#30318
AvatarCh313
Participant

Séance particulière ce matin.
Suite à mes déboires avec ma compagne et m’étant levé tôt, je m’installe pour une petite séance. Comme il y a longtemps que je n’ai pas pratiqué, je choisis d’utiliser le Progasm.
Je n’ai pas de difficulté d’insertion, je mets très peu de lubrifiant. Je pourrais même m’en passer. J’ai une lubrification naturelle abondante je mouille comme une femme, quand je retire le masseur il y a une sorte de glaire translucide qui sort avec. Je l’insère donc sans relaxation préalable (en général avant même de m’installer).
Je m’installe dans ma relaxation. (Voir le début de mon sujet).
Je suis déjà en transe
Je complète la description de mon état.
Je suis détendue, mes bras reposent sur les accoudoirs. Mes mains sont totalement détendues,
Mon sexe coule sur mon ventre.
Je devrais éponger mais il m’est impossible de prendre l’essuie tout, je regarde sans réagir.
En fait je me contemple, c’est mon corps qui contrôle, mon conscient semble être extérieur et suit avec délice et ravissement comme spectateur. Si je veux intervenir, je dois détruire cet état, je dois briser ‘le charme’ sous lequel je suis…. Je laisse faire… je tremble de toutes parts…
Je squirte abondamment, ça dégouline… je jouis dans l’impuissance de mon conscient.
Je me pénètre ma verge est dure je jouis avec elle, je jouis en elle, je l’aspire en moi. J’éjacule.
Je réalise que j’ai ‘perdu’ le masseur (je croyais l’aspirer) je ne m’en suis pas aperçue. Mais je continue à jouir, à tressauter de toutes parts. Cela dure déjà depuis plus d’une heure. Il faut ‘revenir’ . . .
À plus