#26691
logansanlogansan
Participant

Bonjour Epicture

Pour répondre à ton premier paragraphe, je ressens moi aussi ce tiraillement, entre excitation,envie d’être submergé, cherchant l’orgasme ultime, l’abandon total, la vision cosmique, l’état conscient-inconscient de diffusion consciente d’être dans l’univers, d’être l’univers,bref, Dieu. Ok, je redescend sur terre, désolé.
Mais à l’intérieur de moi, je sais que la clé est l’abandon total, et non le désir de quelque chose. Je ne suis pas encore prêt. Et je pense que mes meilleures sessions sont celles où le relâchement mental est le plus présent.
Du coup, je commence à répondre à ton 2ème paragraphe :
Au matin (voir mon post ici), allongé au côté de ma chère et tendre, je peux me laisser aller. Elle connait mes pratiques mais ne souhaite pas y participer, me laisse faire. Mais elle prend cela, je suppose pour des étirements matinaux, cela reste discret.
Par contre, quand je fais mes sessions avec insertion de masseur, qui plus est vibrant… je préfère être seul. D’autant que cela me secoue parfois dans tous les sens, et je me laisse aller à gémir, couiner, feuler, râler, pas encore crier mais peut-être un jour… Comme cela fait partie du phénomène d’abandon mental, de soumission au plaisir, celui-ci devient plus fort. J’ai la chance d’avoir des moments rien qu’à moi dans l’année, heureusement pour moi.
Donc la clé de la progression est aussi dans cette abandon, ce relâchement, cette soumission à l’instant,, soit dans l’intimité solitaire, soit dans l’acceptation de ta compagne.
Bon cheminement