#27481
EpictureEpicture
Participant

Je suis d’accord avec vous @andraneros et @jieffe mais ce que je voulais dire c’est que à trop vouloir lâcher prise, on finit par ne jamais y arriver. Je reagissais au desir de @Fanchyzzz1 de « mettre son cerveau en pause ». Le lâcher prise ne vient pas d’un arrêt de la pensée, qui pourrait être obtenu par différentes aides extérieures, mais par son détournement vers des objectifs précis : en l’occurrence la concentration sur les sensations.
Je suis ultra rationnel, et jamais je ne suis parvenu, quelque soit le moyen utilisé, à arrêter le mouvement de la pensée. C’est comme de vouloir faire cesser sa respiration, ça n’a aucun sens. Par contre, j’arrive mieux aujourd’hui à la canaliser sur les objectifs qui m’intéresse. Et ça marche !
Au bout d’un moment, l’attention portée aux sensations l’emporte sur le reste. Mais il faut travailler en amont et éliminer ses préjugés de type  » je vais faire un voyage transcendantal, je vais devenir un homo, je vais perdre le contrôle, je vais devenir malade, que va dire un tel ou un tel, je dois lâcher prise, etc. » C’est là-dessus qu’il faut lâcher prise. C’est pourquoi je dis que c’est un faux problème, parce qu’en fait, focaliser son attention sur quelque chose, c’est à la portée de n’importe qui. Enfin il me semble, puisque j’y arrive. Cela dit, les aides extérieures peuvent aider, justement à se concentrer sur les paroles de l’hypnotiseur qui guide vers cette attention aux sensations, ou sur les sensations que provoquent telle ou telle sonorité, et à détourner la machine à penser sur autre chose que le baratin intérieur des préjugés : couché !! Le bla bla intérieur, à la niche !!!

En tout cas, c’est comme ça que ça se passe pour moi. Et d’après le témoignage de @Fanchyzzz1 il me semble sur la même voie.

Bon cheminement à vous tous