#20797
AndranerosAndraneros
Modérateur

Je pense que le plus dur est de faire une séance sans rien attendre.

Vous mettez le doigt @Aneros40 sur l’une des difficultés que les débutants laborieux, comme je les appelle, mentionnent souvent. Vous devez idéalement engager vos sessions de massage prostatique avec le puissant désir de vous offrir au plaisir, non avec celui de jouir. Tant que vous ne vivez pas l’expérience répétée d’un plaisir intense, considérez que vos sessions sont des séances d’entraînement ; un athlète de haut niveau ne bat pas de record pendant son entraînement. Il travaille pour battre le record quand son corps et son esprit seront prêts pour le faire.

Parfois j’essaie, je me dis : faisons comme si l’aneros n’était pas là… mais ça je n’y arrive pas.

On ne triche pas. Pour votre apprentissage il est important d’être parfaitement conscient de toutes les stimulations que le masseur apporte.

Pour l’instant j’en suis à : mes contractions volontaires me donnent beaucoups de plaisir. Parfois je me sens au bord des contractions involontaires, mais quelque chose fait qu’elles ne se font pas.

Quand cela se produit continuez vos contractions volontaires en réduisant de plus en plus leur force, jusqu’à faire des contractions imperceptibles (contractions plus mentales que musculaires). Ce faisant vous facilitez l’approfondissement de votre détente et le développement des contractions involontaires qui font bouger le masseur pour qu’il stimule votre prostate.

Bon cheminement @Aneros40.