#24445
fideliofidelio
Participant

@Northrop je suis plus ou moins passé par là quand ma prostate a compris quel plaisir je pouvais prendre grâce à l’aneros. Quand le rewiring est devenu effectif, j’ai eu moi aussi des orgasmes sans aneros et ça m’arrivait dans les transports en commun, ou le soir en me couchant, impossible de fermer l’œil à moins de rassasier ma prostate qui était hors de contrôle. Comme toi, ça m’a filé des bouffées d’angoisse et quelques vraies crises de panique.

Pour ce que ça vaut voici comment je m’en suis sorti: par la concentration, la méditation, et, il faut bien le dire, la volonté.
Je vais rester bien terre à terre, je ne te parle pas de yoga, ni de tantra ou de quoique ce soit de spirituel. Mais il n’est pas forcément nécessaire non plus de consulter un médecin (pour lui dire quoi en fait ? C’est très gênant, je me souviens que ça augmentait mon angoisse de l’imaginer.) au moins dans un premier temps. La « crise » va passer. Tu n’es pas « malade », simplement, ton corps et ton esprit apprennent un nouveau truc, qui plus est lié au plaisir. c’est comme d’apprendre à marcher. Au début on titube, on vacille, c’est désordonné, et puis on apprend à maîtriser la marche. Pour la prostate, c’est pareil.
Je te suggère d’essayer de te concentrer sur elle et de lui dire « Tais-toi, je ne veux plus t’entendre ! ». Il faut rester calme, pratiquer la respiration ventrale pour faire chuter l’angoisse, et ensuite se focaliser mentalement dessus pour la faire se rendormir.

ça a fonctionné pour moi. à partir du moment où je lui ai fait comprendre qui était le « patron », elle s’est beaucoup calmé et j’ai pu reprendre une vie plus normale. Je suis convaincu que l’aspect mental joue un très grand rôle là-dedans, et l’angoisse y est certainement pour beaucoup dans ce qui t’arrive.

Ceci dit, les conseils de @andraneros sont comme toujours très pertinents et je le rejoins tout à fait sur la part psychologique.