjà, si on veut bien le laisser émerger. Et il est tout aussi bon. Voir meilleur, car sans doute plus subtil. Enfin bon, je sais pas. Pourquoi comparer ?

    Et puis, on peut alterner les autres modes. Il y a quelques semaines, c’est ce que j’aimais bien faire : avoir un orgasme par mode.

    Ce qui est génial, c’est qu’ils sont tous différents. Enfin même avec la vibration continue, j’ai des superO qui sont très diversifiés.

    Mon préféré reste quand même celui imagé ainsi :

    Prenez votre star du porno préférée. Visionnez la scène où elle se fait prendre par une virilité, dont elle ne peut faire autrement qu’écarter large et être écartée large. 😉

    Ce long moment où sa jouissance la déborde à plusieurs reprises, sans qu’elle ne puisse rien y faire, sans qu’elle ne veuille rien y faire, sans qu’elle n’ait prise. Ce long moment, où sa beauté reflète l’authenticité de son expérience intérieure, cette vivacité qui l’étreint, qui l’embrase, qui la spasme, où l’on voit que son intimité n’est qu’offrande, c’est mon orgasme préféré avec le Vice.

    Voilà 🙂

    #10494
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Compte-tenu de l’apprentissage nécessaire, au moins pour ceux qui comme moi ont besoin de plusieurs mois, pour ouvrir une nouvelle voie du plaisir orgasmique (« rewiring ») comment se fait l’accès au Super O’ avec le Vice ?
    Est-ce qu’il faut progresser normalement et ajouter les vibrations quand on a déjà ouvert la voie ou peut-on faire la découverte du Super O’ directement avec les vibrations ?
    Y a-t-il un apprentissage du plaisir vibratoire ou bien est-ce automatique ?
    Commencez-vous la séance vibrations ouvertes ou faites-vous un échauffement sans les vibrations avant de les mettre pour aller au paradis?

    #10503
    HyménéeHyménée
    Participant

    Bonsoir Adraneros,

    Bon, déjà : toujours commencer par les vibrations au minimum. Ne pas hésiter à arrêter les vibrations un long moment, puis repartir.

    Ne pas hésiter à laisser l’anus se contracter très fort, quand c’est ce qu’il veut. C’est un réflexe naturel au contact de la vibration. Et puis, quand il n’en peut plus de serrer, accompagner « par l’esprit » la détente du sphincter, qui appréciera d’autant plus les vibrations qu’il est détendu … et vibrations qui le feront repartir à la contraction, pour tenter de maîtriser la vibration.

    Mais la maîtrise est impossible. Le Vice est le plus fort. Il faut juste attendre que l’anus rende les armes et s’ouvre à son amant. Et là, c’est le début de l’extase, car d’autres muscles se mettent en éveil. Et gorgés de plaisirs et de désirs, vont tenter l’impossible pour maîtriser l’assaut fougueux du Vice infatigable, imperturbable.

    On en sort terrassé.

    Et pour répondre à vos questions :

    Je crois que l’apprentissage est rapide, car il y a plusieurs modes vibratoires (continu, long, très rapide). C’est très varié et ludique. On peut expérimenter plein de subtilités.

    L’apprentissage du plaisir vibratoire est automatique, je crois : il n’y a qu’à titiller son gland avec un vibro, pour réaliser que la chair est vibratile. 😀

    Les séances peuvent commencer avec ou sans vibrations. Ces derniers temps, c’était avec, car j’ai très envie de perdre immédiatement les pédales.

    Mon quotidien me pousse à maîtriser chaque détail et à définir du sens et de l’ordre en toute chose.

    Le Vice me tire à l’opposé

    Bonne nuit

    #10554
    HyménéeHyménée
    Participant

    Vous voyez : les séances du Vice se suivent et ne se ressemblent pas. Cela reste toujours d’une intensité incroyable, un éternel renouvellement. Et des orgasmes différents au fur et à mesure de la chauffe du four (mon bassin).

    Car c’est l’impression que cela donne de l’intérieur : au début, peu de sensations. On pourrait même douter que cela puisse s’enflammer. A la fin, le four devient fournaise et s’embrase sur lui-même. C’est en fait assez difficile à vivre psychologiquement, au point où l’ego tout entier doit lâche prise à un moment ou à un autre.

    Pour ma part, la virevolte (attendue et hautement désirée désormais) survient lorsque je ne peux faire autrement que de me ressentir femme.

    C’est-à-dire que pour que ma psyché d’homme arrive à comprendre et accepter ce qui se passe, il me faut me visualiser femme, impudique, totalement offerte, grande ouverte. C’est splendide. D’abord les femmes que je visualise sont splendides 🙂 et puis les orgasmes sans fin qui parcourent le corps …. Aaah !

    Ce soir, j’ai eu l’impression de sentir ma prostate frotter sur le Vice comme jamais. Mais bon, je crois que ça me fait le coup à chaque fois ! 😀

    Pour que vous ayez des repères temporels : trois à cinq minutes de chauffe en vibration faible et continue. Là, premier effondrement de la résistance du corps et de l’esprit et intériorisation des sensations. Vingt minutes de plaisir qui progresse jusqu’au super O.

    Juste après, vibration en position moyenne et continue pour encore quinze à vingt minutes d’extases, jusqu’à n’avoir envie que de monter à la puissance maxi histoire d’en finir. Mais non : arrêt des vibrations, pause pipi, puis reprise à puissance faible. Régulièrement, relubrifier quand on sent que c’est nécessaire.

    Mais c’est vraiment au deuxième tour quand le Vice est chaud bouillant et abondemment lubrifié, que les sensations tactiles sont irrésistibles. Et là, je sais pas bien : pour arriver jusqu’au bout de la puissance maxi, quarante minutes peut-être ?

    Ah … il serait dommage de se priver de l’éjac’ de fin de parcours déclenchée de l’intérieur. Erection au top de la forme. Gland prêt à exploser. Bassin ne sachant plus s’il continue les orgasmes en dedans ou s’abandonne au dehors. Tout le corps au diapason. Et ces vagues de plaisir qui balaient, qui balaient, qui balaient … tout.

    Pour finir, j’utilise le lubrifiant Toko Aqua, que je trouve très bien contrairement au Pjur Aqua. Et il est pas cher :
    https://www.concorde.fr/img/lubrifiant-shunga-toko-aqua-165-ml-816200.jpg

    Bonne nuit

    #10574
    helix47helix47
    Participant

    voila mon aneros vice est arrivé a la maison , je n ai pu résister a l essayer le plus rapidement .il est plus difficile a insérer mais il est confortable une fois en place et une impression de remplissage plutôt agréable invite a essayer toutes les vibrations . j ai fait quelques contractions légères qui m ont donné vite quelques mini o très agréables , l envie de commencer les vibrations a été plus forte , les mini o ont rapidement remplacé des super o , quel pied ! .en a peine 10mn mon nouvel ami vice m a fait décollé , j ai eu plusieurs orgasmes , et avec chaque mode de vibrations . ma session a durée une heure .pour une première ce fut formidable d enchainer une dizaine d orgasmes assez facilement . le plaisir est diffèrent de celui procuré par l’hélix qui est tout aussi délicieux . je conseille l aneros vice pour accéder a des orgasmes prostatiques par vibrations une fois que l on maitrise le plaisir donné par l helix.

    #10582
    HyménéeHyménée
    Participant

    😀

    #10587
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Formidable @helix47
    Tu nous dis que

    le plaisir est différent de celui procuré par l’Helix

    . Peux tu nous dire comment tu ressens cette différence ?

    #10593
    helix47helix47
    Participant

    le plaisir procuré par le vice est plus diffus , moins localisable sur la prostate , il irradie prostate et toute la région de l’ anus , le plaisir monte sans que l on localise un point particulier comme le fait l ‘hélix .

    #10700
    HyménéeHyménée
    Participant

    Bonsoir, je suis tombé sur ce stimulateur prostatique vibrant, et par curiosité bien placée, je me demandais si l’un d’entre vous le pratiquait et le conseillait :

    https://www.rocks-off.com/products/details/butt-quiver/

    Je trouve la forme intéressante, bien qu’il soit à mon goût trop large : 3,5 cm contre 3 cm pour le Vice.

    Merci

    #11058
    AvatarTheghosssst
    Participant

    Bonjour, je pense être dans le bon forum pour vous parler de ma dernière expérience. En ce vendredi soir, mon temps était trop court pour me lancer dans ma 4ème session avec l’Aneros. J’ai donc sorti le Naughty Boy que je n’avais utilisé qu’une seule fois. Son problème majeur est le maintien en position qui nécessite de faire la séance assis. J’ai donc démarré une session, assis confortablement dans mon fauteuil, détendu, sans toucher à mon sexe. Je tentais de ressentir les sensations internes du Naughty boy réglé sur la vibration constante la plus faible. Au bout de 10 minutes environ, en remuant légèrement mon corps sur le fauteuil, j’ai senti de petites vibrations internes. j’avais du mal à savoir réellement si ces sensations venaient de l’intérieur de mon ventre, de mon anus ou de mon périné. Puis cela s’est transformé en plaisir ascendant, le même plaisir ressenti lors d’une masturbation. Mais j’ai perdu le contrôle et le plaisir s’est effacé. Cela s’est produit 4 à 5 fois, puis, ne tenant plus, j’ai terminé par une masturbation légère me provoquant un orgasme impressionnant. Je pense avoir ressenti mes premiers « chatouillis » sur la prostate.

    #11059
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Je partage votre conclusion.Tel que vous présentez ce que vous avez ressenti, @Theghosssst, vous semblez avoir eu soit des mini O’s, soit des départs d’orgasmes.
    Vous nous dites avoir perdu le contrôle et le plaisir naissant. Lors de votre prochaine sortie avec le Naughty Boy, si vous retrouvrez les mêmes sensations, essayez à ce moment, comme vous le feriez pour une session avec votre Aneros, d’approfondir votre relaxation en isolant ces « vibrations internes », en vous concentrant sur cette sensation et en relâchant encore plus les muscles où ces vibrations peuvent générer des tensions.
    L’utilisation des vibrations peut offrir l’avantage des faire apparaître des ondes de plaisir sans effort volontaire, mais ne supprime pas pour autant l’intérêt d’un travail de concentration et de relâchement musculaire pour les amplifier comme avec votre Aneros.
    L’intérêt de cette expérience par contrtre est d’élargir la gamme des sensations que votre corps associe au plaisir anal et en conséquence de vous permettre de progresser un peu plus vite avec l’Aneros.
    A bientôt pour vos prochains progrès.

    #11065
    HyménéeHyménée
    Participant

    Bonsoir,

    Je n’ai pas de souvenir fabuleux du Naughty Boy. Enfin si : c’était mon premier masseur prostatique vibrant. On en garde toujours un souvenir ému. 😀 Mais, il est à cent lieues du Vice

    Une fois assis et l’amant introduit, vous pourriez tenter de visionner le porno ou spectacle érotique qui vous excite le plus, mais sans rien faire de plus.

    C’est mécanique : quand on regarde un spectacle sexuellement excitant, le bassin se gorge de sang sans même le vouloir. C’est automatique. Au début, c’est le sexe qui se dresse, mais l’engorgement peut prendre tout le bassin.

    C’est un exercice que j’ai longtemps pratiqué, sans les vibrations. Ca marche aussi avec les vibrations 🙂 : plutôt que de chercher la résolution de vos pulsions par l’éjaculation, laissez vos tensions travailler votre bassin, jusqu’à ce qu’elles trouvent terrain d’expression ailleurs. En ce qui me concerne, c’était l’anus qui palpitait jusqu’à l’orgasme … qui se poursuivait ensuite par une éjac’. C’est une jouissance extrêmement puissante.

    Vous verrez : ces orgasmes retournent littéralement la tête, car le porno vous met sous le nez l’objet du désir, et vous ne pouvez trouver satisfaction, ni en l’embrochant, ni en vous masturbant. Il faut trouver autre chose.

    C’est en fait comme cela, que j’ai réussi à intérioriser ces femmes absolument délicieuses, à oser désirer et accepter qu’un amant en plastique me déclenche des orgasmes à répétition.

    Tiens, en écrivant cela, je me souviens du choc émotionnel à la découverte des femmes fontaines. Cela m’a poursuivi longtemps. Ces femmes sont tellement libérées, totalement impudiques, avides d’orgasmes sans chichi. C’est sublime et elles montrent la voie 🙂

    Je ne sais si vous êtes déjà tombé sur un porno montrant une femme se faire sodomiser et éjaculer sans même se toucher le sexe. Son visage, son regard, son bassin qui part au contact, son corps glorieux totalement pris par une autre jouissance, et qui veut son orgasme anal initiateur de la fontaine … sublime !

    Déjà, c’est une « preuve » visuelle que l’orgasme anal existe pour peu qu’on y soit sensible et qu’on ose le chercher. Et quand on y est sensible, quelle fête !

    Et puis, c’est aussi l’indication que cet orgasme peut emporter le reste du corps et ne pas se restreindre au sphincter.

    Il y a peu, j’ai refait une séance au lit avec un Aneros Vice tout en regardant mon stock de porno sur une tablette. Se projeter dans ces femmes, alors que le Vice fait son oeuvre et déclenche des contractions involontaires, incontrôlées est absolument délicieux, car il y a une connexion intime qui se créé au plus profond de l’expérience. Le visuel nourrit les convulsions

    C’est terriblement excitant et sublime. Terrassé par la tension d’une série multi-orgasmique qui s’est finie par une éjac’ foudroyante, je me suis endormi, le Vice encore en action. J’ai dû me réveiller une heure ou deux après, le Vice encore vibrant, et les chairs qui me tiraient à nouveau vers l’extase. Je suis reparti pour un tour. Une nuit qui compte peu d’heures de sommeil.

    Ces moments-là sont particulièrement délicieux, mais ! Cela reste une expérience de l’ordre de la projection.

    Or, pour ma part, les moments de pure envolée, se produisent quand je suis seul avec mon anima, non perturbé par la présence féminine extérieure, qu’elle soit physique ou par écran interposé.

    #11295
    AvatarTheghosssst
    Participant

    J’ai profité d’une promotion pour acquérir l’Aneros Vice.
    Hier soir, je me suis confortablement installé sur mon lit. L’Aneros Vice, bien lubrifié, s’insère très facilement. Comme à chaque session, il faut être très détendu. J’ai sélectionné la première vitesse de vibration, la vitesse constante la plus douce. Les vibrations étaient très agréables. J’ai pris conscience des « chatouillis » que provoquait l’Aneros au fond de moi. Et puis, tout à coup, une vague a traversé mon corps. j’ai tremblé des jambes et crispé mes bras pendant 2 ou 3 secondes. Impossible de vous expliquer la nature de cette vague. C’était bon, mais sans aucune ressemblance avec le plaisir de la masturbation. C’était plus quelque chose d’incontrôlable. ET puis, de nouveau une vague puis une autre et encore une autre qui me secouaient les jambes, le corps, les bras, me faisait me redresser assis sur mon lit ou me tourner sur le coté tous muscles tendus. Et puis plus rien, juste cette sensation de « chatouillis » tout au fond de moi. Alors j’ai pensé à respirer et à me relaxer car ces quelques contractions m’avaient déjà fatigués. D’un coup, les vagues ont repris, toujours courtes mais assez violentes. Ma session a duré 15 minutes et j’ai terminé, épuisé, par une masturbation qui m’a envoyé au 7ème ciel. Je pense avoir découvert les premiers mini O. Cette expérience confirme que mon apprentissage passera par l’Aneros Vice avant de découvrir les sensations plus affutées que génère l’Aneros Helix. Qu’en pensez vous ?

    #11297
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    @Theghosssst votre question est courte, la réponse sera plus longue.

    La jouissance que génère vos orgasmes est au départ une réaction instinctive lancée par le cerveau sous l’influence de certains stimuli. Selon votre état physiologique (âge, santé, sexe), votre profil psychologique (analytique, émotionnel, extraverti ou non, bien dans votre corps ou non…) et votre environnement culturel votre réaction et les stimuli efficaces pour la déclencher peuvent varier.

    Les masseurs Aneros sont des supports de l’apprentissage de l’orgasme prostatique. Ils sont très efficaces mais ils ne sont pas les seuls. L’orgasme prostatique est une porte d’entrée du paradis des orgasmes qui embrassent toute la personnalité (le physique, le mental et le social) mais elle n’est pas la seule.

    Chacun est différent. Il est donc tout à fait possible que votre apprentissage passe par le Vice et ses vibrations. Nous avons des amis qui ont beaucoup de difficultés à se mettre à l’écoute de leur corps (ce fut mon cas), à reconnaître et accompagner les premières sensations jusqu’aux pulsations orgasmiques. C’est peut-être votre cas. La pression accentuée du Vice due à son grand diamètre et les réactions de votre corps aux vibrations peuvent très bien vous aider à atteindre ces fabuleuses pulsations internes plus facilement et plus rapidement.

    En particulier le Vice peut vous aider à prendre conscience de ce qui se passe en vous lors de la montée du plaisir. Si vous restez très concentré et attentif à toutes les micro sensations, contractions ou pulsations qui précèdent les vagues de plaisir intense, vous serez en mesure de les reconnaître, de les accompagner et de les laisser prendre de l’ampleur pendant vos séances engagées avec votre Helix.

    L’inconvénient du Vice par rapport à l’apprentissage sans les vibrations est triple :

    -1) Le plaisir obtenu sans contrôle conscient pour le déclencher risque d’être instable et moins régulier. (A vérifier auprès des utilisateurs réguliers du Vice, ce qui n’est pas mon cas)

    -2) L’utilisation des vibrations induit un nouveau stimulus orgasmique instinctif qui risque de devenir exclusif au détriment de tous les autres.

    -3) Les vibrations sont un stimulus exclusivement mécanique qui peut conduire l’organisme à s’adapter et à devenir de moins en moins sensible et donc à vous obliger à augmenter progressivement l’intensité de la stimulation avec les risques que cette évolution comporte.

    Votre expérience peut donc être très positive si vous faites en sorte que les progrès rapides obtenus avec le Vice soient très régulièrement réinvestis dans vos séances avec l’Helix. Cette discipline vous permettra d’avoir le meilleur des deux mondes. En outre les progrès que vous ferez avec votre Helix vous seront très utiles pour approfondir l’expérience orgasmique apportée par le Vice.

    Mes propres difficultés à atteindre l’orgasme de la prostate m’ont conduit à privilégier l’apprentissage laborieux qui me permettait de me mettre à l’écoute de mon corps et de découvrir de l’intérieur ma voie vers la jouissance. Ce fut long (1 an), frustrant parfois mais au bout du compte profondément enrichissant. Votre propre voie vers la jouissance sera différente et à ce titre très intéressante. J’espère que vous aurez de nombreuses autres réponses à votre question.

    En attendant, que votre cheminement vers les orgasmes prostatiques soit couronné de succès!

    #11298
    helix47helix47
    Participant

    les sensations engendrées par l anéros vice en mode vibratoire sont très agréables et procurent des orgasmes extraordinaires , mais je ne pense pas que l apprentissage puisse se faire uniquement avec lui , pour moi , c est un complément que j’utilise de temps en temps après une séance faites avec l hélix pour obtenir un orgasme éjaculatoire .par contre on peut faire des sessions sans vibrations pour un apprentissage traditionnel . pour ma part je continu en majorité mes sessions avec l hélix ,je suis sur que je peut allez encore plus loin dans la quête au super O .

    #11299
    AvatarTheghosssst
    Participant

    Merci pour vos réponses.
    Mon problème majeur, encore aujourd’hui, est de reconnaître les sensations que peuvent générer un Helix. Les seules vraies sensations découvertes proviennent de ma session avec un Naughty boy et, hier, avec un Aneros Vice. Ce sont de nouvelles sensations que je ne n’arrive pas à qualifier ou à quantifier. Elles me font convulser plus ou moins fort, me font contracter tout mon corps, me font gémir, mais sans pouvoir qualifier cela de plaisir. Mais c’est très agréable. Je pense que le premier travail est de découvrir un nouveau plaisir que l’on ne connait pas du tout, que notre cerveau n’identifie pas. A savoir si ce que je ressens correspond à ce que vous appelez mes mini O ? Si je suis sur la voie, je vais mettre de coté mon Vice pour reprendre mon Helix et découvrir ses mêmes sensations pendant ma session. Sensations que je connais maintenant, me montrant que je suis sur le bon chemin.

    #11301
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Je pense que le premier travail est de découvrir un nouveau plaisir que l’on ne connait pas du tout, que notre cerveau n’identifie pas.

    @Theghosssst vous êtes au cœur du processus d’apprentissage. Vous avez parfaitement décrit la nature de cet apprentissage.

    Vous pouvez appliquer, lors de vos expériences avec le Vice, la méthode d’approfondissement de votre relaxation chaque fois que vous commencez à ressentir une tension. Cela permet de repousser la limite où la tension musculaire finit par tuer la vague de plaisir ou bloquer son développement. Mes progrès se sont accélérés quand j’ai réussi à effectuer ce travail de contrôle de mon état de relaxation.

    Pendant ma phase d’apprentissage, j’ai utilisé principalement l’Helix selon les conseils lus entre autre sur ce site. Mais j’ai aussi utilsé le Prograsm ponctuellement qui en me donnant des sensations différentes (et un peu moins confortables) me permettait de redécouvrir les mêmes sensations d’un point de vue différent.

    Vous êtes sur le bon chemin, votre chemin. Continuez et bientôt vous nous décrirez vous aussi, avec beaucoup d’émotion, votre premier Super O’.

    #11304
    HyménéeHyménée
    Participant

    @Theghosssst, lors de votre prochaine session avec le Vice, je vous conseille d’augmenter progressivement la puissance plutôt que de vous finir en vous masturbant :

    Une éjac’ déclenchée intérieurement est un délice indescriptible. Il faut savoir la faire monter. Prendre le temps d’aller la chercher :

    Ma dernière séance s’est déroulée ainsi : une bonne heure (je crois, mais on s’en fiche) en position puissance faible, qui m’a amené à un pic orgasmique intérieur, qui m’a totalement mis à terre : le dernier orgasme a tenté de se frayer un chemin vers la sortie heureuse et éjaculatoire. Mais les muscles anaux et PC le maintenaient fermement. Lutte intérieur, tension indescriptible. Qui allait lacher ? Où ? Vers où ?

    Et puis, finalement, une espèce d’effondrement généralisé, où l’orgasme m’a fait lacher prise sur tout le corps, mais sans me répandre.

    Post coïtum animal triste. Tout comme lors d’une ejac’, plus besoin de rien. Plus de plaisir, plus de désir. On est satisfait, et non stimulable. On arrête. Je me suis touché

    J’ai attendu vingt minutes (je sais pas bien) que l’envie revienne, comme lorsqu’on souhaite recommencer à faire l’amour après une bonne éjac’.

    J’ai attendu d’avoir à nouveau vraiment envie de me faire prendre, de désirer l’amant.

    Pour être plus précis, j’essaie de trouver cet état d’être où l’alpha et l’omega s’embrassent : avant même de commencer, on s’est déjà projeté dans l’aboutissement du plaisir. On est déjà dans l’orgasme. Il est déjà bien présent, en germe. L’aneros n’est que souffle sur un feu qui a déjà pris.

    Voilà, c’est ça ! Il faut déjà avoir allumé son corps, l’aneros n’étant que caresses stimulantes et bienfaisantes. 🙂

    Position puissance faible à l’identique pendant un peu moins d’une heure. Et puis, à un moment, le corps est mûr pour monter en puissance. On le sent. Ce n’est pas la volonté qui exige, c’est le corps qui dicte la montée en puissance. Extase incroyable, car l’intimité réagit différemment à ces nouvelles vibrations. Le corps est pris autrement. Les jambes se lèvent pour accueillir. Le bassin est large ouvert.

    A chaque fois, des muscles intérieurs qui refusent de se laisser faire, résistent, résistent, résistent, ne veulent pas, résistent, … et finissent par lâcher, constatant leur impuissance face à la constance de l’amant de plastique.

    Et c’est à ce moment-là ù il faut avoir un esprit fort : rester ouvert, ne penser à rien, laisser les vibrations reprendre le dessus et prendre possession des muscles qui précédemment étaient en résistance.

    Orgasmes encore plus profonds : nos chairs sont en tension sans même le savoir et ne peuvent s’envoler avec l’orgasme, réduisant ce dernier à une simple génitalité.

    Petit à petit, l’intériorité s’ouvre totalement, sous la puissance du foret imperturbable.

    Tout au fond de ce processus, l’orgasme éjaculatoire incontrolable.

    C’est terrible, car à chaque nouvel émergence d’un orgasme, on ne sait pas si on va éjaculer ou pas. La situation est dramatique, totalement instable.

    J’aime

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 29)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.