#24205

Je vous lis Matou8313 et Peri, Merci pour vos généreuses interventions …
Matou8313, effectivement votre compagne se refuse ce plaisir anal, et bien sûr Woodman n’est pas une référence à suivre.
Je tente de me mettre à sa place au travers votre description, il me semble que ce que vous lui donnez l’a comble déjà et qu’elle n’a pas encore la curiosité et l’élan d’aller explorer d’autres horizons.
C’est comme si ce continent de plaisirs regorge suffisamment de sensations…pourquoi aller plus loin ? Je ne sais quoi répondre sur une évaluation du passion physique insuffisante …ce n’est peut être qu’une question de temps.
Avez-vous expérimenter le plaisir anal avec une autre femme auparavant ? D’après ce que vous témoigner , vous êtes le demandeur de la chose, et dans toutes relations se joue le pouvoir sur l’autre que Soi. Le pouvoir de vouloir et le pouvoir de refuser.
Ce que je tente d’exprimer selon mon regard ( que je ne dresse pas comme un dogme) c’est que dans la sphère sexuelle se joue à nu et à découvert, les enjeux de la relation dans sa globalité.
La pénétration anale pour comme je l’éprouve, se déploie avec les ingrédients suivant, besoin d’expérimenter la soumission, besoin de se sentir bien prise, bien possédée, et jouir afin de détendre ce lieu à l’aide d’un sexe masculin ou gode, se donner à son amoureux, à son partenaire afin de recevoir sa jouissance comme cadeau.
Il m’arrive de me sentir bafouée même avec mon amoureux et d’avoir la sensation de n’être qu’un trou où le Masculin décharge toute sa frustration, surtout si dans notre quotidien ça grince, et que se joue à l’horizontal le règlement de compte, même avec toute la tendresse et l’amour, en tant qu’humain je vois juste, que le terrain du désir reste un champ de bataille.
Mais je suppose que vous aussi, vous vous sentez parfois qu’une queue asservie à faire jouir la femme.
Je ne peux me sentir dans une impasse là, et constater que la relation sexuelle reste un grand chantier à explorer pour chacun de nous et à nous lire sur ce forum, je nous vois comme des petits enfants qui commencent à peine à bien vouloir se dégager de tous nos carcans psychologiques, moraux, idéologiques, liés à l’acte sexuel, et nous restons des explorateurs insatiables …Mais en faît, que cherchons.nous avec tant d’acharnement ?
Matou8313, la récupération de mon partenaire ou la mienne n’est assujetti à aucun âge, ou autre condition, il n’ y a pas de règle…rien n’est linéaire.
Parfois oui, il faut du temps, parfois nous rechargeons plus intensément.
Que demandes-tu lorsque tu mentionnes « alterner les séances d’excitations » ?