#22068
logansanlogansan
Participant

Bonjour à toute la communauté, et meilleurs vœux pour cette année du renouveau des sensations corporelles !
Un long silence, mais une lecture assidue des articles et forum.
J’interviens car je me sens concerné par ce sujet.

Je me permet de résumer mes différentes interventions sur d’autres sujets, pour introduire ce qui va suivre.

Hétéro, moyennement actif sexuellement, j’ai toujours su qu’il y avait autre chose que l’orgasme éjaculatoire, mais quoi… Vers la 40aine, à la recherche du point G, je tombe sur le point P… Je finis par me décider d’explorer cela aussi. Cela fait 3 ans maintenant. Ayant déjà appris à respirer, méditer, essayer de connecter mes chakras… L’hélix m’a permis d’évoluer rapidement et de connaitre des P-Wave, petits super O’s ; bref, de bonnes séances prostatiques, et même anales, il y a de bonnes choses à prendre !

J’ai entrepris régulièrement de faire des exercices de Kegel ou qui y ressemblent, et des sensations A-less sont apparues. Je sais que je ne suis pas au sommet, j’ai encore du chemin à parcourir, mais courage à tous ceux qui sont en dessous de mes sensations. L’abandon de soi et désapprendre les acquis sexuels masculins font partie du processus.

Concernant ce plaisir et mon mariage, moi aussi ma femme n’est pas à l’aise avec cela. Elle le sait, me laisse faire, mais je reste sur ma faim de ce côté là, pourtant je ne désespère pas.

Revenons sur le sujet présent.
Couché sur le dos, respirations profondes par le ventre, bien détendu, je ressens la chaleur d’un petit soleil au niveau de ma prostate. Mon cœur ne bat plus dans ma poitrine mais sous mon sexe.
Le phénomène est encore plus flagrant au petit matin, si j’ai bien dormi, et cela me réveille même parfois quand instinctivement mon périnée est contracté avec la petite envie d’uriner du matin. Et en terme de détente, rien de mieux, je n’ai pas à faire le vide dans ma tête, la nuit s’en est chargée.

Alors je peux commencer les contractions musculaires : alternativement, de façon courte (2-5 secondes) je contracte périnée puis sphincter, je relâche l’un pendant que je contracte l’autre, comme si je roulais de l’un au suivant. Même sans pensée sexuelle, le plaisir monte ; P-Wave, relâchement, contractions… et cela monte doucement pour s’amplifier à chaque vague. Avec l’habitude, l’arrivée du plaisir est très « mécanique » mais la montée en puissance nécessite une concentration méditative avec pensées excitantes.

En général je passe en chien de fusil, je « roule » mes contractions, je rajoute des pensées excitantes, les vagues progressent encore. Le plaisir que je ressens me contracte comme un étirement du corps le matin, les abdos bien durs, voire avec des pets qui en rajoutent en massant ma prostate avant de sortir (désolé mais … ) cela dure parfois 1 minute je pense. Les jambes décalées, bougeant pendant l’orgasme, me permettent de ressentir encore plus de plaisir. Les muscles doivent jouer sur la pression prostatique.

Je passe sur le ventre, le frottement de mon sexe en érection sur le matelas rajoute à mon plaisir. Et je laisse passer encore 1 ou 2 vagues. Ma tension sexuelle est à son comble en général à ce niveau. Je sais que je peux aller plus loin sans toucher à mon sexe, mais… il est parfois difficile de résister à un final éjaculatoire. Je ne vais pas passer ma journée là dessus quand-même !

Je me suis permis récemment, lors d’un câlin matinal avec mon épouse, de me laisser aller à un orgasme A-less. Je ne l’ai pas sentie dérangée outre mesure, surprise oui, mais j’ai trouvé cela engageant. Je crois même l’avoir rassurée, elle a du croire à une éjaculation précoce, Hahaha !

Voilà, c’est assez, pour le moment.
Bon cheminement.

Pour ma part, je vais suivre les conseils de lectures qui traitent de l’être « homme-femme ». (Barry Long, tantrisme…)