#29502
JieffeJieffe
Participant

Ah la la mes amis, quelle séance extraordinaire hier soir…..

Pfiouuuuu, une première demi heure assez incroyable. Non que les orgasmes étaient plus intenses, je ne crois pas, ni même plus nombreux, je ne sais pas pourquoi ni comment l’exprimer, mais cette séance m’a laissé sur le cul. En fait, je crois que c’est parce que certains orgasmes sont venus doucement, sont montés plus lentement que d’habitude, et peut-être plus diffus dans tout le corps, ou tout au moins dans une plus grande partie du corps qu’à l’accoutumée. Certains seulement, les autres sont arrivés comme des skuds.
Je travaille toujours à libérer l’énergie dont j’ai parlé, il y a peut-être ici une relation de causes à effets. Hier soir, je n’étais pas particulièrement parti pour travailler ce point, mais lorsque les premiers orgasmes sont arrivés j’y ai été comme obligé. Comprenez que lorsque ça cherche à sortir et que ça ne peut pas, il se forme une grosse pression au niveau de la gorge. Alors avant de m’éclater une carotide, j’ai tout intérêt à faire en sorte que ça se passe le mieux possible.
Et donc j’essaie toujours de déverrouiller ce point. Peut-être cette séance est le fruit de ce travail?
Quoi qu’il en soit, certains orgasmes sont arrivés lentement, doucement, et ceux là ont pu monter jusqu’à la tête. Mon flux respiratoire était également plus fluide au niveau de ma gorge dans ces moments là.
En parlant de flux respiratoire, il faudrait que je m’enregistre, on rigolerait bien. Je dois être ridicule. Je m’entends râler, des bons râles de mâle bien viril, mais hier soir sont apparus des gémissements, comme des plaintes, longs et pleurnichants… Il va me falloir prendre l’habitude, parce que c’est assez déconcertant de s’entendre de la sorte.
Je sais que je peux paraître un tantinet mono-maniaque avec mon histoire d’énergie, mais l’idée que j’avais émise sur la possibilité d’une nouvelle voie et d’un accroissement du plaisir en la maîtrisant un peu semble ce confirmer. Ce n’est qu’un balbutiement pour le moment, ça demande confirmation et une pratique certainement moins désordonnée, plus formelle, mais j’ai vraiment l’impression ces deux dernières séances que le plaisir s’étend plus loin dans mon corps, et parvient quelque fois jusqu’à la tête.
Enfin, j’ai adoré ce plaisir qui prend naissance aux tréfonds de mes entrailles, et qui monte doucement, s’intensifie doucement, et monte jusqu’à ma tête. Je l’ai visualisé comme une petite flamme de briquet au niveau de ma prostate, et cette flamme a grandi, grandi pour atteindre la taille d’une flamme de chalumeau.
Au bout d’une demi heure la machine s’est calmée. Comme il me restait de l’énergie et que je n’avais pas vraiment envie que ça s’arrête, je l’ai relancée et elle est repartie pour une nouvelle demi heure, plus proche de mes séances ‘habituelles’, c’est à dire tonitruantes.

Ce matin je me sentais bien au levé, et je me sens toujours aussi bien à l’heure où j’écris ces lignes. Je suis de plus en plus persuadé que cette pratique influe sur notre bien être. Je vais faire à ce sujet une petite expérience dont je vous parlerai quand je l’aurais faîte. Une idée qui m’est apparu ce WE.
Qu’est ce que l’on se sent bien après des séances pareilles…

Voilà mes amis, une découverte extraordinaire, je peux dire ce matin que je suis comblé.

Bzo

c’est avec l’idée prioritairement d’éprouver du bien -être,
de sentir ma chair s’épanouir,

Ça a quelque chose de génial n’est ce pas?
Plus ça va et plus l’idée me trotte dans la tête. C’est un peu difficile pour moi actuellement avec l’été, les nuits qui tombent tard… etc, mais je pense vraiment que je vais faire quelque chose de cet ordre à l’automne. D’ici là, mes idées seront plus claires à ce sujet.

épanouissement est peut-être le maître mot de mes séances pour l’instant

Oui, c’est exactement ça, l’épanouissement, l’épanouissement total du corps et de l’esprit.

moins me ruer, les laisser s’ébattre tranquillement,

Peut-être. C’est comme manger un met délicieux en l’avalant à grosses bouchées à peine mâcher plutôt que de le déguster. En terme de plaisir, et en particulier de plaisir sexuel, je n’aime rien tant que de faire monter la sauce, doucement, tranquillement, que ce soit pour moi ou pour ma partenaire. J’ai l’impression que l’explosion en est d’autant plus violente.

ne crains pas l(abus, tu es encore loin du stade où il faut craindre de devenir répétif
et de s’enfermer dans une routine

Ah ça, aucun souci, je ne crains pas l’abus, ni même la routine à vrai dire. De ce que j’ai pu en lire, une séance de massage prostatique n’est jamais identique à une autre, et ce que j’ai vécu pour le moment le confirme.

Je vous souhaite à tous un excellent cheminement, et aux débutants la patience nécessaire pour découvrir ce qui devrait être enseigné sur les bancs de l’école.