#24944
JieffeJieffe
Participant

Bonjour bzo,

Tes réflexions me font penser à ce qu’il peut se passer dans un couple. Tu sais ce que l’on dit de la fréquence des rapports au cours d’une vie de couple, c’est M M S. Quand tu es jeune, c’est Matin Midi et Soir, plus tard c’est Mardi, Mercredi et Samedi. Encore plus tard c’est Mars, Mai et Septembre, enfin, encore plus tard c’est Mes Meilleurs Souvenirs. Ça, c’est pour la petite histoire. Ce que je veux dire et que tu soulignes très bien , c’est

qu’il n’y a pas un plaisir aussi exquis et aussi intense, soit-il
qui résiste à un traitement journalier

Effectivement, il semblerait que nous fonctionnons comme ça.
Je pense que tu as raison

donc j’attends de nouveau, des chatouillis ou tout autre signal

Attention toutefois à ne pas tomber dans une certaine torpeur. Je m’explique, à ne plus pratiquer, le risque est de ne plus avoir envie. C’est un peu ce qu’il m’arrive en ce moment. J’ai été contraint de laisser ma sexualité de côté depuis quelques mois. Au début, les envies et la frustration sont fortes, la masturbation calme un peu les ardeurs, mais est très largement insatisfaisante. Puis la libido se calme jusqu’à devenir presque inexistante. J’ai beaucoup de mal aujourd’hui à être excité, mais ma recherche du plaisir prostatique aujourd’hui me fait penser qu’il reste une étincelle que je vais m’empresser de transformer en brasier.
Il s’agit je pense de cas extrêmes, et tu n’iras j’en suis persuadé pas jusque là, mais un indien averti en vaut deux!!!
Je pense comme toi que de laisser un peu reposer ton désir va le raviver à un niveau supérieur que ce que tu connais maintenant. Fais toi languir, quand tu ressens l’envie, attends encore un peu. Il y a de grandes chances que le plaisir qui assouvira cette envie soit décuplé.
Mes réflexions à ce sujet m’ont mené à cette conclusion, qui vaut ce qu’elle vaut:
On fait souvent l’analogie entre le plaisir prostatique et le plaisir féminin. Les femmes, hors mis au début d’une relation, n’ont pas envie de faire l’amour tous les jours, à la différence des hommes qui bien souvent feraient l’amour tous les jours, voire plusieurs fois par jour, peut-être pas tout au long de leur vie, mais bien plus longtemps que les femmes. Je me suis dit que la cause de ce phénomène, c’est que leur plaisir est plus intense, plus plein, plus vaste, plus satisfaisant. Elles sont plus repues de plaisir que nous après une relation et ont besoin de recharger les batteries du désir. Notre plaisir pénien est à mon sens moins complet, et c’est pourquoi nous courrons toujours après une relation, comme pour terminer le travail, aller jusqu’au bout de notre plaisir. J’ai l’impression que nous sommes toujours en quête de quelque chose qui semble nous manquer et que nous ne trouvons jamais. Ce n’est peut-être qu’un ressenti personnel, mais les témoignages sur les orgasmes prostatiques que j’ai pu lire, dont les tiens, auraient tendance à confirmer ce que je pense. Vous parlez souvent d’être repu, que votre plaisir est pleinement assouvi, bien plus satisfaisant que le plaisir de l’éjaculation. Alors bien sûr, passé le stade de la découverte, un peu comme un jeune couple, le désir s’espace, mais ne disparaît pas.
Je ne sais pas si ma théorie tient la route ni si elle vous parle, mais pour le moment c’est un peu comme ça que je vois les choses.
Après il faut faire attention à une chose. Le désir des femmes peut s’émousser jusqu’à devenir presque inexistant. ALors il faut appliquer le proverbe « l’appétit vient en mangeant ». Celle qui sont passées par là le confirment. Il faut maintenir à mon sens une « hygiène » de vie….

Bref, pour synthétiser, je pense que tu as raison, tout au moins d’essayer. Je pense que tu ne peux qu’y gagner. J’appuie totalement ta démarche 🙂