#16102
HyménéeHyménée
Participant

Bonsoir,

Je comprends votre recherche, qui me paraît désespérée, de l’absolu(e)

Disons tragique plutôt que désespérée et nous tomberons d’accord, Andraneros. Parlons de sublime plutôt que d’absolu(e) et notre relation épistolaire deviendra amoureuse. 🙂

j’étais un peu frustré sexuellement (avec des rapports très satisfaisants mais un peu trop espacés à mon goût, ce que je disais souvent à ma femme).

C’est vrai, Jeff, vous avez raison de le rappeler : la quête intérieure nait souvent de la prise de conscience qu’un je-ne-sais-quoi ou encore un presque-rien ne tourne pas aussi rond qu’on le souhaiterait. Sans rejeter l’extérieur, on finit par se dire tragiquement que la solution est intérieure.

Cette quête finit par se transformer en conversion, je crois. Je l’ai vécu comme tel en tout cas. Malheureusement contraint et forcé. J’aurais préféré goûter à l’harmonie extérieure sans avoir à pratiquer ce chemin.

Il doit forcément exister une femme (au moins) qui a fait de même. Ne pas le croire et ce serait sombrer dans le désespoir. Je préfère barboter dans le tragique 🙂

Grâce à cela, je connais une vie beaucoup plus pleine, sereine et mon jardin secret profite indirectement à d’autres que moi

Je suis d’accord, vous avez raison de le rappeler Jeff : on oublie trop rapidement qu’on a réussi à gravir la montagne qui paraissait infranchissable … sûrement parce qu’à son sommet, on en découvre de plus belles, de plus grandes, de plus désirables.

Le sage est celui qui a compris que cela ne servait à rien de continuer ainsi, et je ne suis pas sage.

Et vous ? 🙂