#27670
bzobzo
Participant

bon dieu que c’était délicieux ce matin

je bougeais dans toutes les pièces, je me faisais l’amour, debout , assis,
couché sur la table de la salle à manger les jambes en l’air

rythme tranquille, rythme lent, rythme puissant, je me labourais méticuleusement,
radio orgasmes était allumée, un morceau tout en râles et en gémissements
emplissait la pièce

alléluia, pouvoir ressentir à ce point et reproduire les sensations d’un acte sexuel,
on était en parfait accord à chaque instant,
chaque geste, chaque mouvement s’adaptait instantanément pour répondre au désir de l’autre en moi,
j’étais parfaitement à l’écoute, 100% concentré, détaché, ouvert, sans tabou, sans frein,
je faisais les gestes qu’il faut, je ne me pressais pas, j’allais et venais tranquillement

et quand cela a explosé dans la cuisine, les coudes sur la table, le bassin bien cambré,
avec comme quelque chose de bien dure enfoncée profondément entre mes fesses
qui enflammait tout sur son passage,
j’en ai pleuré, des larmes coulaient sur mes joues en haie d’honneur à tant de bonheur,
j’étais submergé, j’en tremblais de la tête aux pieds,
j’étais traversé par des éclairs de plaisir qui me cisaillaient la chair,
l’orgasme comme un soudain orage s’était installé en moi ,
les éléments se déchaînaient, je n’étais plus que leur jouet, leur chose, leur pantin,
j’étais trempé de plaisir, cela dégoulinait de tous les côtés,
le vent me fouettait le cerveau, tout y tremblait, frémissait, sous les rafales,
je me suis couché, écroulé, fondu sur place plutôt,
j’étais nu à présent sur le parquet sans force, désarticulé,
à me tordre de plaisir et à râler sans discontinuité

sacrée ascension, ah ça, sacré ascension!