#24748
luckylucky
Participant

Bonjour à tous,
Cela fait un bail que je n’ai posté ici.
Je viens de découvrir ton post Northrop et je comprends tes angoisses vu que j’ai connu quelques inquiétudes aussi. Le corps qui trouve tout seul le chemin de l’orgasme, ça !
Chez moi, cela s’est toujours manifesté dès que je me décontractais. Par exemple, à la plage, plus moyen de m’allonger sur le sable chaud sans spasme…
Ca m’arrive encore, je fais passer cela pour des décharges électriques, ou je remue ma jambe très rapidement comme ce que l’on appelle habituellement la danse de St Guy. En général ça passe assez vite dès que je me concentre sur quelque chose de non sexuel. Par exemple un travail, une tâche particulière, comme lire, écrire, ou parler à propos d’un sujet qui m’intéresse… Mais bon des fois ça prend toute la place, je fais avec.
J’ai l’impression de vivre en quasi extase d’une manière permanente. En cela c’est merveilleux. Mais bon, c’est sûr, la fréquence et l’intensité se révèlent un tantinet encombrants.
J’ai remarqué quand même que plus je produisais de liquide prostatique, plus je me calmais. Mon corps réclame cet orgasme. Si je le satisfais, alors il me laisse à peu près tranquille. Je m’organise donc des séances de caresses et de godes très fréquentes et très intenses pour calmer le jeu, par la production de liquide pré-orgasmique.
Au moment du coucher, ma femme, qui accepte à peu près la situation, considère que le lit, le soir, avant de s’endormir devient un peu comme le tangage d’un bateau… Je lui réponds que c’est comme ça quand on a épousé un marin. En tous cas, je fais avec, ça tangue tous les soirs, parfois au milieu de la nuit et tous les matins aussi et dès que je me décontracte.
Ca m’est même arrivé en nageant en mer.
C’est comme ça ! J’ai trouvé des petits trucs que j’ai énumérés ici pour que ce soit vivable mais guère plus.

Biz
Lucky