#30262
bzobzo
Participant

Une dernière chose, hier soir j’ai vénéré mon cul. Vraiment.
J’ai tendance à le voir de plus en plus différemment, et surtout après la lecture des témoignages dont Naomi nous a transmis les liens.
Je l’avais lu sur le forum officiel, où un anéronaute confirmé disait qu’il fallait penser son cul comme un organe sexuel, au même titre et peut-ête plus encore que le pénis. C’est vers ça que je me dirige, ne plus le considérer comme le vide ordure. Lui redonner ses lettres de noblesse.
Il peut être source d’un immense plaisir, pendant l’acte, et qui rejaillit sur ta vie de tout les jours.

comme j’aime lire des choses pareilles sous ta plume,
je te sens de plus en plus sur la voie dans laquelle je me suis engagé,

le cul bien sûr, c’est tellement essentiel,
je l’adore ma croupe, il y a le fondement bien sûr, ce fourreau souple et chaud,
tu l’appelles encore cul, chez @envole, c’est son vaginus,
chez moi c’est mon anus-pussy,
bref ce cul est bien plus qu’un simple cul

et puis là on parle juste du fourreau, du délicieux fourreau
mais il y a tout le reste, les fesses, ces globes charnus, qu’il fait si bon caresser, malaxer,
ce sont les seins d’en bas mais en plus gros

la houle qu’il y a là-dedans, cher @jieffe, ah cette houle,
elle me porte, elle m’emporte,
tant de lascivité dans ce cul, dans cette croupe,
comme j’aime à la cambrer, à écarter ces jambes puis les resserrer, sentir mon cul bouger
quand je deviens une liane ondulante,
ma croupe est tellement essentielle là-dedans, elle donne le tempo, elle initie le rythme

oui, ce cul est à adorer, à chérir,
organe sexuel, bien sûr, à 100%