#21300
Avataranerosplayer
Participant

Wahou.. encore une réponse si complète … 🙂

Tu sais que la découverte de l’orgasme prostatique est le résultat d’une alchimie complexe qui mêle une part de techniques (relaxation, respiration, contractions volontaires…), une part de culture (morale, pression sociale, acceptation de cette forme de plaisir…), une part de physiologie (maladie, fatigue…) et une part de psychologie (excitation, effets du stress, relation à ton corps…). Il faut le comprendre et accepter l’idée que la modification, même imperceptible, d’un seul élément de cette alchimie peut bloquer la réaction en chaîne qui conduit à l’orgasme sans qu’il n’y ait ni faute ni erreur de la part de l’anéronaute.

C’est vrai que la part psychologique est très importante. Et les fois ou je suis allé plus loin, l’excitation était clairement présente. Je pense qu’elle prend une part non négligeable dans la réussite. Sinon rien de particulier de l’ordre physique ou morale, je vais parfaitement bien 😉

Y a-t-il un moment de tes sessions où tu sens que la mise en place de tes orgasmes dérape ? Y a-t-il une différence dans la perception de tes sensations ? Y a-t-il une montée du plaisir qui s’essouffle avant la bascule orgasmique ?

En effet, je peux dire que cela m’arrive. J’obtiens des sensations qui s’essoufflent. J’ai l’impression que c’est du à une fatigue des muscles sur la longueur (même en essayant de faire des contractions minimes).

J’essai de varier les contractions : varier les muscles, l’intensité. J’ai également testé l’effet de roulement qui était expliqué quelque part sur ce forum.

Certes cela déclenche des spasmes et du plaisir. Mais pas vraiment de contraction fortes comme j’ai pu les obtenir une seule fois avec vraiment un ressenti de va-et-vient. Tu me confirmes que c’est bien ça les fameuses contractions volontaires? Car pendant longtemps j’ai confondu avec des spasmes forts à mon avis. Car il y a des spasmes plus faibles que d’autres d’après mon ressenti)

C’est parfait ; continue comme ça. Avec cet état d’esprit tu peux essayer plusieurs méthodes pour retrouver l’équilibre qui te rouvrira la porte de la jouissance suprême :
-1) changer de masseur,

Pour lequel selon toi ?

-2) changer de lubrifiant,

En ce moment j’utilise le lubrifiant infiniti de manix. Longue durée à base de silicone. A mon avis, je peux trouver mieux. Que conseilles-tu ?

-3) si tu ne le fais pas encore, essayer un support de type hypnotique ou binaural,

J’avais essayé de m’y intéresser mais j’avais uniquement trouvé des supports en anglais à ce moment là. Peut-être à tu des conseils sur les supports ?

-4) engager des sessions à la manière d’un entraînement fractionné (en reprenant les éléments techniques avec et sans insertion du masseur),

J’ai déjà essayé sans masseur. J’arrive à avoir du plaisir et même quelques spasmes (surtout dans les périodes de grandes excitation). Mais après ?

-5) dormir avec le masseur inséré (en prenant bien soin d’utiliser une méthode de lubrification longue durée).
Cette phase expérimentale pourrait te rouvrir les portes de l’orgasme prostatique si tu la pratiques bien dans l’esprit que tu mentionnes « juste… profiter du moment ».

J’ai essayé une fois mais j’avais eu des difficultés à trouver le sommeil. Il faudrait que je retente.

Merci @Andraneros