#27904
EpictureEpicture
Participant

Hier j’ai testé le DEVICE de Aneros. Plus ça va, plus mes joujoux grossissent. J’avais l’impression que ma prostate, faisait une fellation à l’aneros, comme si elle voulait l’englober. Magique ! Mais pas de véritable orgasme. Par contre des vagues de plaisirs, ça oui, oh que oui.

Ma femme me disait l’autre jour à propos de ma nouvelle sensibilité (bien que je ne sois pas rentré dans le détail pour l’instant) : « de toutes façons, tu es un explorateur ». Elle intègre ça à ma personnalité, comme un fait normal.
C’est assez réconfortant, mais je préfère y aller doucement. Je dois encore lui dire de ne pas s’inquiéter si elle m’entend gémir. Elle a toujours peur que je fasse une attaque, bien que à ma connaissance, je n’y sois pas sujet. Je ne lui ai pas encore montré un aneros. Il le faudra un jour, ça prendra une dimension plus concrète.

j’aime bien l’idée d’explorateur. Un explorateur vise un but, mais une fois son objectif atteint, il n’a qu’une idée en tête : repartir. Parce qu’il prend au moins autant de plaisir à explorer qu’à atteindre son objectif. Moi j’explore mon corps, je ne m’en lasse pas et j’adore ça, même si je n’ai pas encore atteint l’objectif visé. Mon corps est un continent inconnu dont j’ai découvert l’immensité il y a peu. Cela ouvre des perspectives de voyages palpitantes (et pour un budget modique).

Le massage prostatique, et tout ce qui va avec, convient parfaitement à ma personnalité autarcique. Me suffire à moi-même ne signifie pas que je suis coupé des autres. Cela signifie que je peux cesser de faire de l’autre un objet de mon désir. Du coup l’autre existe en tant que tel, non plus en tant qu’intérêt, si bien que lorsqu’il donne, cela est un don, ce n’est plus un dû. Comme dit @andraneros, ça permet de passer du mode prendre au mode recevoir. C’est ça pour moi la vraie liberté : ne pas être dépendant de qui que ce soit.

Bon cheminement à Tous