#18250
AvatarLerris
Participant

Me revoilà, après presque 1 mois d’absence.
Je vais essayer d’être concis pour raconter ma progression (et je ne vais pas y arriver car on ne peut pas résumer cela en quelques mots).

Tout d’abord, j’ai presque abandonné l’Aneros. Pour deux raisons, d’abord, je n’ai pas eu tellement d’occasions de m’en servir, par manque de temps, parce que je n’étais pas seul etc. Deuxième raison : j’obtiens de meilleurs résultats sans. Avec l’Aneros, j’ai tendance à prendre le chemin de la crispation, de l’impatience. Le seul fait de me préparer pour l’utiliser, cela me met dans une position d’attente qui ruine tout. L’Aneros aura eu le mérite de m’ouvrir à de nouvelles sensations. Mais, j’ai l’impression que j’ai atteint la limite de ce qu’il pouvait m’apporter.

Donc j’ai continué mes expériences mais « à vide ».
Au début, je n’ai pas eu plus de résultats que d’habitude.
Et puis, un soir, au coucher, j’étais détendu, je n’attendais pas forcément grand chose, mais je me suis mis à visualiser. Cette visualisation, je m’en rend compte, est extrêmement importante dans mon cas. Ce que j’ai visualisé… Est un peu gênant à raconter, mais je crois que ça rejoint pas mal de messages sur ce forum en ce moment. Car j’ai imaginé avoir un vagin et les sensations qui s’y rapporte. Je focalisais sur le plaisir au niveau de mon périnée, cette petite étincelle qui ensuite remonte profondément jusqu’à la prostate et qui allume une sorte de doux incendie au niveau du bas ventre. J’ai visualisé une pénétration et c’est exactement ce que j’ai ressenti, c’était comme si on me possédait, avec des va et vient du périnée (devenu finalement l’entrée du vagin), à la prostate (devenu le point G).
Et là, assez rapidement finalement, j’ai été envahi par des vagues de plaisir dans tout le corps. C’était doux et très agréable, sans crispation. Je ne sais même pas si c’est un orgasme prostatique, si c’est que l’on doit rechercher comme sensations, mais moi cela me convient, c’est ce que je recherchais en achetant l’Aneros, un plaisir qui m’envahit complètement et qui me fait planer.

Le problème avec cette expérience, c’est qu’ensuite je me suis endormi et que le lendemain j’avais l’impression d’avoir juste rêvé (j’ai pu lire que beaucoup ressentent la même chose, cette irréalité).
Durant les jours suivant, j’ai cherché à retrouver ces sensations, mais sans y arriver. En fait, plus j’essayais, plus j’échouais. Je n’atteignais que la crispation et la frustration.
J’ai même repris l’Aneros pour une petite séance pendant laquelle j’étais vraiment seul, ce qui n’est pas arrivé depuis longtemps. Cependant, même si j’ai eu de bonnes sensations, je n’ai pas retrouvé ce que j’avais ressenti quelques jours auparavant. J’ai finit en utilisant un dildo et en éjaculant. C’était bien, mais ce n’était pas l’orgasme prostatique tant désiré.

Le lendemain, j’ai tenté une grande partie de la journée de retrouver le bon chemin, en m’enfonçant de plus en plus dans le mauvais. Cela me rappelle une allégorie zen dans laquelle plus la personne cherche l’état l’éveil, plus celui-ci la fuit.

Le soir du même jour, j’étais juste allongé, je me suis détendu et j’ai atteint un état de relaxation en quelques secondes. Je me suis focalisé sur l’étincelle dans mon périnée, j’ai visualisé comme je l’ai expliqué plus haut, et l’orgasme est arrivé… Et tout cela en seulement quelques minutes.

En bref, ces sensations, quel que soit leur nom, sont à portée de ma main, mais mon approche est souvent mauvaise. J’espère pouvoir les reproduire de plus en plus souvent jusqu’à pouvoir les retrouver à volonté sans me fourvoyer dans les mêmes impasses que précédemment.

Ce que je ressentais avant me menait à la crispation et à plus de stress. Alors que ces sensations nouvelles me laissent détendus, mon esprit est alors comme entouré de coton, je suis bien.