#29314
JieffeJieffe
Participant

Christoul

Je continue de penser à la lecture de tes récits que tu es trop centré sur la partie technique de tes séances:

après les contractions de 15 s X 30 puis relâchement

fortes érections, petits tremblements internes ou de mon sexe

avec ensuite les genoux qui tremblaient

Puis quand je sens certaines sensations je maintiens ces contractions

des contractions je crois involontaires mais qui ne durent jamais suffisamment pour que le corps prenne le relais

parfois je suis obligé de contrôler les contractions en début de séance quand j’en suis à la phase de relaxation

A ce moment là, j’ai essayé d’entretenir ce tremblement important mais qui ne m’amenait pas de plaisir supplémentaire

Ne prends pas ombrage des quelques phrases que j’ai relevé. J’ai juste essayé de trouver des phrases qui me font penser que tu attaches trop d’importance aux manifestations physiques au détriment des sensations. Je précise que ce n’est qu’un ressenti de ma part, aucunement une certitude.

Tu sembles très mathématique dans ton approche et très observateur de ce qu’il t’arrive. Tu notes chaque tremblements, chaque érection, chaque contractions, tu comptes les secondes et le nombre de cycles. Je faisais de même il y a peu, et je me suis dit qu’on s’en foutait. Et bien ça va mieux. Il y a encore des moments de ‘conscience’, mais de moins en moins, et ça fonctionne beaucoup mieux.
J’ai commencé comme tout un chacun en suivant les directives du traité d’Aneros: 2O mn de relaxation chrono, contractions relâchement toutes les 15s chrono, le nombre de fois conseillé…etc.

Voici comment je pratique aujourd’hui, avec un certain bonheur. Tu peux essayer: Je m’étends après avoir inséré lubrifiant et masseur. Il m’arrive quelque fois de m’érotiser un peu avant, caresses sur tout le corps, présentation et petits jeux du masseur autour de son futur logement…Ça peut m’arriver, mais ce n’est pas une règle. Une fois étendu donc, le but étant de me détendre comme expliqué dans le traité, mais tu verras que je n’en ai pas le temps. Je commence des respirations profondes avec l’abdomen. Je gonfle exagérément mon abdomen, et je le creuse exagérément, en particulier mon bas ventre, juste au dessus du pubis. Immédiatement alors je ressens un début de plaisir autour de ma prostate et une première contraction anale se fait sentir. Ça, c’est pour la première inspiration expiration. Je recommence un cycle en relâchant mes sphincters.

Ce n’est pas toujours vrai pour le premier cycle, mais c’est souvent le cas. Après le deuxième cycle, bien souvent j’ai beaucoup de mal à relâcher la pression de mes sphincters, alors je les laisse contracter comme ils sont. Mon corps a décidé que la contraction aurait cette intensité, c’est donc celle ci qui convient. S’il me faut faire un effort pour les relâcher, c’est qu’il ne faut pas les relâcher. Je fais un troisième cycle qui me demande un effort certain, ma respiration commence à m’échapper. Bien souvent à ce stade, s’en est terminé des respirations profondes. Généralement trois cycles suffisent, je lâche complètement les commandes et passe en pilotage automatique.

Ce qu’il faut noter ici, c’est que cette description correspond à ce qu’il se passe généralement, que ce n’est pas une recette à suivre à la lettre, et que toutes ces actions me sont uniquement dictées par le plaisir ressenti et non par une méthode dogmatique. Une fois récemment j’ai essayé de continuer les respirations profondes en relâchant mes sphincters à chaque expiration, pour aller plus loin dans la détente. La sanction ne s’est pas faîte attendre, le plaisir qui commençait à venir est reparti!

Je sais bien que l’on peut noter des tas de choses au cours d’une séance, mais ça me semble exacerbé chez toi. Je me trompe peut-être, mais c’est ce que je ressens à la lecture de tes récits. Il faut privilégier l’être et non le faire.

Je pense qu’il n’y a pas de règles et je le fais maintenant à l’envie.

Excellente attitude à mon sens.

je vais essayer de les limiter à environ 1 heure

Petite précision, je n’ai pas dit de les limiter. Si elles sont bien parties, continues, si tu sens que c’est terminé, arrêtes.

trouver les sensations et de les entretenir

Tu n’auras pas vraiment à les entretenir, elles s’entretiendront d’elles mêmes. En fait, lorsque tu cherches à les entretenir, ton esprit est concentré sur cette tâche, alors que c’est sur tes sensations qu’il doit être focalisé. En écoutant, en ressentant pleinement toutes ses sensations, en profitant au maximum de toutes ces sensations, elles s’entretiendront d’elles mêmes. Il faut à mon sens que tu prennes le problème à l’envers, c’est à dire ne pas chercher à les entretenir pour en profiter, mais en profiter pour qu’elles s’entretiennent.

Mais tu sais Christoul, je me répète, je suis persuadé que tu es sur le bon chemin. Comme le dit Andraneros, chacun va à son rythme, et il nous faut noter chaque petite avancée. Tu revivras ta séance de Samedi. Quand? Je ne sais pas, mais tu la revivras, et bien plus encore.

Bon cheminement Christoul, au plaisir de te lire.