#27974
AndranerosAndraneros
Modérateur

Cette chaleur lorsqu’elle est présente vaut il mieux que je focalise mon attention dessus ou alors que je continue les contractions comme si de rien était ?

Sans m’opposer à ce que te répond @bzo, je te donne une réponse différente parce que les deux termes de ta proposition ne sont pas sur le même plan :
• la chaleur que tu ressens à ce moment est un effet de ce que tu fais et de ce que fait ton masseur ;
• les contractions sont des mouvements volontaires pour donner un mouvement au masseur inséré dans ton rectum à l’origine de la sensation perçue.
Si tu ne te focalises pas sur tes sensations qui apparaissent tu cours d’autant plus le risque de les perdre qu’elles sont au début très faibles, à peine perceptibles et nouvelles donc peu faciles à bien identifier comme les premiers signes de ton plaisir. Elles reviendront vraisemblablement, comme le dit @bzo, avec à nouveau le risque que tu les perdes. Si tu donne la priorité au moteur, aux contractions tu cours le risque de continuer à contracter tes muscles dans le vide parce que tu n’accorderas pas assez d’importance à ces sensations.

C’est une des difficultés que doit surmonter le débutant qui ne plonge pas spontanément dans la jouissance prostatique. Quand tu perçois cette chaleur tu dois la placer au centre de ta conscience parce que c’est l’avant-garde de ton plaisir. Mais tu dois aussi continuer à faire tourner le moteur, continuer tes contractions volontaires. C’est le moment où tu peux les mettre en mode automatique, contracter sans y penser, par habitude. C’est le moment où tu peux mettre moins de force dans les contractions, tester à quel niveau tu peux réduire ton effort conscient tout en conservant le mouvement du masseur.

Ce sera peut-être le moment où les contractions involontaires (de l’anus, du périnée et du rectum et non celles des jambes ou des bras) feront leur apparition mais tant que tu ne sens pas le masseur bouger « seul » tu dois le maintenir en mouvement.

Si tu ne le fais pas tu te places dans une autre logique celle du « laisser faire » (do nothing) dans laquelle tu attends que la seule présence du masseur suffise à déclencher les contractions involontaires, avec l’aide d’un état d’esprit totalement réceptif et d’un corps complètement détendu.

Bon cheminement @youngboy.