Mots-clés : , ,

  • Ce sujet contient 188 réponses, 8 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par bzobzo, le il y a 2 années.
20 sujets de 141 à 160 (sur un total de 189)
  • Auteur
    Articles
  • #30189
    AvatarEnvole
    Participant

    Hello @Jieffe,
    tout d’abord merci pour ce magnifique récit, je trouve ces quêtes du plaisir que nous racontons collectivement ici tellement sublimes…Et je te rejoins : oui il y a pour moi chemins d’énergies, oui il y a un lien avec le souffle, les méridiens qui relient les différents points du corps…On est ici dans du subtil, de l’énergétique…Même si parfois la jouissance éprouvée est loin d’être subtile, plutôt massive ! Mais en avoir conscience permet aussi d’apprécier toute la partie subtile de la jouissance, les pics orgasmiques relatifs, graduels, les petites apothéoses lentes et lumineuses…Personnellement j’en ressens beaucoup, et plus que les autres. Par exemple je n’ai jamais eu ces impressions que mon corps prenait le relais, me faisait l’amour…Mais il est possible que ça vienne !
    Au passage bravo pour cette réflexion sur une façon « féminine » de vivre l’amour…Oui comme vous le dites, bzo et toi, il ne s’agit pas de singer une femme qui jouit, de l’imiter extérieurement, par contre il est fort possible qu’à l’occasion d’une jouissance intérieure forte, on se retrouve à agir comme on a pu voir des femmes agir…Mais c’est en fait tout simplement que le corps humain a de multiples possibilités de jouissance, et que dans ce domaine comme dans les autres, on a répartit les fonctions par genre, et finalement on a interdit à un genre d’éprouver les sensations des autres…Il n’en reste pas moins que ce ne sont que des choix de conventions, culturels. Mais si on les dépasse, on retrouve tout le potentiel de plaisir du corps humain, qui est gigantesque…Personnellement je trouve ça sublime, dans les faits comme dans l’idée !!! Et j’en éprouve une jouissance supplémentaire, intellectuelle, métaphysique, spirituelle celle-ci…
    Bon j’arrête là !!! Tout le meilleur et à une prochaine fois !!!
    Naomi

    #30193
    bzobzo
    Participant

    hors mis le fait que je passe trop de temps sur ce forum au bureau… c’est pourquoi j’ai mis un frein,

    hum, je devrais faire cela aussi, le temps passé à me donner du plaisir (cela, pas question de le diminuer)
    mais après le temps passé ici à écrire dessus, enfin à essayer d’écrire dessus,
    cela me mange beaucoup de mon temps à la maison,
    je vais aussi réduire la voilure de mon journal

    cela sera pas plus mal,
    quand je me relis,
    je me rends compte que j’écris vraiment beaucoup de conneries et puis que je me répète pas mal aussi

    #30198
    AvatarEnvole
    Participant

    Vive la littérature ! Qui vit de plaisir et d’amour… 🙂

    #30245
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour à tous,

    Un nouveau très beau voyage hier soir, certainement le plus intense jusque là…. Depuis ma séance du 24 Août dernier, mes séances étaient plutôt calmes mais riches, sur le thème des Calm Sea O’, qui sont très agréable à vivre. Celle d’hier soir a été fracassantes. Avec des montées lentes qui se terminaient par une explosion de jouissance. Extraordinaire…
    Je voulais vous écrire tout de suite après, tant que c’était frais dans mon esprit, mais pardonnez mon égoïsme, j’adore profiter de l’après pour m’endormir, ce moment est tellement délicieux.
    Une petite variante hier soir, j’ai commencé anerosless, en me caressant, des préliminaires en quelque sorte. Et bien surprise, j’ai eu les prémices d’orgasmes, relativement puissants. Au passage, je ne sais pas si d’autres vivent la même chose que moi, mais je connais des contractions associées à des débutes, voire des orgasmes lorsque je me brosse les dents, avant d’aller me coucher. Ce n’est pas un fait nouveau, mais j’ai oublié d’en parler ici.
    Et oui! J’utilise une brosse à dent électrique, classique, et il m’arrive régulièrement de ressentir non seulement des contractions périnéales, mais également un grand plaisir, voire des mini O’. Est ce l’excitation de la séance que j’ai prévu et qui s’annonce imminente à cette heure ci, les vibrations de la brosse à dents???
    Je ne sais pas. Je sais en revanche que le Tao fait un lien entre la bouche, les muscles circulaires en général, et le sexe, le muscle pubococcygien.
    Bref, une bonne demi heure d’orgasmes tonitruants, suivi d’une brève coupure pour reprendre mes esprits, et de nouveau une demi heure de plaisirs intenses. Je pense que j’aurais pu continuer, mais j’en avais assez, et ce type de séances sont tout de même épuisantes… 🙂

    Ce que je voudrais dire à l’attention des débutants, que j’ai déjà dit mais que je confirme, c’est qu’il faut oublier son sexe, et la façon avec laquelle il nous donne du plaisir. Je pense et j’enfonce ici des portes ouvertes tant cela a été dit, que la principale difficulté dans la découverte du plaisir prostatique et de se déprogrammer, d’oublier nos conditionnements. Le plaisir prostatique n’a rien à voir avec le plaisir pénien. Il ne débute pas d’un endroit en particulier, et ne reste pas concentré dans un endroit en particulier.
    Je serais incapable de dire où il prend sa source. Je sens bien le masseur, ma prostate, mais je suis incapable de dire si mes orgasmes débutent ici. Certainement, mais ce n’est pas évident à déceler.
    C’est très étrange, j’ai essayé d’y être attentif hier soir, mais je ne ressens pas la naissance d’un plaisir dans une zone bien précise de mon anatomie. Un peu comme une construction mentale peut-être. Je ne sais même pas où est ce qu’il se diffuse, certainement parce que c’est dans tout le corps? Il arrive, emporte tout sur son passage, vous fait voir des étoiles lorsqu’il monte doucement, et quand il est là, c’est déconnection neuronale totale. Enfin, en ce qui me concerne tout au moins.

    Il faut vraiment que je fasse un stage découverte du Tantra, je ne parviens absolument pas à faire circuler cette énergie. Quand elle est là, qu’elle se manifeste, pas question de se concentrer sur quoi que ce soit, d’essayer quelques techniques que ce soit. Comme je l’ai dit, c’est déconnection neuronale totale. Et puis mes muscles, mon corps, ne m’appartiennent plus. J’ai déjà essayé, j’y parviens quelques secondes, et je suis obligé de tout lâcher

    Au passage, j’essaie en parallèle les exercices de Mantak Chia décrit dans son livre l’homme multi orgasmique. Je suis parvenu à me masturber près d’une heure, et je parviens à me masturber relativement longtemps. Le but étant de s’arrêter juste avant l’éjaculation. C’est chose relativement facile tant l’éjaculation m’intéresse peu, mais surtout ce que je souhaitais souligner c’est que le plaisir que j’en retire est à des lieux, chiffrés en années lumières, de celui que me procure l’orgasmes prostatique. Peut-être que je ne les réalise pas correctement. Quoi qu’il en soit, je ne les fais pas dans ce but, mais pour ressentir l’énergie sexuelle, et parvenir à la faire circuler pour l’adapter à ma pratique prostatique.

    Pour information, mon sexe durant mes séances reste souple (entendez par là mou, flasque, au repos). Je peux me caresser les testicules, mon pénis si je le souhaite, mais il ne durcit pas pour autant. C’est juste pour information et cela ne représente en aucun cas une règle.

    Voilà mes amis, je pense avoir retranscrit tout ce que je voulais. N’abandonnez pas, c’est une aventure formidable et une quête dont vous devez apprécier chaque étape, les hauts comme les bas. Telle la houle, elle est composée de vagues et de creux. Vient un moment ou cette houle est si forte que les creux sont plus hauts que les vagues précédentes.

    Je vous embrasse tous et vous souhaite un excellent cheminement.

    #30247
    JieffeJieffe
    Participant

    Une dernière chose, hier soir j’ai vénéré mon cul. Vraiment.
    J’ai tendance à le voir de plus en plus différemment, et surtout après la lecture des témoignages dont Naomi nous a transmis les liens.
    Je l’avais lu sur le forum officiel, où un anéronaute confirmé disait qu’il fallait penser son cul comme un organe sexuel, au même titre et peut-ête plus encore que le pénis. C’est vers ça que je me dirige, ne plus le considérer comme le vide ordure. Lui redonner ses lettres de noblesse.
    Il peut être source d’un immense plaisir, pendant l’acte, et qui rejaillit sur ta vie de tout les jours.

    #30251
    JieffeJieffe
    Participant

    Je dirais que ma séance d’hier soir et une combinaison des deux types de séances que je connais, les séances Calm Sea O’, et les séances boum badaboum.
    La lente montée des orgasmes te transportent, te soulèvent, te mettent en connexion avec l’infini, comme si tu ouvrais une porte derrière laquelle se cachait mille et un délices, et les orgasmes puissants t’emportent sans que tu ne puisses plus rien faire, plus rien gérer, plus penser à rien. Tu n’es alors que jouissance, l’esprit déconnecté, incapable d’analyser ce qu’il t’arrive.

    #30262
    bzobzo
    Participant

    Une dernière chose, hier soir j’ai vénéré mon cul. Vraiment.
    J’ai tendance à le voir de plus en plus différemment, et surtout après la lecture des témoignages dont Naomi nous a transmis les liens.
    Je l’avais lu sur le forum officiel, où un anéronaute confirmé disait qu’il fallait penser son cul comme un organe sexuel, au même titre et peut-ête plus encore que le pénis. C’est vers ça que je me dirige, ne plus le considérer comme le vide ordure. Lui redonner ses lettres de noblesse.
    Il peut être source d’un immense plaisir, pendant l’acte, et qui rejaillit sur ta vie de tout les jours.

    comme j’aime lire des choses pareilles sous ta plume,
    je te sens de plus en plus sur la voie dans laquelle je me suis engagé,

    le cul bien sûr, c’est tellement essentiel,
    je l’adore ma croupe, il y a le fondement bien sûr, ce fourreau souple et chaud,
    tu l’appelles encore cul, chez @envole, c’est son vaginus,
    chez moi c’est mon anus-pussy,
    bref ce cul est bien plus qu’un simple cul

    et puis là on parle juste du fourreau, du délicieux fourreau
    mais il y a tout le reste, les fesses, ces globes charnus, qu’il fait si bon caresser, malaxer,
    ce sont les seins d’en bas mais en plus gros

    la houle qu’il y a là-dedans, cher @jieffe, ah cette houle,
    elle me porte, elle m’emporte,
    tant de lascivité dans ce cul, dans cette croupe,
    comme j’aime à la cambrer, à écarter ces jambes puis les resserrer, sentir mon cul bouger
    quand je deviens une liane ondulante,
    ma croupe est tellement essentielle là-dedans, elle donne le tempo, elle initie le rythme

    oui, ce cul est à adorer, à chérir,
    organe sexuel, bien sûr, à 100%

    #30279
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Tu nous as dit hier matin James Tiberius Kirk alias @jieffe :

    Un nouveau très beau voyage hier soir, certainement le plus intense jusque là…. (la séance) d’hier soir a été fracassante. Avec des montées lentes qui se terminaient par une explosion de jouissance. Extraordinaire…

    Tu nous écrivais le 24 août :

    J’écrivais hier à un ami que ma pratique évoluait peu, et je me demandais comment pouvait elle évoluer tant les orgasmes que j’ai durant mes séances sont intenses. Je pensais qu’il était impossible qu’elle évolue.
    Et bien je n’en suis plus très sûr aujourd’hui.

    Je suppose que tu en est encore moins sûr depuis avant-hier, le 4 septembre. Tu peux, au contraire, être désormais convaincu que plus tu vivras ces moments d’extases orgasmiques, plus la jouissance submergera ta conscience.
    Ton cheminement est magnifique. Je me répète parce qu’il n’y a rien d’autre à dire. Chacun de tes messages qui nous disent que ta dernière session t’a plongé dans la jouissance encore plus profondément que les précédentes m’apporte sa dose de bonheur. Je ne m’en lasse pas.

    Tu est donc maintenant capable de lancer ta session sans masseur, évolution importante depuis que tu avais noté que tes sensations prostatiques commençaient à apparaître dès la lubrification. Quand tu le veux tu sais contrôler ton excitation, retarder l’insertion de ton masseur, malgré l’appel, que je suppose pressant, de ta prostate, pour développer ta sensibilité aux seuls effets de ton relâchement, de ta respiration, de ta concentration et de tes contractions volontaires.

    surprise, j’ai eu les prémices d’orgasmes, relativement puissants.

    Quand je lis « prémices d’orgasmes » associé à « puissants » je suis tenté de comprendre « orgasmes » sans restriction. Comment se situent ces « prémices » par rapport aux « simples » vagues de plaisir qui ont marqué ton accès à aux orgasmes que tu connais maintenant ?
    C’est la première fois que je lis le témoignage d’un lien aussi direct entre brosse à dents électrique et plaisir prostatique. En effet dans le tao un lien est fait entre la bouche et les autres cavités rondes du corps. Tu pourrais sérieusement envisager des expériences systématiques sur ce point.

    une bonne demi heure d’orgasmes tonitruants, suivi d’une brève coupure pour reprendre mes esprits, et de nouveau une demi heure de plaisirs intenses.

    Tu es maintenant devenu capable de faire une coupure volontaire dans tes sessions et de les reprendre naturellement avec la plus grande facilité. C’est encore un progrès notable même s’il ne concerne pas l’intensité de tes orgasmes. Ce contrôle te permet en effet de reprendre ton souffle (on peut se retrouver facilement en apnée au milieu d’un orgasme intense), de laisser ton rythme cardiaque redescendre, de reprendre conscience, de boire ou de t’alimenter (sucres) pour reprendre des forces et de choisir de relancer ta session éventuellement sur un mode différent, de changer de masseur pour varier les stimulations ou de replonger avec encore plus d’avidité dans ton bain orgasmique. J’ai l’impression que c’est la première fois que tu fais une telle coupure sans y être obligé par quelque motif que ce soit.

    Ce que tu dis sur la « localisation » de ton plaisir :

    Je serais incapable de dire où il prend sa source. Je sens bien le masseur, ma prostate, mais je suis incapable de dire si mes orgasmes débutent ici. (… ) Je ne sais même pas où est ce qu’il se diffuse, certainement parce que c’est dans tout le corps? Il arrive, emporte tout sur son passage, vous fait voir des étoiles lorsqu’il monte doucement, et quand il est là, c’est déconnexion neuronale totale.

    Je comprends que ton cheminement t’a amené à l’étape 58 de la carte au trésor et la durée de ta sessions en deux longues périodes bien distinctes et aussi intenses l’une que l’autre te font valider l’étape 59. Quand bientôt tu auras reproduit à plusieurs reprises l’équivalent de ta dernière session tu valideras l’étape 60.

    Il faut vraiment que je fasse un stage découverte du Tantra, je ne parviens absolument pas à faire circuler cette énergie.

    Ton expérience présente deux faces. D’une part celle que tu mentionnes spontanément dans la citation ci-dessus, d’autre part celle, plus banale, qui tient à la nouveauté et à l’intensité d’un phénomène auquel tu vas peu à peu t’habituer et que tu pourras vraisemblablement de mieux en mieux canaliser. Je compare ce que tu vis avec cette énergie sexuelle qui crée tant de pression aux premiers plaisirs intenses que nous connaissons aux débuts de notre cheminement qui se traduisent par des contractions instinctives de défense avant que nous apprenions à vivre cette intensité sans résistance. Tu es maintenant très avancé dans ton cheminement mais cela n’empêche pas ton organisme de répéter certaines réactions de défense.

    Pour information, mon sexe durant mes séances reste souple (entendez par là mou, flasque, au repos). Je peux me caresser les testicules, mon pénis si je le souhaite, mais il ne durcit pas pour autant.

    C’est identique chez moi et cet état est confirmé par de nombreux messages sur les forums spécialisés. Mais comme tu le dis ce n’est pas une règle, chaque homme réagit à sa manière, certains sans érection, d’autres avec une érection molle, d’autres avec une érection clignotante, d’autres enfin avec une érection permanente.

    hier soir j’ai vénéré mon cul. Vraiment

    Tu n’avais pas employé ce mot depuis le 10 janvier :

    (je) me suis rendu compte qu’habituellement je cherche à provoquer l’orgasme, ce que je ne croyais pas faire et n’avais pas remarqué. (… )
    j’ai tenté autre chose hier. Je contracte légèrement mon anus, et maintient cette contraction. Si au bout d’un moment (disons 1 à 2 mn, je n’ai pas chronométré) il ne se passe rien, je relâche et recommence (… )
    En maintenant cette contraction je commence à ressentir du plaisir dans la zone pelvienne (… ) plutôt que de faire comme je fais habituellement, chercher à provoquer l’orgasme par des mouvements, des caresses, des pensées érotiques…, j’ai laissé faire mon corps, et j’ai observé ce plaisir (… ) et chercher à me détendre et à m’abandonner le plus possible. Un peu comme dans la méditation lorsque l’on observe son souffle (… )
    Attention, je n’ai pas encore vécu d’orgasmes (… ) Mais si avec mon ancienne méthode j’ai pu déclencher à plusieurs reprises de bonnes vagues de plaisir, celles d’hier soir ont été plus plaisantes et plus satisfaisantes, bien que peut-être moins intenses (encore que, différentes en tout cas). (… )
    Je pense qu’il s’agit de ces petits orgasmes (qui n’en sont pas encore) dont on parle au travers des discussions qui deviendront grands. (… ) Le dernier, alors que j’allais arrêter la séance a été particulier. Comme je l’ai dit, j’ai laissé faire mon corps et mon cul a pris les commandes. Contractions, décontractions, appuyées, plus légères…. il se débrouillait tout seul.
    Je m’efforçais pendant ce temps de me décontracter, de m’abandonner et de me concentrer sur ce plaisir, mais ce n’est pas facile. Je pense que la vraie difficulté est là. Bien sûr on le lit, et on croit le faire, mais cela demande de la pratique pour y parvenir.

    L’emploi que tu en as fait à l’époque était purement technique. Aujourd’hui tu l’écris dans une phrase chargée d’émotions. C’est nouveau. C’est la conséquence de la profonde transformation de ta sensualité. La répétition presque quotidienne de sessions pendant lesquelles tu vis de longues séries d’orgasmes qui submergent ta conscience, modifie la perception et l’image que tu as de ton corps. Au fil des semaines ta transformation est de plus en plus perceptible. J’espère que tu la vis dans l’allégresse, sans crainte ni angoisse.

    Bon cheminement @jieffe.

    #30286
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Tu nous disais le 31 août @jieffe :

    De plus, depuis avant hier, je ressens pas vraiment une douleur sur ma prostate, mais je la sens assez dure. Disons une sensation différente de d’habitude. Je mets ça sur le compte d’une pratique intensive, et dans mes séances les contractions sont en général assez violentes.

    Tu n’en parles plus du tout dans tes messages d’hier. Tout est donc redevenu normal, tu ne souffres plus de cette gêne ?

    Bon cheminement @jieffe.

    #30313
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour à tous,

    Bzo

    comme j’aime lire des choses pareilles sous ta plume,

    Merci 🙂

    bref ce cul est bien plus qu’un simple cul

    Oui, et je continue de le vénérer. C’est un temple. Je le vois (le considère) vraiment différemment depuis quelques séances, mais en particulier depuis la dernière.

    mais il y a tout le reste, les fesses, ces globes charnus

    Oui, aussi.

    organe sexuel, bien sûr, à 100%

    Finalement capable de t’offrir un millier de fois plus que celui que l’on t’a présenté comme étant représentatif de ton identité.

    Andraneros

    Je suppose que tu en est encore moins sûr depuis avant-hier,

    Oui, je n’écrirai plus d’âneries pareilles 🙂

    Ton cheminement est magnifique….Chacun de tes messages qui nous disent que ta dernière session t’a plongé dans la jouissance encore plus profondément que les précédentes m’apporte sa dose de bonheur. Je ne m’en lasse pas.

    Merci aussi :). Mais je n’ai pas l’impression d’avoir eu un cheminement si différent de certains. J’ai peut-être plus écrit sur ma phase d’apprentissage que certains, mais je me souviens des témoignages de Lucky, Hyménée, Logansam, le tien également, Bzo… J’en oublie très certainement. Mais ces témoignages étaient forts, ils m’ont motivé, m’ont fait tenir bon.
    Il a l’avantage à mon sens de tracer les difficultés que l’on peut rencontrer quand on s’engage dans cette voie, et si quelques débutants peuvent s’y raccrocher pour atteindre le plaisir prostatique, j’en serais heureux.

    Tu est donc maintenant capable de lancer ta session sans masseur

    Ah ce n’est qu’un début, à confirmer….

    Quand tu le veux tu sais contrôler ton excitation, retarder l’insertion de ton masseur, malgré l’appel, que je suppose pressant, de ta prostate,

    Alors pour tout dire, je suis quelqu’un qui aime faire languir dans le domaine sexuel. Je le fais avec mes compagnes, mais aussi avec moi même. Quand je pratiquais encore la masturbation (que j’ai en partie reprise pour les exercices du livre de Mantak) j’aimais aller presque jusqu’au bout, et arrêter, puis reprendre…etc.
    C’est ce qui se dessine aujourd’hui avec le massage prostatique, mais timidement. Cela fait partie d’une évolution naturelle en rapport avec ma nature. Mais la plupart du temps, j’insère le masseur et hop c’est parti.

    Quand je lis « prémices d’orgasmes » associé à « puissants » je suis tenté de comprendre « orgasmes » sans restriction.

    Oui, c’est un peu çà :D. Ils ne sont pas aussi puissants qu’avec masseur, mais tout de même!!! Ce sont de bonnes vagues, mer agitée 🙂
    Au delà des ‘simples’ vagues de plaisir que j’ai pu connaître lors de mon éveil!

    C’est la première fois que je lis le témoignage d’un lien aussi direct entre brosse à dents électrique et plaisir prostatique.

    🙂 🙂 🙂 Étonnant n’est il pas??? Et pourtant, ça se vérifie (presque) chaque soir!!!!
    C’est pourquoi je voulais le mentionner, parce que je trouve ça vraiment étonnant.

    J’ai l’impression que c’est la première fois que tu fais une telle coupure sans y être obligé par quelque motif que ce soit.

    La première fois je n’en suis pas certain. Il me semble déjà avoir été contraint d’interrompre une séance pour une pause pipi, mais ce n’est pas quelque chose que je pratique régulièrement. Quoi qu’il en soit, je pense être capable aujourd’hui d’interrompre une séance et de la reprendre. Peut-être pas où je l’avais laissée, peut-être que la 2 ème partie sera différente de la première, mais je pense être capable de relancer la machine.
    À confirmer….

    Tu es maintenant très avancé dans ton cheminement mais cela n’empêche pas ton organisme de répéter certaines réactions de défense.

    Oui, peut-être, très certainement, je ne sais pas. Comme tu le soulignes, tout cela est très nouveau pour moi, et un peu d’habitude me permettra de mieux gérer ces nouvelles sensations.

    Mais comme tu le dis ce n’est pas une règle,

    Oui, c’est ça. Je souhaitais juste le préciser. Il y a beaucoup de question à ce sujet. ‘Si j’ai une érection, ça veut dire que ça fonctionne, si je n’en ai pas, c’est que ça ne fonctionne pas…. ‘
    Je pense aussi qu’il n’y a pas de règle à ce sujet, et qu’érection ou pas, ça ne veut pas dire grand chose. Il ne faut pas prendre notre pénis pour un baromètre à plaisir 🙂

    L’emploi que tu en as fait à l’époque était purement technique. Aujourd’hui tu l’écris dans une phrase chargée d’émotions. C’est nouveau. C’est la conséquence de la profonde transformation de ta sensualité.

    Je ne sais pas Andraneros, mais oui je considère mon cul différemment aujourd’hui.Depuis ma dernière séance en particulier, il n’est plus simplement un organe sexuel, encore moins le vide ordure, sobriquet qu’on lui associe le plupart du temps. Mais un temple. Un organe et un endroit essentiel, qu’il faut respecter autant, sinon plus que tous nos autres organes. Il n’est pas question ici d’en faire l’organe roi, mais de le considérer comme un des organes roi, un de nos organes essentiels, nécessaires. Un organe auquel il faut prêter toute attention, le choyer, y apporter toute l’attention que l’on peut porter à d’autres organes plus ‘nobles’.

    J’espère que tu la vis dans l’allégresse, sans crainte ni angoisse.

    Tout ceci est très nouveau pour moi, et très soudain je dois dire, mais oui, dans l’allégresse la plus totale, et sans crainte aucune. J’accueille ces nouveautés comme des bénédictions, consciemment tout au moins.

    Tu n’en parles plus du tout dans tes messages d’hier.

    Oui, tu as raison, j’ai oublié de le mentionner. Non, je ne ressens plus cette ‘gêne’, qui n’était pas vraiment une grande gène, et encore moins une douleur. Tout est redevenu normal de ce côté là. J »avais besoin de quelques jours de repos!

    La bise à tous, je vous souhaite une excellent soirée.

    Un excellent cheminement à vous.

    #30317
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour à tous,

    Je prends le clavier rapidement parce que l’on m’attends, mais je ne résiste pas à vous raconter ma séance d’hier soir.
    J’avais prévu une séance, préparé mon masseur, lubrifiants…etc, et sur les bons conseils de notre ami Andraneros, je commence Anerosless. Je ne me souviens plus bien comment cela est parti, certainement comme d’habitude. Allongé, relaxation rapide, mais c’est parti pour près d’une heure de plaisir presque aussi intense qu’une séance avec masseur….
    Wahou!!!
    À vrai dire, la séance n’a pas été vraiment différente d’une séance avec masseur… Étonnant.
    Quel beau voyage!!!
    Un détail toute fois, c’est que bien que pas forcément nécessaire, j’avais souvent une de mes mains sur mon périnée, appliquant quelques pressions, ou juste posée, mais j’ai aussi eu des orgasmes sans.
    Pas loin d’une heure d’orgasmes les uns derrière les autres
    J’avais cependant très envie d’insérer le masseur, mais les vagues orgasmiques ne me laissaient pas le temps de le faire, et je me suis laissé aller à cette nouvelle forme de plaisir, voir où elle me menait.
    Et bien je ne suis pas déçu!!!
    Je reviendrai sur ce témoignage, je n’ai pas beaucoup de temps maintenant, mais je voulais vraiment vous en faire part.

    Autre chose qui n’a rien à voir, je viens de relire mon texte d’hier soir, et je me suis aperçu que je répondais souvent ‘je ne sais pas’, en particulier aux questions d’Andraneros.
    Il faut comprendre qu’effectivement j’ai pu noter des changements de ma sensualité par exemple, mais ces changements se font en douceur, et que je n’en ai pas vraiment pris conscience pour le moment. Un peu comme un enfant que tu vois tous les jours et que tu ne vois pas grandir. Ce sont les autres qui te le font remarquer.
    Je vais y réfléchir et essayer de mieux l’appréhender pour mieux l’apprécier, et apporter des réponses plus précises.

    La bise à tous, à plus tard.

    Je vous souhaite une excellente journée et un excellent cheminement.

    #30328
    bzobzo
    Participant

    hé hé, il vole le @jieffe, il a des réacteurs

    il bourdonne
    comme un gros bourdon ivre de pollen, le @jieffe,
    ivre de butiner, il vole de fleur en fleur,
    il fouille sans ménagement entre les pétales colorées qu’il froisse et qu’il défroisse,
    il est couvert des pieds à la tête du pollen coloré
    il fait penser à un brahmane lors d’une fête sacrée

    il zizague dans le ciel, le @jieffe, comme un oiseau bienheureux,
    tout au plaisir du ciel, au plaisir de l’air en altitude,
    tout au plaisir d’être plus près des rayons de soleil,
    tout au plaisir de battre des ailes et du frottement de l’air sur son corps planant, vibrant, glissant,
    affranchi des lois de la pesanteur, libre loin du sol

    #30334
    JieffeJieffe
    Participant

    Bzo,

    Tout cela reste à confirmer, mais ce que j’ai vécu hier soir, je l’ai vécu 🙂

    Le pire, ou le meilleur, c’est que je ne pouvais m’arrêter. Lorsque je prenais conscience de ce qui venait de m’arriver, que j’aurais eu besoin de quelques minutes de débriefing, ça repartait de plus belle…

    #30376
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Tu nous disais le 20 mars @jieffe :

    C’était vraiment bien, un très très bon moment, très agréable. Je ne parviens pas à basculer plus loin, il semblerait qu’il y ait un sommet que je ne parviens pas à franchir.

    Cette réflexion est revenue très régulièrement les semaines suivantes malgré la constatation apportée par tes messages que tes sessions passaient peu à peu du niveau des vagues de plaisir à celui de vagues de plaisir ponctuées par un orgasme (tu étais trop « épuisé » après celui-ci pour en vivre d’autres dans la foulée) puis à celui de la répétition d’orgasmes non seulement de plus en plus nombreux mais aussi de plus en plus intenses.
    A tel point que je te disais le 5 juin :

    ( la notion de paroi de verre) suppose qu’il existe une situation qui apporte encore plus de satisfaction que ce que tu ressens mais qui t’es inaccessible. Cette idée ma paraît erronée au point où tu en es de ton cheminement. Il n’y a aucune paroi ni aucun plafond, seulement une marge de progression.

    Le 20 juin @bzo te disait @jieffe :

    alors que là, la fameuse paroi de verre qu’on évoquait, tu l’as éclatée, tu as franchi cette étape décisive, tu fais partie des « initiés », des « privilégiés », tu es dépucelé prostatiquement parlant
    la zone des multiples orgasmes puissants, tu y es, c’est ici véritablement que les choses intéressantes commencent, tu es en territoire inconnu où tout peut arriver, les super O, des sensations nouvelles, des orgasmes de type nouveau, chaque jour

    Tu nous dis le 7 septembre :

    je commence Anerosless (… ) Allongé, relaxation rapide, mais c’est parti pour près d’une heure de plaisir presque aussi intense qu’une séance avec masseur… Wahou!!! (… ) Quel beau voyage!!! (… ) Pas loin d’une heure d’orgasmes les uns derrière les autres (… ) très envie d’insérer le masseur, mais les vagues orgasmiques ne me laissaient pas le temps de le faire,

    Ta fantastique expérience du 6 septembre nous apporte à nouveau la preuve qu’il n’y a pas de paroi de verre. Il n’y a qu’une marge de progression que tu combles avec avidité pour notre plus grand bonheur. C’est magnifique @jieffe. Tu viens de pénétrer dans le cœur du paradis prostatique. Tu viens d’accéder à un champs d’expériences pratiquement illimité. A la fin de ton premier « petit journal » tu sortais du petit bain pour te lancer doucement dans le grand bain. Maintenant tu nage en pleine mer.
    Bien entendu ta modestie t’oblige encore à écrire :

    Tout cela reste à confirmer,

    Ce sera confirmé @jieffe, comme toutes les autres étapes de ton cheminement. Je suis sûr que tu répéteras des sessions de même type, bien plus vite que tu ne le laisse entendre. Je suis sûr qu’elles t’apporteront peu à peu une intensité et une profondeur de jouissance qui n’auront rien à envier à tes sessions engagées avec tes masseurs.
    Tu ajoutes :

    Je reviendrai sur ce témoignage, je n’ai pas beaucoup de temps maintenant, mais je voulais vraiment vous en faire part.

    Nous attendons avec impatience de lire ce que tu as ressenti, comment tu vis le franchissement de cette nouvelle étape et ce qu’elle t’inspire. En attendant je suis très heureux pour toi. Bon cheminement @jieffe.

    #30390
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour à tous,

    Tout cela reste à confirmer,

    Ce sera confirmé @jieffe, comme toutes les autres étapes de ton cheminement.

    Et bien si, il me faut confirmer.
    Toute petite séance hier soir, la plus petite depuis mon ‘éveil’. Quelques vagues de plaisir de type Clam Sea O’, peu nombreuses, peu intenses, forts agréables tout de même, mais incomparables avec ce que j’ai connu jusqu’à présent.
    Un démarrage Anerosless peu convaincant en regard de ma dernière tentative avec cette méthode.

    J’ai porté mon plug une petite heure avant la séance, durant laquelle j’ai éprouvé un peu de plaisir. J’ai fait quelques haltes dans mes occupations pour m’accorder quelques mini séances avec le plug. Mini séances qui m’ont procuré quelques bonnes sensations, mais un plug n’est pas un masseur.

    D’autre part, le plug tourne à 90°. Le modèle que j’ai est celui ci: Bootie M. Il est souple, court, à tel point que je me demande si sa tête volumineuse ne se retrouve pas face à ma prostate, et que c’est pour cette raison qu’il tourne. Comme il possède deux poignées de maintien, il reste en ‘bonne’ position pour peu que l’on est les jambes serrées. Je n’ai ressenti ni gène ni douleur en le portant, mais je me demande s’il n’aurait pas anesthésié ma prostate avant ma séance?
    L’avenir me dira ce qu’il en est.

    Arf, la fameuse paroi de verre. Comment est ce que je la vois aujourd’hui?
    Il me faut reconnaître que je l’envisageais un peu comme le soulagement de l’éjaculation, un basculement après une montée irrésistible de plaisir vers un moment de soulagement. Vous voyez tous ce que je veux dire. Dans ce cas tu as raison, il n’y a pas de paroi de verre, et jamais tu ne bascules vers cette libération que nous connaissons tous. Mon expérience m’a fait vivre des montées orgasmiques intenses, qui s’enchaînent les unes derrière les autres, mais qui n’ont pas de point culminant comme pour l’éjaculation C’est comme une éjaculation permanente, en plus beaucoup plus intense.
    Si l’on considère cette paroi de verre comme le franchissement d’une étape décisive, majeure, qui nous fait passer des vagues de plaisir à des orgasmes aussi forts que ceux que j’ai connu, alors oui, il y a bien une paroi de verre.
    Tout dépend de ce que l’on y met derrière. 🙂
    Voilà comment je la vois aujourd’hui, une réponse de normand 🙂

    Nous attendons avec impatience de lire ce que tu as ressenti, comment tu vis le franchissement de cette nouvelle étape et ce qu’elle t’inspire

    Je dirais qu’elle a été en tout point semblables à mes meilleures sessions, à une différence près, c’est que j’avais très envie d’insérer un masseur, mais les vagues étaient si fortes et si rapprochées qu’elles ne m’en ont pas laissé le temps. Après une demie heure de ce traitement, qui semble être ma durée privilégiée, elles se sont calmées, j’étais trop épuisé pour enchaîner sur une séance avec masseur, je me suis endormi comme un bébé 🙂
    Donc hors mis cette envie d’insérer un masseur, cette séance anerosless a été vraiment semblable à une séance avec masseur.
    En revanche, je vois les possibilités immenses que cela ouvre. Si je parviens à maîtriser cette façon de faire, que je sois capable de la reproduire en tous lieux et en toutes situations, imaginez les perspectives inouïes que cela ouvre….
    C’est gigantissime.
    Une des questions que je me pose, c’est comment cela va se passer lors d’un rapport ‘normal’? Vais je être capable d’associer plaisir pénien et plaisir prostatique? C’est encore un peu tôt pour l’envisager, mais si je parviens à maîtriser cette technique, nul doute que j’essaierais.

    #30402
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    @jieffe tu nous dis :

    Et bien si, il me faut confirmer.

    C’est la manière de ton inconscient
    • pour te rappeler, et nous rappeler aussi, nous qui sommes enthousiasmés par chacun de tes progrès, que Paris ne s’est pas fait en un jour.
    • pour nous prouver, pendant qu’il en est encore temps, que tu es toujours un homme et pas encore un dieu de l’orgasme prostatique.

    Il faut dire que ces dernières semaines tu as soumis ta petite glande à de très gros efforts. Elle peut légitimement rechigner à subir le surmenage que crée ta toute nouvelle soif de jouissance et ta capacité à l’assouvir.

    La rotation de ton plug peut être aussi une conséquence du rythme et encore plus de l’intensité de tes sessions. On peut supposer que la paroi antérieure de ton rectum soit raidie par un engorgement de ta prostate qui travaille beaucoup pendant tes sessions, tant par la production de liquide séminal sous l’effet du massage que par les contractions associées à tes puissants orgasmes.

    j’avais très envie d’insérer un masseur, mais les vagues étaient si fortes et si rapprochées qu’elles ne m’en ont pas laissé le temps. (… ) Donc hormis cette envie d’insérer un masseur, cette séance anerosless a été vraiment semblable à une séance avec masseur.

    Cette session illustre à quel point maintenant tu t’abandonnes à ton plaisir. C’est ton corps qui commande, tu sais complètement lâcher prise et c’est un plaisir sans frein qui t’envahit. Il n’y a plus l’explosion libératrice de l’orgasme unique et son éjaculation. Il n’y a que le ressac sans fin de ta jouissance. Ton plaisir ne cesse que quand tu es épuisé.

    Dans quelques jours, quand tu auras confirmé ton aptitude à vivre une session de massage prostatique sans insertion d’un masseur, ta reprogrammation (« rewiring ») sera complète et ton cheminement t’offrira la liberté de vivre des expériences plus excitantes que jamais.

    comment cela va-t-il se passer lors d’un rapport ‘normal’? Vais je être capable d’associer plaisir pénien et plaisir prostatique?

    Je me demande bien pourquoi tu n’avais pas encore posé cette question. Serait-ce que tu commences à prendre véritablement conscience de ta transformation ?

    Chacun est différent. Sur ce point particulier comme pour le déroulement de son cheminement. Tu parles bien d’associer les deux sources d’orgasmes mais sans préciser si tu l’imagines en cumul (orgasme pénien et orgasme prostatique en même temps) ou en succession (plusieurs orgasmes prostatiques précédant un orgasme pénien).


    @adam
    explore cette expérience sans aucune restriction. Cette association ne doit pas poser de problème à partir du moment où tu maîtrises la pratique du massage prostatique. Il me semble en toute honnêteté que c’est désormais ton cas.

    La réussite de l’exercice dépendra bien sûr de la qualité de la relation avec ta partenaire. Idéalement elle devrait être au courant de ton aptitude multi-orgasmique avec le masseur (ou sans…) et être prête à t’accompagner quand, devant ou en elle, tu vivras tes séries d’orgasmes ou mieux être prête à y participer.

    Je pense que notre hôte et nos amis qui ont atteint ce niveau de maîtrise ne laisseront pas ta question sans réponse.

    Bon cheminement @jieffe et si tu peux mettre fin à ta solitude j’ajoute bonne(s) rencontre(s) !

    #30410
    AvatarPhilaneros
    Participant

    comment cela va-t-il se passer lors d’un rapport ‘normal’? Vais je être capable d’associer plaisir pénien et plaisir prostatique?

    Je ne sais pas comment ça se passera pour toi mais pour ma part quand je fais l’amour à ma femme la moindre sensation le moindre frottement l’idée de prendre du plaisir et d en donner me font partir déjà.
    Je sens cette énergie bouillonner dans mon bas-ventre il suffit alors qu’elle me caresse les seins où que je la pénètre et je part dans la jouissance. J ai en moyenne une douzaine d orgasme pendant nos rapport en plus de l’éjaculation .
    Ma femme prend beaucoup de plaisir à me faire jouir de cette façon et ressent aussi du bien quand je la pénètre , que je me trémousse en elle, quand mon sexe se contracte sous l effet de l orgasme qui fait gonfler mon gland et que les spasmes dirige mon bassin en de formidable va et vient au fond de son vagin.
    Je te souhaite de connaître ce multiplaisir orgasmique.
    Bien a vous.

    #30422
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour à tous,

    Andraneros

    Oui, tu as certainement raison, le surmenage n’est pas bon, même pour les prostates 🙂
    Je suis donc en période de repos, et je pratique un peu anerosless, sans le succès de la première décrite ci dessus. Je sens toujours, bien que moins qu’il y a quelques jours, ma prostate gonflée, mais sans douleur. Alors une chose qui me fait tilt dans ton message, c’est l’accumulation de liquide séminal dans ma prostate. Ce pourrait il qu’il en soit la cause? Si je ne me trompe pas, j’ai commencé à avoir ces sensations à partir du moment ou j’ai intégré dans mes journées les exercices proposés par Mantak Chia, et pendant lesquels j’ai pu me masturber près d’une heure, que j’ai renouvelé plusieurs fois, sans éjaculation. Se pourrait il que j’ai fabriqué une grande quantité de liquide séminal que je n’ai pas évacuer.
    Je vais tenter de valider cette théorie en faisant un séance avec masseur dans l’état actuel, après une période de repos, voir les sensations que j’en retire, et une autre si nécessaire après éjaculation.
    Cette idée m’est venue en lisant ton message Andraneros.

    par les contractions associées à tes puissants orgasmes.

    Il est clair aussi que je ressens les contractions que j’ai pendant mes orgasmes comme assez puissantes.

    Il n’y a que le ressac sans fin de ta jouissance. Ton plaisir ne cesse que quand tu es épuisé.

    Oui, c’est un peu ça. Une fois que la première onde de plaisir est arrivée, il ne me lâche plus pendant 1/2 heure environ, durée qui me semble être ma durée fétiche, et là, la plupart du temps ça se calme, quelques fois (peu souvent) peu de temps, et ça repart. Mais bien souvent oui je suis épuisé au bout de cette demie heure, et totalement repus. Je ne ressens pas vraiment le besoin d’aller plus loin.
    Pour ce qui est du lâcher prise, certainement, mais je ne saurais décrire ni comment ni pourquoi j’y parviens aujourd’hui, alors que je n’y parvenais pas il y a quelques mois. Je ne saurais dire quel a été le déclencheur? Peut-être un apprentissage à conserver la concentration sur le plaisir, la zone prostatique et les sensations, sans permettre à son esprit de vagabonder vert d’autres préoccupations.

    Je me demande bien pourquoi tu n’avais pas encore posé cette question.

    Et bien je me la posais, mais je n’envisageais pas de rapport avec masseur. Je me suis rendu compte que j’étais capable de vivre pratiquement les mêmes sensations sans. La question s’est fait plus pressante, bien que je n’ai pas de partie de jambes en l’air de prévue :). Mais je commence à me questionner plus sérieusement.

    Tu parles bien d’associer les deux sources d’orgasmes mais sans préciser si tu l’imagines en cumul (orgasme pénien et orgasme prostatique en même temps) ou en succession (plusieurs orgasmes prostatiques précédant un orgasme pénien).

    Parce que je ne sais pas. J’avoue que pour le moment, j’envisage juste de profiter de ce qu’il s’offrira à moi. Et puis il y a une inconnue de taille, c’est que lors de mes orgasmes prostatiques, mon sexe est inutilisable pour une pénétration!!!
    Donc là vraiment, je ne sais pas. Si l’occasion se présente, j’irais sans peur et sans reproche, et je verrais bien ce qu’il se passe.

    tu maîtrises la pratique du massage prostatique. Il me semble en toute honnêteté que c’est désormais ton cas.

    En ce moment, c’est plutôt calme…. Je pense que j’ai encore du chemin à faire, et vivre des expériences telles que celles que je vis aujourd’hui pour maîtriser la pratique. Mais comme je l’ai dit, j’irai sans vraiment de frein, ni crainte, ni appréhension, et je verrai ce qu’il se passe.
    Quant à en informer ma partenaire, n’étant pour le moment certain de rien, ça me paraît difficile. Si je lui fais tout un discours et qu’il ne se passe rien….

    si tu peux mettre fin à ta solitude j’ajoute bonne(s) rencontre(s)

    Merci Andraneros 🙂
    Mais pour le moment, je suis bien comme ça, je profite de cette solitude et de la liberté qu’elle m’accorde pour faire tout un tas de choses que je pouvais difficilement faire avant, en particulier la pratique du massage prostatique, le port de plug…etc.

    Philaneros

    Je te souhaite de connaître ce multiplaisir orgasmique

    Merci Philaneros, c’est un très beau témoignage. Je ne pense pas que ce soit pour tout de suite en ce qui me concerne, mais je ne manquerai pas de vous faire un retour le jour où ça arrivera.

    #30514
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour à tous,

    Quelques nouvelles, il y a un moment que je ne suis pas passé par ici….
    Après un essai avec le Bootie Dimanche dernier, je me suis retrouvé dans une période creuse, très creuse, avec une légère gêne lors de sessions. J’ai décidé de faire une pause de quelques jours. Je ne remets pas en cause le Bootie, il s’agit peut-être d’un ‘surmenage’ orgasmique. Cela fait 4 mois que je pratique 4 à 5 fois par semaine, et presque chaque session est puissante. Quand je dis puissante, c’est 1/2 heure à 1 heure d’orgasmes puissants, renversants, tordants, essorants.
    Il se trouve que j’ai peut-être fait une erreur lors de mon essai du Bootie, je suis resté assis un bon moment, il se peut que la pression sur la prostate ait été trop forte.
    Quoi qu’il en soit, j’ai repris Samedi soir, puis hier soir, deux petites séances assez courtes. Quelques bonnes sensations, mais rien de comparable avec ce que j’ai pu connaître. Je ne ressens pas grand choses, comme si mon rectum et ma prostate étaient anesthésiés…
    Ces deux petites séances ont été tout de même bien agréables.
    Je vais continuer dans ce sens, quelques petites séances courtes histoire de voir si je parviens à réveiller tout ça.
    Je l’écris pour laisser une trace, si mes séances volcaniques reviennent, nous aurons la preuve que les creux peuvent être très profonds, mais ne sont que passagers, ce que je continue de croire.
    Il me faut avouer que je suis sinon inquiet, interrogatif. Depuis mon éveil, j’ai connu des périodes de creux, mais rien de semblable à celle ci. J’ai l’impression de revenir des mois en arrière, alors que j’étais en apprentissage. Les périodes de creux que j’ai connu depuis mon éveil étaient tout de même bien plus intenses que les sessions que je faisais pendant ma période d’apprentissage.

    Wait’n see….

    Je vous tiens informé, et vous souhaite à tous un excellent cheminement.

    #30519
    EpictureEpicture
    Participant

    Bonjour @jieffe

    Comme tu le sais, comme nous le savons tous, la houle succède à la mer d’huile, et inversement.
    Mais on a beau le savoir on est toujours surpris. Comment cela est-il possible de ne pas comprendre pourquoi on peut se retrouver dans un tel creux… ou dans une telle houle (mais ça on préfère en profiter plutôt que se poser des questions).
    Je me demande si les périodes de creux ne sont pas associées à :
    1. un état mental qui nécessite que la concentration soit portée sur tout à fait autre chose que sa prostate, et ce, de façon prolongée, en particulier le travail, ou un souci familial…
    2. La baisse de l’énergie sexuelle en raison d’une fuite d’énergie qui pourrait avoir pour cause : Une éjaculation (d’après Mantak Chia), un excès d’alcool ou stupéfiant, une maladie, une épreuve sportive intense…

    Ce peut être une seule de ces causes, ou les deux.

    Je sais par ailleurs que tu as pratiqué les exercices préconisés par Mantak Chia

    Personnellement, depuis que je travaille sur les exercices de Mantak Chia, mon énergie sexuelle a augmenté. Je la sens bien maintenant, mais il y a encore du travail pour en réguler le bouillonnement. Et, le travail de massage pénien provoque peut-être un déplacement de l’attention portée par le cerveau à l’origine du plaisir, qui masque ce qui provient de la prostate.
    En même temps, la prostate se trouve au bout du corps caverneux. Toute manipulation de mon pénis provoque une réaction musculaire du périnée, et vient agir sur ma prostate. Il y a là pour moi, une interaction qui m’oblige, si je veux poursuivre ma progression vers le plaisir prostatique, à distinguer ce qui provient de la prostate, et ce qui provient du pénis.

    Qu’en penses-tu ?

20 sujets de 141 à 160 (sur un total de 189)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.