#24834
AvatarVoyageur
Participant

Bonjour, je viens de lire attentivement tout votre parcours. Et cela m’a intéressé car je débute aussi et je vis certaines choses similaires. J’ai moi aussi été très surpris par la capacité du corps à s’éveiller – un peu n’importe quand – sans présence de l’Aneros. Cela m’est même arrivé en moto, car les vibrations de l’engin venaient faire frétiller le périnée. Et même en mode endormissement, des spasmes et frétillements sont venus m’exciter. J’en conclue que le cerveau apprend peu à peu à reconnaître cette zone qu’il avait négligé et devient donc hyper sensible à ce qui pourrait s’y passer. D’autant plus que nous autres mammifères adorons ce qui nous fait du bien et que nous avons du mal à ne pas vouloir y retourner 🙂

Je réagis aussi sur une de vos phrases qui pour moi a été la clé de mes premiers orgasmes. « ne rien faire ». Finalement, moins j’essaie, plus j’y arrive. Plus je déconnecte. Plus j’oublie le monde extérieur et mieux ça marche. Je me focalise juste sur une chose. Où est la prostate ? Et que ressent elle ? Et voilà la rançon du succès.